retour en haut de page
La Fabrique de l'Histoire

La Fabrique de l'Histoire | 12-13

Syndiquer le contenu par Emmanuel Laurentin Le site de l'émission
Emission La Fabrique de l'Histoire

du lundi au vendredi de 9h06 à 10h

Ecoutez l'émission 53 minutes

Education 2/4 48

08.01.2013 - 09:06 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

L’école moderne de Célestin Freinet en 1958

Un documentaire de Séverine Liatard et Séverine Cassar

Célestin Freinet est un pédagogue français né à la fin du XIXème siècle. Issu d’un milieu rural, sa jeunesse se déroule au sein de la communauté paysanne dans une région pauvre des Alpes maritimes. L’expérience pastorale sera pour Freinet le leitmotiv de son expérience éducative. Il entre à l’école normale d’instituteur de Nice.  Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé. Grièvement blessé au Chemin des Dames, il ne se remet pas complètement de ses blessures et gardera toute sa vie le souffle court auquel il attribue lui-même, pour partie, la nature de ses innovations en matière d’enseignement. Sa pédagogie est fondée sur différentes techniques : classe-atelier, classe-promenade et observation du milieu naturel ; production de textes libres ; imprimerie et édition d’un journal ; correspondances interscolaires ; individualisation du travail et coopération dans l’apprentissage ; suppression de la notation …

Lors de cette séance publique qui se déroule à Neuchâtel en 1958, Célestin Freinet présente à des parents et à des enseignants les lignes directrices de son enseignement.  Dès les années 1920, il met en pratique avec sa femme Elise, l’essentiel de ses méthodes qui ne sont pas toujours bien comprises. Célestin Freinet va d’ailleurs quitter l’Education nationale pour fonder sa propre école à Vence en 1935 : une école privée, laïque et prolétarienne.

Le mouvement Freinet prend forme peu à peu avec la mise en commun des expériences de chacun et la tenue de congrès réguliers,  la publication de revues pédagogiques comme La Bibliothèque du travail, les Brochures d’éducation nouvelle populaire ou Techniques de vie ou la création après la seconde guerre mondiale, de l’Institut coopératif de l’Ecole moderne (ICEM)  et en 1957, de la Fédération internationale des Mouvements de l’Ecole moderne (FIMEM).

Avec les témoignages et les analyses de Guy Goupil et Michel Barré (anciens instituteurs du mouvement Freinet) et Philippe Meirieu (professeur de sciences et pratiques de l’éducation à Lyon II).

 

Bibliographie :

Guy Goupil "Comprendre la pédagogie Freinet", éditions des Amis de Freinet, 2007

 

Thème(s) : Histoire| Education

48 commentaires

Portrait de Anonyme ALI04.10.2013

Salut

Merci de faire ce débat intéressant sur l'école moderne de Freinet qui a laissé des empreintes positives partout. Ici en Tunisie ou ailleurs nous avons profité énormément de cette expérience éducative. Je remercie le site de France culture et tous les intervenants car j'ai apprécié leurs remarques et leurs observa-tions pour améliorer l'avenir de nos enfants et les enfants du monde.

Je suis inspecteur des écoles primaires et j'essaie d'associer les bienfaits de cette école avec l'approche par compétence installée chez nous. Il y a aussi le souci de garantir et d'assurer l'application des programmes officielles mais aussi de trouver les bons outils et pratiques éducatives qui aboutissent à la réussite des apprenants.

Bien cordialement

ALI

Portrait de Anonyme julieta SOLIS24.01.2013

J'ai été très émue d'entendre à nouveau la voix de Papa Freinet. L'émission était bien documentée. Marcel, tu es sans doute le Marcel qui m'a déjà téléphoné. Comme je ne consulte ce site qu'aujourd'hui, je n'avais pas fait le rapprochement. Excuses...
Merci, Sylvain de faire de la publicité pour mes souvenirs de l'École Freinet. J'y ai vécu de juillet 1949 à septembre 1951.

Portrait de Anonyme rosine23.01.2013

Voici le témoignage d'un élève de Paul Le Bohec , compagnon de Freinet

Paul Le Bohec Mercredi 14 janvier 2009

De 1947 à 1970, Paul Le Bohec a vu défiler des générations de petits Trégastellois aux écoles de Trégastel. En 1953, j’ai eu la très grande chance d’en faire partie et d’être accueilli dans sa classe avec ceux de mon âge au cours préparatoire. Je ne dirais pas que je me suis assis sur les bancs de son école, car cette image poussiéreuse ne collerait pas avec la pédagogie de Paul. Ses méthodes étaient, comme je l’entendais dire pas plus tard qu’hier par une Trégastelloise dont les enfants avaient fréquenté sa classe, « modernes et colorées». À la vérité nous étions plus souvent debout qu’assis, à travailler dans nos ateliers d’imprimerie, de dessin, de céramique, de poterie, solfège, musique ou de créativité en tous genres. La classe de Paul était plutôt comme une ruche dans laquelle nous, les enfants, échangions de façon enthousiaste et ouverte avec notre maître, mais aussi entre nous. Paul avait ce souci permanent de solliciter tous les aspects de l’expression-création et de rechercher ce qu’il y avait de meilleur en chaque enfant. Avec lui, pas de bonnet d’âne : nous étions tous bons en quelque chose. Il était aussi celui qui nous faisait sortir de la classe, pour des séances de sport et des études de terrain sur les grèves ou dans la nature. Nous avions tous beaucoup d’admiration et d’affection pour ce grand bonhomme, footballeur de surcroît, d’une gentillesse à toute épreuve.

