retour en haut de page
Le Gai savoir

Le Gai savoir | 12-13

Syndiquer le contenu par Raphaël Enthoven Le site de l'émission
Emission Le Gai savoir

le dimanche de 16h à 17h

Ecoutez l'émission 59 minutes

Homophobie : Généalogie d'une haine ordinaire 52

09.06.2013 - 16:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecturevideo

Schopenhauer ©RF

 

De tous les racismes, l’homophobie est avec la misogynie celui qui s’exprime le plus volontiers, car il s’abrite derrière des considérations érudites. Les délires de Gobineau sur l’inégalité des races n’ont pas résisté à l’arrivée du XX siècle et le constat qu’il n’y a pas de race, mais les considérations oiseuses sur l’homosexualité comme un vice sont plus difficiles à abattre, à quoi tient cette résistance de la connerie ?

Il faut prendre au sérieux les arguments des homophobes. Il faut entendre et écouter les sophismes d’une haine qui se donne tantôt la science, tantôt le bon sens, pour alibi. Il faut plonger dans le marais de ces discours pestilentiels et parfumés pour en extraire la substantifique boue. Car combattre les choses n’est pas les comprendre, mais comprendre les choses, c’est les combattre. 

 

 

 

A la lecture : Julie-Marie Parmentier

A la réalisation : François Caunac 

 

 

Invité(s) :
Julie-Marie Parmentier

Thème(s) : Idées| Débat| Droit| Essai| Grands Classiques| Morale| Opinion| Sexualité| Homophobie| Misogynie| Emmanuel Kant| Arthur Schopenhauer| Jean-Jacques Rousseau

52 commentaires

Portrait de Anonyme Lulu17.08.2013

Merci pour cet épisode à renommer : le gay savoir !

Portrait de Anonyme marie caroline14.07.2013

Bonjour! une remarque à retardement..."l'esprit de l'escalier " je crois: en écoutant Raphaël Enthoven et sa fougue pro-sodomite, on ne peut qu'avoir envie d'essayer!..aprés tout n'est-ce pas "le plaisir des Dieux " ?!

Portrait de Anonyme Lorenzo29.06.2013

Instruction de cette haine ordinaire sans contradiction sans contradicteur. Qui fera l'instruction de ce fascisme ordinaire ?
Raphaël Enthoven est un merveilleux passeur, habile pour aider son invité à exposer ses idées. Dans le rôle de l'inquisiteur il est moins convainquant, mais qui le serait ?

Portrait de Anonyme baruch21.06.2013

Pourquoi mettre les bonobos à part, Raphaël sombre dans une paralogisme post-raisonnée

Portrait de Anonyme Gilles. V.15.06.2013

Raphaël Enthoven ne prêche que des convertis. Ou des admirateurs, dont je suis. Malheureusement, en ces affaires, on ne fait pas bouger les lignes avec des arguments philosophiques, aussi brillants soient-ils.

"Aucun philosophe, dit admirablement Voltaire, n’a influé seulement sur les moeurs de la rue où il demeurait. Pourquoi? parce que les hommes se conduisent par la coutume et non par la métaphysique."

Une citation particulièrement appropriée dans le cas du mariage homosexuel, dont le principal tort, au regard de ses opposants, est de déranger une coutume, c'est-à-dire une habitude. L'avenir du mariage homosexuel dépendra de sa capacité ou non à entrer dans les mœurs. Seul le temps nous le dira.

Portrait de Anonyme Claude. S.03.07.2013

Il faut déjà de toute manière pour aller sur son site officiel et avoir écouté jusqu'au bout si non faire parti des convaincus tout du moins appartenir a la catégorie des gens "habituellement curieux des choses de ce monde. Il n'empêche les déjà convertis ont besoin d'arguments et face a un discours bien construit les discours stéréotypés en vogue auront du mal a s'imposer. Les petits ruisseaux font de grandes rivières. Il est possible de penser que toute bonne idée allant dans le sens de plus de bonheur pour tous ( avant de traiter du mariage) réapparaitra au niveau de la masse et réussira a s'imposer.

Portrait de Hélion Hélion14.06.2013

2 critiques sur des arguments présentés :
- si Schopenhauer dit qu'il pleut, que je dis qu'il pleut, je me mets donc du côté de Schopenhauer et entre en contradiction avec ma foi en Dieu, puis que Schopenhauer ne croit pas en Dieu ? Un peu court, M. Enthoven...
- je ne suis pas un soutien de Christine Boutin, mais il me semble que lorsqu'elle dit "qu'on est entouré de gays", elle ne se place que dans le cadre des fictions audiovisuelles. Elle réagissait à la Palme d'Or de Cannes, souvenez-vous. Et dans ce cadre, il y a effectivement des modes : la drogue dans les années 80, l'antiracisme fin 90 début 2000, l'écologie ensuite. Il y a effectivement ces temps-ci beaucoup de scénarios de fictions dans lesquels l'homosexualité est mise en scène. A tort ? A raison ? Toujours est-il que cela irrite Mme Boutin. Compte tenu de ses opinions, elle est cohérente et ce qu'elle dit ne me semble pas une énormité dans le cadre où elle se situe. Il me semble que les fictions audiovisuelles actuelles mettent en scène davantage l'homosexualité que la foi catholique traditionnelle. Le fait que la société comporte moins de gays que de chrétiens n'a rien à y voir...

