retour en haut de page
Le Secret des sources

Le Secret des sources | 13-14

Syndiquer le contenu par Jean-Marc Four Le site de l'émission
Emission Le Secret des sources

le samedi de 8h10 à 9h

Ecoutez l'émission 47 minutes

Evénements en Ukraine, Sommet européen : les ambiguïtés des médias dans leur relation à l'Europe 31

21.12.2013 - 08:10 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureaudio

Eric Chaverou, Jean-Noël Cuénod, Marianne Meunier, Isabelle Veyrat-Masson, Jean-Marc Four Mathias Mégy © Radio France


Je t'aime moi non plus, c'est un peu le sentiment qui domine dans la relation médias / Union européenne.

Depuis les accusations de campagne pro européenne en 2005, les médias ont-ils changé ?

Sont-ils devenus eurosceptiques ?

Les manifestations en Ukraine tendent à prouver le contraire mais il est ici question de bataille anti-Russie.

 

Pour en parler :

 

- Marianne Meunier, journaliste au service monde de La croix, chargée de l'Union européenne

- Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles

- Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris de La tribune de Genève et de 24 heures

- Marc Crépin, correspondant de Radio France à Moscou

- Isabelle Veyrat-Masson, directrice de recherche au CNRS, à propos du rapport des médias à l'Europe au fil du temps et des conséquences auprès de l'opinion publique :

Lecture
 
Partager

 

Et les chroniques "multimédia" et "image" d'Eric Chaverou, journaliste à France Culture. Image, en l'occurence le sigle officiel de l'Euro :

Lecture
 
Partager

 

Ainsi que le clin d'oeil, cette semaine, de Nathalie Lopes, sur la crise européenne chronique du journaliste :

Lecture
 
Partager
 

 

Vous pouvez aussi nous retrouver sur Twitter, sur Facebook et sur Soundcloud.

Invité(s) :
Marianne Meunier, journaliste au service monde de La Croix
Jean Quatremer, journaliste à Libération et rédacteur du blog « Coulisses de Bruxelles ».
Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris de la Tribune de Genève et de 24 heures
Marc Crépin, correspondant de Radio France à Moscou
Isabelle Veyrat-Masson, historienne et sociologue des médias, directrice de recherche au CNRS

Thème(s) : Information| Europe| Internet| Médias| Politique| euro| Russie| Ukraine

Lien(s)

Vladimir Poutine sauve l'Ukraine de la faillite. Le MondePar Marie Jégo, correspondante à Moscou, ce mercredi.
A Donetsk, on se méfie de Kiev, « l'autre monde ». LibérationPar Laurent Geslin, envoyé spécial sur place, le 11 décembre.
Ukraine : l'empathie des emmitouflés. Arrêt sur imagesPar Daniel Schneidermann, le 12 décembre.
How Ukrainian protestors are using Twitter and Facebook. The Washington PostPar Pablo Barberá et Megan Metzger, le 4 décembre.
La zone euro scelle l'union bancaire. LibérationPar Jean Quatremer, correspondant à Bruxelles, mardi.
Comment l'Europe s'est mis à dos les Irlandais. Le MondePar Eric Albert, correspondant à Londres, mardi.

31 commentaires

Portrait de Anonyme Albert27.12.2013

Bonjour,

Merci à vous d'avoir tenté d'apporter un éclairage un peu moins
monolithique sur l'actualité ukrainienne, comme sur les ramifications
qui en découlent. Je ne vous cacherai pas que le traitement général
de ces événements m'a quelque peu irrité.
Comme souvent lorsqu'il est question des gesticulations du nain
politique qu'est l'Union Européenne.
D'où le petit papier que vous aurez peut-être la curiosité de
parcourir en cliquant par ici :
http://wizzz.telerama.fr/alberthoucq
(C'est à la rubrique "Brève reconductible").

