retour en haut de page
Du Grain à moudre

Du Grain à moudre│11-12

Syndiquer le contenu par Hervé Gardette Le site de l'émission
Emission Du Grain à moudre

du lundi au jeudi de 18h20 à 19h

Ecoutez l'émission 39 minutes

Illettrisme : l'école a-t-elle décroché ? en partenariat avec la Fondation SNCF 9

27.03.2012 - 18:20 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureaudio

Suivez-nous aussi sur :

 

 

 

Voilà un sujet dont on imagine mal qu’il soit autre chose que consensuel, y compris en période électorale : la lutte contre l’illettrisme. Un combat qui a bien failli obtenir le statut de Grande cause nationale 2012. Ce qui n’aurait rien eu d’illégitime : l’illettrisme touche aujourd’hui 9% de la population des 18-65 ans, soit un peu plus de 3 millions de personnes.

Lutter contre ce que d’aucuns considèrent comme un véritable handicap social, c’est d’abord éviter d’y entrer. Le rôle de l’école est donc prépondérant. En juillet dernier, le ministère de l’Education lançait un plan de prévention contre l’illettrisme.

Son premier mot d’ordre est la nécessité d’agir dès la maternelle, selon le principe que plus un problème est détecté tôt, meilleure sera la réponse apportée. Les candidats à l’Elysée s’accordent d’ailleurs sur la nécessité de donner la priorité aux savoirs fondamentaux : lecture, écriture, calcul, dès le début de la scolarité.

Est-ce à dire qu’aujourd’hui, ce n’est pas le cas ? Que l’école, en négligeant le terrain des compétences élémentaires, aurait une part de responsabilité dans la production d’illettrés ? Une question qui conduit à interroger, notamment, les outils pédagogiques, et leur efficacité. Illettrisme : l’école a-t-elle décroché ? Une émission en partenariat avec la Fondation SNCF

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4

 

Alain Bentolila, Marie-Thérèse Geffroy, Eric Favey G LOMBARD ©Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et le contrepoint de Julie Gacon.

Stella Baruk J GACON ©Radio France

Peut-on parler d'illettrisme dans le domaine des mathématiques ? Oui si l'on considère qu'elles sont une langue. Une sorte de 2e langue dont il faudrait saisir le sens.

Cela fait plus de 30 ans que Stella Baruk alerte sur la confusion induite par l'école.

Elle vient de publier "Mes premières mathématiques" chez Magnard.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lecture
 
 

 

Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

 

 

Invité(s) :
Alain Bentolila, professeur de linguistique à l'université Paris-V-Descartes
Marie-Thérèse Geffroy, présidente de l'ANLCI (Agence nationale de lutte contre l'illettrisme)
Eric Favey, secrétaire général adjoint de la Ligue de l'Enseignement

Thème(s) : Idées| Débat| Ecole| Education| Idées| Société| illetrisme

9 commentaires

Portrait de Anonyme baret01.04.2012

ma fille qui fait actuellement du soutien bénévole remarquait très
justement qu'avant de faire ses devoirs , il leur faudrait avoir compris
des notions simples psa connues de tous n, c'est dommage, pour eux (ex:
chiffres consécutifs, les "connecteurs Logiques!!!en français __niveauc
collège__ dé qués aco ? (ça c'est du patois dechez moi!!! comment
voulez vous que les élèves fassent correctemet leurs devoirs , s'ils ne
comprennent pas la demande et surtout n'osent point dire , QU'ILS N'oNT PAS
COMPRIS !??