Paul ne nous préparait pas simplement à un avenir professionnel car sa mission et sa pédagogie étaient beaucoup plus vastes : il nous préparait à notre vie d’hommes et de femmes (puisque par la suite les classes sont devenues mixtes) et au-delà de l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de l’arithmétique qui se faisaient de façon tout à fait naturelle, nous avions aussi intégré pour la vie l’importance de la musique, de la création littéraire ou artistique. Nous savions que chaque enfant, chaque futur adulte, avait son domaine de prédilection et que chacun pouvait trouver sa place dans un monde en pleine évolution. C’est d’ailleurs ce que me disait tout récemment un ancien élève de Paul lui aussi, un peu plus âgé que moi, qui se reconnaîtra peut-être dans ces propos : nous, petits Trégastellois de l’époque, nous nous en sommes bien sortis, et si chacun a su se réaliser dans sa voie, il le doit en grande partie à Paul Le Bohec qui nous avait armés de confiance pour la vie. Sur un plan plus personnel, j’ajouterais que rétrospectivement, ce qui m’avait impressionné chez Paul dans les trop rares occasions où nous nous sommes rencontrés par la suite, c’est cette façon qu’il avait d’associer les notions de travail et plaisir ; si j’en ai fait à mon tour comme une règle de base dans ma vie professionnelle puis dans mes responsabilités d’élu, c’est en grande partie à lui que je le dois.

Je rappellerai pour conclure l’un des tout derniers passages de Paul Le Bohec à Trégastel : lorsqu’il y a bientôt un an de cela, je l’avais invité à revenir à l’école de Trégastel pour la signature de son livre au titre révélateur : « L’école réparatrice de destins ?», il avait accepté avec enthousiasme. Ce jour-là, ses anciens élèves sont venus en grand nombre, certains de très loin pour des retrouvailles chaleureuses. J’ai pu remarquer que Paul nous reconnaissait tous, qu’il se rappelait sur chacun d’entre nous un détail caractéristique et qu’il avait conservé son extrême gentillesse. Sans nostalgie, mais avec un plaisir partagé, nous avons donc échangé sur ces années d’école où nous faisions ensemble l’apprentissage de la vie. Je ne sais plus si j’avais pensé à le remercier ce jour-là : quoi qu’il en soit, je le fais ou le refais aujourd’hui du fond du cœur, en mon nom personnel et aussi au nom de tous ces petits Trégastellois devenus grands: merci Paul ! Loïc Le Guillouzer

Portrait de Anonyme Sylvain Dufour20.01.2013

Bjr, Je m'adresse principalement au gestionnaire du site de l'émission et à Séverine Liatard qui a été en contact avec "nous" (L'association Les Amis de Freinet).

Je suis étonné qu'il n'y est pas eu de suite de votre côté à ma proposition du 08/01, reprise ci-dessous (intégration des infos sur le site, ou au moins une réponse vers moi de votre part...)

Cordialement

Sylvain Dufour08.01.2013

Avec la présentation des livres de Ph. Meirieu et la cassette de l'Ecole buissonnière,j'aurais bien aimer trouver aussi le livre de Guy Goupil : "Comprendre la Pédagogie Freinet", éditions des Amis de Freinet,2007, et pour Michel Barré "C. Freinet, un éducateur pour notre temps" 2 tomes 1996 PEMF.
Il n'est peut-être pas trop tard.
Un lien avec le très riche site des Amis de Freinet aurait aussi sa place.

Encore bravo pour ce documentaire.

Le fils d'un compagnon de Freinet Raymond Dufour (secteur "sonore")

Portrait de Anonyme BERNARD MONTACLAIR23.01.2013

Je suis agréablement surpris des nombreux commentaires qui font boule de neige. Je voudrais donc remercier et féliciter les producteurs et réalisateurs de cette émission en leur demandant quelle suite ils ont l'intention de lui donner. Je voudrais aussi dire que grâce à ces rebonds, j'ai retrouvé (n'est-ce pas Sylvain Dufour?) LE FIL (c'est le cas de le dire) de très anciennes amitiés, certains disparus, Dufour, Lallemand, Guérin, Fernand Oury, Pierre Vernet, Laffitte, paul Le Bohec entre autres, mais aussi beaucoup de gens bien vivants. Car Freinet n'est pas (seulement ) un personnage de Musée. Les collections du Musée de Mayenne dont j'ai appris l'existence grâce à cette émission et l'Association des Amis de Freinet, ce n'est pas une association d'anciens combattants nostalgiques. Il faut que l'histoire et les archives réactivent, je demande à l'équipe de cette émission et à Radio France en général (radio publique)d'y contribuer, et actualisent le mouvement pédagogique qui n'est pas une expérience isolée.
Ce sont de multiples pratiques quotidiennes, actuellement, dans des milliers d'écoles en France et dans le monde (Suisse, Canada, en Amérique latine) au bénéfice de milliers d'enfants. L'opinion publique doit savoir cela. La "refondation" de l'école c'est autre chose que la réforme des rythmes scolaires et des programmes. C'est le développement d'un mouvement qui existe et maîtrise une pratique. Les techniques Freinet et plus généralement la pédagogie coopérative apportent des solutions à de nombreux problèmes. En particulier la "discipline", l'apprentissage de la citoyenneté, la démotivation (des enfants et des enseignants), le "décrochage", le retard scolaire.
Il faut alors se demander pourquoi cette pédagogie n'est pas plus développée.
Pourquoi les jeunes élèves maîtres n'y sont pas formés, et les maîtres mieux accompagnés dans leur pratique. Car il s'agit d'une pédagogie exigeante pour l'enfant et pour le maître, le contraire du laxisme. Et beaucoup d'enseignants peuvent hésiter à s'y lancer. Heureusement, il y a des mouvements comme l'AGSAS, l'ICEM, VPI-Fernand Oury etc... pour aider la formation et la recherche.
J'espère que l'émission et les rebonds qu'elle suscite sera transmise à Vincent Peillon...
Cordialement à tous
Bernard Montaclair

