retour en haut de page

Syrie : le soulèvement des périphéries 0

Pour expliquer et comprendre le printemps arabe en Syrie, Fabrice Balanche avance une logique centre-périphérie.

À l’échelle du territoire national, le mouvement de révolte était localisé à la périphérie des centres politiques et économiques. Cette localisation était également visible à l'échelle locale : dans les villes, les soulèvements ont eu lieu dans les faubourgs et dans les banlieues.

Il y a un an, Globe et Planète Terre proposaient en exclusivité un décryptage de la révolte syrienne par ses localisations. En 2012, cartes à l'appui,  le diagnostic de Fabrice Balanche se confirme.

 

Réécoutez et podcastez l'émission du 18 avril 2012 "les territoires de la répression en Syrie" avec Fabrice Balanche

Réécoutez en ligne l'émission du 11 avril 2011 avec Fabrice Balanche "le printemps arabe : les territoires de la révolte en Syrie"

Relisez le billet de Globe du 14 mai 2011, "La Syrie, une révolte en fragment"

 

À l'échelle nationale : une révolte des territoires périphériques

 

La révolte a éclaté dans les zones périphériques, c'est-à-dire les plus marginalisées sur un plan économique et politique. Il s'agit des provinces négligées par le pouvoir lors de la libéralisation, depuis la fin des années 1990, d'une économie jusqu'alors très étatisée. À l'image de Derra, ce sont les chefs-lieu des provinces rurales, agricoles et frontalières, qui ont été les premiers à se soulever. Il s'agit également des villes secondaires comme Homs ou Lattaquié. Les unes commes les autres ont cru de façon accélérée et bien peu maîtrisée : l'arrivée massive de migrants, poussés par la crise agricole au Nord a fait exploser le solde migratoire. Dans le même temps, le pouvoir a relâché sa politique d'équipements et d'emplois publics.

Enfin, ces territoires de la révolte recouvrent le plus souvent des zones où la population est majoritairement sunnite. Le ressentiment à l'égard du pouvoir des Al-Assad, père puis fils, y est fort. La politique clientéliste a divisé les communautés et a favorisé les minorités confessionnelles, alaouite en particulier.

 

 

Répartition de la population en Syrie Fabrice Balanche©Atlas du Proche-Orient, PUPS, Paris, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

répartition territoriale ds communautés en Syrie et au Liban Fabrice Balanche©Fabrice Balanche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

les territoires de la révolte en Syrie Fabrice Balanche©Outre-Terre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende Fabrice Balanche©Outre-Terre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l'échelle des villes : révolte dans les faubourgs et dans les banlieues

 

Que ce soit à Homs, Lattaquié ou Damas, les soulèvements sont toujours localisés dans les zones périphériques, dans les quartiers populaires, souvent de construction informelle.

 

Damas : la révolte dans les périphéries informelles

 

Le cas de Damas est éclairant. En effet, le pouvoir a tout fait pour que la capitale ne soit pas investie par la contestation – pas question d’une situation analogue à celle du Caire ou de Tunis. Damas et Alep, les deux centres économiques et politiques du pays n’ont été que marginalement le théâtre de manifestations d’opposition au régime. Celles-ci sont très localisées dans certains quartiers de banlieues : dans un contexte d’exode rural continu, la croissance démographique y est très forte, l’habitat informel, l’étalement urbain non maîtrisé. Les habitations sont la plupart du temps illégales et construites dans la hâte. Les terres agricoles alentours subissent la pression urbaine.

"Le centre de Damas est préservé de la contestation. La bourgeoisie syrienne soutient un régime censé lui assurer la paix sociale et par conséquent la prospérité. Les manifestations de soutien à Bachar al-Assad sont organisées avec l’appui des princi- paux hommes d’affaires du pays qui octroient des jours de congés à leurs employés" (Fabrice Balanche, "géographie de la révolte", Outre-Terre, novembre 2011)

 

 

La révolte à Damas Fabrice Balanche©Outre-Terre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende Fabrice Balanche©Outre-Terre

 

 

 

 

 

 

Homs : la révolte des sunnites

 

Le cas de Homs illustre la localisation de la révolte en fonction de la confession majoritaire. Non seulement les quartiers de la révolte sont des quartiers populaires, mais en plus ils sont à dominante sunnite.

 

la révolte à Homs Fabrice Balanche©Outre-Terre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende Fabrice Balanche©Atlas du Proche-Orient, PUPS, Paris, 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin :

 

Le magazine Moyen-Orient :

- n°14, avril-juin 2012, dont "Damas une ville sous le contrôle de Bachar Al-Assad" par Fabrice Balanche

- n°12, octobre-décembre 2011, dossier spécial Syrie dont "Retournement de l'espace syrien" et "Bachar Al-Assad, le lionceau de Damas" par Fabrice Balanche

 

Fabrice Balanche "Géographie de la révolte syrienne", Outre-Terre, novembre 2011

 

L'entretien de Fabrice Balanche avec la magazine Alternatives Internationales est publié dans le numéro de mars 2012.

 

Fabrice Balanche, Atlas du Proche-Orient arabe, PUPS/RFI, décembre 2011

 

L'Espace politique n°11, 2010, "L’Etat au Proche-Orient arabe entre communautarisme, clientélisme, mondialisation et projet de Grand Moyen Orient", par Fabrice Balanche

 

 A contrario n°11, 2009, "Clientélisme, communautarisme et fragmentation territoriale en Syrie", par Fabrice Balanche

 

 Monde arabe Maghreb-Machrek n°196, Eté 2008 "La pénurie d'eau en Syrie : compromis géopolitiques et tensions internes" par Fabrice Balanche

 

 

Thème(s): Sciences| Conflit| Géographie| Proche Orient

0 commentaire

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.