retour en haut de page
Le Gai savoir

Le Gai savoir | 12-13

Syndiquer le contenu par Raphaël Enthoven Le site de l'émission
Emission Le Gai savoir

le dimanche de 16h à 17h

Ecoutez l'émission 59 minutes

Quelque part dans l’inachevé – Jankélévitch 18

28.10.2012 - 16:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecturevideo

Vladimir Jankélévitch © Radio France

 

Vladimir Jankélévitch était mort depuis vingt ans quand je l’ai rencontré. Je n’ai pas connu le jeune homme dont les vieux élèves parlent comme d’un professeur adoptif, mais sa mort n’est qu’un souci intermittent venu, de temps en temps, interrompre la conversation une voix que je reprends quand bon lui semble.

 

A la lecture : Julie-Marie Parmentier

A la réalisation : Philippe Baudoin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la BO de l'émission :

-Tchaikovsky - The Sleeping Beauty Ballet Act

-III - "The Wedding"

-Massive Attack - Sam

-Charles Aznavour - Tu t'laisses aller

-Noblesse Oblige - Caligula

-Shawn Lee's Ping Pong Orchestra - Gymnopedie No. 1

Invité(s) :
Julie-Marie Parmentier

Thème(s) : Idées| 20e siècle| Essai| Grands Classiques| Philosophie| amour| la mort| Vladimir Jankelevitch

18 commentaires

Portrait de Anonyme Marie12.04.2013

Je cherche le groupe et le titre qui reprend Roméo et Juliette de Prokofiev?
merci pour votre réponse car la BO de cette émission ne le précise pas

Portrait de Valheru Valheru03.05.2013

Bon, je suis sympa, après qq recherches, je vous donne le titre: "Caligula" de "Noblesse Oblige".
Je vois qu'on est pas mal à l'avoir recherché celle-ci :)

Portrait de Anonyme Lorraine Huttois01.01.2013

Vous serait-il possible d'indiquer sur le site les références des extraits musicaux utilisés lors des lectures (particulièrement inspirés lors de cette émission su Jankélévitch)? Vous écouter est un plaisir chaque fois renouvelé. Merci!

Portrait de Anonyme Anonyme09.04.2013

Et "Cry" de Roger Molls

Portrait de Anonyme Cami06.03.2013 Il y est inscrit : Pour la BO de l'émission : -Tchaikovsky - The Sleeping Beauty Ballet Act III - "The Wedding" -Massive Attack - Sam -Charles Aznavour - Tu t'laisses aller -Noblesse Oblige - Caligula -Shawn Lee's Ping Pong Orchestra - Gymnopedie No. 1 NEANMOINS Il y a une erreur, c'est Tchaikovsky Pas de deux dans Casse-noisette.
Portrait de Jeanne R. Jeanne R.12.11.2012

Même Jankélévitch en parle... "Quelque part dans l'inachevé" : "Ce qui est vrai des senteurs et des saveurs – un parfum de lilas dans la nuit, le goût de la madeleine chez PROUST – est naturellement plus vrai encore de la musique : car la musique est temporalité (...)."
Cher Raphaël, "votre obsession proustienne" est toujours subtile, de tout coeur avec vous, n'en déplaise à certaine...
Jeanne R.

Portrait de Anonyme M.Nirmel Mouchiquel11.11.2012

Bonjour, parlons de Sartre. Et parlons de votre émotion(s)... Dans l'Etre et le Néant, Sartre rappelle que les gens ne sont morts que quand on les oublie. Et il ajoute avec raison, que je suis dépositaire de la personne morte à travers ma mémoire, et je dirais en plus que nous pouvons idéaliser les morts, et les comprendre plus que nécessaire parfois, car il ne peut plus y avoir ni rivalité ni jalousie avec eux, je suis libre autant qu'ils sont En-soi, nous sommes libérés de la contingence et du doute réflexif. Non?

Portrait de Anonyme Bruno10.11.2012

Bonjour,
Cher Raphaël Enthoven, à propos d'un amour au-delà de la raison, vous citez la célèbre pensée de Pascal "Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point". Est-ce que pour le coup vous n'entraîneriez pas l'auteur des Pensées sur un terrain qui n'était pas tout à fait le sien ? En évoquant le cœur comme siège d'un élan instinctif et irrationnel, il me semble que ce n'est (a priori) pas aux passions amoureuses que songe Pascal, dont le "cœur" désigne plutôt le lieu à partir duquel peut naître et se manifester l'intuition de la foi, dans un registre somme toute un peu différent de celui des préoccupations d'un Julien Sorel ou du personnage incarné par Nicole Kidman…
Merci pour vos émissions, toujours éclairantes.

