retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 10-11

Syndiquer le contenu par Raphaël Enthoven Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Préhistoires de la pensée 1/5 : Parménide 35

08.11.2010 - 10:00

Avec Barbara Cassin.

 

Le journal des Nouveaux Chemins avec Stéphane Legrand pour Dictionnaire du pire (Ed. Inculte).

 

Barbara Cassin et Stéphane Legrand ©Radio France / H. Combis-Schlumberger

 

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lecture des textes : Georges Claisse

 

Extraits musicaux :

Carmen

Julio Iglesias, Je n'ai pas changé

Bach, Prélude et Fugue, N°1

 

Invité(s) :
Barbara Cassin, philologue et philosophe, directrice de recherches au CNRS
Stephane Legrand, philosophe

Thème(s) : Idées| Philosophie

Événement(s)

  • Rencontre

    Le forum Le Monde Le Mans

    Le forum Le Monde Le Mans

    Le 22ème Forum Le Monde Le Mans sera coordonné et animé par Jean Birnbaum, journaliste au Monde. POURQUOI RIRE ? Depuis sa fondation, en 1989, le Forum Le Monde-Le Mans demeure fidèle à une même vocation : ni colloque académique ni arène polémique, il tente de conjuguer l’exigence de la réflexion et le débat citoyen pour penser une question de portée philosophique en résonance aussi bien ...
    12/11/2010 - 14/11/2010

35 commentaires

Portrait de Anonyme najib26.01.2011

Je n'ai jamais été adepte des mâcheurs du langage, c'est d'une sècheresse terrifiante. Ils ne voient plus que des mots, des symboles, de la syntaxe... privés d'imagination, les yeux rivés sur le doigt, ils sont incapable de sentir, de voir l'horizon de pensées vers lequel il pointe.

Portrait de Anonyme Robert25.11.2010

Quand on refuse d'installer ITUNES, le PODCAST sur France Culture ne FONCTIONNE PAS : vu les IMPOTS que l'on paie, il est inacceptable qu'après presque six MOIS de "nouveau" site ce ne soit pas opéationnel : l'ancien site fonctionnait parfaitement .

Portrait de Anonyme virgilecolonna@free.fr18.11.2010

je n'ai pu podcaster la semaine sur les préhistoires de la pensée comment faire pour disposer des cinq émissions
merci de votre aide

Portrait de Geneviève Geneviève19.11.2010

Le podcast des émissions des 11 et 12 est impossible suite à des problèmes techniques rencontrés à Radio France. Nous en sommes désolés.

Cordialement

Portrait de Anonyme Shivatronic17.11.2010

om
LES 5 EMISSIONS DE LA SEMAINE SUR LES PRESOCRATIQUES SE TROUVENT LOADÉS À CETTE ADRESSE.
DOMMAGE QU'AU LIEU DE NOUS DIRE QU'IL Y AVAIT UN BUG DANS LE SYSTEME, AUCUN TECHNICIENS N'AI PENSÉ À FAIRE CETTE ALTERNATIVE ULTRA SIMPLE POUR LES AUDITEURS FIDÈLES.
BONNE ECOUTE

http://www.megaupload.com/?d=SGAELAHF

Portrait de Anonyme GS16.11.2010

Bonjour,
Je souaiterais pouvoir podcaster certaines de vos émissions. Pourquoi mes clics désespérés sur l'icône prévue à cet effet demeurent-ils irrémédiablement et, plus encore, diablement inopérants ?
Est-ce dû à une déficience de votre site ou à une carence de mon appareillage électronique - que d'aucuns nomment "ordinateur" - ?
Grand merci par anticipation pour votre réponse rapide et éclairante. Je l'appelle de toutes mes forces et de tous mes voeux, avant que ne soient plus podcastables les cinq émissions sur les "pré-socratiques" - qu'entre nous, j'appellerais plus volontiers les "anté-socratiques", mais bon, y a pas de hasard non plus, comme on dit puis chez ma grand-mère !
Bien cordialement, voire amicalement, si notre amitié commune est la sagesse,
GS

Portrait de Anonyme celine16.11.2010

Je confirme aussi mon interet pour le telechargement (podcast) de toute cette semaine sur les pre-socratiques. Toujouts HS à ce jout, quel dommage ...

