retour en haut de page
 Cultures d'islam

Cultures d'islam | 12-13

Syndiquer le contenu par Abdelwahab Meddeb Le site de l'émission
Emission Cultures d'islam

le vendredi de 15h à 16h

Ecoutez l'émission 58 minutes

De l’athéisme en terres d’islam

18.01.2013 - 15:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

 

Réalisation : Laetitia Coïa  


 

Un phénomène nouveau se manifeste surtout à travers le web : ce sont les jeunes des pays d’islam qui déclarent leur athéisme, sinon leur défiance à l’égard de la croyance. Nous recevons l’un d’eux, Ghazi Béji, devenu célèbre avec son compagnon Jaber Mejri, comme étant « les deux athées de Mahdia ». Le fait d’avoir rendu public leur athéisme a engendré un procès ; ils furent condamnés chacun à sept ans et demi de prison. Ghazi Béji a réussi à quitter le pays pour se retrouver en Europe tandis que son complice est en train de purger sa peine dans des conditions de détention scandaleuses. Il constitue le premier prisonnier politique et d’opinion de la Tunisie post-dictatoriale.

Ce phénomène nouveau est à inscrire dans cette nouvelle ère où le désir de liberté rayonne et éclaire la jeunesse arabe et islamique qui ose prendre tous les risques et secouer un édifice encore théo-centré et profondément conservateur. En fait, ces cris de révolte révèlent la volonté de détruire le système patriarcal qui fige ces sociétés. Et Randa Kassis a déclaré son athéisme à travers l’écrit littéraire et journalistique où elle dénonce la prégnance des tabous et l’ombre des totems dans les sociétés structurées par la référence islamique. Sa présence sur le web l’amène à constituer un carrefour vers lequel converge cette jeunesse révoltée qui se constitue en communauté très active sur la toile. Quant à Tewfik Allal, il est un militant associatif de la première heure. Algérien, il  a aidé et encadré nombre de réfugiés politiques, surtout à l’époque de la décennie noire, celle des années 1990 qui avait ensanglanté son pays d’origine ; il est le coordinateur du Manifeste des libertés, et c’est au nom de la défense des libertés qu’il s’engage auprès de ces jeunes révoltés, surtout lorsqu’ils proviennent du Maghreb (comme Ibtisem Lashgar, Zeineb al-Ghizwi, Nejib Shawqi, Mohamed Soqrate, Nizar Ben Namat, Kacim al-Ghazali, etc.).

Nous avons demandé à Jean-Luc Nancy d’intervenir sur ce sujet en tant que philosophe qui a pensé la question de l’athéisme ; il la voit émerger au cœur même du dispositif du Dieu Un (en somme la thèse peut être formulée ainsi, en son tranchant paradoxal : « le monothéisme est un athéisme »). Nancy s’interroge aussi sur la vérité de la croyance qui gît dans le secret des cœurs chez ceux qui utilisent la religion pour agir en politique, surtout auprès de peuples encore marqués par l’adhésion à la religion en tant que superstition construite sur le châtiment et la promesse, la punition et la récompense, l’enfer et le paradis. Jean-Luc Nancy estime encore que ces cris qui fusent de la jeunesse arabe constituent une rupture irréversible et ouvrent la voie à la recherche d’une communauté d’un nouveau genre, point qui  rencontre un véritable enjeu philosophique, qui se pense depuis Blanchot, avec Derrida, Agamben et d’autres.

Nous avons aussi ponctué notre échange par la lecture d’extraits du pamphlet contre les prophéties écrit en arabe par Razi (le Rhazes des Latins), le fameux médecin et philosophe du Xe siècle, qui estimait que les prophètes n’ont apporté que violence et guerre ; par contre, lui, en tant que médecin, héritier vigilant et critique de Galien, l’améliorant, il rend des services bien plus éminents à l’humanité en disposant d’une science et d’un savoir-faire qui soulagent et sauvent.

La présence de cette voix médiévale est destinée à rappeler que la tradition culturelle islamique a connu des esprits libres qui osent affronter les tabous et briser les totems.

 

Bibliographie :

Vous trouverez le texte d’Abû Bakr Razi (864-924) traduit par nos soins dans La plus belle histoire de la liberté, Points/Seuil, 2009. 

De Jean-Luc Nancy nous rappelons les ouvrages suivants : La communauté désoeuvrée, Christian Bourgois, 1986 ;   Un jour les dieux se retirent, William Blake & Co, 2001 ; La communauté affrontée, Galilée ; La Déclosion (Déconstruction du christianisme 1), Galilée ; L’Adoration (Déconstruction du christianisme, 2), Galilée.

De Randa Kassis, nous signalons son livre paru en arabe Sawârîb al-Âliha (Les Coulisses des dieux) et certains de ses articles toujours en arabe : Hudhyân ar-rusul (Le délire des prophètes), al-‘Uçâb lidhî rijâl ad-Dîn (La névrose des muftis), Ruhâb al-Ilhâd (La phobie de l’athéisme), Ilâ yawm al-Bakûra (Vers le jour de la défloration).

Nous donnons aussi le lien qui vous met en contact avec le site du Manifeste des libertés que coordonne Tewfik Allal   http://www.manifeste.org

Et pour ce qui concerne Ghazi Béji, voir l’article d’Isabelle Mandreau, « l’errance d’un blasphémateur » paru dans Le Monde daté du 11 octobre 2012 ; voir aussi la page de soutien aux athées de Mahdia :

fr-fr.facebook.com/soutien.athees.mahdia

Invité(s) :
Jean-Luc Nancy, philosophe
Randa Kassis, anthropologue et journaliste, présidente du Mouvement de la société pluraliste
Tewfik Allal, militant associatif, coordinateur du Manifeste des libertés
Ghazi Béji, réfugié politique

Thème(s) : Idées| Idéologie| Religion| athéisme| croyances