retour en haut de page

Les terres rares en cartes et dans la presse : un marché stratégique 1

 

 

 

Peu de matières premières ont un nom aussi trompeur que les terres rares. D’une part car l’appellation de terres rares désignent en fait 17 métaux, dont quinze forment la série des lanthanes, plus le scandium et l’ytrium. L’ytrium justement, dont les propriétés, alors inédites, ont été découvertes par Johan Gadolin dans les années 1790. Il travaillait alors sur des matériaux issus d’un gisement minier suédois. Jusqu’à l’engouement pour la télévision couleur, les terres rares, en l’occurrence de l’europium et du terbium, étaient d’un emploi très marginal. Ainsi, l’adjectif « Rare » est, comme le mot qu’il qualifie, un faux ami hérité de son contexte historique : ce ne sont ni les réserves prouvées de terres rares ni leur répartition à la surface du globe qui pourraient faire craindre une pénurie. Si rareté il y a, c’est celle des pays producteurs : 97% de la production des terres rares se fait aujourd’hui en République populaire de Chine. Or, depuis la massification des postes de TV couleurs, les terres rares sont devenus indispensables aux filières de fabrication d’objets high-tech et de production d’énergie renouvelable – écrans à cristaux liquides, tablettes, ampoules  basse consommation, batteries de voiture électrique ou hybride, comme la fameuse Toyota Prius. Bref, aux industries dites d’avenir. Sans parler de leur utilisation dites stratégiques dans les industries dites de défense, c'est-à-dire dans la production d’armes et d’objets militaires : missiles de croisières, munitions guidées, radars, équipements de visions nocturnes, satellites… Le quasi monopole de la Chine sur l’exploitation des terres rares a donc transformé une question géologique, minière et industrielle en quasi-crise géopolitique.

 

Globe revient sur ces minerais tant convoités avec le Magazine Carto : les  textes suivants sont extraits du dossier "terres rares" du magazine.


Image vignette : atelier de fonderie de la société Jinyuan Co. Préparation de lingots de lanthane à Damao (Mongolie Intérieure). Photo : Christian Hocquard.


Ecouter l'émission du mercredi 1er février, avec Christian Hocquard.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'INEGALE REPARTION DES TERRES RARES DANS LE MONDE

 

Actuellement, la Chine produit 97 % des terres rares du monde, une situation qui inquiète nombre de gouvernements à l’heure où la demande augmente rapidement (6 % par an).

 

Carte de la répartition des réserves de terres rares dans le monde ©Magazine Carto

 

Cependant, l’extraction de ces minerais (terbium, dysprosium, neodymium, yttrium, etc.) était dominée par les États-Unis jusqu’aux années 1990, grâce notamment à la réserve de Mountain Pass en Californie. Depuis le début des années 1990, la Chine a acquis une situation de quasi-monopole sur la production et l’exportation de terres rares.

 

 

graphique de l'augmentation de la production de terres rares depuis 1950 ©Christian Hocquard


 


La Chine en situation d’oligopole

 

En 1986, le dirigeant de la République populaire de Chine, Deng Xiaoping, lance un programme de recherche visant à tirer profit des immenses réserves du pays en terres rares. Pékin entame alors une politique volontariste de développement de la filière. Progressivement, les entreprises chinoises, dont les prix sont particulièrement compétitifs et les contraintes environnementales moindres, prennent le contrôle du marché et poussent les compagnies étrangères à abandonner leur production ou à la délocaliser en Chine.

 

 

Le marché de terres rares vu par la Chine ©Magazine Carto

 

Les quotats d'exportation de terres rares mis en place par la Chine ©magazine Carto


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Chine réduit ses quotas d’exportation depuis 2006 : la diminution a atteint 35 % entre le premier semestre 2011 et 2010, suscitant d’importantes augmentations de prix.