En écoutant "Le secret des sources" de samedi dernier, j'ai pu
constater combien Jean Quatremer demeurait égal à lui-même.
Je n'ai rien contre la subjectivité, mais je préfère qu'on
l'assume. Travail auquel n'est apparemment pas prêt M. Quatremer.
Il n'y a rien de plus détestable qu'une subjectivité drapée dans
une impartialité de façade.
La crédibilité du propos en pâtit inévitablement. Et l'on déplorera
ensuite la défiance des populations vis-à-vis des médias !
Ce reproche peut naturellement être fait à l'encontre de nombre de
vos confrères.
Ne vous étonnez pas si je me suis "réfugié" sur France Culture...

Merci à vous pour la qualité de vos approches.
Cordialement,

Portrait de Anonyme Louise LM24.12.2013

merci pour votre émission.
dans la relation media/europe ne faudrait-il pas traiter le problème du silence assourdissant des grands medias sur la négociation du grand marché transatlantique ? ce n'est pas le secret des sources, c'est l'omerta totale ! et pourtant ... il s'agit d'un enjeu majeur dans lequel la concurrence libre et non faussée va une fois de plus, n'en déplaise à Quatremer, opérer au détriment de nos législations sociales, environnementales, notre sécurité alimentaire. c'est ce que Quatremer appelle "l'Europe des valeurs".

Portrait de Anonyme Carmen24.12.2013

Quelle naïveté! J'avais toujours cru que la mission des médias (presse sur papier et sur internet, radio, télévision) était d'informer le public, afin que celui-ci puisse se former une opinion qui soit fondée sur des faits et sur des analyses faites par des journalistes connaissant le sujet, non sur des rumeurs, croyances ou propagandes.
J'apprends ce samedi matin par le Secret des sources que non. Les médias sont l'écho, le reflet de l'opinion publique. Les journalistes doivent être en phase avec l'opinion publique. Il s'agit donc d'informer le public sur son opinion publique!
J'écoute beaucoup France-Culture et France-Inter. Je peux vous dire que l'information que diffusent ces deux stations sur la construction européenne et sur la vie des institutions de l'Union européenne est proprement lamentable. Les journalistes eux-mêmes semblent très mal informés. Au moins, leurs envoyés à Bruxelles devraient bien connaître le fonctionnement de l'UE et pourraient nous l'expliquer. On entend beaucoup trop rarement l'envoyé de France-Culture, Quentin Dickinson. C'est qu'il passe probablement tout son temps à rechercher, dans les masses de communiqués et informations diffusées par les institutions de l'UE à l'adresse des médias, quelles nouvelles pourraient être "en phase" avec l'opinion publique française!

Tenez, un petit exemple du flou sur "l'Europe" à France-Culture: précisément dans le même Secret des sources de ce samedi, au sujet de l'Ukraine le correspondant de Moscou nous apprenait que, sur Twitter, on trouvait une prise de position "de l'ambassadeur américain en Ukraine" ainsi qu'une prise de position "de l'Union européenne". Voilà: on sait exactement qui a pris position du côté américain, mais du côté européen personne ne cherche à préciser qui, dans l'Union européenne, s'est exprimé sur Twitter et à quel titre.
Quand entendra-t-on de réelles informations sur les institutions de l'UE? Des débats savants sur la forme, fédérale ou non, à donner à l'Union européenne? Pourquoi entendons-nous si peu de députés européens, eux qui sont engagés dans des affaires qui nous concernent tous, qui connaissent "l'Europe" de l'intérieur, qui luttent pour que leurs voix d'élus soient entendues? Non, on préfère nous servir les combats de chefs que se livrent ministres et chefs d'Etats et de gouvernements. Comment, alors, ne pas se dégoûter de cette "Europe"?