Portrait de Anonyme Anonyme27.06.2013

Oui, mais non.
Contre exemple:
Les séries Sœur Thérèse.com et Louis Page.
+ la messe tous les dimanches, même sur france culture.

Par contre, j'ai aussi l'impression qu'on met très souvent en scène les gays. Probablement beaucoup plus que leur importance réelle dans la société. Je me suis même étonné du peu de manifestants favorables au mariage gay. Ils auraient au moins pu mobiliser contre l'extreme droite, ça n'a même pas réveillé le PS ?

Avant 1981, l'homosexualité était un délit.
Maintenant, on demande de trouver qu'elle va se soit.
Je rappelle quand même qu'en 1981, l'homosexualité était dans la case à coté de la pédophilie. Il y avait des gens pour défendre la pédophilie. Et maintenant la pédophilie est diabolisé alors qu'à une époque on défendait le droit des enfants à la sexualité... avec les adultes...

L'homosexualité, en tant que telle me pose aucun problème, par contre je vois plusieurs problèmes dans la manière avec laquelle on cherche à la faire admettre.

- Jusqu'à quel point faut-il céder à "l'air du temps" ?
Parce que s'il faut ceder à l'air du temps des que celui-ci change, le régime politique dans lequel je suis s'appelle une dictature (totalitarisme). Je dois tout de suite obéir. C'est le regne du zeitgeist ou même le pape est censé céder. La tradition millénaire qui a eu le temps de forger les esprits n'est pas acceptable: on doit tout de suite changer...
Pourquoi la morale des gens devraient subitement changer si vite ?
On pourrait au moins comprendre que la société a ses ancrages.
Elle doit en avoir pour ne pas que la société aille vers n'importe quoi. On pense donc que tous les modèles sociaux fonctionnent et que les gens vont les accepter comme celà, dès qu'ils sont énoncés ?

Allez, un coup de matracage médiatique et hop, il faut changer ?
Pour moi, ce n'est pas une méthode acceptable.

Autre problème:
- "Je suis contre le mariage, je suis donc homophobe, parce que c'est contre l'égalité".
Les noms d'oiseaux qui empechent les argumentations, ca s'appelle un "thought terminating cliché", en anglais. Il n'y a rien à discuter, sinon je mérite un qualificatif digne d'une cour de récréation.
C'est ça le débat démocratique ?
Alors, si c'est ça je suis contre ceux qui font la promotion de ce type de méthode.

S'il n'y a pas de débat et si les gens doivent juste aller dans le sens que matraque les médias, qu'il faut voter pour Kosciscot morizet à la présidentielle. Alors qu'on cesse d'appeler ce pays une démocratie.

Portrait de Anonyme Paul12.06.2013

Je suis un fidèle auditeur de vos émissions que je trouve toujours intéressantes.
Je suis par contre surpris par le préambule de cette dernière émission : vous évoquez le "racisme" pour parler de l'opposition à l'homosexualité ! Je sais que ce concept est devenu aujourd'hui un mot magique qui ne supporte plus aucune définition rationnelle, mais de votre part cela m'étonne. Que vous condamniez cette violence faite à des êtres humains parce qu'ils ont une sexualité différente, c'est tout à votre honneur, mais pourquoi donc le faire en utilisant cette terminologie inadéquate ? en quoi les homosexuels sont-ils une "race" ? d'autant plus, qu'il me semble que le mot "race" est maintenant écarté comme inadéquat jusque dans nos textes constitutionnels.

Portrait de Kyrielle Kyrielle14.06.2013

Réponse à Paul et Lionel : l'étymologie peut enrichir votre controverse:
le mot "racisme" a été créé en 1902 pour désigner la théorie de la hiérarchie des races dans le contexte d'une politique opportuniste exploitant ce thème éhonté...
Par contre, le mot "race" est issu de la forme post-latine méridionale du XIVe "razza" ou "rassa" (espèce de gens, membres d'un complot ou d'une conjuration). L'emploi du mot "racisme" pour désigner l'homophobie n'est donc pas une ineptie. Le mot "race" porte en lui ce sens de "gens à part, de membres d'un complot...

