retour en haut de page
Du Grain à moudre

Du Grain à moudre│11-12

Syndiquer le contenu par Hervé Gardette Le site de l'émission
Emission Du Grain à moudre

du lundi au jeudi de 18h20 à 19h

Ecoutez l'émission 39 minutes

A quoi servent les menaces contre l'Iran ? 10

08.11.2011 - 18:20 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureaudio

Suivez nous aussi sur :

 

 

 

 

Freddy Eytan, Alain Gresh, Pierre Conesa ©Radio France/Pierre Lepoutre

C’est ce qui s’appelle souffler le chaud et le froid. Avant-hier, intervenant à propos du programme nucléaire iranien, le président israélien Shimon Pérès évoquait « la possibilité d’une attaque militaire contre l’Iran », considérant cette possibilité comme « plus proche qu’une option diplomatique ».

Ce matin, changement de ton. Cette fois, c’est Ehud Barak, le ministre de la Défense, qui parle : « il est irresponsable et démagogique d’effrayer l’opinionnous ne voulons pas de la guerre ».

Ces déclarations, sans doute moins contradictoires qu’il n’y parait, n’ont pas été faites au hasard. Elles interviennent alors que l’Agence internationale de l’énergie atomique s’apprête à publier un nouveau rapport consacré à l’Iran. Rapport qui, selon des fuites, permettrait de conclure que Téhéran a bien l’intention de se doter de l’arme nucléaire.

Ce qui est indéniable, c’est que les dirigeants iraniens s’intéressent depuis longtemps à cette technologie. Ainsi le Shah, dans les années 60. Mais ce n’est que depuis le tournant des années 2000 que cet intérêt, en partie concrétisé dans les faits, est perçu comme une véritable menace pour la paix dans la région, et la paix dans le monde.

Depuis, à intervalles plus ou moins réguliers, il est question de sanctions internationales contre le régime des mollahs, plus ou moins appliquées, et pas très efficaces si l’on en juge par la situation actuelle. Au point qu’on peut se demander si elles ont la moindre utilité. Sauf à considérer que la pression internationale qui s’exerce depuis plusieurs années contre l’Iran poursuit d’autres objectifs. A quoi servent les menaces contre l’Iran ?

 

Ecoutez le contrepoint de Julie Gacon, par ailleurs notre archive INA du jour. En 1957 au Collège de France, l'orientaliste André Dupont-Sommer revisite les origines mythologiques des relations israélo-iraniennes.

Lecture
 
 

Invité(s) :
Alain Gresh, directeur adjoint du Monde diplomatique
Freddy Eytan, diplomate israélien et ancien ambassadeur, directeur du Centre des affaires publiques et de l’Etat (CAPE) à Jérusalem
Pierre Conesa, essayiste, écrivain et historien

Thème(s) : Idées| Géopolitique| Proche Orient| Iran| nucléaire

10 commentaires

Portrait de Anonyme Louise17.11.2011

Bonsoir,
Oui, il faudrait leur demander.
En tant qu'auditeuse, je vous ai entendu ponctuer le propos d'Alain Gresh pour voler au secours de l'état israélien:
« Vous mettez au même niveau une dictature et une démocratie, Freddy Eytan, je vous laisse répondre »
Lorsqu'Alain Gresh explique qu'il ne peut faire confiance en des agences qui s'étaient fortement trompés lors de la guerre contre l'Irak.
Vous lui répliquez : « mais alors vous faîtes confiance à qui dans ce cas-là ? »
C'est ben vrai ça, si on ne peut plus faire confiance à des menteurs à qui se fier!
Vous semblez tenir à l'argument développé par Freddy Eytan de la guerre entre Chiites et Sunnites qu'Alain Gresh conteste, vous ponctuez son intervention par un :
« enfin , on pourrait vous rétorquer que la guerre entre l'Iran et l'Irak, c'était aussi une guerre contre un pays à majorité sunnite contre un pays à majorité chiite .
Je vous ai entendu interrompre Pierre Conesa : « N'oubliez pas que c'est sur Obama que je vous ai posé la question"
Puis lorsqu'il explique la manœuvre de Netanyahu par rapport à Obama, vous jubilez : « mais c'est très habile , ça, on ne peut pas reprocher finalement à la diplomatie israélienne de jouer ce jeu-là"
Vous ne laissez pas non plus Pierre Conesa développer son argumentation sur l'interruption d'Alain Gresh par Freddy Eytan qui employa les termes "lobby juif", pour très vite dire : «le mot antisémitisme n'a pas été prononcé»
Vous n'aviez posé aucune question à Freddy Eytan sur le rôle de la France, il ne cessa de s'en prendre à notre si beau pays : Khomeiny était en France, c'est dans un avion d'Air France qu'il est rentré en Iran;
Le nucléaire irakien venait de France.
La France a mal voté pour l'entrée de la Palestine à l'ONU....
Mais là vous ne le recadrez pas.
Alain Gresh et Pierre Conesa sont de fins analystes, vous nous devez une émission où ils pourraient développer leurs argumentations sans être interrompu chaque minute.
Sincères salutations