Portrait de Anonyme Zorbec23.12.2013

A lire et à entendre pour les quelques auditeurs qui ne savent pas encore qui est Jean Quatremer. La suffisance, le mépris, le refus de l'autre : l'intolérance et le déni de la démocratie. L'illustration parfaite des obstinés défenseurs de "cette" Europe qui, depuis son origine, est entre les mains des "techniciens" qui l'ont offerte à la finance.
A méditer lors des prochaines élections européennes:
"... et comme intellectuel, entre guillemets, Emmanuel Todd dont les positions germanophobes et anti-européeennes hystériques sont, à mon avis, devraient l'écarter pour un petit bout de temps des plateaux de télévision ... c'est (ma position) et je l'assume parfaitement..." (41'50")

Portrait de Anonyme Anonyme22.12.2013

Monsieur le rédacteur-en-chef adjoint,
Pourquoi ne prononcez-vous pas le mot "Ukraine" comme il s'écrit ? Ce faisant vous respecteriez pourtant les indications phonétiques de tout dictionnaire ?
De quel snobisme êtes la proie pour prononcer la première syllabe à la française et la seconde syllabe à l'anglaise ?
En ukrainien et en russe, aucune de ces deux syllabes ne se prononce ni comme en anglais ni comme en français.
Alors pourquoi ce snobisme ? Est-ce pour faire l'intéressant comme un petit garçon ?
Est-ce ce même snobisme qui vous fait dire par ailleurs à la fin de chaque émission "prenez soin de vous" comme c'est l'usage outre Atlantique ?
So cute of you... But please be so kind not to forget that you work on a France national broadcaster.
Mis à part cela, excellente émission. Vous faîtes du bien à la notre démocratie.
Merci !
AC

Portrait de jmfour jmfour23.12.2013

Bonjour AC
- je ne suis pas sûr de saisir ce que vous dites sur ma formulation orale du mot Ukraine
- sur "prenez soin de vous", appelez du snobisme si vous voulez. J'assume la formule, sans hésiter. Et le "take care" est une formule pour laquelle j'ai un profond respect, en effet.
- merci pour le bien à la démocratie, qui me parait plus essentiel !!
Cordialement, bonne fin d'année

Portrait de krishnArjuna krishnArjuna23.12.2013

je souhaiterais que l'Europe soit aussi méfiante et agressive envers les USA et ses satellites anglo-saxons qui nous espionnent (alors que nous sommes leurs alliés) qu'avec la Russie ou la Chine. Mais il semblerait que l'UE soit en train de se transformer en une simple copie conforme de l'OTAN. De plus l'Europe encourage les nationalistes de tous bords dans l'ex URSS comme elle l'a fait en ex Yougoslavie. C'est légitime pour le Kosovo d'être indépendant de la Serbie mais pas pour les Ossètes de faire sécession de la Géorgie: un poids, deux mesures. Les provocations constantes de l'Europe pour déstabiliser la Russie et essayer de grignoter sur sa sphère d'influence tendent à renforcer la paranoia des Russes vis à vis des occidentaux. Personne ne parle des missiles de l'OTAN qui viennent d'être installés en Roumanie. Quant aux Ukrainiens ils veulent le beurre et l'argent du beurre: ils veulent du gaz russe pas cher mais tourner le dos à la Russie qui cependant partage un héritage historique et culturel commun. Ce que cherche les Occidentaux et l'Europe c'est de mettre la Russie à genou comme elle l'avait fait avec Yeltsin. Cette Russophobie hystérique me rappelle les jours sombres de l'anticommunisme primaire. Si les peuples de l'Europe de l'est aspirent à faire partie de l'UE pour ses valeurs démocratiques , c'est plutôt mal parti en ce qui concerne la Hongrie et la république Tchèque. La Pologne quant à elle dès son accession à l'UE s'est empressée d'acheter des avions de combat et du matériel militaire US comme pour souligner sa véritable allégeance et sa solidarité avec Les Néo-cons outre-atlantique. Une seule super puissance sans contrepouvoir c'est selon moi le pire scénario pour l'UE.

