retour en haut de page
 Du grain à moudre

Du Grain à moudre│09-10

Syndiquer le contenu par Julie Clarini, Brice Couturier Le site de l'émission
Emission  Du grain à moudre

du lundi au jeudi de 18h20 à 19h

Sommes-nous naturellement gentils ?

10.05.2010 - 18:20

Emission en partenariat avec le magazine Books

Il y a deux façons de voir nos enfants. L’une que ne renierait pas la Comtesse de Ségur : nos petits sont d’infâmes tyrans domestiques, d’atroces pervers polymorphes, qu’il faut mater. Le sens du bien et du mal ne s’inculque qu’à coup de martinet et de cabinet de pénitence. L’autre y voit des anges, version Jacques Rousseau, des agneaux pervertis par une mauvaise éducation et la vie en société ; car l’homme à l’état sauvage est spontanément bon.

Que ces deux visions nous soient si familières, bien que totalement opposées, ne lasse pas d’étonner : elles sont alternativement convoquées soit qu’il s’agisse de porter sur l’enfance le regard indulgent qu’elle mérite, soit au contraire qu’il faille réclamer autorité et fermeté.

Dans le dernier numéro de Books, un dossier passionnant rassemble quelques unes des dernières réflexions des chercheurs sur le sujet. « Si l’homme est bon, pourquoi est-il méchant ? » s’interroge son rédacteur en chef, Olivier Postel-Vinay. Car, à lire les contributions des uns et des autres, l’homme possèderait des facultés innées de jugement moral, des sentiments naturels, qu’il partagerait en partie avec d’autres animaux. L’empathie et l’altruisme seraient loin d’être spécifiquement humains et loin donc de nécessiter un raisonnement conscient. La victoire de Hume sur Kant, dans un match arbitré par Darwin, en quelques sorte… 

Mais qu’est-ce que cette morale dont on nous dit qu’elle possède un substrat biologique ? Pourquoi ces facultés auraient-elles été sélectionnées par la nature ? N’est-il pas aussi dangereux de proclamer l’homme génétiquement bon que génétiquement méchant ?

 

Invité(s) :
Nicolas Baumard, philosophe, chercheur à l'Institut d'anthropologie cognitive et évolutionniste de l'Université d'Oxford
Sylviane Giampino
Hervé Chneiweiss, neurobiologiste et neurologue, président du Comité d’Ethique de l’Inserm, directeur du Laboratoire de Neurosciences de Paris-Seine

Thème(s) : Information| Philosophie| Sciences