Portrait de Anonyme Paul14.06.2013

Réponse à Lionel,

Oui, c'est bien ce que je voulais dire : c'est la victoire du nominalisme de la novlangue. On supprime certains mots, on attribue aux mots des définitions totalement étrangères à leur étymologie pourvu qu'ils soient une arme efficace pour éteindre toute réflexion. Je persiste donc à regretter le ton du préambule de l'émission. Il me semble que Monsieur Enthoven n'a vraiment pas besoin d'user de ces armes de la persuasion sophistique et de l’invective pour étayer sa pensée. Tout point de vue non idéologiquement correct doit-il immédiatement être réduit à l’infâme par ce trafic sémantique, par la reductio ad hitlerum comme le disait Léo Strauss ? Est-ce satisfaisant de traiter de « con » de « raciste ( !!!) » le point de vue de l’adversaire ? L’injure n’est pas une argumentation, mais bien plutôt risque de donner l’impression d’une impuissance à conceptualiser…
Rien ne vaut la force d'une argumentation produisant sinon une conviction, en tout cas une bonne raison de réfléchir intelligemment.

Portrait de Anonyme Lionel13.06.2013

Pour répondre à Paul , je vous lis la définition de "racisme " sur le dictionnaire : " Attitude d'hostilité systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes . Racisme envers les jeunes .

Vous voyez qu'il ne s'agit pas de race comme ça racine semble le dire . c'est simplement une hostilité envers tout groupes de personnes . j'espère que cela vous éclairera davantage . bien à vous ;
Lionel

Portrait de Anonyme Julien11.06.2013

Merci pour cette émission que j'aurais aimée découvrir plus tôt pour diverses raisons. J'aime votre clarté et votre simplicité.

À propos de cette thématique de l'homophobie, je ferais un parallèle avec C.Rosset car ici on a clairement chez les opposants un voile posé sur la réalité des choses avec des personnes qui savent bien que les gays ne sont pas la cause de leurs problèmes.

Portrait de Anonyme rpplbis (anonyme)11.06.2013

Votre paranoïa est incroyable (c'est vous et les autres). Vous tirez des extraits d'interviews que vous croyez déconstruire par des milliers de mots, vous vous en accordez bien plus que vous en accordez aux autres, en surinterprétant ces quelques mots, en faisant des analogies à votre convenance, on va dire... Les autres sont pour vous "réducteurs", ils réduisent ! Ce qui est affreux, cela va de soi pour vous ! L'abondance de ce verbe pour présenter voire résumer la parole de ces autres est étonnante et parfois pénible à entendre tellement il y en a. On dirait des coups de cymbales, comme si la force de la parole se tirait de la force des mots et de leur répétition obstinée. L'appui sur les consonnes des mots forts (on croirait du théâtre amateur de faible niveau).
La "citation" de la parole de ces autres est engagée par vous par des formules dénigrantes telles que "il est quand même hilarant..." (que les autres reprennent à leur insu les arguments auxquels ils s'opposent...)
Il va rechercher les contradictions des autres, en lieu et place de tenir un raisonnement compréhensible et sensible, alors qu'il bâtit sans cesse le discours des autres en discours ennemi, il le réécrit pour le rendre ridicule et bête... tout en affirmant vouloir une argumentation apaisée.
Cette violence symbolique est insupportable : Il a tout le bien et les autres tout le mal. Il croit le prouver en prêtant à ces autres des discours fortement détournés, à la limite de la falsification bien souvent, il les met dans l'absurde et il les charge de haine (à ses yeux, il les critique, une fois préparés par ses soins et si les contradictions étaient hilarantes (ce n'est pas mon point de vue), il y aurait mille occasions de rire dans l'heure où il parle. Par exemple, il dit à propos des autres "prenez celui que vous voulez" (ils sont tous pareils) et s'oppose, au nom de sa lutte contre la réduction, à l'idée portée par les autres que les homosexuels seraient tous pareils.
C'est une émission militante, une propagande qui ne recherche aucunement l'exposition scientifique (de vulgarisation scientifique au moins de haut niveau) d'un phénomène culturel de la société. Cela n'apprend rien. Il n'y a aucune information.
et si on appliquait le même type de discours à l'hétérosexualité... on pourrait trouver cette émission violemment hétérophobe. Qu'est-ce qu'il reste aux hétéros? En quoi sont-ils intéressants? Que font-ils de bien? Il y a même un moment où le narrateur expose que l'homosexualité c'est l'amour de l'altérité (la vraie altérité). Qu'est-ce qu'il reste aux hétéros? En dehors du fait qu'ils sont homophobes (certains au moins), et qu'ils réduisent la sexualité à la nature... la civilisation à la nature (c'est l'homosexualité qui est civilisée, puisque la civilisation c'est la liberté par rapport à la nature, c'est comme si les hétéros étaient restés des animaux, bêtement attachés à la procréation, qui est comparée à l'épicerie... "on pourrait pas être tous épicier) etc.
Osez le contradictoire. Et le travail positif du négatif.