Portrait de Anonyme Philippe21.12.2013

Je voulais vous le dire depuis longtemps: félicitations pour la qualité de votre page internet, toujours très riche, complète, avec d'excellents liens qui permettent d'enrichir la réflexion après l'émission
Cordialement

Portrait de Anonyme Philippe21.12.2013

Comme chaque samedi, on se demande bien en quoi cette émission enquête
sur des "sources" supposées "secrètes" (avec des invités qui adorent
censurer la critique des médias en la qualifiant arbitrairement de
"complotiste" : joli paradoxe !). On voyage de l'Ukraine à Guetta, sans
plan de route...
Plus grave : l'hypothèse de médias devenus anti-UE est une lubie jamais
démontrée (des chiffres, s'il vous plaît !). Avec en prime la grosse
ficelle de la propagande qu'on a bien connue en 2005 : la critique de l'UE
serait la propriété exclusive du FN. C'est vite oublier que l'UE n'a
qu'une valeur institutionnelle (la libre concurrence) et qu'elle écrase le
social au nom de cette valeur unique : il y a donc une critique
PROGRESSISTE de l'UE. Et c'est elle qui a battu en 2005 des médias à 99,9
% favorables au TCE. Le plus grave de tout : pourquoi ne pas souffler mot
sur un "détail" anti-démocratique : le TCE refusé par le peuple
français en 2005 est aujourd'hui en application. On s'est juste assis sur
le vote populaire (n'est-ce pas M. Quatremer ?).
Drôle de "journalisme" du journalisme qui passe son temps à caresser les
idées de marché sans JAMAIS proposer une enquête digne de ce nom...

Portrait de Anonyme Valérie21.12.2013

Merci à Quentin Dickinson, Ses reportages sont si .... Clairs ... : pourquoi l'entend on si peu
souvent ? ....
Question subsidiaire : y a-t-il un site sur lequel on peut l'entendre ?
.......
Dernière chose : un grand merci .... Pour votre émission !

Portrait de Anonyme Jean-Marc21.12.2013

bonjour
puisqu'il est suggéré aux auditeurs de s'exprimer, je le fais volontiers
pour dire, déjà, que j'écoute assidûment cette émission utile et
intéressante mais ne comprends pas l'utilité de nombre d'interruptions de
l'animateur. Par ailleurs parler posément n'ôte rien à l'intérêt des
propos entendus. J'ai par exemple mémorisé beaucoup plus aisément ce
qu'a dit votre invité suisse dont le confort à l'écoute était maximal
en comparaison avec celui de son envisonnement.

Merci d'y prêter attention

Portrait de Anonyme Philippe21.12.2013

En réponse à Jean-Marc: je ne partage pas du tout votre point de vue; M.Four est au contraire à mon sens l'un des animateurs les plus dynamiques et agréables de France Culture, relançant à point nommé, et ne laissant pas ses invités déblatérer à tout bout de champ de façon pédante comme on l'entend parfois encore sur cette chaine.