Portrait de Anonyme DANIEL ESTEVEZ19.01.2013

excellent et utile...

Portrait de Anonyme Bourru Patrick13.01.2013

J'ai beaucoup aimé cette émission. Je suis instituteur et je pense que Célestin Freinet est un homme qui devrait nous inspirer au quotidien dans nos classes et dans nos chemins d'apprentissage dans la vie !

Portrait de Anonyme Muriel 12.01.2013

Le discours de Freinet à destination des parents est éminemment actuel. Les difficultés sociales de notre environnement ne sont guère différentes. Freinet disait à l'époque qu'il était difficile de changer l'école : cela l'est toujours tout autant. Les enseignant du mouvement Freinet ne parviennent pas toujours à faire reconnaître leurs pratiques.
Merci pour cette émission

Portrait de gong gong10.01.2013

Educateur spécialisé par choix en 1965 je me suis entendu dire par un stagiaire d’école normale en 1968 :
« T’as pas pu faire instit, alors t’es éduc. spé ?!.... »
« Non camarade, mais parce que ma conception de l’éducation ne cadrait pas avec l ambiance scolaire de l époque ....... »
Aucun regret ; un film m a bcp marqué : <>de Jean Michel Carré qui est venu le présenter à Caen en 1981 Un débat très animé au cinéma Lux......

Portrait de gong gong10.01.2013

Le film c est "Votre enfant m'intéresse"
voir ici>>> http://www.filmsdocumentaires.com/films/400-education

Portrait de Anonyme archives getaway10.01.2013

Bonjour
Je voulais vous signaler que dans le cadre des Archives Getaway sur les luttes sociales et les groupes révolutionnaires (plus de détails sur http://getaway.eu.org) va commencer un travail sur l'école à parti de la lecture des textes autour de Freinet et de la pédagogie institutionnelle. Le but est de réunir des acteurs divers du dispositif scolaire (enseignants, élèves, A.V.S, assistants d'éducation, animateurs, parents…) pour, à partir de ces relecture et de expériences de chacun, comprendre ce qui dysfonctionne aujourd'hui dans l'école. (http://getaway.eu.org/invitation/quelques-pistes-de-travail) Ceux qui sont intéressés par ce groupe de travail peuvent envoyer un mail aux archives via le formulaire de contact :
http://getaway.eu.org/contact

Portrait de Anonyme MJ09.01.2013

Des bases encore fondamentales

Portrait de Anonyme Véronique09.01.2013

Il existe dans de nombreuses classes en France et à l'étranger des enseignants "Freinet", car le mouvement "Institut Coopératif de l'Ecole Moderne" qui est toujours actif et vivant, réunit dans toutes les régions des enseignants qui poursuivent le travail de réflexion pédagogique avec les outils d'aujourd'hui. Le 51 ème Congrès de l'ICEM aura lieu du 20 au 23 août à l'Université de Caen, et il est ouvert à tous ceux qui souhaitent réfléchir et travailler avec une pédagogie coopérative. Si Freinet appartient aujourd'hui à l'histoire de la pédagogie, sa pédagogie est vivante, active et le chemin est poursuivi.

Portrait de Anonyme Stephane09.01.2013

Formidable !! et un peu désespérant... quant au système
Enseignant à l'université, il me faut chaque jour appliquer les fondements de la pédagogie et des méthodes de Freinet pour "revitaliser" les étudiants qui ont été enfermés dans des carcans scolaires.
Leur dire : vas y c'est à toi, propose une solution, je n'en ai pas en tant qu'enseignant leur fait peur....
c'est dans les formations en alternance à l'université que l'on se rapproche le plus des objectifs de formation de Freinet
Stephane Thivin

Portrait de Anonyme Michèle 09.01.2013

La pédagogie initiée par Freinet est encore bien vivante aujourd'hui ! En témoigne l'Institut Coopératif de l'Ecole Moderne (ICEM) qui tiendra son congrès cette année à Caen, du 20 au 23 août 2013.
http://www.icem-pedagogie-freinet.org/

Portrait de Anonyme Frederick08.01.2013

Merci beaucoup pour ce travail, ces éclairages et pourquoi pas une mise en perspective.

Les commentaires également sont touchants, parfois.

Peut-être un léger goût amer au bout du compte, léger après ce documentaire.

La notion de préparation est révélatrice. Préparation à intégrer, à participer, à anticiper face à des données en évolutions, donc difficilement prévisibles, quoique.

Le mieux, face à l'imprévu, n'est il pas de s'y préparer ? C'est un peu ce que proposait M.Freinet tandis que son échos est hélas maintenant si lointain.