Merci

Portrait de Anonyme Engelhardt Léopold15.11.2010

Cher Monsieur Einthoven,
Me perdant parfois dans des bribes de Heidegger, Jaspers ou Derrida, je me proposais justement de me donner quelques bases en philosophie ancienne.
Le vieil autodidacte que je suis comptait précisément entreprendre cette mise à jour chronologiquement, en commençant par la nuit des temps philosophiques . Vos émissions sur la préhistoire de la pensée (avec la qualité, la vivacité et la clarté que vous insufflez à tous vos entretiens) viennent donc à point nommé pour que ma petite quête de savoir commence gaîment. Je vous en remercie. Meilleures salutations.
L.Engelhardt
1160 Bruxelles

Portrait de Geneviève Geneviève15.11.2010

Toujours des problèmes techniques à Radio France perturbant le podcast. Encore toutes nos excuses, donc.

Bien cordialement

Portrait de lnk lnk14.11.2010

Je me joins aux doléances sur le podcast : c'est une émission qu'on peut souhaiter conserver et réécouter.

Portrait de Anonyme MH13.11.2010

merci à RenaudD pour le lien Deleuze.

Portrait de bruno bruno13.11.2010

Merci de réparer la fonction podcast.
L'émission n'est pas téléchargeable.

Portrait de Anonyme Roger Rabutin13.11.2010

P.S.: Et ne confondez pas "gradation" et "graduation"!

Portrait de Anonyme Roger Rabutin13.11.2010

A M. Tchélébidès.
Je ne sais pas où vous prenez que le grec "empatheia" signifie "haine", mais je vais vous rendre le service de mettre fin à un tourment de quinze ans. "Empatheia", mot rare et tardif, est simplement l'antonyme d'"apatheia" ("apathie"); il signifie seulement "émotion profonde". On trouve surtout l'adjectif "empathês", et la consultation du dictionnaire Liddell-Scott vous confirmera, non seulement que le sens de "haine" ne se rencontre pas, mais que l'épistolographe Alciphron parle d'"empathês philia" ("amitié profondément ressentie"). A noter aussi la construction "empathês pros + acc.", qui signifie "profondément affecté (ou concerné) par qq. chose". Donc, retrouvez votre sérénité!

Portrait de bruno bruno13.11.2010

Merci de réparer rapidement le podcast de l'émission...
Je ne peux en effet les écouter qu'en fin de semaine.

Portrait de Anonyme baud12.11.2010

Je ne suis pas un fanatique du "vous" pour les invités surtout si ce sont des amis de l'animateur

Portrait de Anonyme Wilfried DENOIZAY11.11.2010

Bonjour,

en réponse (partielle) à M. Richard Tchélébidès :

Ne vous énervez pas sur l'inversion du sens des mots au fil de l'histoire, notamment sur le terme d'empathie. Justement, les mots vivent et bougent. Leur sens n'est pas fixe, il fluctue tout au long de leur histoire, sur des durées heureusement raisonnablement longues.