Portrait de Anonyme Daniel21.12.2013

Bonjour et merci pour cette excellente émission. À propos de l’Ukraine, et de l’émission de ce matin, je ferai quelques remarques :
1. OK pour remarquer que les arguments des russophiles ont été très peu exprimés et mis en valeur.
2. Le président ukrainien a obtenu beaucoup de la part des Russes, et il n’aurait rien obtenu des Européens qui sont fauchés. Du point de vue de l’intérêt du peuple ukrainien, il a sans doute bien manœuvré, et jouer la surenchère lui permet d’obtenir des avantages pour le peuple ukrainien.
3. Je n’ai pas vu beaucoup d’articles sur le sentiment des Européens à propos de l’élargissement. Personnellement, j’ai exprimé sur divers forums et en particulier sur le site de la commission européenne mon opposition formelle et définitive à tout élargissement pendant au moins une quinzaine d’années. L’Europe fonctionne trop mal pour continuer indéfiniment à rajouter de la complexité à son système de décision. Faire entrer les ukrainiens, ce serait deux nouvelles langues dans la tour de Babel européenne, avec les infinies possibilités d’incompréhension et les coûts supplémentaires. Mais ce n’est pas le plus grave : tant que les fiscalités et les systèmes sociaux ne seront pas homogénéisés, les pays de l’Est feront un dumping social et fiscal insupportable dans l’Europe.
4. Les 450 fonctionnaires de la direction de l’élargissement cherchent une raison d’exister. Ils envisagent de faire entrer la Serbie ( !), Le Kosovo, l’Albanie, le Monténégro, la Macédoine … Quand on voit leur incapacité à analyser la situation grecque avant l’ouverture, et leur aveuglement sur le fonctionnement grec pendant des années, il y a de quoi être très inquiet.
5. Lorsque les Mongols de Mongolie manifesteront sur la grand-place d’Oulan-Bator pour demander leur rattachement à l’Europe, aurons-nous des articles dithyrambiques dans la presse ?
6. L’Europe aurait une meilleure image si les députés européens n’étaient pas perçus comme des fumistes absolus trop bien payés par rapport aux citoyens ordinaires et si la navette Bruxelles Strasbourg était supprimée.
7. Il y a actuellement une négociation qui bouleverserait l’Europe si elle était menée à bien : le TAFTA. Que font les médias de masse pour informer les citoyens des risques de cette négociation, qui a pour but de laisser le champ libre aux entreprises américaines sur le marché européen avec quelques compensations pour les entreprises européennes sur le marché américain. Il s’agit de supprimer les barrières non tarifaires, c’est-à-dire les possibilités pour les états européens de protéger les citoyens contre les entreprises prédatrices américaines, peu soucieuse des normes de protection des individus.
8. Si de plus les Européens étaient capables de s’unir sur des sujets aussi importants que le contrôle fiscal de Google, Apple, Amazon, Microsoft, Facebook… cela donnerait peut-être un peu de visibilité concrète à l’union.

Portrait de Anonyme Emmanuel21.12.2013

Un très bon numéro du Secret des sources, soulevant beaucoup de points intéressants

Portrait de Anonyme Annie21.12.2013

Merci pour cette émission toujours très intéressante

Portrait de Anonyme Hadrien21.12.2013

Quelques remarques :

- Je ne vois pas le problème à être anti-France si on considère que sa région (Corse ou Bretagne par exemple) aurait plus de légitimité que l'état français pour administrer le territoire auquel on appartient. C'est pareil pour l'Europe. Donc être contre l'européanisme a du sens, quoiqu'en dise Jean Quatremer (ou un autre).

- Je partage l'idée que le manque d'espaces médiatiques communs est particulièrement dommageable pour le projet européen. Bien sur ça uniformiserait les opinions, mais on ne peut pas construire un projet fonctionnel sans un minimum d'uniformité. Même quand la diffusion de l'information est commune, comme sur Arte, ou des jounraux traduits, il n'y a pas de discussion entre citoyens de différentes nationalités. Comment se fait-il que sur arte.tv je puisse lire les commentaires des internautes français mais pas ceux des allemands ?

Portrait de Anonyme Anonyme21.12.2013

Et c'est reparti ! Comme en 2005 et depuis, en fait il n'y a pas d'ambiguïté dans la relation media/tropisme europhile.
La conclusion est claire et c'est ce qui nous attends dans la perspective des elections de 2014.
Si tu defends l'idée de souveraineté nationale, que tu dénonces le federalisme neo liberal qui prevaut dans l'union, si tu as voté non a Maasrticht et au TCE, tu es soit un imbécile, soit un suppôt du FN, voir les deux.
Et bah non ! On en reparlera.
Cdlt

Portrait de Anonyme jmajb21.12.2013

L'Ukraine a été un peu abandonnée en route, cela étant dû à mon avis au fait qu'un seul invité connaissait bien la question. Par ailleurs, on remarque que le titre affiché en gros sur la page Internet ne correspond pas tout à fait à celui du 1er § du petit développement de présentation de l'émission. "Europe" dans le titre, et "Union européenne" dans l'autre. Ce qui est fondamentalement différent et qui explique à mon avis que votre émission n'a pas vraiment tenu ses promesses. L'Europe est une sorte d'idéal-type de la démocratie parlementaire, tandis qu'aujourd'hui, sauf peut-être pour Quatremer -dont vous avez bien de souligner les conséquences possibles de son compagnonnage de deux décennies auprès des instances européennes- l'Union européenne est devenue pour beaucoup d'Européens "occidentaux" une sorte de monstre froid responsable principal des politiques d'austérité en Europe, et soumis à l'Allemagne.

