retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 12-13

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth, Philippe Petit Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Ecoutez l'émission 58 minutes

(Dé)penser l'argent (1/4): Georg Simmel, Philosophie de l'argent 19

11.02.2013 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Marie-Laure Ciboulet

Lectures Georges Claisse

 

En partenariat avec le magazine Marianne

 

 

 

 

 

 

 

 

Argent : Cause de tout le mal. Auri sacra fames, maudite soif de l’or. Le dieu du jour (à ne pas confondre avec Apollon). Les ministres le nomment traitement ; les notaires, émoluments ;  les médecins, honoraires ;  les employés, appointements ;  les ouvriers, salaires ; les domestiques, gages.

L’argent ne fait pas le bonheur. Hé bien, rendez-le ! ajoute Jules Renard en complétant la définition que donne Flaubert de l’argent dans son dictionnaire des idées reçues. L’argent, une idée reçue ? C’est une autre façon de dire la difficulté qu’il y a à savoir de quoi on parle. L’argent, comme billets et pièces matériels qui n’ont de valeur que symbolique mais aux effets bien réels ? Avatars des structures intersubjectives – relations d’échanges, de compétitivité - qui régissent la société?  Expression d’une anthropologie universelle  - cupidité, prodigalité ?

Plus qu’un objet, plus qu’un symbole, moins qu’une fin en soi, quand on le dépense, peu importe, mais quand on  y pense…

 

 Demain, Isabelle Garo viendra nous livrer les secrets de la chrématistique, ou le fait d’accumuler l’argent pour lui-même et non en vue d’une autre fin, d’Aristote à Karl Marx ; mercredi, le ridicule ne tue pas, mais quand l’argent s’en mêle, la comédie prend des airs de drame, ce sera Patrick Dandrey qui viendra analyser deux pièces de Molière, l’Avare et les Fourberies de Scapin, et pour finir cette série, Pierre Zaoui viendra nous rappeler l’importance de ne pas mélanger économie et morale.

Mais pour l’heure, le moins connue d’entre tous, mais le plus original sans doute,  j’ai nommé le sociologue Georg Simmel, auteur d’une philosophie de l’argent, et c’est Patrick Watier qui vient nous en parler.

 

Patrick Watier MC © Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références musicales:

- Gotan Projet, La del ruso

- Francis Casadesus, C'est pas toujours rigolo d'avoir de l'argent

- Claude Ulmer, L'amour et l'argent

- Pink Floyd, Money

 

Extraits de film:

- Le coût de la vie (Philippe Le Guay, 2002)

- Margin call ( Jeffrey C Chandor, 2011)

 

Lectures:

- Georg Simmel, Philosophie de l'argent (PUF, 1987)

- Emile Zola, L'argent

 

Invité(s) :
Patrick Watier, professeur de sociologie à l'université Marc-Bloch de Strasbourg

