retour en haut de page
Du Grain à moudre

Du Grain à moudre

Syndiquer le contenu par Hervé Gardette Le site de l'émission
Emission Du Grain à moudre

du lundi au jeudi de 18h20 à 19h

Ecoutez l'émission 39 minutes

Crise de la presse : faut-il encore former des journalistes ? 6

28.11.2013 - 18:20 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

On connaissait la crise de la quarantaine mais celle qu’est en train de traverser Libération est particulièrement sévère.

Le journal, fondé en 1973, va mal : diffusion en chute libre, jusqu’à 30 % de moins pour les ventes en kiosques depuis le début de l’année. Si le recul enregistré par Libé est sans équivalent dans la presse quotidienne, son cas n’est pas isolé. Aujourd’hui en France, Le Parisien, Le Monde, Le Figaro…mis à part La Croix, tous les titres nationaux sont en crise : une baisse moyenne des ventes de 7,1% sur les 9 premiers mois de l’année.

Et il suffit de jeter un œil aux chiffres de l’OJD pour constater que toute la presse, nationale comme régionale, quotidienne comme périodique, est concernée.

Jean Stern, Nathalie Sonnac et Denis Huertas JCF © Radio France

Dans ces conditions, est-il bien raisonnable de continuer à former toujours davantage de journalistes ? Ils sont 500 chaque année à intégrer une des écoles reconnues par la profession. Mais c’est compter sans les autres formations, plus ou moins universitaires, plus ou moins privées, plus ou moins sérieuses. Les vocations, certes, ne manquent pas, mais les débouchés, eux, se font rares. En Belgique, la plus vieille école du pays a justement fermé ses portes fin septembre, faute de pouvoir assurer à ses étudiants un avenir dans le journalisme qui ne soit pas seulement un avenir précaire. Un exemple à suivre en France ?

 

Suivez-nous aussi sur :

Invité(s) :
Nathalie Sonnac, économiste, directrice de l'IFP
Jean-François Dumont, journaliste, secrétaire général adjoint de l’Association des Journalistes Professionnels (Belgique)
Denis Huertas, journaliste, directeur général associé du groupe Paris Normandie
Jean Stern, journaliste

Thème(s) : Idées| Crise| Médias| Presse Ecrite| Travail| journalistes

6 commentaires

Portrait de Anonyme Axel02.12.2013

Bonjour
Je trouve que le débat a fait l'impasse sur le sujet fondamental: les écoles de journalistes sont peut-être tout bonnement inutiles voire nuisibles.

On a besoin de journalistes compétent en économie, droit, sciences etc... qui ne s'apprennent pas vraiment en école de journalisme. L'aspect technique peut être appris sur le tas ou en formation continue.

Supprimer les écoles de journalisme serait peut-être le meilleur service à rendre à la profession.

Il y a aussi le problème du pluralisme qui dépasse le cadre de la formation des journalistes.

Portrait de Anonyme Arthur03.12.2013

Pas d'accord avec votre commentaire, Axel. La connaissance d'un domaine est une chose. Savoir le vulgariser et surtout faire des enquêtes / reportages dignes de ce nom en est une autre. Ces techniques, parmi d'autres, valent la peine d'être enseignées. Car je vous assure que ce n'est pas forcément en travaillant dans une boite qu'on apprend ce qu'on devrait faire ... preuve en est dans tellement de boites informatiques qui "oublient", pour X raisons, des principes élémentaires tel que passer de vrais tests avant de livrer du code ...

J'ai aussi la conviction que la déontologie s'apprend le mieux en-dehors des pressions du terrain professionnel ; libre à chacun par contre d'appliquer ces principes sur le terrain.

Bref, s'il est probable qu'un "ménage de printemps" sur la manière d'enseigner des écoles de journalisme se trouverait dans certains cas le bienvenue, définir l'école de journalisme comme "nuisible" comporte autant de non-sens que la déclaration "supprimer les écoles d'ingénieur serait le meilleur service rendu à la nation".

Portrait de Anonyme Anonyme01.12.2013

Crise de la presse : faut-il encore former des journalistes ?

Réponse: non, des stagiaires suffisent...

Portrait de Anonyme Nicolasticot28.11.2013

Personnellement, depuis que j'ai vu "les nouveaux chiens de garde", j'ai beaucoup moins donné mon argent aux groupes de Libé et de Le Monde.

J'ai voulu l'acheter tout de même un jour (Libé) pour une information particulière, et on m'a obligé à acheter avec un supplément horrible bourré de pub... No franchement, ce n'est pas sérieux. Je suis triste de ce qui leur arrive mais d'un côté, ils l'ont cherché !

Portrait de Anonyme mimi28.11.2013

Libération est devenu 1 journal de bobos.
Je suis agricultrice : au printemps 2013 je suis allée au salon de l'agriculture à Versailles et à Villepinte. J'étais émerveillée par le niveau élevé de ces 2 salons! Et libération qui avait été au salon titrait en lettres énormes : "Et le bio ds tout ça?"
Je fais du bio et du conventionnel et j'ai trouvé ce titre minable et d'1 banalité à pleurer....
Mireille

Portrait de Anonyme chausson28.11.2013

bonsoir Hervé, tu réalises ta question ? Chacun dans son coin se fait une idée de ce qui se passe en France, en Europe, dans le monde, sans bouger de chez soi ! Un son de cloche semble suffit ! Même si vous avez pour la plupart un cursus cousin des politiques, pour ceux que j'exploite ( Le canard enchaîné, le Diplo, médiapart, la matinale de culture, le 13 de F.inter, le journal d'Arte, le 28 ", J'ai une certaine consistance pour trouver des arguments, me forger une opinion argumentée, sans jamais se permettre d'être censeur, m'imposant tout le temps d'avoir du recul dans la réflexion, une remise en cause, sinon une remise en question, chacun a son esprit, ses acquis, pour réfléchir, restons simples, vrais, respectueux du genre humain, de toutes les formes de vie sur TERRE, de notre support que je viens de citer, et tout ira peut être moins mal , pour le meilleur des mondes sur notre bonne vieille TERRE, merci aux gens de bon sens, dans cette direction, et pour ceux qui ce préoccupent de cet essentiel, Merci "Les journalistes" ( Pas tous !)Cordialement Phil

PS J'ai horreur de la "Presse partisane" Libé, Le figaro...)

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.