Portrait de Anonyme Anonyme20.06.2013

Je ne partage pas votre avis.
1.Cette émission m'a beaucoup apporté,
2.Ce n'est pas parce que l'homosexualité est une sexualité parfaitement digne d'intérêt, avec notamment la place laissée à l'altérité, que, pour autant, l'hétérosexualité n'aurait aucun intérêt. Mais en le laissant entendre, vous extrapolez le propos de M.Enthoven, qui ne l'a ni dit ni laissé entendre.
3.C'est bien le discours et les arguments des homophobes (homophobe = qui éprouve de l'aversion pour les homosexuels) qui, quand on y réfléchit, se réduit à peu d'arguments sérieux et aboutit à des positions philosophiquement intenables, voire à des contradictions.
C'est justement ce dernier point que M.Enthoven a montré dans cette émission. Qu'il en soit décidément remercié.

Portrait de Anonyme Rumwald11.06.2013

C'était très bien, comme d'hab.Un gai savoir, quoi!
Me fait sourire quelquefois (ou souvent) R.E, voire pouffer. Quel acteur! Et quel sens de la subtile provocation grossière "du dimanche". Difficile et facile, apparent et foncier.

Portrait de Anonyme J. Grau10.06.2013

Bonsoir, M. Enthoven, et merci pour cette émission.

Permettez-moi tout de même d'émettre trois minuscules critiques :

- Je ne suis pas du tout sûr que le clergé catholique ait puisé son argumentaire homophobe chez Schopenhauer. Il me paraît plus probable que les deux aient puisé à une source commune...

- Il me semble que vous êtes passé à côté d'une source importante de l'homophobie, qui est le machisme. Il est hors de question, pour beaucoup de machos, d'admettre que des femmes puissent se passer des hommes pour leur vie sexuelle. Il est également impensable d'admettre que des hommes puissent se comporter "comme des femmes" et se faire pénétrer. Se montrer trop tolérant vis-à-vis de l'homosexualité masculine, pour un macho, c'est prendre le risque que les autres machos le soupçonnent d'avoir des tendances homosexuelles. Il faut donc se moquer des "pédés" (dans le meilleur des cas) ou leur casser la gueule, afin de montrer qu'on est un vrai mâle. A ce propos, il faut noter que l'homosexualité passive était très mal vue dans l'Antiquité gréco-romaine. Si César a été raillé par ses légionnaires, durant son triomphe, c'est parce que la rumeur en avait fait le mignon de je ne sais plus quel roi hellénistique. Un homme libre et adulte ne pouvait se comporter "comme une femme" sans risquer de perdre son prestige et son autorité de mâle. En revanche, il pouvait très bien sodomiser un esclave ou - au moins dans certains cas - un adolescent libre (pratique courante dans les cités grecques). Du moment qu'il avait le rôle dominant, l'honneur était sauf.

- Sauf erreur de ma part, vous n'avez guère parlé du fait que l'homophobie est d'autant plus violente qu'elle procède d'une peur (justifiée ou non) d'être soi-même homosexuel. J'ai plusieurs fois lu ou entendu des homophobes (comme Le Pen ou Serge Dassault) dire que la banalisation de l'homosexualité menaçait la survie de l'espèce humaine. Avec une naïveté confondante, ces gens-là nous avouent donc qu'ils considèrent l'homosexualité comme la tendance dominante de la majorité des êtres humains, et qu'il faut la combattre par tous les moyens pour que les hommes et les femmes continuent de coucher ensemble. N'est-ce pas étonnant ? Je soupçonne ces gens de souffrir de l'éducation machiste qu'ils ont reçue et de désirer secrètement s'en débarrasser. Et comme, dans leur esprit, rejeter le machisme revient à être une "tapette", ils s'imaginent qu'ils ont forcément des tendances homosexuelles. Si vous avez une meilleure explication, je suis curieux de la lire.

Portrait de Anonyme Pierre10.06.2013

L'usage de la poire papale en Occident n'est pas une certitude historique. C'est assez décevant que l'auteur s’appuie sur cette zone floue et en plus il nous met un extrait d'une série HBO.

Portrait de Wawa Wawa10.06.2013

Cher Monsieur Enthoven,

J'ai découvert votre émission très récemment lors de mon stage de recherche. Vous avez égayé mon savoir philosophique à travers une relecture et une étude d’œuvres que j'ai téléchargées relues et nouvellement appréciées ou tout simplement pris le temps de relire. Je vous remercie sincèrement pour ces dialogues si vivifiants.

Je trouve cependant dommage que votre émission soit entrain de changer de paradigme, en passant d'une étude d'un ouvrage pour vous consacrer à des thématiques.

Je ne parle pas forcément de cette émission sur l'homophobie, je cautionne tout à fait votre point de vue pour le mariage gay, mais je trouve dommage de trop vous appuyer sur une actualité pathétique plus qu'intéressante d'un point de vue philosophique.

L'intérêt de votre émission était la découverte d’œuvres et non pas vraiment l'exposition d'un point de vue - que je ne critique pas ici - sur un sujet d'actualité.

