retour en haut de page
Le Magazine de la rédaction

Le Magazine de la rédaction | 12-13

Syndiquer le contenu par Tara Schlegel Le site de l'émission
Emission Le Magazine de la rédaction

le samedi et dimanche de 18h10 à 19h

Ecoutez l'émission 44 minutes

La révolte argentine contre Monsanto 29

10.05.2013 - 18:15 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecturesoundslideaudio

L’Argentine a longtemps été appelée le « grenier du monde ». Aujourd’hui, le pays compte presque 24 millions d’hectares de cultures transgéniques, soit plus que la superficie totale de la Grande-Bretagne. Du maïs, du coton, mais surtout du soja. L’Argentine est le premier exportateur mondial d’huile et de farine de soja, le troisième producteur de graines. Ce soja transgénique nourrit le bétail européen et chinois, et remplit les caisses de l’Etat. C’est même l’une des principales richesses du pays.


Des Argentins dénoncent les méfaits du Roundup, l'herbicide de Monsanto.
MARINE DE LA MOISSONNIERE © Radio France
 

Pourtant, des Argentins s’élèvent contre la fièvre de l’or vert. De simples citoyens, des mères de famille, des étudiants qui dénoncent plus généralement les OGM et les pesticides qui rendent malades, qui tuent parfois.

 

En cause notamment, le glyphosate, la substance active du Roundup, l’herbicide vedette de Monsanto, le géant américain. Chaque année, 200 millions de litres de glyphosate sont utilisés en Argentine, et plus de 10 millions d’Argentins y sont exposés.

 

Dans la province de Córdoba, l’une des principales régions agricoles d’Argentine, au centre du pays, dans les villes de  Barrio Ituzaingo Anexo et de Malvinas Argentinas, des habitants se mobilisent.

 

« La révolte argentine contre Monsanto », c’est un Magazine de la rédaction signé Marine de La Moissonnière et Annie Brault.


 

BONUS

Medardo Avila Vazquez, pédiatre et ancien élu local : "Les autorités argentines, tant nationales que provinciales, sont complices."

Champ en Argentine MARINE DE LA MOISSONNIERE © RF

 

 

Dans leur lute contre Monsanto, les habitants de Barrio Ituzaingo Anexo peuvent compter sur le soutien d'avocats, de scientifiques et de médecins.

 

Parmi eux, le docteur Medardo Avila Vazquez.

Néonatologue, il est aussi coordinateur du Réseau des médecins des localités victimes d'épandages.

Il résume en quelques chiffres l'ampleur des dégâts commis par le Roundup.

 

 

 

 

Lecture
 
Partager

 

Medardo Avila Vazquez a également été secrétaire à la Santé de la municipalité de Córdoba de 2007 à 2009. Mais face aux  difficultés rencontrées pour faire bouger les choses, lui et son équipe ont préféré démissionner.

Lecture
 
Partager

 

 

Carolina Cabrera, habitante de Barrio Ituzaingo Anexo : "Tant que je vis ici, je ne veux pas avoir d'autre enfant."

C. Cabrera 

 

Carolina Cabrera, 32 ans, est la maman de Benjamin, un petit garçon de 5 ans qui souffre de purpura, "par la faute des producteurs de soja", accuse-t-elle. Son sang ne coagule pas quand ses plaquettes sont basses. La maladie a été diagnostiquée quand il avait un an.

Depuis la vie n'est pas simple pour Benjamin et sa famille.

 

Lecture
 
Partager

 

 

Maria Godoy, membre de l'association "Les mères d'Ituzaingo Anexo" : "Je ne pense pas au fait qu'un jour, je vais peut-être me réveiller malade."

Relevé des maladies fait par les mères d'Ituzaingo
MARINE DE LA MOISSONNIERE © RF

 

 

 

Maria Godoy, 64 ans, vit à Barrio Ituzaingo Anexo. Elle fait partie de l'association "Les mères d'Ituzaingo Anexo" créée en 2002, par Sofia Gatica.

 

Ce sont elles qui alertent en premier les médecins, la communauté scientifique et les autorités, et lancent un vaste mouvement de mobilisation.

 

Ni Maria Godoy,  ni aucun membre de sa famille n'est malade.

"Pour l'instant", soupire-t-elle. Elle sait que cela pourrait arriver, et veut continuer à se battre.

