retour en haut de page
La Suite dans les idées

La Suite dans les idées | 12-13

Syndiquer le contenu par Sylvain Bourmeau Le site de l'émission
Emission La Suite dans les idées

le samedi de 13h30 à 13h59

Ecoutez l'émission 28 minutes

Désacraliser le chiffre : estimer, comparer, évaluer.. 6

02.03.2013 - 13:30 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Directeur de recherches au CNRS, enseignant à l'EHESS où il dirige le Centre d'Etudes des mouvements sociaux (CEMS), Albert Ogien a étudié le rôle de l'informatique dans les Administrations de l'Etat, et la façon dont ces systèmes d'information peuvent  changer la manière de gouverner. Il s'attache aujourd'hui à produire une analyse sociologique de l'action de l'Etat. Il poursuit également une réflexion sur la pratique de la sociologie et développe une sociologie de la connaissance ordinaire.

Albert Ogien, est l'invité de La Suite dans les idées,  pour parler de son dernier livre Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public, (Editions Quae, coll. « Sciences en questions », 2013) - Livre écrit à partir de Conférences-Débats qui ont eu lieu à l'INRA en 2012 - à Rennes le 24 janvier 2012 et à Paris le 14 février 2012-

Comment le chiffre est-il devenu depuis 2006, date d'entrée en vigueur de la Loi organique sur les lois de finances (LOLF), la pièce maîtresse d'une manière de gouverner dans laquelle la décision politique est soumise à une logique du résultat ?

Les procédures d'évaluation des administrations d'Etat servent à quantifier l'action publique.

Albert Ogien propose de les appréhender en remontant au phénomène qui les organise : la mathématisation du monde social.

L'auteur décrit la transformation radicale du modèle d'exercice du pouvoir depuis 25 ans. Il lève la confusion sur les usages du terme et distingue l'évaluation en tant que jugement pratique et en tant que technique de gestion. L'évaluation gestionnaire, qui consiste à produire une mesure de l'efficacité d'une activité de production à partir d'une valorisation financière de chaque élément qui la compose, est aujourd'hui la forme dominante.

L'auteur interroge l'emprise actuelle de l'évaluation gestionnaire sur la définition de l'activité de gouvernement. Il montre comment elle affadit, voire vide de leur contenu les pratiques démocratiques. Il met en exergue les formes de résistance que les agents de la fonction publique et les citoyens peuvent opposer à cette érosion de la démocratie.

Aujourd'hui on gère l'Etat comme on gère une Entreprise.

 

Albert Ogien Geneviève Méric © Radio France

 


Table des matières du livre :

Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public -

Préface -

  L'esprit gestionnaire -
  La mathématisation du monde social -
  Les effets de la quantification -
  Le système du chiffre gestionnaire -
  Le chiffre et les petits remaniements moraux du quotidien -
  L'évaluation comme enjeu politique -
  Les principes de la Révision générale des politiques publiques -
  Désacriliser le chiffre -
  Conclusion

Invité(s) :
Albert Ogien, sociologue, directeur de recherche au CNRS et membre du CEMS

Thème(s) : Idées| Economie| Mathématiques| Société| Sociologie

6 commentaires

Portrait de Anonyme Anonyme16.03.2013

le management par objectifs-évaluation repose sur un modèle, celui de la cybernétique (de kubernétès, le gouvernail ou le pilote, selon la traduction). Les mots gouvernance, pilote, pilotage, si fréquents aujourd'hui se réfèrent à ce modèle. Il perfectionne celui de l'arc réflexe (stimulus-réponse) né au 17 ème siècle (voir F.Dagognet, la formation du concept de réflexe), en utilisant la notion de feedback (ou de retour), à ne pas confondre avec la notion de réponse (motrice). Le pilote automatique d'un voilier ou d'un missile en est l'exemple le plus parfait. Ce modèle a fait les beaux jours de la physiologie, de la pharmacologie, de l'économie, entre autres. Il constitue l'une des idéologies majeures de notre époque. Comme modèle de l'action humaine, c'est une extension du béhaviourisme, qui nécessite une numérisation de cette même action pour fonctionner. C'est surtout un terrible moyen de contrôle des humains, qui provoque suicides, dépressions, démissions ou démotivations.

Portrait de Calife Calife14.03.2013

Au-delà du débat idéologique sur la pertinence de telle ou telle méthode, force est de constater que tout cela n'a pas servi à grand-chose. Depuis la mise en place de tous ces acronymes, la dette publique française est passée de 60 à 90 % du PIB. La France ne fera pas l'économie d'un changement radical de la gestion de ses finances publiques. De gré ou de force, avec ou sans tableur.

Portrait de Anonyme Anonyme07.03.2013 En entreprise, le management par objectifs-évaluations exerce une coércision particulièrement puissante et efficace sur les salariés. Son utilisation dans la sphère publique, jusque là régie par le principe démocratique de la sanction élective pose de sérieux problèmes à cette démocratie. Les déclarations d'intention vertueuses d'une association comme la SFE ne changent rien. C'est bien du contrôle de l'action politique qu'il s'agit, d'une contradiction entre une technique prétendument objective et l'expression des citoyens, qu'elle dénonce comme implicitement subjective.
Portrait de Anonyme Anonyme05.03.2013 Merci à la Suite dans les idées de nous signaler cet ouvrage. La resistance organisée à cette idéologie de l'évaluation manque de billes.wy
Portrait de Anonyme Jean-René Garreau02.03.2013 Bonjour, Au regard de mes courtes recherches, elles-mêmes, faites après écoute de votre émission d'aujourd'hui, samedi 2 mars 2013, et de me connaissances, je pense que tout ceci n'est qu'une forme d'évaluation et en rien, tel le dit l'appellation des textes légaux, une réforme du système de comptabilité publique qui, à seul titre d'exemple, ne peut pas recevoir de dons. A vous lire éventuellement, Salutations distinguées. Jean-René Garreau sis: Résidence: "Les Acacias" 4 f avenue de coucous 44.300 Nantes
Portrait de Anonyme Ts02.03.2013 Je suis un des mechants evaluateur d un bureau d etudes privé qui a contribué a plusieurs evaluations. Et membre de la sfe. Par ailleurs createur d une scop. Je souscris totalement aux risques du chiffre et aux derives de management par le chiffre ds le public comme ds le privé. Cependant je trouve le discours ici caricatural a la limite calomnieux sur nos travaux. Relire svp la charte de la sfe. Nous sommes les premiers a nous battre pour - l ouverture des debats sur la pertinence, l efficience, donc au dela des chiffres - la diffusion des rapports d eval pour alimenter le debat public - une eval par un acteur exterieur seul capable de s extraire des manipulations des hierarchies - des formes d eval au service des acteurs, et de la chaine des acteurs tous echelons confondus. Et les aproches cout resultat ne sont pas forcement au depens des agents, bien au contraire. A ogien pose des excellentes questions, et fait connaitre la lolf, c est super. Mais il caricature nos travaux pour les critiquer. Pour qui roule t il en tirant sur ceux qui cherchent à relever le débat ? En france, il faudra du temps pour arriver a debattre des politiques publiques a partir de cpnstats, plutot que d ideologies plaquees de droite ou de gauche. Je pense que la lolf peut y contribuer avec le temps. Ts

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.