retour en haut de page
L'Atelier intérieur

L'Atelier intérieur | 11-12

Syndiquer le contenu par Aurélie Charon Le site de l'émission
L'Atelier intérieur

le lundi de 23h à minuit

Numéro 9. Androgyne 3

24.10.2011 - 23:00

François Chaignaud et Cécilia Bengolea ©Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les corps sont sans contours ce soir. On floute les lignes. La sensation si on la voulait exacte, ce serait celle de la vision du corps de François Chaignaud faisant du hula hoop. Presque dans le noir, la rétine à peine excitée. Le cerceau en plastique frappe la taille. Il touche la peau et repart aussitôt. Le déhanché défait le tracé du corps. il n’est plus très sûr… C’est une allure indéfinie, ça dure. Ca ondule, le corps ne se clôture pas, c’est une surface. C’est presque liquide. On passe d’un pôle à l’autre et la transition est fluide entre le féminin et le masculin. Dans chaque fibre chaque muscle et chaque organe…. la limite du corps est un événement lumineux, rien de plus. Le cerceau tourne. C’est une transe tranquille, les lignes sont loin de la peau…  et quelles sont les limites du corps ? Il devient sculptural. Immatériel. Et alors  est ce que l’esprit a un sexe ? Allez savoir. Ce soir imaginez Apollon sous rangée de néons… un idéal antique en gogo danseur ou l’inverse.

 

Le chemin ce soir est une métamorphose. D’un tour de hula hoop, on passe des corps libres contemporains aux corps lascifs et androgynes du 18 è siècle. L'idée est de ne rien faire tomber avant minuit, cerceau lancé,  voilà ceux qui sont là :

 

Cécilia Bengolea et François Chaignaud, chorégraphes et danseurs pour Sylphides et Castor et Pollux dans le cadre du Festival d’Automne.

Mechthild Fend, historienne, spécialiste de la culture visuelle française des XVIIIè et XIXè siècles, auteur de Les limites de la masculinité, l’androgyne dans l’art et la théorie de l’art (1750-1850) (La Découverte, 2011).

 

L'adoration, évidemment c'est Yves-Noël Genod, acteur metteur en scène et accompagnateur de l'Atelier intérieur.

 

C'est la seconde carte blanche des Soirées Nomades de la Fondation Cartier. Elle vient tout droit de New York, c'est le performer musicien Gérald Kurdian qui se questionne sur le corps : il a rencontré des businessmen et les a suivis de chez eux à la salle de sport.

 

Aurélie Charon (production) et Thomas Dutter (réalisation)

Thème(s) : Création Radiophonique| Création Sonore| Danse| Théâtre

3 commentaires

Portrait de Anonyme bulle30.10.2011

Très belle émission. Merci beaucoup.

Portrait de Anonyme dufton pierre-marc25.10.2011

bonsoir,

est il possible d'avoir le détail de l'illustration sonore , en particulier le morceau à mi-cours de l'émission ??

Merci

Portrait de Aurelie Aurelie26.10.2011

vers 23h02 c'est la ritournelle de Sébastien Tellier... vers 23h10 c'est Maria Minerva... et ce dont vous parlez, ce doit être vers 23h30 le morceau "Blue Jeans" de Lana Del Rey... merci de votre écoute!