Portrait de Anonyme Louise10.11.2011

Il aurait fallu donner davantage la parole à Alain Gresh et Pierre Conesa pour qu'ils expliquent "A quoi servent les menaces contre l'Iran ?".

J'ai eu l'impression que Hervé Gardette a tendu un guet-apens à Alain Gresh et Pierre Conesa pour offrir une tribune à Freddy Eytan, diplomate israélien qui a débité la propagande usuelle.

Peu de place pour parler de la politique intérieure israélienne , les manifestations sociales, Pierre Conesa a juste eu le temps de glisser ces mots-là,mais n'a pu développer.

Qui a pu parler du poids politique des colons ?

alors "A quoi servent les menaces contre l'Iran ?"

"l'émission, s'est terminée de façon tout à fait cordiale.", bien sûr Alain Gresh et Pierre Conesa sont des honnêtes hommes.

Portrait de HG HG10.11.2011

Bonjour,

Je ne voudrais pas m'exprimer à la place d'Alain Gresh et Pierre Conesa mais je doute qu'ils aient eu le sentiment d'être pris dans un guet-apens. Le but de l'émission n'est pas de pencher pour un camp ou pour un autre mais de laisser des points de vue différents s'exprimer.

Portrait de Anonyme Boris09.11.2011

Alain Gresh semble ignorer (feint d'ignorer ? ) que "Juif" ne correspond pas à une religion mais à un peuple. Le peuple "Juif".
Le peuple Juif ne se limite pas à Israël mais englobe l'ensemble de la Diaspora.
Dans leur grande majorité, les Juifs ne sont pas religieux, y compris en Israël.
Alain Gresh a manifestement intériorisé la notion de peuple "Palestinien". Celle de peuple "Juif" lui est étrangère...

Rappelons que si l'Iran est l'ennemi déclaré d'Israël, cela se manifeste très concrètement par la fourniture d’armement et en particulier de missiles au Hezbollah libanais et au Hamas à Gaza.
Au delà des discours vengeurs d'Ahmadinejad, Israël a donc des raisons très objectives et pragmatiques de classer l'Iran comme un ennemi et de redouter qu'il ne s'équipe de l'arme atomique.

Enfin, France et Etats-Unis ont également quelques raisons objectives de considérer l'Iran comme un ennemi. Outre qu'ils sont respectivement désignés comme Petit Satan et Grand Satan par rhétorique fleurie des mollahs, ces deux pays ont été au cours des années la cible de campagnes d'attentats commanditées par l'Iran.

Portrait de Anonyme YvesT09.11.2011

Comme toujours sur toutes les radios, toutes les télés,les mêmes phrases propagandistes et mensongères ressorties régulièrement.
"Israël seule démocratie de la région" Le vote ne suffit pas a faire une démocratie, Israël sera une démocratie quand arabes et juifs auront les mêmes droits sur son territoire et que cet état cessera la colonisation et l'occupation de terres.
"L’Iran veut rayer Israël de la carte... " On sait aujourd'hui que la traduction de cette phrase a été déformée mais on se refuse à la corriger.
Il parlait du "régime sioniste" occupant Jérusalem. Ça ne veut pas dire la même chose. Ceux qui voulaient la disparition de l'aparteid ne voulaient pas rayer l'Afrique du sud de la carte que je sache.
D'autre part effectivement Freddy Eytan n'a pas accusé Alain Gresh d'antisémitisme mais il l'a pensé tellement fort que tout le monde l'a entendu.

Portrait de Anonyme BROCHARD08.11.2011

Quelle est la "légitimité" d'un Etat totalitaire et terroriste ? A fortiori sa légitimité à se doter d'armes de destruction massive ? Quelle était la légitimité de Staline à se doter de la bombe atomique ? La légitimité d'Hitler à remilitariser l'Allemagne ? Et si l'Etat iranien est si légitime, quelle est la légitimité des centaines d'étudiants iraniens tués, torturés, emprisonnés pour avoir protesté contre cet Etat "légitime" ?