Thème(s) : Idées| Philosophie| Georg Simmel

19 commentaires

Portrait de Anonyme destartin15.02.2013 Quand on lit "L'argent au Moyen-âge", de J. le Goff, on s'aperçoit que dès qu'ils apparaissent, au 13e s., les "riches en argent" (c'est-à-dire les bourgeois)cherchent à payer le moins possible d'impôts. Et on s'aperçoit aussi que la pauvreté augmente considérablement. Rien de très nouveau dans ce qui se passe aujourd'hui, donc.
Portrait de Anonyme Jean Michel12.02.2013 Merci à tous car je m’enrichis de vos interventions, en particulier luroluro14, qui démontre une grande connaissance du sujet et réalise des croisements philosophiques pertinents. Voici mon point de vue, car je milite au sein d'un mouvement qui prône un total changement de système où politique et argent seront obsolètes. J'y reviendrai plus tard. Selon moi, nous sommes devant la plus grande transition de civilisation que nous avons l'occasion de vivre, et en cela, en étant positif c'est une période certes dure, mais ou tout est possible. Notre interconnexion mondiale fait que désormais tout est immédiat et qu'un moindre changement à l'autre bout de la planète, a son influence dans notre environnement proche. Les dernières crises financières, climatiques, pandémies et autres catastrophes industrielles sont là pour nous le rappeler. Nous devons donc absolument réfléchir global, tout en maintenant notre équilibre en local. En effet, à la mondialisation du commerce, basé sur ce système monétaire et financier actuel va de toute façon et c'est inéluctable conduire à une impasse. Continuer à vivre de l'illusion de la croissance, avec une création monétaire basé sur du vide, c'est a dire des lignes de crédits, donc de la dette devient désormais une attitude proche de la maladie mentale. Tout cela parce que nous devons nous rendre compte que ce système est arrivé au bout du bout, mais qu'il est en plus l'unique responsable de l'exacerbation des attitudes les plus basses de l'être humain. En effet, un système qui met en avant les valeurs comme le profit, la propriété, l'individualisation, la compétition, ne peut qu'engendrer ce que Peter Joseph appelle des "pathologies sociales", qui nous conduisent à la corruption, au crime, à la surconsommation, au gaspillage des ressources de la planète... L'argent est actuellement la seule et unique valeur d'existence, et en reprenant la fameuse pyramide de Maslow, l'argent intervient à tous les niveaux de celle-ci. Nous devons savoir qu'un nouveau né qui vient d'arriver est déjà endetté et donc esclave d'un système dont il n'est pas responsable. ceci est une réalité et sa vie sera forgé autour de ces valeurs. Hors plusieurs études (dont celle de F Warneken), montre que la nature humaine est adaptative à son environnement, et qu'au départ c'est l'empathie qui est prédominante. Donc la fameuse question "est-ce l'environnement qui change l'homme, ou est-ce qu'en changeant, l'homme change son environnement". Et bien les deux mon capitaine. Ceci veux dire, que nous avons deux choses importantes à faire de manière simultané, abolir l'argent, mais aussi réaliser un prise de conscience profonde. Alors plutot que de spéculer, pourquoi ne pas s'intéresser à un nouveau sytème économique, appelé: Le modèle économique basé sur les ressources, dont je vous livre un résumé en deuxième commentaire.
Portrait de Anonyme thierry11.02.2013

Le film "le cout de la vie" que vous utilisez reprend (sans doute non volontairement) les six profils dégagés par Simmel à l'égard de l'argent. Je ne résiste pas à l'envie de présenter un TD fondé sur le cout de la vie que j'ai utilisé pendant des années pour présenter Simmel à des élèves de lycée.
http://ses.tice.ac-orleans-tours.fr/php5/pedagogie/pedagogie_par_niveau/...

Portrait de Anonyme BERTRAND SAINT-SONGE11.02.2013

Bon, vu que mon PS2 a été laminé, je le resouligne par le fait que c'est e « Salaud de pauvres » que rugit Grandgil /GABIN qui après le fameux "salaud de pauvres" rajoute :
« Non mais regarde-moi le mignon avec sa face d'alcoolique, sa viande grise... Avec du mou partout... Du mou, du mou, rien que du mou... Dis donc, tu ne vas pas changer de gueule, un jour ? Et l'autre, la rombière, la guenon gélatine et saindoux. Trois mentons et les nichons qui dévalent sur la brioche... cinquante ans chacun, cent ans pour le lot... Cent ans de conneries. »

DONC / En regard du "salaud de pauvres" de Terres saintes, je place en regard ma réplique perso : Pauvre riche !...

MINCE ALORS !...

Portrait de Anonyme Rodriguez15.02.2013 Songe, songe à la douceur des matins. Songe à la St Onge, aux oronges, à l'allonge, à Ponge, à la plonge sous marine; mais de grâce, jette aux orties ce fatras granguignolesque de petites phrases cinématolesques ou la France s'évanouit. Films passés vus à la Télé "Ces messieurs de la Santé" "L'argent"
Portrait de Jeanne R. Jeanne R.11.02.2013

Dans le film dont vous parlez ("La traversée de Paris"), la misère n'élève pas l'esprit vu que cette réplique, donnée à Gabin, est violemment lancée contre les petites gens qui - en plus de n'avoir pas d'argent - ont l'esprit aussi pauvre que leur porte-monnaie.
Jeanne