 

 

Lecture
 
Partager
 

 

DIAPORAMA


Le 24 mars dernier, jour de la commémoration du coup d’Etat de 1976 et jour des droits de l’Homme en Argentine, les membres de l'association "Malvinas lucha por la vida" (Malvinas lutte pour la vie) étaient dans les rues de Córdoba pour manifester contre Monsanto. "Le droit à un environnement sain et à la santé, c’est un droit humain inscrit dans la Constitution. On n'exige rien de neuf, rien de fou", expliquent-ils.

 

 

 

Invité(s) :
Marie-Monique Robin, journaliste et réalisatrice Lauréate du prix Albert Londres
Jean-Charles Bocquet, directeur général de l'Union des Industries de Protection de la Plante

Thème(s) : Information| Ecologie| Economie| Société| Argentine| Monsanto| pesticides

Lien(s)

Le site d'"Occupy Monsanto" Une manifestation mondiale est prévue le 25 mai.

29 commentaires

Portrait de Anonyme jaco villaret27.05.2013

Monsanto Company est sur Facebook , n'hesitez pas a signaler leur page comme indesirable et profitez aussi pour leur laisser un message en leur disant ce que vous pensez d'eux . Il n y a pas de raison que ces gens restent impunis et un jour ou l'autre il faudra qu'ils repondent de leur actes devant un tribunal internationnal

Portrait de Anonyme Pablo Cerati22.05.2013

Excellent reportage ! Fuerza a los Cordobeses, la lutte continue et bravo à Marine de la Moissonnière pour cette enquête rondement menée

Portrait de Anonyme Anne DELIENNE20.05.2013

Passionnante émission qui mériterait une suite du débat entre MM Robin et JM Boquet ou autre représentant de la Protection des Plantes (j'adore cet intitulé).
Car la dernière phrase de M. Boquet sur la cohabitation des différentes sortes de cultures (OGM, bio et non-bio) me paraît être une aberration.
MM Robin pourrait démontrer pourquoi.

Portrait de Anonyme LA VIEILLE DU 3317.05.2013

comme je les comprend ! il n'y a pas besoin d'aller si loin , en France nous sommes également touché , je suis touchée , empoisonnée , je suis aujourd'hui en fauteuil roulant après des années de douleurs ,j'avais fait un retour à la campagne , un voisin peu enclin à la bio attitude , adepte de Monsanto , en a déverser des tonnes de ces saletés dans ses champs , rapidement j'ai eu des nausées et tout c'est dégradé en suivant : dégénérescence , fauteuil roulant etc nous sommes nombreux , nous avons tenté de nous battre une asso existe , on voit certains agriculteurs mourir , moi je ne suis q'un dégât collatéral n'ayant jamais utilisé personnellement ces produits , j'étais la voisine écolo.
alors oui je suis en colère , oui j'en veux à tous ces gens pour qui seul le profit compte , et qui refuse de reconnaître la réalité
je meure à petit feu , la morphine me soulage un peu , je n'avais rien fait pour mériter une telle fin de vie , alors oui JE SUIS EN COLERE ET
FUERA MONSANTO

Portrait de Anonyme christ17.05.2013

Au Burkina, nous sommes dans les OGM jusqu'au cou en train de nous empoisonner à petit feu : Coton Bt, Niébé (un haricot local) et Sorgho biofort (pour soit disant pour biofortifié). Bref, comme partout ailleurs, on est en train de nous empoisonner avec les OGM. Pour le coton Bt au Burkina Faso, pas un kilo de rendement en plus par hectare pour le paysan. Par contre, pour Monsanto, plus de 25.000 F CFA soit environ 40 € contre moins de 2 € avant en conventionnel pour les semences par hectare (sans oublier le jack pot avec le round up). Avant que Monsanto diffuse son coton Bt au Burkina, on nous avait fait miroiter au moins 30 % de plus de rendement (ainsi un ancien ministre de l'agriculture au Burkina Faso particulièrement optimiste, qui avait parler de 2 millions de tonnes contre 0,5 million de tonnes il y a 15 ans si le Burkina allait vers les OGM). Aujourd'hui, nous sommes +/- au même stade en terme de tonnage annuel(autour de 500.000 tonnes par an) soit un fameux mirage que nous fait miroiter Monsanto depuis des années). Après quelques années, on s'aperçoit que c'est faux. Au mieux, il donne autant en terme de rendements; au pire, moins voire beaucoup moins en cas de grave sécheresse. Comme autre argument, le paysan va faire 2 traitements contre 5 ou 6 en conventionnels. Ce qui est vrai la 1ère voire la 2ème année mais après, le nombre de traitements augmente très vite car le phénomène de résistance des insectes apparait.
On est en train de nous empoisonner à petit feu dans les 4 coins de cette planète à cause de la cupidité de quelques financiers qui s'enrichissent de plus en plus sur le dos de l'immense majorité de la population.