Amicalement,

Wilfried

Portrait de Anonyme Trorcefen11.11.2010

I found lots of valuable information in this forum

Greetings to all

Gry

Portrait de Anonyme Rom Un10.11.2010

J'ai trouvé intéressant de vouloir faire entendre le caractère grec du texte de Parménide. Mais je dois avouer que les interruptions fréquentes par des morceaux musicaux, extraits de films, etc., même s'ils peuvent être suggestifs et sont censés nous montrer que la philosophie parle de la vie, hachent beaucoup trop à mon goût la parole de l'invité. Je trouvais que Mme CASSIN essayait justement de nous faire entendre autrement que de manière scolaire ou historique (ou divertissant) le texte de Parménide en revenant à la langue et à l'âme grecque qu'il porte en elle. Même si les rapprochements sont évocateurs, je trouve que l'on perd la précision, l'originalité de la démarche et le plaisir d'entendre cette parole de l'autre. On perd aussi de la complexité. La pensée philosophique est une élaboration intellectuelle qui demande du temps et de la continuité, et surtout beaucoup d'écoute. Je comprends donc le principe de l'émission, mais il semble qu'il y avait avant (il y a un peu plus d'un an) un meilleur équilibre en faveur de la parole de l'invité. Bonne continuation

Portrait de Anonyme michel f .10.11.2010

Cordial salut !

Je partage la réaction de Steindid.

Ce type de tromperie en dit long sur l'honnêteté idéologique de certaines des personnes qui parlent dans le poste... Il me rappelle cette "problématique" (!?) qui m'a toujours fait rire, problématique à laquelle je fus maintes fois confronté quand j'étais instit. Je veux dire: "Quand on a son propre fils (ou sa fille) dans sa classe, doit-il s'adresser à vous en disant: "Monsieur, Madame, Mademoiselle, Maître, Maîtresse" en lieu et place de "Papa" (Père !!!) ou de "Maman" (Mère !!!) et vouvoyer son géniteur ou sa génitrice - comme ses condisciples en principe vouvoyeurs obligés ?". A la radio (ou télé) d'Etat, j'aime bien écouter des personnes - qui, habituellement, se tutoient - se forcer au vouvoiement de sorte que, soudainement, je constate que l'une d'elles - ayant "chassé le naturel", celui-ci " est revenu au galop". Je guette alors les réactions (ou le manque de réactions) des intéressés et celles du meneur de jeu. A France Culture, le bureaucrate qui a décidé de contraindre les locuteurs à ces flexions (verbales et/ou pronominales) d'un autre âge a-t-il prévu une liste graduée ou non de punitions en cas d'infractions pour les débatteurs ? Pour le meneur de jeu ? Comment ça se passe aux NCC - Raphaël, comment présentez-vous ce jeu de rôle à vos invités ? Répondez sans vaine peur, le ridicule ne tue plus! Les observateurs vigilants du français contemporain parlé dans l'hexagone feront remarquer, qu'à l’inverse de l'oukase radio-français, se manifeste (radio et télé), depuis au moins un an, une tendance chez nombre de présumés francophones à avoir le tutoiement facile (influence du showbiz, donc du milieu "sportif" ? « véhicularisation » spontanée de la langue des immigrés ? jargons « djeuns » (sms en particulier) ? impacts des mouvements associatifs ? multiplication des forums et des réseaux internet ?, etc.).

michel f./08.11.2010

Portrait de Anonyme Tchélébidès Richard10.11.2010

Ce commentaire ne concerne pas l'émission d'aujourd'hui mais je profite de cette incursion sur votre site pour vous faire part, Monsieur Raphaël Enthoven (soit dit en passant, j'apprécie infiniment l'esprit et le talent qui parcourent vos émissions) d'un contresens qui me révolte depuis une quinzaine d'années environ: le terme "empathie" est utilisé en français dans le sens radicalement opposé de sa véritable signification; en effet il sert à traduire un sentiment qui s'apparente à la compassion dans une graduation qui le place au dessus de la sympathie. Or il se trouve que le sens originel consiste en l'exacte opposé puisque en grec "empathia" signifie "haine", en effet celui pour qui vous éprouvez de l'empathie est celui-là même qui vous fait souffrire à l'intérieur de vous; on est donc loin de l'idée de partager une souffrance. Tous les psy, philosophes et intellectuels de tous les bords et de toutes obédiances se gargarisent de ce terme dans une esprit bien contemporain de surenchère verbale qui pousse le moindre vendeur à vous souhaiter "une excellente journée" quand il suffirait qu'elle soit bonne. Voilà me semble-t-il un des nombreux dégâts collatéraux de la volonté d'excellence qui a ravagé les entreprises contemporaines dans le même temps où elles s'apropriaient le droit de revendiquer haut et fort qu'elles étaient productrices de culture et de philosophie. Ah, cette culture d'entreprise! Ah, la philosophie du de tel ou tel fabicant d'électo-ménager, sans parler de "l'esprit" automobile et de "l'amour" que renferme tel pot de yaourt...
Cher Monsieur Enthoven, dites quelque chose à ce sujet si vous êtes réceptif à ma doléance et merci de m'en avertir à l'avance pour que je vous écoute ce jour là.
Croyez en ma sincère considération.
Richard Tchélébidès