Portrait de Anonyme baret01.04.2012

j'écoute avec bien de l'intêret , car il me revient les difficultés
que j'ai pu déceler pâr exemple, au cours de petites réunions de
paroisse (responsable de huit enfants chez moi, en compagnie et avec l'aide
d'une autre maman ) donc avoi repéré les difficultés de lecture d'enu
enfant , et d'y avoir en quelque sorte essayé de remédier en liu donnant
le temps ( plus facile qu'à lécole) de lire son morceau de texte
religieux (qui soi dit en passant , passionnait tous les enfants CMI CE2 )
comme chacun de ses camarades , et que les copains attendaient
attentivement qu'elle ait participé et ...leur propre tour de LIRE A
HAUTE VOIX POUR PARTAGER ET S'INSTRUIRE. c'était maerveilleux et combien
après ils aimaient redire en déssin ce qu'ils avaient compris !!!!
continuez , merci

Portrait de Anonyme Alain NICOLAS01.04.2012

J'enseigne en lycée.
J'ai écouté cette émission en voiture. Elle est entrée en résonance avec certains de mes constats. Elle m'a apporté des informations et des éclairages très riches sur le sujet.
J'avais décidé de reprendre en classe quelques très courts extraits pour faire bénéficier les élèves d'une analyse extérieure, et les aider à surmonter des difficultés récurrentes (par exemple : donner du sens à un texte à partir de quelques mots picorés à la volée).

Quelle déception ce matin : L'écoute que je voulais plus attentive avec prise de notes s'arrête après 16 minutes, le téléchargement aussi.

L'interruption à trente minutes déjà signalée dans d'autres commentaires faisait référence à une situation enviable.

le grain à moudre, la farine.... le vent sans doute !

Un espoir ?

En tout cas merci pour tout ce bon grain à moudre.

A.N.

Portrait de HG HG01.04.2012

Bonjour,

Je suis vraiment désolé de ces problèmes de réécoute. Je viens de faire le test en naviguant dans les différents moments de l'émission et tout semblait fonctionner correctement. Peut-être qu'une nouvelle tentative sera plus fructueuse...

Portrait de Anonyme orchidée31.03.2012

C'est passionnant surtout quand on se rend compte qu'on n'a pas eu la chance d'être reconnue comme ayant des difficultés. J'aurais aussi aimé avoir TOUTE l'émission.Elle s'est interrompue au bout de TRENTE MINUTES.

Portrait de Anonyme L'eau vive !28.03.2012

J'ai voulu écouter votre excellente émission sur les intermittents du 21 février...Et à 15'34'' le fil s'est interrompu ! Hélas!
Pensez-vous pouvoir résoudre ça prochaînement ?
Merci !

Portrait de Anonyme Sophie CAMBON27.03.2012

Emission très intéressante entendue partiellement malheureusement. J'ai l'impression qu'il y a deux types d'enfants en difficulté. Ceux qui ne suivent pas et décrochent. Ceux qui suivent trop vite et décrochent aussi : ils s'ennuient de faire et refaire les mêmes choses qu'ils ont compris du premier coup. J'ai entendu qu'on pouvait repérer dans une classe des enfants qui ont le même type de difficultés (sous entendu les illettrés) et qu'on pouvait cibler des moyens sur ces enfants-là. Et pourquoi pas donner une mission aux enfants précoces qui s'ennuient ? Pourquoi pas des binômes dans lesquels un enfant qui comprend vite prend en charge un camarade de classe qui peine ? Il lui expliquerait avec ses mots à lui. Ses mots d'enfants. Cela peut-être une piste pour les enseignants qui cherchent des idées pour enseigner à tous, dans des classes très chargées ou moins nombreuses.

Portrait de Anonyme Véronique PASSOS27.03.2012

Merci pour cette émission, cela fait du bien d'entendre des personnes qui ont un discours calme et intelligent sur ce sujet. Je partage leurs analyses dans ma pratique au quotidien auprès de personnes en grande difficulté sociale et professionnelle.

Portrait de Anonyme isabelle (anonyme)27.03.2012

J'ai une extraterrestre, née en 1988, à l'école très tôt et soif de savoir.1 an d'avance, pas allée plus loin que la 3ème.un rejet de l'école qui l'a fait souffrir et ses parents aussi. Rien à voir avec la lecture, elle lisait! et justement des choses qu'elle aimait! une orthographe aujourd'hui impeccable, elle remonte aujourd'hui une échelle où il manque des échelons..En confrontation avec l'illettrisme, de ses amis qui ont un bac et + et ceux qu'elle voit dans son univers.L'école?
je vois tous les amis de mes enfants, en fac ou dans des écoles..aucune orthographe..une misère..