Portrait de Anonyme Alain Luffioque14.05.2013

J'ai compté les points de manière tout à fait objective et on est quand même à 47 à 3 en faveur de Mme Robin à la fin de l'émission. Mr Bocquet a d'ailleurs plusieurs fois marqué contre son camp...

Portrait de Anonyme Ines14.05.2013

Bravo! Merci Marine pour toutes ces infos, pertinentes & très émouvantes!

Portrait de Anonyme Natalie Bertaux14.05.2013

Brillant et courageux reportage de Marine de la Moissoniere.

Portrait de Anonyme rn13.05.2013

tres bon magasine qui eclaire bien sur les pratiques de mosanto mais aussi sur celles des hommes politiques!
c

Portrait de Anonyme Marc13.05.2013

Bien sûr, mais ça, ce n'est pas nouveau!
Qui fut en effet le principal fournisseur de l'armée américaine des tristement célèbres "agents blanc" et "agent orange" (et autres)?
Monsanto bien sûr (ainsi que Dow Chemical)!
Pour mémoire, pour déloger les soldats viêt congs des forêts où ils avaient trouvé refuge, l'US Army ne trouva pas mieux que d'épandre par avion plus de 75 millions de litres de cocktails d'herbicides (dont certains à la dioxine) afin de faire crever le couvert végétal et priver les combattants communistes de leur abri...
Bilan : 20% des forêts vietnamiennes contaminées, 50% des mangroves, 4,8 millions de personnes touchées (dont 40 000 soldats américains)...
Aujourd'hui encore, et pour longtemps, les populations civiles continuent d'être victimes : 150 000 malformations congénitales enfantines, 800 000 adultes malades seraient actuellement la conséquences des épandages de la fin des années soixante.
Mais la vie est belle : allez faire un tour sur le site de Monsanto, ils vous le diront eux même : ils sont une entreprise phare du développement durable. Vive la com!

Portrait de Anonyme Anonyme20.05.2013

C'est stupéfiant, je ne connaissais pas cette utilisation durant la guerre du Vietnam ...merci

Portrait de Anonyme Hélène Nivoix13.05.2013

Merci Marc, c'était très important à rappeler en effet, je ne savais pas que le bilan était lourd à ce point. Maintenant qu'internet nous donne un certain pouvoir, il faut s'en servir et couvrir de honte ces multinationales. On peut commencer par signer l'initiative européenne "Arrêtons ensemble l’Écocide en Europe". L’Écocide est un acte causant des dommages importants à un ou plusieurs écosystèmes, ou la destruction ou la perte d’écosystèmes. www.endecocide.eu/?page_id=134&lang=fr (se munir de sa carte d'identité ou de son passeport)

Portrait de Anonyme Ruoma13.05.2013

Même si les choses semblent évidentes, n'oublions pas que l'Union européenne est favorable aux OGM (entre autres) et que la France a déjà été condamnée lourdement pour avoir refusé certaines importations d'OGM autorisées par l'UE.
Conclusion : si l'on veut avoir la moindre chance de faire respecter nos choix ou nos valeurs, il faut admettre que le passage obligé, c'est la sortie de l'Union européenne qui nous a montré depuis des années tous les méfaits auxquels notre adhésion nous expose.
Ceci est parfaitement légal : il suffit que la France demande à sortir de l'UE en vertu de l'article 50 du Traité. Mais pour ça, la pression de l'opinion publique doit être puissante. Un seul mouvement politique le propose, il s'agit de l'UPR de François Asselineau.

Portrait de jm jm13.05.2013

et hop un peu de propagande pour le souverainiste complotiste et ancien directeur de cabinet de l'honnête-homme Pasqua...