Portrait de Anonyme RenaudD09.11.2010

Merci pour cette émission souvent très intéressante. Rien de plus enrichissant que la dialectique qu'élaborent ensemble une pensée constamment attirée par la nuance (qui est en général celle de l'invité[e]) et une pensée constamment soucieuse de simplifier (qui est en général celle de l'animateur). L'échange autour de la filiation entre Parménide et Heidegger en milieu d'émission m'a beaucoup plu de ce point de vue.
A propos du paradoxe de la tortue de Zénon, dont il est question également dans cette émission, j'invite les auditeurs à continuer à auditer, en se rendant sur http://www.univ-paris8.fr/deleuze/article.php3?id_article=131 : on peut y entendre Deleuze nous en donner son interprétation. C'est intriguant, c'est amusant, c'est amical et qu'est-ce que c'est intelligent. C'est de la philosophie. Hum, "rien de plus enrichissant" disais-je : si, ce cours de Deleuze. Mais bon, c'est Deleuze.
Merci encore pour cette émission, je suis impatient d'écouter les suivantes.

Portrait de Anonyme pervado09.11.2010

Une préhistoire ECRITE ????
Une fois pour toutes , car ça change tous les jours , comment s' appelle cette émission ??? Même Enthoven s'y perd ...
Pitié , aujourd'hui on a eu droit à nouveau à de la méca Q pour philosophes : les vieilles rengaines à la papa qui polluent l' espace-temps pour pas grand-chose . Les philosophaillons sont donc de vrais savants comme les psychanalystes sont de vrais docteurs-feuilles .
Tout cela manque de rigueur , et c' est bon pour les bimbos .

Portrait de Anonyme Jesem09.11.2010

Merci à Barbara Cassin pour avoir tenté de suggérer aux auditeurs de FC quelques bonnes idées sur Parménide, le vrai, ou, en tout cas, celui qu’elle croit vrai, le sien.

Son hôte — le producteur, meneur et improvisateur dans ce one-man-show-encyclopédique-(sans-compter-l’invité), un genre qui se situe quelque part entre le show-biz, le small-talk, le strip-tease intellectuel et le jeu des mille francs — ne l’a que peu aidée et beaucoup gênée.

Le malheur de RE est qu’il veut, d’abord, montrer sa grande érudition, d’autre part, cacher à tous que, sous la chlamyde, le roi est bien nu, et d’un troisième côté, jouer à l’auditeur ignorant qui pose des questions mais alors naïves-naïves. De là lui vient sa propension à canaliser le discours de l’invité(e) dans une direction qui lui donne à lui l’occasion de faire ces trois coups d’une seule et même pierre. Si, faute d’y prendre garde, il dessert aussi bien le sujet-objet de l’émission (Parménide) que l’invitée (Mme Cassin), peu lui en chaut. Et tant pis pour l’auditeur qui, n’importe comment, n’y pige que dalle !