Encore merci.

Portrait de Anonyme Sylvain Dufour08.01.2013

Avec la présentation des livres de Ph. Meirieu et la cassette de l'Ecole buissonnière,j'aurais bien aimer trouver aussi le livre de Guy Goupil : "Comprendre la Pédagogie Freinet", éditions des Amis de Freinet,2007, et pour Michel Barré "C. Freinet, un éducateur pour notre temps" 2 tomes 1996 PEMF.
Il n'est peut-être pas trop tard.
Un lien avec le très riche site des Amis de Freinet aurait aussi sa place.

Encore bravo pour ce documentaire.

Le fils d'un compagnon de Freinet Raymond Dufour (secteur "sonore")

Portrait de Anonyme BERNARD MONTACLAIR10.01.2013

Bonjour. Je suis touché par ton commentaire. J'ai connu ton père et je voudrais savoir s'il y a des archives dans lesquelles on trouverait un enregistrement réalisé par les enfants de ma classe dans les années 60 et qui a été primé au concours des chasseurs de son (émission de Jean Thévenot) Titre: "Les tourterelles qui ne voulaient pas chanter". Il y avait aussi une BT Sonore que nous avions réalisée "la fabrication del'huile de noix".
Je vais contacter le site des Amis de Freinet".

Portrait de Anonyme Sylvain Dufour14.01.2013

Bonjour Bernard, merci pour cette réponse. Oui il faut nous contacter par le site A d F et son Webmaster Hervé Moullé. Oui il y a des archives (mêmes sonores) chez nous aux Amis de Freinet sur le site mais aussi au Centre International de Documentation des Amis de Freinet à Mayenne (des BT sonore bien sur) et des enregistrements sous différentes formes venant certaines de chez mon père (beaucoup à classer!...)
Il y a aussi probablement une autre ressource à exploiter je pense vers Mme Guérin... et peut-être dans les 96 numéros du bulletin édité par l'association "Amis de Freinet".
Pourquoi pas nous rejoindre aux A d F. Prochaine AG à Mayenne début avril ?
Habites tu dans le 24 ou le 14 ?
@ +
Sylvain D.

Portrait de Anonyme BERNARD MONTACLAIR16.01.2013

Bonjour Sylvain, J'habite tantôt la Dordogne tantôt le 14 (principalement le 14). Pourquoi pas l'AG à Mayenne, dis moi quelle est la date.
J'ai envoyé un mail à Hervé Moulié.
Plutôt que l'intermédiaire de France culture (je me répouis de constater qu'il y beaucoup de commentaires a l'émission sur Freinet) je signe et te mets mon adresse mail.
monta@wanadoo.fr

Portrait de Anonyme clo08.01.2013

Suite de mes remarques:
Hélas Freinet a peu fait école dans d'enseignement publique J'ai pu observer le déroulement de la scolarité de mes enfants.Heureusement ,je pense leur avoir transmis l'esprit de non-soumission et d'indépendance. Il serait temps que l'Etat réagisse ainsi que le Ministère de l'Education .
Serai-je sur une autre planète,quand je découvre le vécu de mes petits enfants à l'école ?Bien sûr les ministres précédents ont enterrer la formation psycho-pédagogique des enseignants .ëtre transmetteur de connaissances encyclopédiques suffit pour des enfants considérés comme des éponges !De futurs beni oui-oui .quite de leur imagination,de leur créativité,de leur curiosité de leur sociabilité !Et d'ici peu sauront-ils encore écrire?C'esr vrai ,ils sauront taper sur un clavier. Est-ce suffisant our devenir citoyen indépendant capable de refuser la soumission...?

Portrait de gong gong10.01.2013

@ CLO
bonnes questions mais un Etat moderne tant à former des consommateurs citoyens plutôt que des contestataires non ??
Et j emploie le terme former là où d autres diraient formater

Portrait de Anonyme BERNARD MONTACLAIR08.01.2013

Mon commentaire ne semble pas être enregistré.
Je résume:
Félicitation pour votre émission qui apporte des éléments fondamentaux pour re-fonder l'Ecole.
J'ai bien connu Freinet qui m'a encouragé avec Pierre Vernet à animer une Commission enfance indaptée. C'est ainsi que nous avons été amenés à rencontrer et collaborer avec Fernand Oury. Ce dernier, appuyé par l'expérience de son frère le Dr Jean Oury, a prolongé l'oeuvre de Freinet en y introduisant la dimension psychanalytique dont Freinet se méfiait un peu. Il faut donc insister sur le développement de la pédagogie coopérative et institutionnelle dans de nombreuses classes et écoles en France et un courant de recherche important d'application des théories (de Montaigne à Makarenko, Korczac, Montessori en passant par Rousseau) dans le souci du "comment les appliquer" ce que Freinet expliquait en parlant qu'il n'y avait pas une méthode freinet, mais des techniques. Il ajoutait qu'il n'avait pas de mérite à avoir développé ces techniques: Blessé du poumon, disait-il, "j'ai été obligé d'inventer des moyens pour faire la classe sans gueuler". Sa suppression de l'estrade n'est pas qu'anecdotique. Elle transforme les rapports frontaux (inducteurs d'affrontements) entre maître et élèves en rapports de côte à côte, co-opératifs, face à une tâche, outils à acquérir et découverte du monde. Ce rôle du groupe (développé par ailleurs par les psychologues américains et par des auteurs comme Anzieu) est axe de la pédagogie institutionnelle. Il est aussi présent dans le travail du psychanalyste Jacques Lévine fondateur des groupes de "soutien au soutien" pour enseignants et travailleurs sociaux. sur le modèle des groupes Balint.
Il est important de souligner qu'il y a la, plus que des "expériences", une expérience très ancienne d'une façon efficace d'enseigner autrement.

