Le direct

Collège international de philosophie

La psychanalyse est-elle constituante pour une éthique ?
14.04.2016
Conférences

La psychanalyse est-elle constituante pour une éthique ?

À cette interrogation que Lacan déploie en 1960, le séminaire « L'Éthique de la psychanalyse » a longtemps semblé donner une réponse. Mais la possibilité même d'une telle éthique lui importait sans doute moins que la transformation de la question par sa propre théorie de l'inconscient. Aussi est-ce davantage le développement de la psychanalyse et du discours analytique jusque dans sa radicalité, qui produit des réponses dont la pluralité semble interdire ce qui serait une Éthique.
Les sources médicales de la connaissance de l'Homme
13.04.2016
Conférences

Les sources médicales de la connaissance de l'Homme

« La philosophie est à certains égards la mère de la médecine et le perfectionnement de l’une est inséparable de celui de l’autre », écrit Curt Sprengel à l’aube du XIXème siècle. L’histoire des liaisons entre médecine et philosophie trouve ses sources dans l’Antiquité, et vit encore à une époque – la nôtre – qui connaît une médecine pourtant totalement métamorphosée. De plusieurs points de vue, la philosophie a inscrit une empreinte durable dans l’univers de la médecine et de la pathologie.
11.01.2016
Conférences

Émancipation et sexuation du monde

La question du point de vue (« stand point ») qui réfère à la diversité des catégories, des lieux et des sujets s’applique aussi à la perspective : dans le vis-à-vis théorique entre émancipation et domination, le point de vue proposé ici est celui de l’émancipation. Les analyses de la domination offrent des clés épistémologiques qui permettent des critiques structurées, par conséquent des énoncés théoriques. À l’inverse, l’examen de l’émancipation oblige à considérer le temps historique, à comprendre l’historicité des sexes comme le lieu où « ça pense ».
Aliénation, émancipation, autonomie
16.11.2015
Conférences

Aliénation, émancipation, autonomie

Toute domination se nourrit de la coopération active des dominé(e)s. La thèse, paradoxale, n’est pas neuve – voyez le célèbre traité de La Boétie. Cependant elle revêt une brûlante actualité en notre début de XXIe siècle, qui connaît tout à la fois le triomphe et la crise profonde du néolibéralisme.
Penser notre situation historique avec la Révolution française
05.11.2015
Conférences

Penser notre situation historique avec la Révolution française

Dans une tradition où qualifier une situation d’historique est une manière de la nommer comme politique (Walter Benjamin, Jean-Paul Sartre) nous prendrons à bras-le-corps notre présent comme seul temps du politique et comme seul objet d’une histoire conséquente. Avant d’entrer dans le vif de notre sujet nous réfléchirons à la disparition de l’histoire de la Révolution française concomitante de celle de la réflexivité historique comme réflexivité politique, des années soixante aux années quatre-vingt-dix.
Styles de Freud
08.06.2015
Conférences

Styles de Freud

Dans ce séminaire, l’on tentera d’aborder l’œuvre de Sigmund Freud sous l’angle du style, des styles pluriels et successifs, des enjeux stylistiques relatifs à l’énonciation, la rhétorique, à des préoccupations génériques et formelles, à la mise en récit et à la question de la fiction. L’approche consistera à envisager le corpus freudien par le biais de la langue et de la grammaire, de la forme du discours et des modalités de l’argumentation et de la conceptualisation. On cherchera à « faire parler » certains textes de Freud depuis ce qui a priori ne retient pas son auteur au premier chef, ne le concerne qu’incidemment : la forme, les modalités de la composition et de l’écriture.
L’art de gouverner : conflits et composition des intérêts (XVIIe-XXe siècles)
02.06.2015
Conférences

L’art de gouverner : conflits et composition des intérêts (XVIIe-XXe siècles)

Tout en faisant l’éloge de Machiavel au sujet de son commentaire sur la nature positive des tumultes dans la Rome ancienne, Rousseau ne cesse de blâmer le conflit social comme l’un des obstacles majeurs sur la voie de l’intérêt général. L’unité et l’uniformité d’un tel intérêt sont à la fois un point d’arrivée et un point de départ pour la modernité politique. Ils sont le point d’arrivée de la tradition jusnaturaliste, qui s’était appliquée à faire sortir l’homme de la multiplicité de l’état de nature pour le faire rentrer dans la nouvelle dimension unitaire et artificielle de la politique. Ils sont aussi le point de départ d’un constitutionalisme qui s’efforcera, pour les siècles à venir, de neutraliser les conflits, tout en leur laissant une place plus ou moins théorique dans l’idée de pluralité et de contrôle réciproque comme seuls antidotes à tout despotisme.
Le séminaire de Sainte-Anne de Jean Oury : « Le dossier Oury-Félix »
12.01.2015
Conférences

Le séminaire de Sainte-Anne de Jean Oury : « Le dossier Oury-Félix »

Interrogeons la pensée de Jean Oury, au long de sa pratique à la Clinique de La Borde, et lors du séminaire de Sainte-Anne et du séminaire de La Borde.
Humain, posthumain, transhumain, surhumain, inhumain
07.01.2015
Conférences