Il reste en effet de nombreux ouvrages qui mériteraient d'être ouverts ou rouverts, notamment parmi les philosophes américains et plus récents comme Dewey ou Popper, que je ne connais pas vraiment mais suscitent mon intérêt. Peut-être pourriez-vous aussi vous intéresser à des philosophies asiatiques ou arabes, Averroès par exemple.

Ouvrir et non convaincre tel est le rôle dans lequel vous apportez le plus.

En réaffirmant ma fidélité à votre émission.

Cordialement.

Portrait de Kyrielle Kyrielle12.06.2013

Ami du gai savoir : il est très revigorant, très rafraîchissant, que des émissions plus thématiques viennent parfois émailler le tissu chatoyant de nos rendez-vous dominicaux !
C'est tout à l'honneur de notre duo de choc de rompre la routine, de varier les approches, de déployer une logique subtile du contrepoint, du contre-jour, mettant en balance plusieurs textes...ou d'opter pour la focalisation sur une oeuvre unique.
En amis de Nietzsche, soyons des aéronautes de l'esprit !

Portrait de Anonyme Fermoix10.06.2013

Je suis pour le "mariage pour tous", mais j'ai trouvé particulièrement savoureux d'entendre traiter de cons ceux qui ne pensent pas comme cela en leur expliquant de façon bien claire que c'est _eux_ qui n'acceptent pas l'autre. Autant de philosophie pour en arriver là...

Comme disait Desproges : "L'ennemi est bête : il croit que c'est nous l'ennemi. Alors que c'est lui... J'en ris encore."

Portrait de Anonyme Cyril10.06.2013

Eh bien ! voici une remarquable déconstruction des discours politiques homophobes ! Je suis revenu en arrière deux ou trois fois pour saisir tout votre raisonnement, mais c'est bien dans la célérité que votre esprit d'analyse est le plus brillant !

Par contre, vous avez réussi à égaler Schopenhauer dans la formulation de propos inconséquents :

Le premier naturaliste venu, le dernier des éthologues, sauterait au plafond en vous entendant parler ainsi de la sexualité animale !!!
C'est justement le grand apport des dernières années en éthologie que de nous révéler la richesse inouïe, la complexité et la beauté de la sexualité animale...
Vos propos semblent tout droit sortis d'un livre ("Anti-nature", je crois) de notre Clément Rosset national, ce dernier déclarant que la sexualité humaine, loin d'être bestiale, est au contraire un art très élaboré, affranchi en cela des simples nécessités naturelles...

Mais la sexualité animale est elle aussi un art très subtil, extrêmement riche et divers, même en dehors des périodes de reproduction (l'homosexualité, par exemple, intervient alors comme rapport de pouvoir ou de cohésion du groupe...).
Certaines espèces nous surpassent même, et de très loin, dans l'art de l'amour (nous qui sommes limités à nos bouches et à nos organes de la miction et de la défécation...)

Deux solutions mon cher Raphaël Enthoven :
- soit vous allez passer deux ans dans une cabane dans les bois comme Thoreau
- soit vous vous plongez dans les études récentes sur la sexualité animale.

Vous découvrirez que les Bonobos, loin d'être une exception, sont plutôt la règle (juste un peu plus voyante).
Les animaux nous donnent des leçons de délicatesse, de beauté, de douceur, de douleur, de volupté infinie, d'orgies flamboyantes, d'exultations collectives, de fusions-confusions-effusions mirobolantes !!!

Moralité : soyons bestiaux ! et nous serons un peu plus civilisés...

Portrait de delphica delphica10.06.2013

Très bonne émission, qui remet bien à leur place les homophobes, dont les pires: ceux qui ne s'assument pas.
Toutefois, on pourrait insister sur le fait que le débat ne recoupe pas un simple partage nature/culture, comme on pourrait l'entendre dans les manifestations. Il serait stérile de voir d'un côté les partisans de la nature, et de l'autre ceux de la civilisation. R. Enthoven le suggère en rappelant que le concept de nature est complexe, et que l'on peut défendre bien des causes (dont la misogynie) en invoquant la nature. La culture quant à elle est ce qu'on en fait, et qui peut se permettre de dire ce que doit être l'homme ou la société ?
Juste un détail, de forme peut-être : gardons à l'esprit que cet éloge du plaisir sexuel gratuit s'entend entre personnes consentantes et lucides ( R.E. parle bien du respect), car le contraire pourrait donner de l'eau au moulin de ceux qui associent homosexualité et pédophilie ou viol. C'est évident, mais mieux vaut l'expliciter !