Merci quand même, RE, pour une question moins « naïve » que vous ne la croyiez. Vous avez demandé si la place abusive, qui est faite dans l’histoire des idées à la transmission (la tradition), ne tuait pas les idées elles-mêmes. Et comment qu’elle les tue ! Vous en avez d’ailleurs immédiatement fait la démonstration, en suggérant qu’il vallait peut-être mieux abandonner tout espoir de vérité que de s’obstiner à poursuivre cette chasse au fantôme. Et là, sans le savoir, vous avez fait mouche. Car pour Madame Cassin, ce qu’elle fait (en l’occurrence) c’est de la philosophie, non de l’histoire des idées philosophiques. Or la philosophie est pétrie d’erreurs et de déformations de transmission qui, de ce fait, ont joué un rôle incontestable et doivent être prises en considération par tout philosophe. Mais l’histoire de la philosophie est d’abord une science et, partant, a pour tâche de se débarrasser autant que faire se peut de ce fatras bimillénaire et de revenir à ce qu’il reste des sources.

Jesem.

Portrait de Anonyme Holly09.11.2010

Docteur en philosophie, lectrice de Parménide, entre autres crimes, j'apprécie infiniment votre émission, cher Raphaël Enthoven ; je l'écoute aussi souvent qu'il m'est permis de le faire.
En revanche, Barbara Cassin m'a semblé assez détestable, imbue d'elle-même, inapte à toute pédagogie, enfermée dans un jargon dont elle est incapable de tirer la moindre pensée claire, le plus infime sens concret. En somme, elle est selon moi l'expression parfaite du pire, parmi ceux qui sont censés transmettre l'amour de la philosophie et des textes.
Dieu merci, c’est la dernière chose que l’on pourrait vous reprocher.
J'ai en connu beaucoup de ces spécimens qui s'imagineraient déchoir s'ils osaient la clarté. La protection du jargon, le refus de l'échange ou de l'altérité ne sont que les symptômes d'un esprit faible et impuissant. D'ailleurs, Madame Cassin était totalement déstabilisée et incapable de répondre dès lors que l'on sortait de son système de pensée.
C'est ainsi que, lorsque la pensée est au terme de son odyssée, la plus extrême intelligence rejoint parfois, paradoxalement, l’imbécillité la plus crasse…
Vous aviez eu beau essayer de la faire sortir de son délire - car il s'agit bien de cela à un certain niveau, lorsque la pensée tourne à vide dans l'abstrait, sans le moindre référent extérieur à elle-même, dans une réalité qui refuse tout contact avec la chair du réel et la contradiction du vivant -, elle s'y refusait avec de plus en plus d'agressivité, faisant montre par là de son incapacité à communiquer.
Le meilleur moment de l'émission fut, pour moi, l'extrait de la chanson de Julio Iglésias…
Bien à vous,
Holly

Portrait de Anonyme Anonyme09.11.2010

Zénon d'Élée, me semble-t-il, confond les moments de la pensée (je pense la moitié, puis je pense la moitié de la moitié, etc.), avec le temps de l'expérience du monde sensible. Il pense l'espace (de l'expérience ?) sans penser le temps de l'expérience. Liebniz, par le calcul infinétisimal, pense les deux ensembles, sans se perdre. Il n'y a pas d'absurdité logique. Elle n'est qu'apparente, comme un syllogisme dont les termes glissent de sens.

Portrait de Anonyme Anne de Swarte09.11.2010

Quel dommage, Monsieur Raphael Enthoven, que vous laissiez si peu de place à la parole de Barbara Cassin.
Au sujet des sirènes, je pense que c'est leurs VOIX, et pas seulement le contenu de leurs paroles (banal selon vous), qui attirent irrésistiblement l'auditeur Ulysse, ce qui change le sens de cet épisode : la voix est musicalité, au delà du sens, porteuse d'un message divin (de l'Etre) qui la dépasse. Idem pour la voix de Barbara Cassin ! J'aurais aimé l'entendre plus longuement développer sa pensée très vive et profonde. Je regrette que vous soyez trop souvent superficiel, quelque peu pédant et mondain. Vos interruptions me gênent, sont elles angoisse radiophonique du vide, du silence ? Bravo quand même pour vos émissions passionnantes. Puisse ce commentaire vous conduire au changement et non vous stérilement critiquer. Merci.