Portrait de Anonyme Marcel08.01.2013

Je n'avais pas 6 ans lorsque j'ai intégré l'école Freinet de Vence. Beaucoup des écoliers étaient comme moi des orphelins de guerre.
Nous disions "Papa Freinet" et "Maman Freinet" au grand homme et à son épouse.
Je me souviens de Mme Biscarlet, notre institutrice.
Au début, je n'aimais pas le "choc-froid" (au sortir du lit, se plonger dans le bassin servant de piscine, à l'instar d'une douche écossaise)
Je me souviens des feux de camp, des repas végétariens, des jeux de piste sur les baous, des baignades dans la Cagne, qui coule en contrebas.
Je me souviens des petites tâches qui nous étaient réparties (balayage, mauvaises herbes, …) et de l'apprentissage de la vie en groupe.
Je me souviens bien sûr de la classe, des textes libres, des fiches d'auto-apprentissage du calcul, (je n'avais pas compris qu'il fallait suivre une progression, et je les sélectionnais "à mon goût" !) et des travaux manuels,
Je me souviens de l'imprimerie, de la linogravure pour illustrer le journal de classe. Ce journal de ma classe, je l'ai toujours. C'est une relique précieuse.
J'étais un enfant heureux.
C'est bien plus tard, lors de mes études, et au cours de ma vie professionnelle, que j'ai réalisé combien ce séjour m'a marqué, combien il a structuré l'adulte que je suis. Mais cela est une autre histoire…

Portrait de Anonyme ulieta SOLIS24.01.2013

Sylvain Dufour semble dire que tu étais en même temps que moi à Vence. J'avais 10 ans en 1949 quand je suis arivée au Pioulier et suis restée jusqu'en septembre 1951.

J'ai les mêmes souvenire... Julieta.

Portrait de Anonyme Bernard Collot09.01.2013

Dans le film de Suzanne Forslund, "Les enfants d'abord" réalisé à l'occasion du centenaire de Freinet (coproduction France 3, télévision scolaire suédoise, télévision québécoise)une séquence a été tournée à Vence avec des anciens élèves de Freinet, et il me semble bien que vous y étiez Marcel !

Portrait de Anonyme Sylvain Dufour08.01.2013

Bonjour Marcel,

Une amie Julieta fût aussi à l'Ecole Freinet vers 1951. Si tu veux entrer en relation avec elle, contacte moi.

Nous allons (les Editions des Amis de Freinet) éditer ses souvenirs du Pioulier sous la forme d'un livre.
Je suis aussi en relation avec un autre ancien élève Jean Poquet-Lallemand.
Amicalement

SD

Portrait de Anonyme Marcel DESCAMPS09.01.2013

Bonjour Sylvain.
Ce serait bien volontiers que j'échangerais avec Julieta.
Je ne sais comment établir le contact. Personnellement je ne tiens pas à faire apparaître mes coordonnées sur un site internet, fut-il sérieux comme le site de France Culture. Comment faire ?

Par ailleurs, si je peux contribuer à ce livre de souvenirs du Pioulier, ce serait bien volontiers.
(par exemple avec des fac simile de pages de mon recueil de textes libres datant de mes séjours)
Cordialement,
MD

Portrait de Anonyme julieta SOLIS24.01.2013

C'est Julieta. Tu peux me contacter directement : julieta.solis@free.fr

Je t'ai envoyé un message, et au moment où il est parti, je me suis rendu compte que j'avais tapé souvenire au lieu de souvenirs...ciaic

Portrait de Anonyme Sylvain Dufour09.01.2013

Bjr Marcel,

Hé oui il y a un problème. A l'origine, car non familier de ce genre de site, je pensais qu'une réponse particulière à une personne lui serait transmise par le site, mais ne serait pas intégrée dans la série des commentaires du site en question.
J'ai cherché dans les pages blanches, vous êtes plus de 40 avec la même identité !!... En ce qui concerne la mienne c'est qq chose du même tonneau.
Je suis le seul à Marly le Roi 78160. Ou tu me donnes ta ville!...
@ +

SD

Portrait de Anonyme Jiji08.01.2013

j'aurais voulu entendre, au cours de l'émission, le témoignage d'anciens élèves ayant eu dans leur enfance, un enseignant pratiquant la "méthode Freinet"
J'ai constaté qu'après mai 68 et aujourd'hui encore, beaucoup d'entre nous (je suis une institutrice à la retraite) ont voulu "faire du Freinet" mais sans bien le connaître, en piochant juste quelques idées. Hélas....