Portrait de Anonyme Laurent.s08.11.2012

Merci pour cette émission, elle m'a en partie consolé d'un amour impossible... Je vous aie découvert sur Arte et je regarde vos émissions toujours accompagné d'un carnet de notes(les mots en surimpression à l'écran sont vraiment utiles) ...Bien qu'ayant la quarantaine passée je reste un élève...

Portrait de Anonyme myriam chevrant-breton Le Coeur04.11.2012

Ancienne élève de "Janké" à la Sorbonne, 68 ,69, 70 (?), je partage votre passion, pour ce professeur hors norme, disciple lui-même de Baltasar Gracian , philosophe espagnol du siecle d'or, véritable auteur du "je-ne-sais-quoi" et du presque rien : le no-se-que et le quasi nada; il me semble important de rendre à César.... Je me permets aussi de vous signaler que votre obsession proustienne devient quelque peu indigeste. Merci pour votre travail médiatique utile et nécessaire auquel je reste une indéfectible fidèle. Myriam Le Coeur (étudiante Chevrant-Breton). Marseille

Portrait de Anonyme pierre wolfcarius30.10.2012

A propos de ce trop fameux paradoxe sur le temps (saint Augustin), il serait quand même intéressant, au moins une fois, de dire qu'il est valable pour toute chose...

Portrait de Anonyme marion30.10.2012

Bonjour, juste un clin d'œil, qui n'a rien à voir avec Jankélévitch.

Vous avez signalé en début d'émission l'intérêt de la radio pour transmettre la philosophie. En effet le format que vous utilisez, la discussion, reprend au plus près l'enseignement socratique. Là où Platon loue le Logos, le dialogue, pour s'élever au dessus de la simple apparence des idées que porte l'Écrit, vous vous situez dans votre discussion avec Paola, puisqu'en effet vous vous adaptez à ses idées, et répondez à ses arguments (d'ailleurs mieux que beaucoup de professeurs!). Par contre vis à vis des auditeurs, qui sont parfois assez peu attentifs, réceptifs, passifs, arrivons-nous à cette disponibilité et à cet échange? Même si ça aurait probablement beaucoup étonné Platon, je pense qu'on y arrive très bien, et vous remercie de nous faire ainsi partager vos analyses et les confronter à nos connaissances imparfaites.

Autre mode d'enseignement de la philosophie somme toute assez novateur pour l'époque : Sartre était plus que décontracté par rapport aux autres professeurs du Lycée du Havre en 32: pas de cravate, mais aussi cours sur la plage, certains de ses élèves en ont gardé un goût pour le naturisme... Y'avait pas que la Boue dans la ville de la Nausée, pitié pour des pauvres Havrais qui n'ont pas choisi leur lieu de naissance!

Portrait de Anonyme Olivier30.10.2012

Bonjour,
Merci pour cette émission et pour l'amour porté Jankélévitch. Cet amour s'est laissé porté par vos voix.
Encore une fois j'aimerais vous demander s'il vous serait possible, de citer sur la page de chaque émission, les extraits musicaux utilisés.
Merci. Pour la joie, la transmission, l'éloge de la pensée, douce et forte.
Olivier

Portrait de Anonyme Eric Symak29.10.2012

Il y a longtemps, je m'étais établi dans une défiance définitive à l'encontre de la philosophie telle que dispensée par un enseignant qui me donnait de mauvaises notes sans m'apprendre à en mériter de bonnes : la philo disais-je comme on dit, ça met des grandes théories sur des petites intuitions alors que les romanciers partagent des théories en les rendant accessibles sous forme d'histoires. Satisfait de cette conceptualisation avantageuse d'une impression circonstanciellement confortable, j'ai longtemps cessé d'y penser.

Et puis voilà cette émission où tout m'énerve, au contraire d'une exceptionnelle lecture récente par Rampling de Yourcenar, où l'âme du texte était rythmée par chaque retour de chariot, un spectacle à s'arracher des places et tout ravit. Ici ils n'arrêtent pas de se couper la parole, va essayer de prendre des notes, tiens, quand ils ont dit ce que c'est la vérité. Du coup j'ai raté le coche. En plus il paraît que la semaine prochaine ça aura peut-être déjà changé. Jamais le même lecteur ou la même lectrice. Un peu plus, ils changeraient le générique à chaque fois, on saura même plus quelle émission on écoute, si c'est de la littérature ou des histoires, de la sociologie ou de la psychologie.

