retour en haut de page
L'Economie en questions

L'Economie en questions | 12-13

Syndiquer le contenu par Dominique Rousset Le site de l'émission
Emission L'Economie en questions

le samedi de 11h à 12h

Ecoutez l'émission 58 minutes

Que faire de l'épargne, trésor de guerre des Français ?/Economie mondiale : où sont les réussites ? 3

20.04.2013 - 11:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

1er sujet : 

Que faire de l'épargne, trésor de guerre des Français

2nd sujet :

Economie mondiale (prévisions du FMI + OFCE) : où sont les réussites, quels pays, quels secteurs ?

Invité(s) :
Philippe Askenazy, chercheur au CNRS, actuellement au National Institute for Economic and Social Research a Londres
Nicolas Baverez, historien et économiste
Olivier Pastré, professeur d'économie à Paris VIII
David Thesmar, professeur de finances à HEC

Thème(s) : Information| Crise| Economie| Finance

3 commentaires

Portrait de Anonyme claudio21.04.2013

Bonjour,
Concernant l'épargne qui semble volumineuse en France, je me demande pourquoi l'Etat français n'en profite pas pour émettre un emprunt obligatoire pour rembourser une partie de la dette ?.
Maintenant, si il y a une telle épargne, c'est pour une bonne partie que nous savons tous que ça va mal finir...et c'est un moyen de limiter peut-être les difficultés à venir. On voit bien que cela fait plus de 30 ans (les 30 piteuses comme je dis) qu'il y a un chômage de masse et qu'aucune solution n'est trouvée (le soupir de F Mitterand disant qu'il avait tout essayé...). On épargne ? et pardi, on voit bien que ça parle que ça cogite que ça invective que ça démontre dans la sphère politico-économique mais que rien ne s'améliore, on voit bien que les gouvernements successifs espèrent simplement que par miracle la croissance reviendra pendant leur mandat (il se moquent bien de savoir qu'une croissance (qui a la dimension d'une accélération) indéfinie dans un monde fini est une idée stupide) et réduira le chômage, cause de tous les maux actuels ! si on épargne c'est que nous voyons bien que c'est le chacun pour soi à l'intérieur d'une machine cybernétique folle qui fonctionne toute seule et qui nous entraîne sagement dans une 'excursion dominicale aux sables mouvants' !.

Portrait de Anonyme ber07520.04.2013

Concernant la --soutenabilité de l'endettement--, il y a en effet mieux
que les études statistiques de Reinhart et Rogoff,
c'est l'équation d'évolution de la dette:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Soutenabilit%C3%A9_de_la_dette
ou un tableau prévisionnel d'évolution de la dette,
basé sur un multiplicateur fixe dans le temps:
http://beconomicus.blogspot.fr/
qui est forcément faux mais permet de tracer des pistes sur la politique éco
à suivre..

Portrait de Anonyme SIMMINGER20.04.2013

Je tenais à vous remercier pour cette émission, la qualité des propos tenus par ses intervenants qui semblent avoir pour souci de ne pas tomber dans les provocations stériles.

Je souhaiterais en profiter pour revenir sur le thème de l'épargne des Français.
Vous avez présenté deux "modèles" d'épargne à priori très différents, l'épargne tournée vers le logement, très forte en France, et celui de l'épargne orientée vers les retraites, modèle allemand.
Mais n'y a t'il pas une relation très directe entre logement et retraite ? il me semble qu'un nouveau retraité dont les revenus sont en diminution, la pension étant plus faible que le revenu salarial, a tout intérêt à devenir un propriétaire dégagé de ses remboursements immobiliers au moment de la mise en retraite afin que sa perte de pouvoir d'achat du à la baisse des ses revenus, soit compensée par une diminution de ses dépenses liée à une absence de charge de loyer.

En espérant avoir été suffisamment clair, je suis certain que vous saurez m'apporter des éléments de réponse.

Bien à vous,
Jean-Mathieu Simminger

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.