Portrait de Anonyme clément08.01.2013

C'est avec bonheur et quelques larmes de plaisir que j'ai écouté et entendu les enregistrements de Célestin Freinet.
j'ai été à l'école Martinon, une petite école primaire de Gradignan proche de Bordeaux qui applique la méthode "Freinet". Ces années ont été les plus belles de ma vie, en tout cas les plus riches : j'ai appris une multitude de choses sans avoir l'impression d'être un robot, j'ai surtout appris à être un humain complet et non un spécialiste monotache pret à être vendu sur le marché du travail, je m'intéresse à tout ce qui m'entoure, je suis curieux, je remet en question, j'interroge, je partage, je suis sensible.
Le vrai choc a été le passage au collège: les notes, la compétition, le bachotage idiot, le surnombre en classe, le cloisonnement de matières...
Aujourd'hui, je suis un grand, j'attends un enfant, je vis en région parisienne et j'ai peur que l'enseignement ne soit pas à la hauteur et contribue au formatage que veulent nos élites...
Cordialement,
Clément

Portrait de Anonyme Sébastien Bigourden10.01.2013

Beau témoignage Clément, merci.

Portrait de Anonyme BERNARD MONTACLAIR08.01.2013

Excellente émission qui va alimenter la réflexion sur la re-fondation nécessaire.
J'étais ému de retrouver la voix de C.Freinet, et celle de Barré, et Goupil. Freinet m'avait en effet confié, dans les années 60,avec Pierre Vernet de Decazeville, la responsabilité d'une commission "classes de perfectionnement -Maison d' enfants", consacrée au secteur de l'enfance inadaptée. Nous faisions circuler des "cahiers de roulement" ou chacun faisait part de ses difficultés et de ses trouvailles. C'est ainsi que nous avons rencontré Fernand Oury, et son frère, le Dr Jean Oury, qui ont appuyé et prolongé l'oeuvre de Freinet par le courant de la psychothérapie et de la pédagogie institutionnelle. La place de la psychanalyse dans l'éducation a été ainsi
confortée. Il faudrait insister sur le fait que de nombreux enseignants travaillent et recherchent toujours un peu partout en France dans cet esprit. Dans notre ville d'Hérouville (14), une des écoles est une Ecole Freinet et les enseignants appliquent avec succès les techniques Freinet. Il faut mentionner le Mouvement VPI Fernand OURY "Vers une Pédag. Institutionnelle°. Il faut mentionner aussi l'oeuvre du psychanalyste Jacques Lévine qui a développé les groupes de "soutien au soutien" d'enseignants et travailleurs sociaux, et les ateliers philosophiques. "Agsas°.
Soulignons aussi que le Mouvement Freinet, avec Guérin et Dufour, avait une Commission "audio-visuelle" et qu'en collaboration avec Jean Thévenot et son émission "Chasseurs de sons", le magnétophone s'est introduit à l'école au même titre que le journal scolaire. En 1960, ma petite école d'un IMP du Lot a même reçu, de l'Association internationale des Chasseurs de sons, le second prix pour un enregistrement réalisé par les enfants: "Les tourterelles qui ne voulaient pas chanter".
Merci à vous et vos collaborateur pour votre émission.
D

Portrait de Anonyme Sylvain Dufour08.01.2013

Bonjour Bernard,

Je suis le fils de Raymond et Marie-Rose, décédés. Je suis au CA des Amis de Freinet (sortons un bulletin et un site très riche)et en contact avec beaucoup d'anciens "freinetiques" (Mado Guérin, Jacqueline Massicot,Josette Ueberschlag, les Février, Jean Fraboulet etc....)

Le vieux magnéto " A FIL" de mon père est au musée/centre de documentation des A d F à Mayenne !...
A te lire

SD

Portrait de Anonyme iiod08.01.2013

Merci à laurence ( commentaire du 07 01 2013) pour son témoignage d'ancienne élève : c'était effectivement un comble que cette émission consacrée à la méthode Freinet ne fasse pas entendre la voix d'une personne ayant suivi -tout ou partie de- sa scolarité auprès d'un enseignant suivant cette méthode . Je conçois toutefois fort bien que des contraintes temporelles aient empêché ces témoignages de trouver place dans l'émission .

Merci à godilhaire d'attirer notre attention sur le peu de reconnaissance témoigné à Freinet par le village de Bar-sur-loup ( où trône une glorieuse statue de l'amiral de Grasse...).

Portrait de Jacme Jacme08.01.2013

Célestin Freinet est un exemple pour les Alpes Maritime, un exemple oublié.
Les écoles Calandreta suivent le modèle Freinet, l'ignorance des travaux pédagogiques établis de Célestin Freinet est un élément mental des parents de ce département annexé à la France seulement en 1860 ; les parents ont grandement assimilés, là-bas comme ailleurs, le système bonapartiste d'enseignement. Le sens critique des parents du système imposé par Ferry Jules est inexistant, la République a besoin de gens ou citoyens soumis, comme les rois francs !
Son village de naissance ne tient guère compte de ses oeuvres pédagogiques, une simple petite plaque et aucune information auprès de la population.
Vallauris fut un lieu pour la création d'une Calandreta, une des deux Calandreta de ce département ; elle fut combattue comme jamais par une Félibre locale.
La deuxième Calandreta est en danger à Niça-Nissa-Nice !