Portrait de Anonyme Patrick P 21.12.2013

Comment poser la question de la confiance envers les médias sans parler de cette campagne de 2005 où les gens ont été trompés!
Le "projet européen est un bon projet", peut-être, mais très mal habillé, en tout cas trop verrouillé et c'est bien ce qui a été démontré dans la fameuse campagne en 2005, et dans les faits depuis puisque l'accord bancaire dont parle Jean Quatremer, n'arrive que 8 ans plus tard et montre que l'on aurait pu éviter une partie de la crise actuelle, en tout cas, elle aurait été atténuée. Quant à réformer les statuts, pourquoi avoir glissé un article exigeant l'unanimité des pays pour pouvoir en modifier une partie. Encore des règlements qui pénalisent l'avancée de l'Union.
C'est effectivement devenu une usine à gaz, alors que, moi le premier, je pensais qu'on allait améliorer les accords existants, et faire une Europe sociale. C'est aussi pour ces raisons que j'ai fait campagne (à mon petit niveau) pour le non au traité, car tous les défauts que l'on remarque aujourd'hui, étaient dénoncés, mais surtout pas mis en avant par nos chers politiques, journalistes et chroniqueurs. A part quelques-uns comme Jacques Généreux (PS puis FDG) qui officiait à l'époque sur France Culture, les médias n'étaient pas que "perçus" pour le oui, ils étaient pour le oui, et devant les arguments de militants qui avaient réellement lu ce traité, ces médias ne pouvaient plus argumenter par la seule idée « pour ou contre l'Europe » et c'est peut-être la "spirale du silence" dont a parlé Isabelle Veyras-Masson.
Je reste , comme J.Q., pro et même profondément européen mais il faut avant tout préparer des textes et des statuts beaucoup plus simples, qui soient lisibles par tous, et en commençant par le b.a.ba, l'harmonisation fiscale et des minimas sociaux, qui éviterait cette concurrence, du coup, très déloyale. Peut-être la confiance envers l'Union européenne et les médias reviendra....

Portrait de Anonyme Anonyme21.12.2013

"Depuis les accusations de campagne pro européenne en 2005, les médias ont-ils changé ?"
A voir la liste des intervenants ce matin et a entendre leurs propos la réponse est semble-t-il dans la question

Portrait de Anonyme Clémentine21.12.2013

A quoi servent les insultes envers Emmanuel Todd ?
Voilà qui est insupportable - une marque de totalitarisme ?
A quand un droit de réponse d'Emmanuel Todd ?
J'aimerais avoir, sur ce point, une réponse.

Portrait de jmfour jmfour21.12.2013

bonjour Clémentine
sur ce point précis, j'ai fait préciser, vous l'aurez sans doute entendu, que le point de vue de Jean Quatremer était uniquement le sien. Il va de soi qu'Emmanuel Todd, qui est régulièrement invité sur France Culture, est le bienvenu pour répondre s'il le souhaite
Cordialement

Portrait de Anonyme Saskia21.12.2013

Entièrement d'accord avec Jean Quatremer : déficit d'informations et d'analyses sur les grandes chaines de TV et sur les radios y compris sur FC, pas encore d'opinion publique européenne faute de volonté politique, etc... aucune volonté nulle part, que des calculs intéressés. Mais les politiques ne se trompent-ils pas en faisant leurs calculs ? au fait, comment et pourquoi des europhobes se présentent aux élections européennes ? etc, etc...

Portrait de Anonyme Anonyme21.12.2013

Et c'est reparti ! Comme en 2005 et depuis, en fait il n'y a pas d'ambiguïté dans la relation media/tropisme europhile.
La conclusion est claire et c'est ce qui nous attends dans la perspective des elections de 2014.
Si tu defends l'idée de souveraineté nationale, que tu dénonces le federalisme neo liberal qui prevaut dans l'union, si tu as voté non a Maasrticht et au TCE, tu es soit un imbécile, soit un suppôt du FN, voir les deux.
Et bah non ! On en reparlera.
Cdlt

Portrait de Anonyme Jay21.12.2013

Je partage cet avis. Notamment les avis totalitaires de M. Quatremer, qui fait constamment l'équivalence (l'amalgame) entre la France (nation historiquement et géographiquement bien définie) et l'Europe (tout le contraire) ne sont pas de nature à faire avancer le débat.