Portrait de Anonyme Laurent.leguyader@wanadoo.fr12.05.2013

ENFIN, après 15 ans d'attente. MERCI bcp.
Mais il y a un hic : ce n'est pas le glyphosate seul qui pose problème, ce sont même plutôt les adjuvants, dont certains, dans certaines formulations de Roundup vendu en France, ne sont même pas déclarés dans l'autorisation de mise sur le marché. Et la DGAL ne tient même pas toujours compte des avis négatifs de l'ANSES. Alors il est temps de dénoncer tout ça et de juger les coupables (dans l'industrie) et les complices (dans l'administration).
Alors Monsanto aura beau jeu de dire que ce reportage est manipulateur, car le glyphosate seul ne peut pas être en cause dans les méfaits de l'herbicide. Effectivement.
Heureusement il y a une excellente petite association qui s'occupe de ça en France, mais elle manque de moyens.

Portrait de Anonyme Hélène Nivoix13.05.2013

Bonjour à tou-te-s, je pense que Laurent parle de Générations futures, dont le porte-parole est François Veillerette ; heureusement qu'on a en France une société civile dynamique, mais c'est vrai qu'il faut apporter à ces associations notre soutien sans faille : http://www.generations-futures.fr/ ; http://www.radioethic.com/l-invite-de-radio-ethic/francois-veillerette-p...

Portrait de Anonyme christophe13.05.2013

Bonjour Laurent, pourrais tu nous dire le nom, voire les coordonnées de l'association en question s'il te plaît ?

Portrait de Anonyme Françoise 12.05.2013

Et comment les aider ?

Portrait de Anonyme Aurélie11.05.2013

Merci pour cette émission très éclairante et bravo à Marie-Monique Robin pour son combat, et pour la pertinence de ses remarques, la qualité de ses interventions.
Merci aussi d'avoir invité Jean-Charles Bocquet dont la langue de bois pourrait suffire à elle seule à mettre en garde contre les industriels... et fait méditer sur la capacité des hommes à s'aveugler eux-mêmes. La mauvaise foi est sens limites...

Portrait de Anonyme Hélène Nivoix11.05.2013

Merci beaucoup pour cette émission ! Je suis sûre que les pro-pesticides et pro-OGM, comme M. Bocquet et consorts, jettent leurs dernières forces dans une bataille qu'ils sont en train de perdre, en tout cas en Europe. Grâce notamment au travail de Mme Robin, à de nombreux scientifiques, et à l'opinion publique.
Après, certes, les instances européennes se montrent encore trop timides pour impulser un vrai virage écologique de la PAC ; mais chaque pays a ensuite la responsabilité de décliner celle-ci sur son territoire et dans ses régions. Ainsi, on peut considérer que les négociations se font en deux étapes : la première au sein de l’UE, la seconde, au niveau national. C'est pourquoi nous devons nous faire entendre.
On peut signer la pétition de la fondation Nicolas hulot, "pour que la réforme de la PAC favorise une agriculture d’avenir, écologique, juste et solidaire" : http://www.fondation-nicolas-hulot.org/, puis pétition I "field" good.
Soyons nombreux !

Portrait de Anonyme martine charlotte Bonnefon11.05.2013

Bonjour,

je voudrais savoir comment on pourrait à l'heure actuelle freiner les méfaits de l'homme et sur l'homme et la planète d'opérations telles que celles promues par Monsanto pour nourrir la planète et les caisses de l'Etat. Dans une période où les denrées alimentaires saines se font rares notamment dans des régions telles que le Timor oriental en Ethiopie et dans maintes régions du monde, en Afrique, en Asie, en Inde, ne peut-on pas pratiquer aussi une mise en garde pour les mamans sur la natalité et le devenir de leurs enfants si devenir il y a dans ces conditions ? Pardon de mon ignorance mais mettre au monde des enfants avant de nourrir ceux déjà existants pour leur permettre de vivre et non de survivre se doit d'une réflexion très complexe à exprimer sans paraître moralisateur. Je suis partisane d'une réflexion scientifique et financière et demande des éléments de réponse sur les solutions à apporter à l'Argentine et au monde pour retrouver une nourriture saine. Merci de votre aide à ce sujet

Portrait de Anonyme iron rockett12.05.2013

Je suis tout à fait d'accord avec vous mais quand on dit çà on passe pour des gros racistes ou des sans cœur voire les deux - je suis une femme noire et si je n'avais pas dit "non" je serais moi aussi en train de partager un homme avec plusieurs enfants aux basques ... :-(

il faut arrêter cette croissance démographique qui à mes yeux est un crime contre l'humanité

n'hésitez pas à me contacter ! xD

Portrait de Anonyme Martin Sheffield11.05.2013

Une très bon reportage. Triste qu'il faille encore parler de ce problème et des manoeuvres de Monsato; ce n'est pourtant pas nouveau.
J'espère que vous aurez contribué à convaincre quelques David de plus -- il en faut combien pour abattre ce Goliath tout-puissnt?