Portrait de Anonyme Michelle08.01.2013

Cependant dans la présentation de la commune de Bar sur Loup je trouve :

Célestin Freinet

1896 - 1966 "Un homme, une pédagogie"

Fierté du Bar sur Loup, Célestin Freinet a laissé parmi nos concitoyens un souvenir impérissable.
Né dans un petit village voisin, Gars, rien ne destinait ce petit paysan à devenir célèbre dans le domaine bien particulier de la pédagogie.
Célestin sera envoyé à 13 ans, en pension à Grasse, en vue de préparer le concours d’entrée de l’Ecole Normale d’Instituteurs de Nice. Concours que l’enfant réussit, ses parents sont alors déchargés des frais d’études. L’Etat se charge de tout, avec un emploi moyennement rémunéré certes, mais sûr.
La guerre de 1914 le prive de la dernière année d’études. Le manque d’instituteur (partis pour la guerre), se fait sentir, on écourte les études et les promus de dernière année sont employés à des remplacements. A 18 ans, mobilisé, il part se battre et en 1917, gravement blessé au poumon, invalide reconnu à 70 %, il part en convalescence où il mettra au point sa théorie d’éducation active. Il a alors 23 ans.

Une nouvelle pédagogie

Nommé le 1er octobre 1919 au Bar sur Loup, il prendra ses fonctions le 1er janvier 1920. Il n’a aucune envie d’entrer dans le schéma classique, de reproduire ce qu’il a subi étant enfant. En effet, il se souvient de son ennui sur les bancs de l’école, des cours magistraux prodigués par un maître en costume noir, des rêves de courses dans la nature, de jeux au bord du torrent, pendant les séances d’endoctrinement (selon son propre propos, c’est ainsi qu’il appelle les cours d’Histoire de France !)
Son premier souci fut de supprimer l’estrade magistrale et de placer son bureau au milieu de la classe : une Révolution ! L’école doit être intégrée dans la vie. Il n’y a aucun cours qui ne soit dicté par la motivation. Aussi se promène-t-il souvent dans la campagne avec ses élèves, voir travailler les paysans, poser des questions, prendre des notes, et au retour, ensemble, on rédige un rapport. Des questions se poseront et pour les résoudre l’élève comprendra la nécessité d’obéir à certaines structures enseignées dans les manuels scolaires, qui seront mieux acceptés.

De l’imprimerie au journal scolaire

La renommée de Freinet et de ses méthodes « actives » se fait jour. Des collèges lui écrivent pour diffuser les travaux de ses élèves et il a l’idée de les imprimer. En 1942, il achète une petite presse destinée à des commerçants pour diffuser des prospectus. Le format est réduit mais les enfants sont enthousiastes. Enfin ils ont la certitude de pénétrer dans le monde des adultes. Tous les jours, chaque enfant reçoit un exemplaire du texte choisi pour être imprimé et l’ajoute dans son classeur pour constituer le « livre de vie » de la classe. Freinet, encouragé par Henri Barbusse et Romain Rolland, écrit des articles dans « Clarté » et « L’Ecole émancipée » et en 1927 un livre « L’imprimerie à l’école ».
La poste, par son refus d’accepter le tarif réduit des périodiques pour des envois d’imprimés, jouera un rôle décisif dans la diffusion de ses méthodes. Freinet trouvera le moyen de tourner la difficulté. En 1972, il crée le « Journal Scolaire », bi-mensuel déclaré en Préfecture. Puis, entre temps, des instituteurs passionnés créent la « Cinémathèque Scolaire Coopérative », qui permet aux classes de s’échanger les cours documentaires filmés par les enfants sur les travaux des champs, les paysages, par une petite caméra Path-Baby. Celle-ci qui fusionnera avec la coopérative de l’imprimerie à l’école pour devenir en 1928 la Coopérative de l’Enseignement Laïc, édite un bulletin pédagogique, « L’imprimerie à L’Ecole » où l’on débat de tous les problèmes de l’éducation, en France et dans les autres pays.
A cette époque, il quitte Le Bar sur Loup pour enseigner à Saint Paul. Il décèdera en 1966 et sera inhumé à Gars. Le retentissement de ses théories sur l’école moderne sera mondial.

Sources: article de G. Ducoulombier, d'après le livre de Michel Barre, "Célestin Freinet, un éducateur pour notre temps". Publications de l' Ecole moderne française, Mouans Sartoux 1995-96.

Voir les photos du tournage du téléfilm France 3 sur Célestin Freinet

Portrait de L1X L1X08.01.2013

Aux contacts directs de la nature est divulgué l' universel réequilibrage, rappel de l' appartenance au lieu de résidence, déconstruction de la mystification qu' est l' anthropocentrisme, affranchissement des limitations inculquées par les scolastiques académiques, émancipation vis à vis de la dépendance au détenteur de connaissance, insoumission à la religion qui dicte que le savoir est produit de la gnose en niant l' intelligence gratuite et sans aucune discrimination dispensée par la gnomique, là où l' économie de la cogitation optimise la perception, grâce aux écoute, observation et danse aux seins des cycles de l' air et de l' eau, recouvrement de la faculté de vélocité, compétence capable de réaliser l' objectif prioritaire selon le conseil national de la résistance, apte à mettre à l' abris des tyrannies, les peuples engagés au maniement des planche et aile, outils d' investigation environnementaliste, instruments propices à la compréhension du potentiel pour quiconque délivré d' esprit de compétition, consacre temps et énergie au corps à corps avec les entités vivantes, puissances illimitées qui délivrent des chaînes nationalistes grâce à la libre chevauchée des mers et océans

Portrait de Anonyme chausson08.01.2013

Bonjour, il est souhaitable de rendre l'élève demandeur avant de développer auprès de lui le cours que nous avons préparé, cordialement Phil.

