retour en haut de page
Du Grain à moudre

Le Club des observateurs

Syndiquer le contenu par Hervé Gardette Le site de l'émission

le mercredi de 18h20 à 19h

Faut-il prendre la campagne aux mots ? 0

22.02.2012 - 18:20 audio

Suivez-nous sur :

 

 

 

 

Avec aujourd'hui pour le Club des Observateurs de France Culture : Barbara Cassin, Patrick Weil, Dominique Reynié.


La France est de retour. Si ce n’est sur la scène internationale, en tout cas dans les discours. Du ‘’made in France’’ à la ‘’France forte’’ en passant par le « je suis venu vous parler de la France », il n’y en a plus que pour elle dans la campagne présidentielle.

Enfin…pas tout à fait. Il ne faudrait pas oublier le Peuple. Car on cause du peuple dans cette campagne, comme si ce dernier venait subitement de réapparaitre après une longue période de glaciation.

La France, le Peuple. Le Mensonge et la Vérité. Deux autres mots reliés l’un à l’autre, qui semblent eux aussi s’imposer dans le débat politique du moment, selon un même rituel quelque soit le candidat ou la candidate : je vous parle un langage de vérité, tout autre discours ne relève donc que du mensonge. Le moment présidentiel est toujours riche de mots qui, parfois, ne passeront pas le cap du quinquennat. Souvenez-vous par exemple de la Fraternité chère à Ségolène Royal, du tout est Possible de Nicolas Sarkozy : oubliés, pire, dépassés en 2012.

En 1946, dans son essai La politique et la langue anglaise, George Orwell décrivait ce qu’il pouvait y a avoir de machinal dans la façon de s’exprimer des politiques (ce que l’on appelle aujourd’hui les éléments de langage) :

« Quand on observe quelque orateur fatigué répétant mécaniquement des expressions familières…on a souvent le sentiment curieux que l’on ne regarde pas un être humain vivant mais une sorte de mannequin ».

Alors faut-il prendre la campagne aux mots ?


Le Club des Observateurs de France Culture : Nicolas Baverez, Rony Brauman, Barbara Cassin, Christophe Guilluy, Jacqueline Hénard, Axel Kahn, Philippe Manière, Thomas Piketty, Dominique Reynié, Stéphane Rozès et Patrick Weil.

 

Et le contrepoint de Julie Gacon.

Dans son livre paru dernièrement au Seuil, Frédéric Pommier décortique, à sa façon, les tics et les tocs de langage de nos politiques... Un rapport médical détaillé des affections les plus courantes, à commencer par... l'énergicophagie.

Lecture
 
Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

Invité(s) :
Barbara Cassin, philologue et philosophe, directrice de recherches au CNRS
Patrick Weil, historien, Directeur de recherche au CNRS
Dominique Reynié, président de la Fondapol

Thème(s) : Idées| Débat| Idées| Inventaire avant élections| Politique