J'apprécie toujours la clarté de présentation de l'actualité par la rédaction de FC.

Portrait de Anonyme Hachel11.05.2013

M.M. Robin explique dans ses ouvrages ce qui s'est passé autour de l'amiante.Ca on me l'a enseigné pendant mes études( il y a quarante ans...)on savait alors que le mésotéliome était un cancer directement dû au travail dans les poussières d'amiante depuis le début du siècle! il a donc fallu un siècle pour enfin avancer un peu (à ma connaissance, l'amiante est toujours extrait de Mauritanie... et même du Canada qui en interdit l'usage)
...pour le glyphosate patience et ténacité .Tant qu'on n'a rien "prouvé", les affaires continuent, lisez et relisez le superbe travail de M.M. Robin!

Portrait de Anonyme Guérin Von Eickern Michel11.05.2013

Ceux qui attendent de France-Culture une information objective se sentent victimes de tentatives d'abrutissements en constatant le temps donné à des Bocquet qui n'hésitent pas à forcer les portes des émissions pour essayer de faire avaler leurs mensonges et manipulations, ou à des Védrine déjà vu pour le Rwanda. On pourrait croire en l'absence de lien, et pourtant Madame Michèle Froment-Védrine, médecin et conseiller-maître à la Cour des comptes, a dirigé de 2002 à 2008 l'Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail). Pas de quoi nous rassurer, n'y a-t-il pas d'autres media moins regardants pour les publicités et promotions indues ?

Portrait de Anonyme Thomas0711.05.2013

je pense que l'on peut considérer les actes de Monsanto, tout comme les autorisations par les dirigeants politiques et leurs complices de tous les lobbies, comme des crimes contre l'humanité .

Portrait de Anonyme Jonard10.05.2013

Tapez ici vos commentaires
Bonsoir,
Sensible au thème de l'agroecologie, je suis très touchée par votre émission de ce jour.
C'est grâce à des journalistes comme Marine de la Moissonnière et bien entendu, la célèbre Marie-Monique Robin avec le concours de France Culture que nous citoyens, sommes informés.

Ce qu'il se passe depuis qques décennies à propos de l'agriculture conventinnelle est scandaleux.

S'il vous plaît, continuez et même, augmentez les émissions qui informent le grand public...

Et permettre le plus rapidement possible de déclencher de véritables recherches par les pouvoirs publics en toute transparence et surtout sans les influences des multi-nationales de l'agro-alimentaire
IL Y A URGENCE...IL Y VA DE NOTRE SURVIE.

Portrait de Anonyme Thierry Laval (anonyme)10.05.2013

respect de la réglementation ?!!!
dommage encore que ce débat, justement ne progresse pas, ne serait-ce qu'en utilisant les arguments des pro ogm:
1. Pourquoi modifier la législation. En effet dans tout autres secteurs, le pollueur ou la personne qui porte atteinte est désignée responsable. Avec les ogm, rien de tout cela : si des ogm poussent chez vous, vous pouvez vous retrouver en procès pour détention illégalle de plantes brevetées !!!! Bref, pollué et coupable....
2.Pourquoi aucune compagnie d'assurance n'assure les évasions de plants transgéniques ? Irréalisable en tant terme d'indemnisation ?
Tant que l'on reste sur la partie épidermique du débat, rien n'avance. Cela ne fait que de l'audience.
1 jour peut-être.
Belle soirée.

Portrait de Anonyme Ann O'Neam10.05.2013

Rhaa, 1ère phrase, Boquet, je tombe de ma chaise !!!
Heureusement, merci Marie-Monique,

cf. :

http://www.bastamag.net/article3054.html
avec des cartes sur la France, etc;

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.