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)11.02.2013

Voici quelques extraits de votre dialogue que je me permets parfois de transformer en trilogue par quelques réflexions ou réactions personnelles.
D’abord, un inventaire à la Prévert :
« Maudite soif de l’or. »
« Traitements - émoluments - appointements - salaires - gages - pour boires - argent de poche … auxquels il faut ajouter participation - bonus – stock options etc…»
« Cupidité - prodigalité -avarice - générosité etc… »
En argot : artiche, as, aspine, aubert, avoine, balles, beurre, biftons, blanquette, blé, boules, braise, bulle, caire, carbure, carme, chels, claude, craisbi, douille, fafiots, fifrelins, flouze, fourrage, fraîche, fric, galette, galtouse, ganot, gibe, graisse, grisbi, japonais, lard, love, maille, monaille, mornifle, némo, os, oseille, osier, pépètes, pèse, picaillons, pimpions, plâtre, pognon, radis, rafia, ronds, sauce, soudure, talbins, trêfle, thune...etc… cf http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20080923033713AAt5IFx

Extrait du film « le coût de vie » : carte rejetée -- « salops » de banquiers.
Selon M. Patrick Watier, le projet de sociologie de l’argent de Georg Simmel est devenu une philosophie de l’argent ce qui lui confère une dimension plus vaste.
L’argent fait appel à des SCIENCES SPECIALISEE (économie, sociologie etc) mais au niveau conceptuel, il s’agit bien d’un PROBLEME PHILOSOPHIQUE (rôle de l’argent dans l’ensemble de la société et au regard des valeurs de cette dernière.) comme le montre très bien le commentaire de Monsieur Jéru ci-dessous.
L’argent a bel et bien un rapport avec Dieu. Dans l’argent, l’ensemble des objets et des produits trouvent une mesure dans une sorte d’ « harmonie conflictuelle », oxymore emprunté à Nicolas de Cues qui est une référence de premier plan dans la métaphysique occidentale.
D’ailleurs, les différentes religions ont fixé des règles différentes à son sujet (taux d’intérêts autorisés ou non). Ainsi, l’église a autrefois condamné les intérêts (comme le fera plus tard l’Islam) parce que ceux-ci conduisent à spéculer sur le temps qui appartient à Dieu seul. D’autre part, l’argent est l’unité de référence pour tous les objets dans leur diversité. Or, l’unité est la principale caractéristique de Dieu.
L’argent comporte par ailleurs une DIMENSION PSYCHOLOGIQUE : à la fois objet (pièces, billets etc…) et virtualité (possibilité pouvant se réaliser).

La DIMENSION POLITIQUE de l’argent est évidente. Il n’y a pas de pouvoir sans argent.
Lorsque Philippe Le Bel a pour la première fois dans l’histoire dévalorisé les pièces d’or et d’argent en les mélangeant à d’autres métaux, il a en quelque sorte émis de la fausse monnaie, ce qui n’était pas sans rapport avec sa haine des Templiers qui lui ont reproché cet acte.