Portrait de Anonyme BROCHARD08.11.2010

Barbaros, celui qui ne parle pas le grec, qui, quand il parle, semble n'émettre que des "bar-bar". Le terme n'avait rien de péjoratif à l'origine. Comment ne pas voir quelque ironie (du grec "interroger")du destin quand c'est d'une Barbara que vient un faisceau de lumière sur l'un des textes les plus obscurs de la philosophie grecque ?
Il était peut-être dommage d'essayer de faire rentrer le propos de Barbara Cassin dans une problématique par trop scolaire.
J'aimerais recommander son livre, "L'effet sophistique", qui a été pour moi une révélation.

Portrait de Anonyme Patrice Tardieu08.11.2010

Je ne résiste pas au plaisir de donner ma propre traduction ( deux variantes) du début du fragment VI du poème de Parménide:
« Il faut dire, penser l’être de ce qui est car il y a de l’être et rien n’est sans être… »
Autre traduction possible:
« Il est nécessaire de dire, de penser le fait même qu’il y ait quelque chose qui soit car il y a de l’être et non pas rien… »
On voit le départ avec Parménide de la question radicale de la philosophie: Pourquoi y-a-t-il l’être et non pas le néant? Et toute l’histoire de la philosophie commence…
Patrice Tardieu

Portrait de Anonyme Patrice Tardieu08.11.2010

J’ai trouvé excessif le fait de vouloir rejeter Parménide dans une pré-histoire de la philosophie, n’exprimant qu’une négation absurde de l’écoulement du temps, dans des fragments susceptibles de n’importe quelle interprétation, d’une banalité tautologique ennuyeuse. Mais n’oublions pas que la logique formelle actuelle n’est qu’une immense suite de tautologies (ou équivalences) et que le démarrage de la logique s’est fait par le principe d’identité.
Il est dommage de ne pas avoir laissé Barbara Cassin exprimer l’immense plaisir de découvrir l’aurore et peut-être un des sommets de la pensée philosophique, sans parler de la beauté de ce poème de Parménide au style homérique.
J’ai cru percevoir l’hostilité bergsonienne, notamment dans l’Évolution Créatrice où Bergson écrit: « Les Grecs[…] aimèrent mieux donner tort au cours des choses ».
Il est regrettable de rater ce magnifique lever de soleil de la philosophie. Parménide est loin d’être « une étoile morte » puisqu’on le commente depuis des siècles et que les érudits se battent encore de nos jours pour le traduire correctement.
Patrice Tardieu

Portrait de Anonyme michel f .08.11.2010

Cordial salut !

