retour en haut de page
La Fabrique de l'Histoire

La Fabrique de l'Histoire | 12-13

Syndiquer le contenu par Emmanuel Laurentin Le site de l'émission
Emission La Fabrique de l'Histoire

du lundi au vendredi de 9h06 à 10h

Ecoutez l'émission 53 minutes

Les nouveaux programmes d'histoire en Terminale 4/4 3

20.09.2012 - 09:06 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Gouverner la France depuis 1946 : Etat, gouvernement  et administration. Héritage et évolutions

 

 

Invité(s) :
Sabine Jansen, maître de conférences au CNAM et rédactrice en chef de la revue Histoire@Politique.Politique, culture, société.
Bruno Palier, directeur de recherche du CNRS à Sciences Po (CEE).

Thème(s) : Histoire| France

3 commentaires

Portrait de Anonyme un Lecteur04.11.2012

Une seule conclusion à votre série d’émission remarquable sur les nouveaux programmes, ils portent sur des sujets complètement déplacés en terminale à traiter en master d'Histoire.
A travers ces programmes ont retombe dans le complexe bien connu de l'enseignant qui pour dominer ses élèves complexifie son enseignement. C'est malheureusement le signe d'une pédagogie non contrôlée au niveau du ministère.

Portrait de Anonyme thomas goussu26.09.2012

Bravo et merci pour ces 4 émissions, très enrichissantes, MAIS...
j'enseigne l'histoire et la géographie en Terminale L cette année, et tout ce que j'ai entendu ne fait qu'accroitre ma perplexité! Je reprends largement à mon compte le commentaire anonyme posté au sujet du centre historique de Rome: toutes ces émissions, ces débats, et ces thèmes d'historiographie sont captivants pour des passionnés d'histoire, mais passent très largement au-dessus de la tête de la plus grande partie de nos élèves de Terminale! Moi-même, à leur âge, j'aurais probablement eu beaucoup de mal à me passionner pour des sujets dont la plupart des pré-requis m'échappaient complètement.
Quelques exemples au hasard de ces impasses didactiques:
- Je suis allé trois fois à Rome, la première fois à 30 ans passés. Tout ce qui était évoqué dans l'émission faisait sens par rapport à cette pratique de la ville. Mais pour des élèves qui n'y ont jamais mis les pieds???
- La question sur "religion et société aux USA" démarre en 1890. L'essentiel de votre émission a porté sur les siècles précédents (à juste titre, pour pouvoir y comprendre quelque chose). Que fait-on, avec nos élèves, de cette période "hors sujet", mais déterminante?
- Même remarque pour la question "la Chine et le Monde" qui démarre en 1919, et fait l'impasse sur les guerres de l'opium, la fin de l'empire mandchou, l'instauration de la République? - que penser des remarques -pertinentes- de vos invités qui insistent sur l'extrême complexité de la situation dans les années 20? Nous avons eu 2-3 heures pour parler de la mise en place de l'Union Soviétique en Première (=rien!!!), qu'est-ce que nos élèves peuvent comprendre à la question de l'internationalisme, et aux relations entre Mao, Staline et ses successeurs à ce sujet? (nous n'avons que 5-6 heures pour "traiter" ce sujet!)
- Les élèves de Terminale L et ES ont entendu parler de la Résistance, de la refondation de la République à la fin de la 2°GM (2-3 heures), et de la mise en place de la 5ème République (2-3 heures) en Première, mais pas de la 4ème République, ni des années de 1962 à nos jours. Le jeu des forces politiques et sociales de ces périodes leur est largement inconnu. Un élève "standard" de Terminale ne pouvait quasiment rien comprendre à la dernière émission, ce qui n'ôte rien à sa valeur par ailleurs.

Pour conclure, osons la question: pour qui sont faits ces programmes? à qui peuvent-ils profiter, intellectuellement, socialement, économiquement? (question ouverte!!!)
Suggestion iconoclaste, pour les prochaines émissions que vous annoncez sur les thèmes de ce nouveau programme d'histoire: inviter quelques jeunes "lambda" de 17 ou 18 ans, en guise de public (en évitant les lauréats du Concours Général!), comme ça, pour se faire une idée du vécu de prof de base, devant ses élèves...

Bonne continuation!

Portrait de Anonyme bujard20.09.2012

Pourquoi ne pas citer Ambroise Croizat, Ministre créateur de la Sécurité sociale, même si Pierre Laroque, haut fonctionnaire a eu sa part pour la mise en musique du projet ?

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.