Hier encore par exemple, un peu de tout, l'amour, la mort, et tout le tremblement. . . Grosses secousses par instants sur l'échelle de Richter.

Tu comprends, ça m'énerve !

On ne fait jamais assez de bien mais on fait toujours mal au moins une fois de trop ? Ça ressemble pas mal au problème de l'induction, comme si le bien était la règle d'une théorie ineffable qu'aucune nouvelle vérification ne suffirait à valider de façon définitive alors qu'un seul contre-exemple suffit à l'invalider. Ça mettrait un invariant entre un ineffable de la morale et le déclaré défini d'une théorie scientifique ? Alors c'est le moral que ça me casse pour le coup. C'est un autre invariant qu'il faudrait trouver, avec méfiance vis-à-vis de la symétrie, mais quoi ?

Bonne émission.

Portrait de Anonyme Lydia H 29.10.2012

Quel plaisir d'entendre à nouveau la voix de V. Jankélévitch sur les ondes. Une émission intéressante et surtout pleine de fraicheur, ce qui est trop rare !

Portrait de Anonyme Alain Muller28.10.2012

C'est Robert Maggiori ("La convivialité") qui m'a fait comprendre que Vla-dimir Jankélévitch a joué un grand "rôle" dans la révolution de "Mai 68"!, paradoxalement pour sa conception PARADOXOLOGIQUE de l'AMOUR! L'amour (de son prochain) n'y était plus considéré comme un ordre ou un commandement (d'aimer), mais comme une DYNAMIQUE RELATIONNELLE qui intègre de façon posi-tive la MORT à la VIE en en nourrissant l'amour dans une TENSION perpétuelle qui ne se résout jamais en une PAIX perpétuelle!...

Alain Muller

Portrait de Anonyme Alain Muller28.10.2012

C'est un régal que de lire Jankélévitch et que d'écouter ses cours oraux! Ce fut une mécanique cérébrale extraordinaire pleine de pétillance et de tru-culence! Ses cours étaient des espèces de "happenings", - ou "work in pro-gress" -, philosophiques hallucinants! Sa philosophie est une sorte de para-doxologie INFINITESIMALE fondée sur une idée DIFFERENTIELLE de l'amour... en lutte avec la "TENTATION"! D'où les "JE NE SAIS QUOI" et "PRESQUE RIEN", ces nuances microscopiques et ces inflexions minimales que Jankélévitch était ca-pable de déceler au sein et au plus profond de... l'AMOUR (comme élan!) et de la... HAINE (comme élan contrarié!)!,... au sein et au plus profond de l'amour comme MOUVEMENT, et de la haine comme CONTRE-MOUVEMENT, mouvements et contre-mouvements INFINITESIMAUX et DIFFERENTIELS !...

Alain Muller

Il est vrai que la PARAXOLOGIE différentielle et infinitésimale nous vient de... Nicolas de Cues qui a élaboré une GEOMETRIE dynamique CHRISTOLOGIQUE au sein de laquelle les CONTRAIRES (que sont la droite et la courbe) COÏNCI-DENT,... coïncident quand ils TENDENT tous les deux vers, ou à, l'INFINI!... Cette tradition lointaine est reprise, mutatis mutandis, par Bergson et par Jankélévtich au moment où le monde est devenu CLOS et FINI et au sein des philosophies desquels les CONTRAIRES ne coïncident plus, mais se trouvent en une éternelle TENSION DIFFERENTIELLE qui maintient les contraires en un per-pétuel et incessant équilibre INSTABLE qui ne se résout jamais en un équili-bre stable et définitif !, la paix de l'âme étant rejetée aux calendes grec-ques et dans un avenir incertain et ASYMPTOTIQUE!...

Alain Muller

Portrait de Jeanne R. Jeanne R.28.10.2012

"Comment penser l'impensable ?" c'est - quelque part - comme commenter l'indicible !

Parler de ou sur la mort, c'est juste l'assurance de notre vie présente, ce qui ne peut renvoyer qu'à notre "moi" intime.

Quant au doute, il se montre toujours douteux, alors il n'y a rien à en dire si ce n'est de sans méfier.

Connaissant peu, donc mal, Jankélévitch permettez que je cite la phrase d'un autre philosophe (plus moderne et très contemporain !!) dont la pertinence et la lucidité n'ont plus à être démontrées : "Comment réfléchir en acceptant de ne pas connaître ?".
Jeanne R.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.