Portrait de Anonyme artemisia.g10.06.2013

En effet, le lesbianisme relève de l'impensé, il représente peut-être une subversion si absolue de la norme hétérosexuelle qu'on préfère en ignorer l'existence même. Néanmoins, des philosophes ont-ils/elles abordé la question (à part Simone de Beauvoir)? Évoquer les gays, les homosexuels comme une catégorie homogène est trompeur car lesbiennes et gays affrontent des problématiques totalement différentes dans une société ou femmes et hommes ne sont toujours pas totalement égaux (salaires, carrières...). Comment se fait-il que les discours homophobe s'attaquent aussi violemment aux gays, ignorant simplement les lesbiennes? Cela serait-il lié à la misogynie/ au sexisme qui, refusant aux femmes autonomie et libre-arbitre, minore donc la sexualité féminine?

Portrait de Anonyme Sebcha10.06.2013

Merci !

Portrait de Anonyme Éric Guéguen10.06.2013

Ce n'est pas, pour ma part, la meilleure émission qui m'ait été donnée d'entendre ici. Montrer en quoi certains se trompent, très bien. Mais les faire systématiquement passer pour des imbéciles, non.
Vanneste, en particulier, part également du principe que l'homosexualité est un choix culturel, et non un fait de nature. Sur ce point personne ne veut jamais lui répondre. D'ailleurs, les avis sont très partagés à ce sujet. Pourquoi ne jamais l'aborder et essayer de trancher une fois pour toutes avec l'aide des homosexuels aux-mêmes ?
L'homosexualité est-elle choix de l'individu, ou élément génétique ?

Portrait de Anonyme No Vo10.06.2013

...et de l'indifference surtout!

Portrait de Anonyme thierry Deregnaucourt10.06.2013

Je trouve déplacé et témoin d'un manque de perspective pour un philosophe de faire l'apologie esthétique de la sodomie (celle du film "Délivrance" l'est presque plus que les propos de Raphaël Enthoven...)Pauvre Jacques Bouveresse vous êtes bien le seul dans ce paysage Enholevyfray à ne pas céder aux sirènes de la philosophie truffée de "on peut concevoir que" comme autant de contrepoids à des assertions tout autant infondées....pauvres bonobos profitez de votre temps libre avant de faire l'objet d'une émission.

Portrait de Anonyme No Vo10.06.2013

Une émission adéquate a l'urgence de comprendre l'homophobie actuelle...
dont vous indiquez bien, c'est de la haine ordinaire et souvent banalisée en discours publique dans les pays de tendance totalitaire.
Donc, l'importance vitale de débattre les idées reçues, grâce a la pensée crue de votre style…Bravo a un Gai savoir, fort et sans limites dans la complexité de notre temps…
Et encore – Bravo - nous éclaircir sur ‘la poire papale’ – une telle touche sonore ne peut qu’exaucer un besoin de compassion a l’égard des victimes de cette haine.

Portrait de Anonyme Melpomène / Erato10.06.2013

Pour nos amis sodomites mélomanes que rebuterait un peu Charles Trénet et qui préféreraient des plaisirs plus sophistiqués, signalons "Cavaleria rusticana" de Mascagni et le grand air qui le conclut : " Andar a l'uscit ".

Portrait de Anonyme Giovanni Verga09.06.2013

Merci pour votre émission qui ne recule devant aucune de ces audaces qu'on s'alarmait de lui voir contourner pour s'en garder, s'y soustraire afin de passer outre aux culminations spéculatives dont vous nous fîtes faveur avec largesse.

Portrait de Anonyme rené wenger09.06.2013

Décidément, c'est une obsession cette histoire de s...... , ce qui équivaut à une névrose ! Le gai savoir ne m'intéresse plus... Le niveau est tombé si bas ! BON VENT !

Portrait de Anonyme Marina09.06.2013

C'est toujours un grand et, vif, plaisir d'entendre dégommer Rousseau.

Portrait de Anonyme Anonyme10.06.2013

Rousseauphobie ? Naturophobie ?

Portrait de Anonyme Nicolas Pelletier09.06.2013

Excellente émission comme d'habitude. Cette démonte progressive de l'absurdité des arguments utilisé à l'encontre des homosexuels... Au final, il ne leur reste que leur haine, leur dégoût et aucune profonde raison pour l'expliquer... Il doit se soumettre à la vérité, on leur a dit que l'homosexualité c'était dégoûtant sans raison et ils ont alors pensé la même chose sans réfuter l'affirmation...

La scène finale de la poire papale m'a remué les tripes. Quels horreurs étaient capable les hommes au Moyen Age au nom de leur Dieu vengeur...