Je partage la réaction de Steindid.
Ce type de tromperie en dit long sur l'honnêteté idéologique de certaines des personnes qui parlent dans le poste... Il me rappelle cette "problématique" (!?) qui m'a toujours fait rire, problématique à laquelle je fus maintes fois confronté quand j'étais instit. Je veux dire : "Quand on a son propre fils (ou sa fille) dans sa classe, doit-il s'adresser à vous en disant : "Monsieur, Madame, Mademoiselle, Maître, Maîtresse" en lieu et place de "Papa" (Père !!!) ou de "Maman" (Mère !!!) et vouvoyer son géniteur - comme ses condisciples vouvoyeurs obligés ?". A la radio (ou télé) d'Etat, j'aime bien écouter des personnes - qui, habituellement, se tutoient - se forcer au vouvoiement de sorte que, soudainement, je constate que l'une d'elles - ayant "chassé le naturel", celui-ci " est revenu au galop". Je guette alors les réactions (ou le manque de réactions) des intéressés et celles du meneur de jeu. A France Culture, le bureaucrate qui a décidé de contraindre les locuteurs à ces flexions (verbales et/ou pronominales) d’un autre âge a-t-il prévu une liste graduée ou non de punitions en cas d'infractions pour les débatteurs ? Pour le meneur de jeu ? Comment ça se passe aux NCC – Raphaël, comment présentez-vous ce jeu de rôle à vos invités ? Répondez sans vaine peur, le ridicule ne tue plus ! Les observateurs vigilants de l'évolution du français contemporain parlé dans l'hexagone feront remarquer, qu'à l'inverse de l'oukase radio-français, se manifeste (radio et télé), depuis au moins un an, une tendance chez nombre de présumés francophones à avoir le tutoiement facile (influence du showbiz, donc du milieu "sportif" ? « véhicularisation » spontanée de la langue des immigrés ? jargons « djeuns » (sms en particulier) ? impacts des mouvements associatifs ? multiplication des forums et des réseaux internet ?, etc.).

michel f./08.11.2010

Portrait de Anonyme Anne de Cherbourg08.11.2010

J'ai aime les 3 personnalités de l'émission (RE,BC,SL)qui se chamaillent, s'interrompent, ne se comprennent pas, pensent, font des contre-sens sur la pensée de l'autre, se retrouvent pfs : le "ouf" de Barbara Cassin est libérateur,rient de livres irrésistibles mais qui en s'exprimant nous donnent envie de déambuler ds les méandres de la pensée, de se poser des questions existentielles ou pas, (on s'en fiche) tout en ne se prenant pas au sérieux. Respecter les pensées et les vérités de l'autre est une chose si belle, que cela me rassure et me donne de la joie. Etant une néophyte de la question cognitive; avant, je ne lisais pas, je ne faisais pas de "philosophie" (ds la définition que nous donne Barbara Cassin),j'existais en faisant du jazz, du Bach, du Jonnhy Halliday ou du Noir Desir avec mon instrument, en rencontrant du monde, en bougeant... Je ne bouge plus par la faute d'une stupide maladie. Cette émission me remet en marche. Je bouge à nouveau, j'ai envie de rire et l'envie d'exister( à nouveau). Par les mots: ceux qui sont dits ou pas dits, construits ou deconstruits, penses ou , interprétés, rêvés ou suggérés. YES! L

Portrait de Anonyme Lestrade08.11.2010

Julio Iglesias moderne parménidien, il fallait le trouver! Sinon, on peut certes, limace myope, mettre au jour (ou dénoncer) la religion de la grammaire, comme disait l'autre, ou traiter ces fragments comme des énigmes de la Sphinx, mais il y a aussi des tentatives, peut-être en partie vaines, de renouer les fils des débats qui avaient lieu à l'époque, notamment dans les cités de Grande-Grèce et de Sicile (Elée, je crois, se trouve un peu au sud de Naples). Parménide, pythagoricien hérétique? (selon certains) Mais c'est vrai qu'appréhender ces gens en dehors de ce qu'en disent Platon et Aristote est très difficile.

Portrait de Anonyme Porte Alain08.11.2010

Tapez ici vos commentaires
Cher Raphael Enthoven,

J'aimerais pouvoir dialoguer avec Baraba Cassin,
car la formulation de l'Être en sanskrit offre des
affinités philologiques avec Parménide.
merci

Cordialement
Alain Porte

Portrait de steindid steindid08.11.2010

Bonjour à tous,
Un commentaire en passant ...
Je ne comprends pas ce dogme qui consiste à faire croire, à l'antenne, que l'on ne se connait pas et de se servir du "Vous" et du Madame alors que dans la vie "normale" on se tutoie ?!
Le prétexte étant que l'"AUDITEUR" n'aimerait pas le TU. En tout cas pour moi c'est bien l'inverse !
DS