Rastignac (personnage de Balzac) prend conscience de son ascension sociale rendue possible grâce à l’argent.
L’argent, selon qu’il est un moyen ou une fin conditionne le fonctionnement même des rouages politiques et sociaux. Aujourd’hui, spéculer c’est faire de l’argent pour de l’argent
L’argent a nécessairement aussi une dimension sociologique très importante.
Ainsi, le blasé, qui a une absence totale de volonté par rapport à la prodigalité des biens s’oppose au cynique qui dévalorise les grands idéaux.
Dans le schéma de Georg Simmel, il faut s’attendre à ce que les conditions économiques interagissent avec les caractères.
La fonction économique et juridique de l’argent a beaucoup évolué dans le temps, c’est pourquoi il m’apparaît indispensable d’étudier son histoire.
(cf. lien http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_monnaie
Ainsi, ce n’est que grâce à l’apparition des Sociétés Anonymes que de grandes inventions (ex : chemins de fer) ont pu aboutir en répartissant les risques encourus entre de nombreux actionnaires.
Ensuite Adèle a posé une question centrale : « Est-ce le rapport à l’argent qui détermine le caractère ou est-ce ce caractère qui détermine le rapport à l’argent ?».
Pour Georg Simmel, dans l’économie monétaire il y a toujours eu des avares, des spéculateurs, des blasés mais ces caractères mis en rapport avec l’argent prennent une coloration particulière dans l’économie monétaire ( ?).
L’argent peut être un facteur d’aliénation mais il peut aussi être un facteur de liberté (cf. à ce sujet
L’excellent ouvrage de Luc Ferry paru en livre de poche : « La révolution de l’amour, pour une spiritualité laïque » pages 126 et 127 – Edition J’ai lu).
Sur ce plan, Simmel ne prend pas parti contrairement à Marx.
RELATIONS ENTRE L’ARGENT et l’AMOUR
Extrait du film Margin call : « il ne s’agit pas d’argent, il s’agit d’amour » - « Mais il faut pour vivre de l’argent » (Luccini)
Les relations entre l’argent et l’amour sont très complexes.
Certains dépensent sans compter pour prouver leur amour.
D’autres de défaussent de leurs responsabilités affectives envers leurs enfants en leur donnant beaucoup d’argent comme une sorte de « compensation ».
Pour une « prostituée », le fait de coûter très cher la fait accéder au rang de « courtisane » car coûter très cher est un facteur de rareté (Nana dans Zola).
C’est en effet la rareté qui fait le prix.
L’argent peut rabaisser les idéaux les plus beaux. Nous pouvons en effet être choqués que ce soit l’argent qui permette d’ »obtenir » l’amour (mais est-ce bien d’amour que l’on parle ici ?)
« Chercher l’égalité dans la beauté n’a pas de sens. Le seul endroit où l’on puisse penser l’égalité est l’économie » a déclaré M. Watier.
Pour ma part je crois que cette égalité est purement formelle.
Dans les faits la distribution de l’argent a toujours été inégalitaire et « injuste » (les métiers les plus durs sont peu payés).
Cette inégalité ne saurait être contestée de nos jours où les écarts entre riches et pauvres se creusent considérablement.
Enfin, il me semble important d’insister aujourd’hui sur la dématérialisation de la monnaie (Il suffirait d’une tempête magnétique importante pour que sa trace soit détruite), ce qui pourrait expliquer la fièvre de l’or ces derniers temps.

Portrait de Anonyme Marc Chinal11.02.2013

1. La monnaie est basée sur la rareté. (elle n'a de valeur d'échange que parce qu'elle est suffisamment rare)
2. La misère est un manque.
Conclusion : comment voulez-vous résoudre un manque (la misère), avec un outil (la monnaie) basé sur le manque ? (la rareté)
Hum ?
Un peu d'humilité ! ça fait 3000 ans que l'humanité essaye de résoudre le problème des déséquilibres et n'y arrive pas. Mais c'est logique. C'est impossible dans un monde basé sur le fric.

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)11.02.2013

Nous sommmes bien d'accord. Je n'ai aucunement prétendu apporter des solutions. De toute façon je crois que nous allons dans le mur et que la prophétie sur le dernier Pape pourrait bien s'avérer exacte.

Portrait de Anonyme Marc Chinal11.02.2013

Bonjour,
je vous indique l'existence de mouvements post-monétaires qui eux aussi dé-pensent l'argent, la monnaie.
Alors n'hésitez pas à googoliser : voter-a-m ou désargence, ou EBR-T, etc !

Portrait de Anonyme Dexter11.02.2013

bonjour !!!
merci pour votre émission. c'était passionnant.

vous saviez que le principal mécène de l'Opéra de Paris est un cabinet d'expert comptables ?
le statut des comptables et de la comptabilité a beaucoup changé depuis Simel.

vous saviez qu'il existe des coach pour aider les épouses d'hommes riches à consommr, quand elles ne savent plus quoi acheter, le coach se pointe chez elles, regarde leurs armoires et hop ! trouve ce qu'il leur manque.