Portrait de Anonyme laurence07.01.2013

Bonjour,

je voulais juste apporter un témoignage

j'ai vécu une année inoubliable avec une institutrice merveilleuse Denise Poisson pratiquant la méthode Freinet en classe de CE1 à Tours à l'école Anatole France, dans les années 67.
tout est resté dans ma mémoire avec énormément de précisions et avec encore les sensations de curiosité, de satisfaction, d'avidité et d'excitation devant pratiquement toutes les activités qu'elle nous proposait : l'imprimerie, ma correspondante à Vitry le François, dont je n'ai pas oublié le nom, la jolie salamandre noire et jaune dans son aquarium trônant au milieu de notre classe, les "boites" pour faire soi même des exercices, les cahiers de calcul avec les trois carrés d'autocorrection (feu vert feu orange feu rouge), la boite à camembert pour fabriquer une horloge, le coin des jouets, les élections pour les textes à éditer dans le bulletin que nous imprimions "au bord de Loire", jusqu'au contenu de mon texte qui avait été une fois choisit, ...bref je souhaite à tous les enfants de vivre au moins un fois dans ce genre de classe car cela réconcilie pour la vie avec l'école.

Portrait de Anonyme perdrial.francois08.01.2013

Le Centre de Ressources des Amis de Freinet qui est à Mayenne, possède une très grande collection des journaux scolaires de Denise Poisson dont vous parlez et de son mari.

Portrait de Anonyme Olivier06.01.2013

Dans le même genre, il y a le livre électronique "La danseuse sur un fil, une vie d'école Freinet", sur ecole-vivante.com
A la fois témoignage et explication de la "méthode". Ce qui est sympathique, c'est qu'il s'agit d'un livre écrit conjointement par une enseignante Freinet et son ancienne élève.

Portrait de Anonyme Claire06.01.2013

Pour les auteurs de l'émission sur Freinet: Connaissez-vous l'excellent (et touchant) documentaire, réalisé en 1995 par Henry Colomer, intitulé "La Maison de l'Eveil", sur Madeleine Dupouy, institutrice "Freinet" dans un hameau du Gers, dans une école rurale à classe unique de 1946 à 1971?
Bien cordialement à vous, merci de parler de Freinet.
Claire Le Poittevin (fille de Madeleine Dupouy).

Portrait de Anonyme Pascale 09.01.2013

Bonjour Claire,
Merci de cette information qui attire tout particulièrement mon attention car je suis en train de chercher ce genre de témoignages pour essayer de faire, avec d'autres militant(e)s de l'ICEM-Pédagogie Freinet, une série de portraits-hommages aux "femmes en mouvement" sous forme d'un ouvrage collectif, d'une exposition ou de vidéos. On parle souvent de Célestin et un peu moins d'Elise ou des nombreuses femmes qui ont permis à ce mouvement pédagogique d'exister et de se développer, ou de toutes les enseignantes qui à travers le monde entier portent encore au quotidien et font vivre une façon d'enseigner née avant tout de la coopération d'un couple d'enseignants et dont les pionniers furent souvent eux-mêmes des "couples pédagogiques". Pourriez-vous me contacter par l'intermédiaire de ce site ou de celui de l'ICEM? Merci d'avance.
Pascale Borsi

Portrait de Anonyme Barbara MARie22.01.2013

Bonjour Pascale,

Ancienne élève d'une école parisienne à orientation Freinet, l'école VITRUVE (Cf films de JM Carré et les enfants de l'utopie ARTE)je commence un travail de thèse sur les écoles actives (Freinet, Montessori, Steiner)et les points de contact avec l'intelligence émotionnelle : est ce que les écoles actives développent l'intelligence émotionnelle ? approche transversale entre le champ des sciences de l'éducation et de la psychologie. Je travaille la partie théorique cette année et vais m'attacher à la partie expérimentale l'année prochaine (tests, entretiens, questionnaires auprès d'enfants, de parents et d'enseignants de 5 écoles actives). Je cherche à entrer en contact avec des personnes intéressées par mon sujet pour avoir des retours. Le site de l'ICEM ?
Merci d'avance.
Barbara MARIE

Portrait de Anonyme Chloé15.01.2013

Bonjour Pascale,
Bravo pour votre initiative sur les femmes en mouvement. Je suis une ancienne de l'école Freinet de Magny-Cours (avec Raymond Massicot). J'ai réalisé il y a quelques années un documentaire sur la pédagogie Freinet dans la classe de Lucette Agostini à Ceyreste. Classe de CP CE1 dans laquelle j'ai tourné pendant un an avec mon ami de l'école primaire Pierre Barougier devenu chef opérateur. Ce film "Désir d'école" a été diffusé sur France 3 Méditerranée. Nous éditons maintenant le DVD sous titré en anglais et espagnol. Si l'expérience de Lucette Agostini vous intéresse, n'hésitez pas à me contacter sur www.capfilms.fr
Bravo à France Culture pour ce beau document. Cordialement, Chloé Ouvrard

Portrait de Anonyme Claire10.01.2013

Merci, Pascale, de m'avoir répondu. Je suis à votre disposition pour vous apporter des informations (à mon niveau) qui puissent vous aider dans votre travail. Contactez-moi par courriel ordinaire (en dehors du site de France-Culture), je vous donnerai mon adresse (à Toulouse) et mon numéro de téléphone.
Merci encore de parler de Freinet.
Bien cordialement à vous,
Claire Le Poittevin

clairelepoittevin@wanadoo.fr

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.