Portrait de jmfour jmfour21.12.2013

Bonjour Anonyme
Je n'ai pas la sensation que l'émission ait ressemblé à ce que vous décrivez
Cordialement

Portrait de Anonyme Celeste (anonyme)21.12.2013

C'est terrible d'entendre une nouvelle fois l'opinion d'un journaliste en l'occurrence Jean Quattremer demandant sans vergogne l'interdiction de plateaux d'un Emmanuel Todd car ne pensant pas comme lui. Les journalistes sociaux-libéraux réclament le boycott de Mélenchon (Le fils de Revel)ou l'arrêt du temps de parole aux partis politiques comme le NPA pendant la campagne présidentielle et voilà que ce Monsieur s'y met aussi en parlant d'une émission comme celle de Yves Calvi chantre du sarkozysme et n'invitant que des personnes libérales. Cela aurait dû lui plaire mais que nenni il faut faire plus pour une fois qu'il en était autrement c'est encore trop pour lui. L'Europe est un sujet grave qui concerne tout le monde et qui mérite le PLURALISME d'OPINIONS.Le Parlement européen n'a aucun rôle majeur puisque la politique économique est dictée par la commission européenne au service des gouvernements croupions sociaux-libéraux(n'en déplaise à Jean Quattremer, je mets Hollande dans le même sac)
Assez de faux débats. J'avoue que j'étais déçue car votre émission était somme toute très consensuelle et vous avez fait mieux et plus percutant.
Quand ferez-vous une émission sur les journalistes élus par personne qui se permettent de dicter la doxa libérale pour unique remède et commencent à demander un contrôle des opinions comme je l'ai dit plus haut.
Merci quand même car France Culture reste un espace de liberté dans ses choix éditoriaux le contraire de la radio que j'ai quittée France Inter.

Portrait de Anonyme Clémentine21.12.2013

Marc Crépin ne s'est pas demandé d'où venaient l'argent (louer un immeuble !) et l'organisation d'une communication sophistiquée ?

Portrait de Anonyme nicolas le dromois21.12.2013

Beaucoup de bon sens dans les interventions de vos invités. Ils disent tous que contrairement à votre axiome de départ, on n'a jamais autant parlé d'Europe dans les médias. Peut-être eût-il été fairplay in fine de le reconnaître?
D'autre part, avant que d'épingler Pujadas et son récit, dites-vous, trop réservé sur l'accord parvenu à Bruxelles sur l'Union bancaire, eussiez-vous pu mentionner votre propre rédaction (celle de France-culture) laquelle s'et crue obligée d'aller chercher l'avis négatif d'un parlementaire écologiste belge pour commenter l'info, avis plusieurs fois repris au long de la journée.
Le fond de la question n'est-il pas celui d'un espace politique européen avant l'éventuelle existence d'un espace médiatique européen? La route est longue avant d'y parvenir...

Portrait de Anonyme mikktm21.12.2013

C'est désespérant d'entendre la classe journalistique assimiler la critique de l'UE à une critique de l'Europe, sans mentionner que l'on peut être favorable à l'UE mais pas pour cette politique économique.2005, puis 2007(sodomisation du traité par les députés) ne semble pas toujours été bien compris par les médias.
Le bouquet est d'entendre une journaliste dire que pour elle l'Ukraine et la Russie c'est la même chose!
Du niveau de TF1.

Portrait de Anonyme lardinoit21.12.2013

oui, soyons très clair, l'Ukraine (la population) sait très bien ce que signifie l'Europe à savoir la possibilité de particier et profiter des dispositions sociale des pays européens, chose impensable en Russie.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.