En fait il leur manque toujours quelques chose.
C'est pour cette raison qu'on ferme les usines pour augmenter les profits et les dividendes : parce qu'il manque toujours un truc dans l'armoire d'une épouse d'un pdg du cac40.

sinon ils n'auraient pas besoin d'augmenter leurs dividendes, c'est évident.

du coup il y a une floppées d'expert comptables qui se pointent et font les calculs entre les charges et les dépenses et aussi entre l'actif et le passif, les créances douteuses et les provisions et hop ! ils mélangent tout ça, et hop ! hop ! ils arrivent à connaitre le nombre d'ouvriers qu'il faut virer pour augmenter ls dividendes

et hop ! hop ! hop ! la coach en consommation se pointe chez la femme du patron et psse son armoire en revue et découvre affolée qu'il lui manque une paire de chaussures et un petit haut pour aller avec son petit bas et voilà !

du coup l'expert comptable refile une partie de ses revenus à l'Opéra de Paris pour payer ses chanteurs lyriques et voilà !
c'est le cycle de l'argent.

le gros problème des gens riches c'est qu'ils ont l'impression que leur richesse est proportionnelle à leur intelligence, même les pauvres maginnet que les riches sont plus futés qu'eux, ils se trompent, le plus souvent le contraire, je le sais pour en avoir rencontré quelque uns : ce sont pour la plupart des grands idiots égocentriques qui n'imaginent même ps qu'il existe un monde en dehors de leur petite personne.

nous vivons une époque étrange où même des écrivains font de la pub pour le prêt à porter et où des philosophes un peu mégalo sur les bords se paient des universités rien que pour eux.

je peux me tromper mais je crois bien que le pire est devant nous, pour nos enfants et les enfants de nos enfants.
qu'est-ce qui pourra nous sauver ? certainement pas un Dieu.

bien à vous.
un fidèle auditeur.

Portrait de Anonyme Gilles. V.11.02.2013

"...mais je crois bien que le pire est devant nous."

Merci de nous rappeler que, dans le meilleur des cas, on va tous vieillir et mourir. Mais que la vie soit pas une partie de rigolade à se taper les cuisses, on le sait depuis l'homme de cro-magnon, au moins...

Portrait de Anonyme François Jéru11.02.2013

Merci pour cette très intéressante émission
avec Patrick Watier. Bravo à tous !

Je ne sais pas si vous fonctionnez en temps réel ou
si votre émission de demain est déjà bouclée, montée, achevée.
Dans la seconde hypothèse ce que je dis ci-après est sans intérêt, inutile.
Aristote (vers 384 – 322 av. J.-C.) voulut montrer, en plusieurs textes, dont l'Éthique à Nicomaque une supposée "différence fondamentale" entre ce qui lui voyait comme signification pour le mot "économique", d'une part, et ce qu'il entendait par "chrématistique", d'autre part.
Résumons la chrématistique comme l'art de s'enrichir, d’acquérir des richesses.
Résumons l'économique par son étymologie : oïkos, la maison [donc aussi, peut-être, la (une) communauté dans un sens élargi, et nomia, la règle, la norme.
A son époque, Aristote considérait que le premier mot, chrématistique, serait à opposer à la notion d'économie; celle-ci serait la norme de conduite du bien-être d'une "communauté", ou "maison"; l'élargissement du sens est calamiteux. En effet, les enjeux du référentiel considéré --
- 1/ Respect de la loi au marché de sa ville (Athènes, Antony, Massy,..)
- 2/ Optimisation de l'emploi de "ses deniers, écus" (gagnés à la sueur de... ou par placement à intérêt perso, petite spéculation perso, etc.) dans le cadre des "Sources et Emplois de Fonds de la maisonnée"
Cette catégorie 2/ comprend (a) les patriciens de second rang,
(b) les prêtres-économistes des "Réseaux" (confidentiels) cités en 4/ et 5/ ci-après, (c) la plèbe et (le "solde" (inexistant ou coupable aux yeux du XoffSystem).
- 3/ Conception de préconisations en vue d'une loi révisée (au vu des observations faites en 1/, 2/, ou 4/ et 5/ ci-après)
- 4/ AutoProtection (tricherie) des plus puissants natioPloutocrates par eux-mêmes (moins de 0,007% de la Cité Grecque, RidgSystem ultra-féodal) contre l'ensemble (99,99%) c
- 5/ AutoProtection (tricherie) des plus puissants cosmoPloutocrates en affaires pluri-cités, supranationaux, en partie non résidents, en partie non domiciliés dans la seule Cité (moins de 0,003% de grandes fortunes en Méditerranée du IVe siècle avant J.C., c.a.d. le XoffSystem ultra-féodal d'alors), auto-protection contre l'ensemble 99,99% cité en 2/
Exemple Situation 1. S'il y a dissette de grains dans une cité et, au contraire, sur stockage ailleurs ...
Exemple Situation 2. S'il y a quasi monopole des topEndetteurs ( à 80%) au niveau des cosmoPloutocrates (classe 5), alors [...]
Deux ossatures sont centrales :
A - Le mode principiel du dettisme et
B - les modes de comptage des épargnes et masses de sous-monnaies à faire circuler pour assurer le fonctionnement de 1/ (marché local pour les athénien(ne)s),
dans le socio-cadre d'un niveau de misère réputé tolérable par la classe 4/ (assistée ou non par ses prêtres-économistes en classe 2).

