retour en haut de page
Le RenDez-Vous

Le RenDez-Vous│11-12

Syndiquer le contenu par Laurent Goumarre Le site de l'émission
Emission Le RenDez-Vous

du lundi au vendredi de 19h à 20h

Emission du vendredi 2 septembre spéciale RENTREE LITTERAIRE sélection France Culture/Télérama de 19h à 20h30 1

02.09.2011 - 19:00

Au programme du RenDez-Vous ce soir : EMISSION SPECIALE RENTREE LITTERAIRE FRANCE CULTURE/TELERAMA de 19h à 20h30 avec les auteurs de langue française de cette sélection :

 

Les écrivains :

Vincent ALMENDROS => « Ma chère Lise » Ed. Minuit

Dimitri BORTNIKOV => « Repas de morts » Ed. Allia

Emmanuel CARRERE => « Limonov » Ed. POL

Marie DARRIEUSSECQ =>   « Clèves » Ed. POL 

Dalibor FRIOUX => « Brut » Ed. Seuil

Catherine MILLOT  =>  « O solitude » Ed. Gallimard

Céline MINARD => « So long, Luise » Ed. Denoël

Michel SCHNEIDER => « Comme une ombre » Ed.

 

Les membres du jury :

Christine FERNIOT, journaliste (Lire et Télérama)

Olivier POIVRE D’ARVOR, directeur de France Culture

Nathalie CROM, journaliste (télérama)

Sandrine TREINER, conseillère de programme (France Culture)

Augustin TRAPENARD, producteur (« Le Carnet d’Or » le samedi à 17h sur France Culture)

Fabienne PASCAUD, directrice de la rédaction de Télérama

 

Les Sessions de Julie B. BONNIE et KICCA & INTRIGO

 

La Chronique de Thomas CLERC

 

Invité(s) :
Vincent Almendroz, écrivain
Dmitri Bortnikov
Emmanuel Carrère, ecrivain, scénariste, cinéaste
Marie Darrieussecq
Dalibor Frioux, ecrivain
La Session de Kicca & Intrigo
Catherine Millot, écrivain et psychanalyste
Céline Minard, ecrivaine
Michel Schneider, ecrivain, énarque, haut fonctionnaire et psychanalyste français

Thème(s) : Arts & Spectacles| Littérature Etrangère| Littérature Française

1 commentaire

Portrait de Anonyme Jean02.09.2011

Je ne me rappelle pas le nom de votre chroniqueur qui a cité Céline mais il a fait un énorme contresens : dans le poème où Céline parle de la banlieue, Céline la plaint et pas pour la moquer comme l'a fait votre invité. Et Paris au contraire ne trouve aucunement grâce à ses yeux.