Portrait de Anonyme François Freidenker09.06.2013

Très intéressé par votre "gai savoir ",mais surtout par la deuxième partie à propos de la sodomie car le sujet est soigneusement évité et l'on est plutôt dans la vision " bisou-nours" dans le genre : ils s'aiment,alors pourquoi n'auraient-ils pas la même considèration et les mêmes droits que les autres couples etc..
Vous n'êtes que la deuxième personne à prononcer ce mot terrible,la première était un militant musulman ,militant pour un " autre Islam ou " self Islam" ( émission les pieds sur terre ),mais lui - ce militant - se flagellait d'appartenir au peuple des sodomites ..!
Vous discourez dans la deuxième partie de votre exposé en véritable professeur de philosophie et vous avez dû apprendre pas mal de choses à beaucoup de monde ..! vous avez oublié de dire que déjà l'on disait de César qu'il était le mari de toutes les femmes et la femme de tous les maris..! mais à l'époque on ne demandait pas l'ouverture de droits sociaux payés par la collectivité..
Je suis tout à fait tout ce que vous y dites, mais entre personnes de sexe différent et à titre de récréation, d'expérience si la partenaire est d'accord et demandeuse; mais de là à en faire le mode exclusif d'échange sexuel, celà sent un peu le soufre à mon avis..
Vous citez beaucoup les grands auteurs, ..mais vous n'avez pas cité ce que disait Voltaire à propos de la sodomie : " ...mais, prêter son C... au bougre sodomite, ah non! cela n'est pas beau .."

En ce qui concerne la première partie de votre discours qui figure sur le site en guise d'introduction, cela ne ressemble guère aux propos d'un professeur de philosophie puisque vous ne démontrez rien, vous assénez simplement des à priori ,et vous insultez pratiquement celui ou celle qui n'est pas de votre avis..ce n'est pas un bon exemple pour la jeune stagiaire qui est avec vous ..( Is it not ? )

Malgré tout, merci pour vos émissions!
Un auditeur attentif de vos émissions ainsi que sur "Arte"

P.S: à titre d'excercice, ne pouvez vous pas nous développer des thèses tout à fait inverses ?

Portrait de arronax50 arronax5019.06.2013

Vous prenez l'homophobie de Voltaire, prenez donc son racisme et son antisémitisme, c'est cadeau.

Portrait de Anonyme tenjo09.06.2013

Merci pour cette émission je suis heureux de pouvoir entendre une expression qui argumente avec finesse et profondeur le bonheur du non dogmatisme . Pourtant je me permet de souligner le fait de la recherche d'une hygiène dans le monde animal tant sur le plan corporel qu'environnemental , certes c'est un point de détail mais il aide à souligner l'humanité animale , autre rupture de dogme pour moi surtout il est loisible d'observer de simples moineaux prendre des bains de poussière pour se débarrasser de parasites ou d'eau pour se laver ce n'est qu'un simple exemple vérifiable facilement , il y en a beaucoup d'autres plus difficiles à observer ou comprendre

Portrait de Anonyme JeanMichel09.06.2013

Emission intéressante aujourd'hui sur l'homosexualité. Merci M.Enthoven. Vos arguments sont intéressants, et votre pensée clairement exprimée.

Je vous soumets une idée :

Pourquoi un jour ne parleriez-vous du "Corydon" de Gide ?

Cela permettrait d'approfondir les relations entre nature et homosexualité.

Pour l'exprimer simplement, et à titre d'exemple, un point intéressant que cela permettrait de développer est :

"étant donné que l'homosexualité est présente chez les animaux, comment l'homophobie peut-elle encore se justifier en s'appuyant sur l'argument selon lequel l'homosexualité serait contre-nature" ?

Je crois sincèrement que l'argumentaire de Gide vous présenterait des idées nouvelles sur lesquelles vous auriez plaisir à réfléchir...

Portrait de Anonyme JeanMichel09.07.2013

Christine, le seul fait que j'admets est, parce que je le constate, que vous vous tentez, en jouant sur les mots, de défendre une idée bancale. En les déformant, vous faites dire à mes phrases ce qu'elles ne disent pas. Quand j'écris : "l'homme est une espèce animale particulière", cela signifie d'abord que l'homme est une espèce animale. Comme, par exemple, le dauphin est une espèce animale. L'homme et le dauphin sont des espèces animales distinctes, particulières. La distinction entre l'homme et les autres espèces animales ne se situe pas où vous le croyez : lisez les éthologues, cela vous éclairera. Lisez Konrad Lorentz.
Ensuite, vous attribuez à l'homme la faculté de "s'élever au-dessus de ses exigences pulsionnelles". Pensez-vous que ce soit toujours le cas ? Essayez alors d'arrêter de boire. Au bout de quelques jours, arriverez-vous à vous élever au-dessus de la soif ? J'en doute !
A contrario, les animaux sont capables de se retenir de satisfaire leurs pulsions ; par exemple, en présence d'un danger, ils arrêtent de manger. Ils sont donc capables de résister à des pulsions dans certaines circonstances comme, dans d'autres circonstances, l'homme ne peut s'en empêcher. Ce que vous voulez prouver est donc simplement faux. La nature de l'homme n'est pas ce que vous en dites.
Enfin, saviez-vous que les dauphins ont parfois un comportement homosexuel ? Renseignez-vous.
Non, Christine, je vous le redis, décidément, l'homosexualité n'a jamais été et ne sera jamais contre-nature.

