retour en haut de page
Cultures monde

Culturesmonde | 12-13

Syndiquer le contenu par Florian Delorme Le site de l'émission
Emission Culturesmonde

du lundi au vendredi de 11h à 11h50

Ecoutez l'émission 49 minutes

De la mer à la toile : les pirates d’aujourd’hui (2/3) - Les partis pirates à l’assaut de l’Europe

07.11.2012 - 11:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Pierre Mounier © Radio France

Le premier parti pirate a été lancé en 2006, en Suède. Il compte déjà deux députés au Parlement européen et des dizaines d’élus locaux, de conseillers municipaux, régionaux. Depuis, le parti pirate s’est étendu au reste de l’Europe. On le retrouve en Allemagne, en Autriche, en Belgique, en Pologne, en Espagne et même en France.

Les militants pirates revendiquent la liberté de partage des données numériques, y compris celles qui sont protégées par le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Ils sont favorables à la protection des données privées, la lutte contre le fichage des internautes. Leur programme est donc essentiellement tourné vers le domaine du numérique, de l’internet, des nouvelles technologies. D’où cette question : les partis pirates constituent-ils un réel mouvement politique? Ont-ils les épaules pour embrasser l’ensemble des questions sociales, politiques et économiques auxquelles un parti aux affaires doit faire face pour conduire un pays?

 Les Partis « pirates »... Comme un pied de nez aux industries de la culture qui dénoncent le téléchargement illégal et le « piratage » des œuvres culturelles. Le nom laisse déjà entendre que la démarche s’inscrit dans une opposition aux partis « traditionnels », dans une contre-culture politique qui cherche aussi à penser un nouveau mode d’organisation du processus démocratique.

Pourquoi donc se lancer dans l’arène politique si l’on fait le constat que le champ de la politique traditionnelle n’est plus pertinent? Comment expliquer l’émergence de ces partis pirates ? De quoi sont-ils le symptôme? Comment sont-ils organisés? Sont-ils nés pour durer? Ou s’évanouiront-ils broyés par les institutions politiques nationales et internationales?

 

 

Invité(s) :
Pierre Mounier, candidat du parti pirate français aux élections législatives dans la 15e circonscription de Paris, membre de la coordination nationale du parti pirate, professeur à l’EHESS, directeur adjoint du CLEO, centre pour l’édition électronique ouverte.
Amelia Andersdotter, députée européenne, rapporteur de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie au Parlement européen.
Pascal Gloor, vice-président du Parti Pirate suisse, il a participé au lancement du Parti Pirate international.

Thème(s) : Information| Europe| Parti Politique| ACTA| circulation des données| droits d'auteur| Hadopi