 

Un exemple d'augmentatiaon des prix d'une terre rare : l'oxide de dysprosium  ©Christian Hocquard

 

Ces réductions des quotas d’exportations sont à la fois dues à la volonté de maîtriser la totalité de la chaîne de production, jusqu’aux produits finis, et au besoin de répondre à la demande du marché chinois, qui ne cesse d’augmenter. Parallèlement, le gouvernement de Pékin fait d’importants efforts pour centraliser la production de terres rares et fermer les petites exploitations.

En réaction à cette politique, les pays développés menacent de porter plainte auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L'OMC ayant définitivement condamné la Chine le 31 janvier 2011 pour ses restrictions à l'exportation de plusieurs matières premières, en particulier minérales, il est probable que celle-ci assouplisse ses quotas d'exportation des terres rares dans les mois qui viennent.

 

Lutter contre la dépendance


Le boom des projets miniers de terres rares hors de Chine ©Christian Hocquard

 

Aux États-Unis, une proposition de loi visant à ressusciter la production nationale de terres rares a été approuvée en octobre 2010, mais attend toujours son passage devant le Sénat. L’Union européenne a commencé à en stocker pour diminuer la dépendance à court terme et le Japon a découvert d’immenses réserves dans le Pacifique. Les projets d’ouverture de nouvelles exploitations se multiplient, mais peu sont susceptibles de démarrer la production rapidement, d’autant qu’avec l’abandon de la filière il y a plusieurs années, les compétences techniques et humaines sont aussi à reconstituer.

Confrontées à cette situation, les entreprises privées cherchent aussi des solutions alternatives.

 

Des projets d'entreprises privées pour réduire la dépendance à l'égard de la Chine ©Magazine Carto

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si toutes ces solutions suscitent d’importants efforts de recherche et d’investissement, elles ne remettent toutefois pas radicalement en question la dépendance mondiale à l’égard de la Chine, du moins à moyen terme.

 

Brève revue de la presse en ligne

 

8ème Conférence Internationale sur les terres rares en Novembre 2012.

La pénurie de terres rares menace les objectifs de l’UE pour une énergie plus propre, Euractiv, novembre 2011

Le recyclage des terres rares, un enjeu stratégique, Blog du Monde, 2011

Le Japon découvre d’énormes gisements de terres rares, Le Figaro, juillet 2011

La croissance verte accroit la dépendance aux terres rares, Le Monde, 2010

L’OMC ouvre la voie à l’UE pour contester les décisions de la Chine sur les terres rares. Euractiv, mars 2011

Les terres rares, une arme commerciale chinoise méconnue. France 24

Matières premières : l'UE remporte sa bataille contre la Chine à l'OMC, Euractiv, 30/01/12

WTO case on export restrictions of raw materials in China, Europa.

Appellate body issues reports on raw materials dispute, site de l'OMC.

Comment la Chine a gagné la bataille des métaux stratégiques, Le Monde Diplomatique, Olivier Zijec, Novembre 2010.

Les terres rares seront-elles une nouvelle source de conflit? Le Monde, 14/01/11.

 

Pour aller plus loin, quelques éléments bibliographiques

 

Images Economiques du Monde  2012 et 2011, Armand Colin.

Revue Géoéconomie, n°59, "Ruée sur les minerais stratégiques", Choisel Editions.

Compte rendu de l'audition publique du 8 mars 2011 au Sénat sur "Les enjeux des métaux stratégiques : le cas des terres rares".  (texte à télécharger en bas de page).

 

Reportages Arte

- Les terres rares

- Les terres rares, le trésor caché du Japon

 

 

Christian Hocquard et Sylvain Kahn Hélène Combis©

 

Thème(s): Sciences| Economie| Géographie| Géologie| Géopolitique| Industrie| ampoule basse consommation| Chine| éolienne| gisement| matières premières| métallurgie| métaux rares| mine| moteur électrique| terres rares

1 commentaire

Portrait de Anonyme duhamel14.03.2012

Bonjour,
Je ne suis en aucune façon scientifique,cet article,que je trouve facile à comprendre,nous permet d'entrevoir le monde de demain.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.