retour en haut de page
L'Esprit Public

L'Esprit Public | 11-12

Syndiquer le contenu par Philippe Meyer Le site de l'émission
Emission L'Esprit Public

le dimanche de 11h à midi

Thématique : Winston Churchill, avec François Kersaudy

01.01.2012 - 11:00

            François Kersaudy, vous êtes Professeur de langues anglaises et anglo-saxonnes à l’Université Paris I Panthéon – Sorbonne, et avez enseigné l’Histoire à l’Université d’Oxford. Auteur de nombreux ouvrages historiques, vous avez consacré plusieurs livres à Winston Spencer Churchill. Votre biographie de ce dernier, parue en 2000 et rééditée en 2009 aux éditions Tallandier, sous-titrée « Le pouvoir de l’imagination », a obtenu le Grand Prix d’Histoire de la Société des gens de lettres et le Grand Prix de la biographie politique. Vous avez également dirigé la publication et traduit les Mémoires de guerre de Churchill, reparues en 2010 (Tallandier).

            Prix Nobel de littérature en 1953, Winston Churchill est l’auteur de quelques trente-sept livres, quatre-cents articles et trois milles discours. C’est dans ce vaste corpus, à quoi il faut ajouter le millier d’ouvrages écrits par des collaborateurs, amis, militaires ou hommes d’Etats, que vous avez puisé pour extraire les six-cent citations qui composent votre dernier livre, Le monde selon Churchill (Tallandier, 2011). Classés selon une vingtaine de chapitres thématiques, ces extraits donnent à entendre la voix de cet homme que vous décrivez en conclusion comme « un monument de contradictions ». Cette idée est développée dans une énumération d’oppositions qui caractérisent aussi bien le caractère de Winston Spencer Churchill que son parcours, ou ses choix politiques. Vous écrivez ainsi : « (…) ennemi juré de l’Allemagne pendant deux guerres mondiales, mais fervent apôtre de la réconciliation avec l’Allemagne après celle-ci ; député renfrogné et dépressif, mais qui érige l’humour en arme absolue dans le discours parlementaire ; ministre exerçant ses fonctions avec zèle, mais cherchant constamment à exercer celles de ses collègues par la même occasion ; Premier ministre qui est un chef d’orchestre admirable, mais qui descend perpétuellement de son pupitre pour jouer la partition du violoniste ou celle du trompettiste tout en prétendant continuer à diriger l’orchestre ; lauréat du Prix Nobel de littérature 1953, auquel son père écrivait six décennies plus tôt : « Je te renverrai ta lettre, pour que tu puisses de temps à autre revoir ton style pédant d’écolier attardé » ; vieil homme inusable que ses jeunes assistants s’essoufflent à suivre dans tous ses déplacements, il a traversé des épreuves terrifiantes, pris des risques effarants, et bénéficié toute sa vie d’une chance parfaitement anormale… ». A cela, on pourrait ajouter une autre contradiction, au cœur de la formule par laquelle vous le désignez en introduction, en le qualifiant de « plus célèbre inconnu du XXè siècle ». A quelle forme de méconnaissance faites-vous ici allusion ? A quoi tient-elle ?

 

Invités :

François KERSAUDY, Professeur de langues anglaises et anglo-saxonnes à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne, auteur de plusieurs ouvrages historiques consacrés notamment à Churchill, De Gaulle, Hitler.

Michaela WIEGEL, correspondante à Paris de la Frankfurter Allgemeine Zeitung

Jean-Louis BOURLANGES, professeur à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris

Max GALLO, romancier et historien

Thème(s) : Information| 20e siècle| Histoire| Winston Churchill