Portrait de Anonyme chesneau08.11.2011

Pitié Monsieur le journaliste.
Vieux magistrat à la retraite dont le cancer incurable compte les jours, je ne voudrais pas connaître la montée de ressentiments atteignant une communauté particulière. Juge, je ne connaissais que les lois de la République que j’essayais d’appliquer avec le plus d’équité possible à chaque justiciable qui comparaissait devant moi, quelques-soit, comme il est dit, sa nation, sa race ou sa religion.
Votre émission de ce soir m’a mis mal à l’aise.
Un intervenant israélite n’avait d’autre discours que de disqualifier ses contradicteurs en éludant le débat sur le nucléaire iranien sous la sourde accusation d’antisémitisme.
Je serais pour ma part totalement incapable de la moindre violence et de la moindre discrimination mais je ne supporte pas que les souffrances atroces de juifs victimes de la folie des hommes deviennent dans les mains de leur descendance un instrument de terrorisme intellectuel.
Je saurai quant à moi raison garder quand la grandeur de l’occident et en particulier de la France doit beaucoup à l’intelligence, à la créativité et à la dimension humaine de juifs dont le raffinement a peu d’égal dans le monde contemporain. Je ne suis pas sûr que beaucoup de mes concitoyens puissent avoir la force de caractère de réfléchir de la sorte.
Donnez-moi à entendre des israéliens sensés comme j’imagine qu’il en existe de nombreux qui puissent me rassurer sur l’avenir du Proche Orient pour que ce petit point du globe ne devienne pas le détonateur du choc des civilisations.

Portrait de HG HG08.11.2011

Merci pour votre message, mais permettez-moi d'apporter une précision importante : Freddy Eytan n'a pas prononcé le mot d'"antisémitisme" lors de l'émission, laquelle, rassurez-vous, s'est terminée de façon tout à fait cordiale.

Encore merci pour votre écoute ainsi qu'à tous les contributeurs du jour...

Portrait de Anonyme Anonyme08.11.2011

Je viens d'écouter la presque totalité de votre émission de ce soir, et j'ai entendu Freddy Eytan, me semble-t-il, manier la réthorique de la disqualification à l'endroit de Alain Gresh. C'est habituel chez les supporters d'Israel de recourir à tels stratagèmes pour intimider- menaçant du préjugé antisémite ou autres du genre- quiconque prend une position politique qui n'a pas l'heur de leur convenir. Le procédé est grossier et ne fait pas honneur à ceux qui y recourent, pourtant il continue à produire un effet d'interdit de penser ou d'exprimer une opinion adossée à des arguments.
Ainsi, seule la passion a cours s'agissant d'un débat sur Israel dans ses relations avec ses voisins, et on joue sur la culpabilité des occidentaux pour installer un climat de censure...
Le racisme comme politique active de l'Etat d'Israel contre les Palestiniens est illustré par les humiliations, les propos racistes ou racialistes de bien des hommes politiques depuis fort longtemps, les bombardements, etc... Tout cela est réel. Bref, pendant que des menaces imaginaires sur Israel sont brandies, les violences bien réelles d'Israel sont à l'oeuvre au quotidien.

Portrait de Anonyme bernard CORNUT08.11.2011

La "bonne relation" d'Israêl avec le SHAH a permis les accords secrets de juillet 1972 SAVAK-CIA-MOSSAD à Téhéran pour relancer, après la nationalisation de l'IPC le 1/06/1972, les troubles au nord d'Iraq, où ça s'était calmé par le "manifeste" du 11 mars 1970. Ref. rapport du Sénateur PIKE au président CARTER sur les "Covert operations" de la CIA.

Cette "relation" avait été établie grâce à la manipulation organisée par le MAE Moshe SHARETT en 1950-51 envers Tabatabaï qui allait être élu, et faire reconnaitre Israël de facto (ref. article précis de ME Journal The Israeli-Iranian connection".

La frappe sur OSIRAK en juin 81 a surtout permis de faire réélire BEGIN (LIKUD) qui avait commandé l'opération avec des mensonges pour l' imposer et imposer son moment 2 semaines avant les élections en Israël (lire Two minutes over Baghdad" par le colonel commandant d'escadrille qui, réalisant ces mensonges au vu des communiqués du CEA, a refusé de serrer la main de Begin venu ensuite à la base aérienne de Tel Nof).