retour en haut de page

HOMME-MACHINE, A QUAND L’HYBRIDATION ? 1

Du robot à forme humaine dessiné par Léonard de Vinci en 1495, à «Métropolis» de Fritz Lang ou «Blade runner» de Ridley Scott, l'homme-machine fait partie de notre imaginaire, suscitant peur ou désir. Qu'en est-il de la réalité scientifique et des dernières avancées technologiques, de l'homme réparé ou augmenté, du transhumanisme ? Le présent et l'avenir se dévoilent ici et maintenant.

                                           © FlickR CC/timjmansfield

Depuis le début des années 2000, à la faveur de la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’informatique et des sciences cognitives (NBIC) se développe l’idée que de nouvelles technologies vont émerger, permettant d’améliorer les capacités physiques et intellectuelles de l’être humain. Se posent alors de multiples questions : que serait un monde où les humains n’échapperaient plus aux améliorations technologiques ? Deviendrons-nous tous des transhumains ou des post-humains ? Quelle place pour les individus « non augmentés » ? Quelle frontière entre la réparation et l’amélioration du corps humain ? Autant de réponses à écouter dans la table-ronde organisée par le Centre d’analyse stratégique : Après l’humain : de l’homme réparé à l’homme augmenté ?

Interaction. Hybridation… La recherche dans les sciences cognitives dont le but est de construire l’intelligence des robots, a fait de spectaculaires avancées. Dorénavant, la séparation des genres entre les robots et les hommes n’a plus lieu d’être pour certains scientifiques, qui parlent aujourd’hui de complémentarité, d’extension ou de délégation. Voici un état de la recherche dans cette conférence de l’Université de Lyon 1 intitulée : Corps, humains, machine : le mélange des genres. Impressionnant.

L'homme est un animal mythomane. Il se raconte lui-même, cherche à donner un sens à son origine, à son identité, à son devenir, produisant des discours, des mythes, pour supporter le silence éternel de ces espaces infinis qui l'effraient. Cette semaine, Babel Oueb, la websérie de la Factory produite par Clément Baudet, s'intéresse au transhumanisme et pour poursuivre la réflexion vous conseille la lecture de la revue La pensée de midi, « De L'humain, Nature et artifices » disponible gratuitement sur le site du Cairn.

 

Goûtons notre plaisir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour aller plus loin...

L’homme, la machine et les zombies / Owni

Place de la Toile / Vers l'homme simplifié ?

Tissus cyborg : les premières fusions homme-machine / Slate

La pensée de midi : « De L'humain, Nature et artifices » / Cairn

 

Tous les lundis de nouvelles productions multimédias sont à retrouver dans la FACTORY... Voici un avant-goût :

Trois nouvelles lectures :

« Lettre à Nickolas Muray » de Frida Kahlo

« Le Funambule » de Jean Genet

« La peau de chagrin » d'Honoré de Balzac

 

 

Encore une bonne question : Pourquoi les stars fument-elles du shit?

 

 

 

 

La thèse fondamentale de la semaine :

L'Amour par France Dupuis 

 

 

 


A la rencontre de...

Fidèle Degni, Béninois

 

 

 

 

Thème(s): Sciences| Découverte| Innovation| Recherche| Technique| Babel Oueb| Blade runner| CAS| cyborg| France Culture Plus| Université Lyon 1

1 commentaire

Portrait de Anonyme Rodriguez13.01.2013

Ne faudrait-il pas parler de la machine femme ou homme car depuis un certain temps déjà on ne propose que des mots croisé à 4 cases, du rap, du charabia célinien, du houelbeckisme, du trufauisme... Ou est l'humain là dedans? L'humain qui lutte désespérément contre la fatalité de la condition où le sort l'a jeté...
Quand on pense à l'investissement que représente un poème de Victor Hugo ou le sublime dispute au grotesque la réalité, ou le terrestre & le céleste se collètent, ou le châtiment (des faibles) tremble devant le pardon ou les accents de barde gaulois se répandent à l'entour en un mot la France, douce France de Du Bellay à Charles Trénet... Où est tu?

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.