L'emploi au singulier du mot Nomia ou Nomos -- est une calamité.
Les causeurs -- banquiers, écopnomistes, philosophes, etc. -- n'en sont pas conscients.
En réalité, il y a la nécessité de décrire, SEPAREMENT :
- le Nomia ou Nomos, insconscient ou pas, des catégories de la classe 1/ supra
- le Nomia ou Nomos, insconscient ou pas, des catégories de la classe 2/ supra
- le Nomia ou Nomos, insconscient ou pas, des catégories de la classe 3/ supra
- le Nomia ou Nomos, insconscient ou pas, des catégories de la classe 4/ supra
- le Nomia ou Nomos, insconscient ou pas, des catégories de la classe 5/ supra

L'emploi au singulier des mots "Macro-Economie" et "Micro-économie",
comme discipline de prétendues "Sciences" Economiques est une catastrophe.

Pour Jeudi "Economie et Morale" (Philippe Petit)
Les référentiels de Morale respectifs de chaque classe présentent quelques parties communes entre 1/ et 2/, ou entre 2/ et 3/, ou entre 3/ et 4/, ou entre 4/ et 5/.
Mais attention ! en TopMorale le plus important est ailleurs. Il est ni en 1/ ni en 2/ ni en 3/ ni en 4/ ni en 5/
Il est dans l'inconscient collectif, informulé et informulable (manque de mots, manque de concepts appropriés) pour décrypter les deux ossatures (dans le Noir) A et B précitées.
C'est cela l'essentiel.
La sortie de la Chienlit générale pour 99,99% est sur ce point précis.
C'est écrit à chaud
Si cela peut rendre service à votre équipe (Ph. Petit) pour vos conversations de demain et jeudi

en essayant de servir,
de faire progresser les idées mieux fondées
Je vous remercie pour votre attention.
Très cordialement,
François Jéru.

Portrait de Jeanne R. Jeanne R.11.02.2013

Allo monsieur l'invité, vous disiez en début d'émission que "L'église a condamné l'intérêt". Or, le Vatican possède des richesses incroyables ; en filigrane, il y a forcément de l'intérêt dessous étant donné qu'il est question de choses de grande valeur donc d'argent.
Mais bon, Adèle a eu raison de souligner que "l'argent est vain, et comme tout est vain"...
Et puis, l'argent est fait pour être dépensé.
Jeanne R.

PS : @Luc, je vous lis... ci-dessous, vous faites l'éloge d'un homme, ici fidèle, dont l'humour particulier me laisse souvent pantoise, même si parfois je ris de bon coeur de sa dextérité ; toutefois, puisque vous parlez à juste titre de "club", je le laisse seul garant de ses généralités comme de ses affirmations. De votre côté, ne changez rien surtout !

