retour en haut de page

Le Grand Lieu dédié au numérique ouvrira ses portes à Paris en septembre 2013 4

A l’initiative de l’association Silicon Sentier, ce nouvel espace de 1 500 m² entièrement dédié au numérique et à l'innovation est soutenu par la région Île-de-France et la Ville de Paris. Google a également annoncé un investissement d’un million d’euros « sur les prochaines années ». Le programme « Tous à table » des premières réflexions de préfiguration du projet commencent ce jeudi 31 janvier.

 

Marie Vorgan Le Barzic © Isabelle Lassalle

Le Grand Lieu Intégré de l’Innovation (nom encore provisoire) ouvrira au 39 rue du Caire dans la capitale, au cœur du 2e arrondissement. Il réunira dans le même lieu, La Cantine et Le Camping, deux structures gérées par Silicon Sentier. Aujourd’hui, La Cantine et Le Camping se concentrent sur des entreprises dédiées aux nouvelles technologies et en phase de gestation.

 

La Cantine offre un espace de travail, de collaboration et d’échanges. Au Camping, les start-up entrent au moment où elles ont un projet à peine écrit et l’association les accompagnent pendant six mois. L’objectif est que les entreprises aient, en sortie, un modèle économique stabilisé et pertinent qui puisse convaincre les investisseurs, un produit qui corresponde au marché et, au mieux, déjà des clients. Marie Vorgan Le Barzic, déléguée générale de Silicon Sentier, détaille les contours du Grand Lieu :

Lecture
 
Partager

 

Marie Vorgan Le Barzic revient également sur le financement public du projet et sur son fonctionnement dans lequel des partenaires comme Google et Orange vont s’investir :

Lecture
 
Partager

 


Google, un partenaire financier et actif dans le projet


Martin Görner © Isabelle Lassalle

Google accompagne Le Camping depuis sa première saison, c'est-à-dire depuis janvier 2011. Les start-up du programme ont ainsi pu bénéficier de conseils de spécialistes de l’entreprise et de bourses de 4 500 euros.

 

La société a annoncé un engagement financier d’un million d’euros pour les prochaines années « ce qui est une première pour Google France, c’est vraiment un investissement significatif » selon Martin Görner, chargé des relations avec les start-up et les développeurs chez Google France. Il explique les raisons pour lesquelles Google s’engage dans ce projet du Grand Lieu :

Lecture
 
Partager

 


Le soutien de la région Île-de-France et de la Ville de Paris


Jean-Paul Planchou © Isabelle Lassalle

La région Île-de-France apporte une aide financière au projet du Grand Lieu. Elle a contribué à hauteur d’un million d’euros en 2012 et prévoit 600 000 euros pour 2013. Elle s’investit depuis longtemps dans le développement de Silicon Sentier et a soutenu l’élaboration de La Cantine puis du Camping. La Ville de Paris a également accordé une aide de 500 000 euros cette année.

 

L’engagement de la région est strictement financier mais elle « suit pas à pas, avec beaucoup de vigilance, ce qui est fait, pour avoir une évaluation de l’efficience de l’efficacité de ces dispositifs » selon Jean-Paul Planchou, vice-président au conseil régional d’Île-de-France chargé du développement économique, de l’innovation et du tourisme. Il détaille les intérêts que présente la création d’un GLII :

Lecture
 
Partager

 


En parallèle, le projet Paris Capitale Numérique de Fleur Pellerin

 

La ministre Fleur Pellerin a lancé un autre projet qui se rapproche fortement du Grand Lieu, c’est le Paris Capitale Numérique avec la volonté de dédier un quartier à Paris ou en proche banlieue au numérique. Marie Vorgan Le Barzic se réjouit d’une proposition supplémentaire dans le domaine en prévoyant que le Grand Lieu serait en amont du quartier numérique. Mais ces deux projets devront être complémentaires et non pas similaires selon Jean-Paul Planchou :

Lecture
 
Partager

 


Le travail de préfiguration du projet commence ce jeudi 31 janvier dans le Grand Lieu, encore en chantier : c’est « tous à table », un programme de réflexions pour préparer l’ouverture en septembre de ce nouveau lieu dédié au numérique.

Quatre axes de travail orienteront les réunions : l’identité du Grand Lieu avec tout son « écosystème » (l’équipe, l’environnement, les partenaires), les propositions des nouveaux programmes à mettre en place, les modèles économiques à trouver et l’organisation de l’espace. Ligne de départ ce 31 janvier pour un point d’arrivée en septembre prochain à l’ouverture du Grand Lieu.

 

 A écouter : La ministre Fleur Pellerin est l'invitée des Matins de France Culture lundi 4 février.

Isabelle Lassalle

Thème(s) : Information| Internet| Recherche| Technique| GLII| Google| Grand Lieu| Ile-de-France| numérique| Silicon Sentier| start-up

Site(s) recommandé(s)

La carte des start-up parisiennesCréée par Gwendall Esnault, c'est une carte participative à laquelle tous les internautes peuvent ajouter une nouvelle start-up.

4 commentaires

Portrait de Anonyme cognominal02.02.2013

Une opération médiatique parisienne.
Fibrons d'abord la France et jusqu'au bout. Fibrer seulement les zones à forte densité et seulement jusqu'en bas d'un immeuble et s'arrêter là coûte peu et ne sert à rien à part à faire joli dans les statistiques de l'ARCEP. Qui plus est, ce sont les zones à faible densité qui ne bénéficient pas de l'ADSL qui ont le besoin le
le plus pressant de la fibre.
Dans les réseaux à structure fractales, comme internet, ce sont toujours les derniers mètres les plus difficiles et les plus couteux. On ne peut pas vivre indéfiniment avec l'acquis du cuivre. Certes, ça demande une vraie volonté politique notoirement absente, comme pour le logement d'ailleurs.
Y-a t'il seulement une loi qui oblige à fibrer un nouvel immeuble ou un immeuble rénové?

@corteggiani c'est l'usage qui fait la langue et les émules de feu "maître" Cappello, les académiciens ou les législateurs à la demande du gouvernement (loi Jupé). Vu la dominance de l'anglais, les anglicismes vont se répandre dans la langue française.

De même, c'est par l'usage et (l'accès au grand débit) que décollerons des initiatives, pas par des "pépinières",
lieux hautement consanguins, dont les "initiatives" copiant FaceBooK et consorts vont nourrir le cancer de la "captation de l'attention" dénoncé par Bernard Stiegler. Et on peut prédire que le gouvernement, courroie de transmission des lobbies, luttera contre les vrais initiatives car elles mettraient en péril les industries en place. Ainsi, un google français n'aurait aucune chance car éviscéré par des taxes ad-hoc pour protéger les journaux, déjà aidés par le gouvernement.

Portrait de Anonyme Arbarossa01.02.2013

Oui, à la campagne : sur le plateau de Saclay, par exemple !

Portrait de Anonyme corteggiani 31.01.2013

Oh non, pitié, pas à France Culture. On dédie une œuvre à quelqu'un, on ne dédie pas un lieu à une activité. On peut dire "consacré à", "dévolu à", il y a des ressources dans notre langue. Le problème n'est pas d'aller emprunter à l'anglais (dedicated to), mais de ne pas s'en rendre compte...

Portrait de Anonyme Anonyme31.01.2013

Paris, Paris, Paris,
A quoi sert le numérique si c'est pour tout recentrer plein coeur de Paris?

Allez, à la campagne un peu !

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.