Portrait de Anonyme christine M27.06.2013

A Jean-Michel : vous admettez que l'homme est un "animal d'une espèce particulière".
Je suis d'accord avec vous et c'est la raison pour laquelle grâce à sa raison il est capable de S'ELEVER *au-dessus de ses exigences pulsionnelles, instinctives qui sont le propre de l'animal : CQFD.
* "s'élever" est à entendre dans sa signification HUMANISTE, c'est-à-dire le rapport qu'entretien l'homme avec le réel, dans une perspective à moyen et long terme , ce dont les animaux sont incapables.

Portrait de Anonyme JeanMichel16.06.2013

Christine M, L'homme est une espèce animale particulière. Notre connaissance a beaucoup progressé depuis Aristote, les éthologues, par exemple, nous ont appris énormément sur le comportement des animaux, y compris celui des hommes. La distinction que vous invoquez n'a pas lieu d'être.
J'ajoute qu'en redéfinissant le terme "contre-nature" comme cela vous arrange dans votre sophistique démonstration, vous enlevez toute qualité démonstrative à votre propos. Vous continuez en évoquant "l'espèce animale" : est-ce un nouveau concept que vous avez inventé ? En tout cas, cela m'a bien fait rire.
Et comme le rire est le propre de l'homme, je vous en remercie.

Portrait de Anonyme christine M12.06.2013

"homosexualité serait contre-nature" : Si d'une part nous sommes toujours d'accord pour reconnaître la distinction faite par Aristote, entre les hommes et les animaux, et sachant d'autre part que les pratiques "homosexuelles" sont fréquentes chez les animaux, le rejet de l'homosexualité chez les humains n'est-il donc pas de façon évidente la VOLONTE de l'homme de s'élever au-dessus de la condition animale, ainsi l'argument selon lequel l'homosexualité serait contre-nature signifie tout simplement et implicitement "contre la nature humaine" et non pas contre la Nature ! Mais suis-je donc candide : peut-être que notre époque dans un nouvel élan de générosité confond l'espèce humaine et l'espèce animale ?

Portrait de Anonyme BERTRAND SAINT-SONGE09.06.2013

Assez curieux que cet homme politique citât Simone de Beauvoir pour se défendre de cette "chose" si infecte alors qu'elle eût des élans lesbiens pour au moins une de ses élèves, ne s'en souvient-il plus, en tant "professeur de philo" ...?

Portrait de Anonyme Bono09.06.2013

"Pratiquer la sodomie, c'est comme peindre une nature morte"...
Vous avez le sens de la formule!

Sinon, vous n'abordez absolument pas la question de la procréation et de l'adoption qui est selon certains la finalité plus ou moins explicite du mariage pour tous.
Je rajoute que certaines de vos digressions alourdissent voire vont à l'encontre du caractère didactique de votre émission.

Portrait de Anonyme AgnèsMartinduGard09.06.2013

MERCI et BRAVO ENCORE pour cette magnifique émission!! Ai apprécié par dessus tout l'explication profonde et très claire de ce que referme la phrase tellement utilisée par ceux qui "récusent" en fait le plaisir sexuel, que l'on soit homosexuel ou hétérosexuel! "ON N'EST PAS DES BÊÊÊTES"!!!! Je vais la réécouter avec beaucoup... de plaisir!

Portrait de Anonyme Emile09.06.2013

Souvent je suis plutôt réservé à l'écoute des émissions ou des discours de Raphaël Enthoven, mais je dois reconnaître, qu'il aura eu cette fois le grand mérite de clarifier des intuitions que je n'arrivais pas à organiser dans mon esprit.
Merci pour ces éclaircissements, sa capacité à nous rendre moins cons et son courage de dire les choses.
Cdtl,
Emile

Portrait de Anonyme syrynx09.06.2013

Votre émission sur l'homophobie est excellente mais il semble que vous réduisez l'homosexualité aux gays, les lesbiennes ne sont même pas mentionnées, pourquoi c'est surprenant!

Portrait de Anonyme Anonyme09.06.2013

Homme/ femme c est pareil, loi du genre à venir

Portrait de Anonyme s09.06.2013

Le mot rabâché de S De Beauvoir n'a jamais donné lieu à ce commentaire de bon sens : on ne naît pas femme on le devient, certes mais est-ce à dire que lorsqu'on est devenue femme on ne puisse appartenir au genre humain?
De plus, la nature aussi est un devenir, et je ne sais pas trop ce qu'il y a dans la dénégation, le déni, la non acceptation de la nature... voire sa violation, qui se voit à la violation de la logique, du langage : les discours sur le genre profitent du flou logique : le genre est il un catégorie sociale ou sexuée?

Les féministes se battent plutôt pour l'accès des femmes à l'humanité : le genre sexuel est donc une notion régressive, et ce n'est pas un hasard si 1) il est confus dans son expression même, 2) il accompagne la vaste entreprise de régression que nous subissons à tous points de vue depuis 30 ans au moins.

merci

un professeur de philosophie en questionnement

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.