retour en haut de page
 Dossier du jour

Le Choix de la rédaction | 12-13

Syndiquer le contenu Le site de l'émission
Actualité Le Choix de la rédaction

du lundi au vendredi de 7h30 à 7h36

Ecoutez l'émission 4 minutes

Data-centers : les ogres énergivores d'Internet 0

25.12.2012 - 07:30 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureaudio

Les data centers sont en quelque sorte les usines de l'ère numérique. A l'intérieur, des milliers de serveurs sollicités à chaque courriel envoyé, à chaque vidéo visionnée, à chaque requête sur un moteur de recherche. Les data centers font la preuve que numérique ne signifie pas dématérialisé, loin s'en faut.

Aux Etats-Unis, certains data-centers de Google et Facebook ont une consommation électrique comparable à des villes comme Strasbourg ou Bordeaux. En France, ils consomment environ 9% de notre électricité.

 

25 000 mètres carrés de salles informatiques, l'équivalent de trois terrains de football. Des centaines d'armoires électriques (on les appelle des baies), des milliers de serveurs informatiques - bienvenue dans le plus grand data-center d'Europe. Equinix, le leader mondial du secteur, a investi 280 millions d'euros pour transformer l'ancien centre de tri postal de Pantin en une gigantesque "ferme" numérique (server farm). La visite commence avec Fabien Gautier, directeur commercial d'Equinix France :

Lecture
 
Partager

 

La sécurisation de l'approvisionnement électrique est primordiale. Une coupure de courant, ne serait-ce que de quelques secondes, est inenvisageable : le data-center tourne 24h/24, 7j/7 et avec lui les réseaux informatiques de plusieurs dizaines d'entreprises dont des multinationales. Premier poste de consommation électrique : les serveurs eux-mêmes. Deuxième poste : la climatisation.

Lecture
 
Partager

 

Les data-centers comme celui de Pantin se multiplient en France. Le secteur connaît une croissance à deux chiffres. Deux raisons à cela : l'explosion de l'Internet mobile (3 et 4G) et le développement des réseaux informatiques des entreprises. Ces "usines numériques" sont techniquement délocalisables mais la France détient en la matière un avantage comparatif décisif, comme l'explique Fabien Gautier:

Lecture
 
Partager

 

Nicolas AubéDR ©





En 2020, les data-centers américains rejetteront autant de CO2 que les avions

 

Changement de décor. Nous voici à Champs-sur-Marne, à 25 kilomètres à l'Est de Paris. Céleste est un fournisseur d'accès à internet à très haut débit. Il s'est implanté à la Cité Descartes, un cluster, une zone qui regroupe une université (Paris-Est), des écoles d'ingénieurs, des laboratoires de recherche et des entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies.

C'est là qu'est implanté le data-center de Céleste, Marilyn ("Dans Sept ans de réflexion la robe de l'actrice est soulevée sous une grille d'aération. Dans notre data-center, l'air passe à travers les étages et peut faire s'envoler les robes !"). Sa conception permet une 35% d'économie d'énergie par rapport à un data-centre traditionnel. Nicolas Aubé, PDG de Céleste :

Lecture
 
Partager

Benoît Vallet, directeur technique d'Acropolis DR ©

Mais ces économies d'énergie paraissent bien dérisoires face à l'appétit d'électricité du secteur. En 2020, les data-centers américains rejetteront autant de CO2 que les avions. En France, on estime que les centres de données consomment près de 9% de notre électricité.


Cloud-computing : un informatique plus écologique ?

 

Benoît Vallet est le directeur technique d'Acropolis qui gère plusieurs petits data-centers en France. Son société promeut des solutions de cloud-computing adoptées par de plus en plus d'entreprises. Voici sa définition de "l'informatique en nuage" :

Lecture
 
Partager

Pour l'instant, l'essor du cloud-computing  augmente mécaniquement le nombre de serveurs (nécessaires au partage des données entre les utilisateurs du cloud). Mais selon Benoît Vallet une mutation technologique progressive du cloud  va permettre de réduire l'impact écologique des data-centers en virtualisant davantage les serveurs :

Lecture
 
Partager
Dans le rapport "Développement éco-responsable et TIC" remis au gouvernement en 2009, Michel Petit montre que, dans un data-center traditionnel, pour un kilowatt dépensé pour un serveur, un autre kilowatt est nécessaire pour le refroidir. Il prévoit que la consommation électrique des data-centers va augmenter de 10% chaque année.

 

Erwan Pastol

 

Thème(s) : Information| Entreprise| Environnement| Industrie| Informatique| Internet| Travail| cloud-computing| Data-center| économies d'énergie

Lien(s)

Développement éco-responsable et TICRapport du Conseil général de l'Industrie, de l’Énergie et des Technologies sur la question de la consommation électrique des appareils informatiques
Data-center MarilynSite de présentation du data-center de Champs-sur-Marne
Data-center : trois nouveaux indicateurs environnementauxArticle du site spécialisé greenit.fr

0 commentaire

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.