Humain, posthumain, transhumain, surhumain, inhumain

Le séminaire proposé revêt une triple ambition. Analyser les courants transhumanistes en sortant de la vision caricaturale que l’on en donne habituellement. Aboutir à une compréhension assez fine de cette idéologie, pour percevoir sa cohérence d’ensemble, ses logiques pratiques (à la fois éthiques, sociales, politiques et économiques) et théoriques (arrière-fond épistémologique et métaphysique), mais aussi ses paradoxes. Analyser, à partir de la position transhumaniste, les débats bioéthiques, écologiques et théologiques qui, sous des filtres rationnels et (ou) religieux tendent parfois à imposer des dogmes indiscutables, engageant par exemple au culte d’un génome humain confinant au fétichisme comme si ce code biologique devait être éternel, ou d’une forme organique humaine qu’il faudrait absolument défendre pour d’obscures raisons identitaires ; ou alors engageant à voir non pas l’homme mais la nature comme une essence idéalisée dont la pureté ne saurait supporter l’action néfaste parce qu’artificielle des humains ; ou encore laissant le champ libre à des réinterprétations religieuses réactionnaires, par exemple sous formes de théologies créationnistes. Ces trois types d’attitudes (humaniste, naturaliste et théologique) n’étant que superficiellement éloignées les unes des autres.
Objets et échanges
18.12.2014
Conférences

Objets et échanges

Des objets interviennent aussi bien dans les rapports sociaux que dans le champ de la sexualité. « Objets-causes du désir » (et non pas objets du désir) chez Lacan, objets qui condensent des rapports sociaux sans avoir à les expliciter ou qui, au contraire, rendent illisibles et irréels ces rapports sociaux comme dans l’analyse du fétichisme de la marchandise chez Marx. La visée de ce séminaire est d’abord de pouvoir préciser, pour saisir mieux le statut des objets dans le monde contemporain, dans quels cas cette capacité des objets à condenser des relations sans avoir à les expliciter permet l’instauration des rapports sociaux et des rapports de désir, dans quels cas, au contraire, les objets font obstacle au développement effectif de ces rapports.
Henri Bergson, prix Nobel de littérature
20.10.2014
Conférences

Henri Bergson, prix Nobel de littérature

En 1927, le prix Nobel de littérature fut attribué à Bergson, habituellement considéré comme philosophe. Le séminaire se donne pour consigne de prendre à la lettre cette attribution et de lire l’œuvre de Bergson comme celle d’un écrivain. Il ne s’agira pas seulement d’être attentif au style, au vocabulaire, aux figures de cette œuvre, en effet remarquablement « écrite » (comme le disent souvent ses commentateurs qui pensent avec cette formule, avoir tout dit de son écriture), mais d’envisager aussi la question de son invention.
Lire la lettre, lire à la lettre
10.10.2014
Conférences

Lire la lettre, lire à la lettre

L’objet que nous nous donnons sera la lettre, en tant qu’elle fait trace et est prise dans l’économie de la marque, à l’origine d’une certaine définition de la « littérature ». On s’intéressera à tout ce qui fait lettre depuis le signe de ponctuation jusqu’à l’effet de sens et on prêtera une attention particulière aux conditions de sa lecture et de son interprétation à partir d’un corpus de littératures française et américaine d’écritures travaillées par la lettre : Nerval, Péguy, Proust, Apollinaire, James, Hawthorne, Thoreau, Poe.
Théorie des catégories et ontologie plate
10.06.2014
Conférences

Théorie des catégories et ontologie plate

En ouverture à la direction de programme que je propose sur la théorie des catégories et l’ontologie plate, ce séminaire sera consacré à la fois aux aspects introductifs et historiques de la théorie des catégories et, en parallèle, commencera l’étude des entités premières mises en jeu par les mathématiques et la métaphysique, et des distinctions, souvent disparates, de la chose et de l’objet. Le séminaire se veut un lieu de dialogue entre mathématiciens, physiciens impliqués dans les catégories et philosophes.
Penser contre. L'Amérique latine au miroir de la philosophie
02.06.2014
Conférences

Penser contre. L'Amérique latine au miroir de la philosophie

À la recherche théorique, Patrice Vermeren associe une longue expérience d’échange avec les pays d’Amérique latine. Devenu très proche de différents intellectuels de ces pays pendant les années des régimes militaires, il est sans doute le principal philosophe français à soutenir actuellement les centres de pensée et de recherche un peu partout en Amérique centrale et du sud. Connaissant personnellement ces deux époques (avant et après les dictatures), il est bien placé pour mettre en perspective la contribution de cette région du globe avec les enjeux de la philosophie à l’époque de la mondialisation. Tout d’abord, le dialogue nord-sud, notamment avec la France, invite à repenser l’héritage européen des Lumières. Comment cet héritage a-t-il d’abord été imposé aux pays colonisés ? Comment ces derniers se le sont-ils approprié, une fois qu’ils ont obtenu leur indépendance ?
L'entreprise comme objet de philosophie politique
26.05.2014
Conférences

L'entreprise comme objet de philosophie politique

« Après tout, tous comptes faits, pourquoi pas une "philosophie de l'entreprise"? (…). Dans la mesure où elle n'est pas seulement objet pour les techniciens et les économistes, mais elle est aussi une lieu de tâches et de conduites, individuelles et collectives, obligatoirement soumises à des règles, il est possible et important de la soumettre à un examen critique et normatif, donc authentiquement philosophique. » Le programme de cette première année de séminaire part précisément de ces mots de Georges Canguilhem : une philosophie critique de l'entreprise est-elle possible, et à quelles conditions ?
Ecouter le direct
Le direct