Portrait de Anonyme BERTRAND SAINT-SONGE11.02.2013

PS / Il me revient aussi en mémoire une chansonnette : "l'argent, l'argent, ça s'achète et ça se vend..;" ah ! Tous ces fafiots dérisoires et si monstrueux !.. (je pense aussi aux otages, qu'on libère , uniquement sous rançon...; enfin, quand il n'y a pas d'entente "cordiale" politico-ethnique !..)

Portrait de Anonyme BERTRAND SAINT-SONGE11.02.2013

Fric, flouze, "touche pas au grisbi !...", la valeur d'être n'est pas quantifiable ; on ne hait l'argent que lorsqu'on en n'a plus (ou pas), néanmoins, je lui préfère (déjà dit sur ce site) l'or des cinq sens, et l'art, autant que la réelle valeur des "intérêts" humains, soit les gens.. La souffrance est l'espace-temps, si le temps c'est de l'argent quand, pour Freud, l'argent c'est la "matière fécale".. Vous en avez, vous n'en avez plus (cycle fluctuant des "espèces" non humaines et du cours - du temps boursicoté); il me souvient de Romy dans sa baignoire recevant des billets par Piccoli, lui criant à demie folle : "l'argent ! l'argent ! l'argent !" (jetant les billets en l'air)... : on achète du sexe avec l'argent de la prostitution...Sans argent, pas de logement (non plus !) : sans transport, c'est la mort ; avec le "franc" c'était de l'argent, avec l " euro ", c'est devenu "zéro" (en regard des autres monnaies européennes qui n'ont pas cette valeur symbolique ?)...Travaille la terre dit le laboureur de La Fontaine à son fils, c'est là qu'est niché le vrai trésor... ! Marc, personnage de l'Art (de Réza) : "tu as acheté cette merde deux cent mille francs?!".. : où se niche la valeur estimable de la "peinture" , des arts eux-mêmes ?.. Avec un Nom (sur le marché), vous valez de l'argent ; l'artiste incognito (pour un même monochrome) ne vaudra strictement rien !.. Sans argent, le téléphone portable de votre invité n'aurait pas plus "sonné" (même si c'est l'objet fut un cadeau)..L'argent des Panurge : Faire Meuh G'haine ?.. Seul rôle bienfaisant de l'argent : distraire les coeurs malheureux ?.. Une femme pleine d'argent, de l'argent partout ; autour du cou, et entre les jambes sonne le glas de Carnet de notes de Tchekov... Van Gogh eût-il peint autrement, s'il avait eu la richesse d'un Picasso (ce dernier sans argent accueilli sur Paris par Max Jacob qui n'avait pas un sou sur lui, en plus ! L'amitié avait une réelle valeur en ce temps-là de la guerre).. Sans argent, point d'armes militaires ?.. L'argent, un tue-l'amour, un voleur d'amitié... Fils blasé, né d'un père avare et d'une mère craintive de n'avoir plus d'argent, j'écoutais Money uniquement en pensant à la valeur artistique des Pink Floyd, non en songeant au bruit du tiroir-caisse et à combien j'économiserai pour plus tard, qui est aujourd'hui ou je me contente du peu que j'ai sans songer à ce que j'aurais pu avoir si j'avais suivi "la même route qu'eux" (les gens en rapport objectif)... Je dessine aussi sur du papier, fais-je de l'argent (si j'ajoutais un chiffre, au hasard, aux quatre coins de mes crobars ?)... Aimer Dieu ou Mammon, c'est selon. Pas les deux !..

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)11.02.2013

Aujourd’hui je suis trop déprimé pour donner mon opinion, car si j’ai eu de l’argent dans le passé, je suis aujourd’hui bien démuni. Ainsi j’ai appris que si l’argent ne fait pas le bonheur, il y contribue tout de même pour une bonne part et qu’il vaut mieux être riche et en bonne santé que pauvre et malade (si l’on fait abstraction de la spiritualité).
Après une réflexion aussi profonde je me sens très fatigué, aussi me contenterai-je de partager avec vous cette citation d’un anonyme que j’ai trouvée savoureuse et très réaliste, avec toutefois un soupçon de misogynie qui est un peu désuet de nos jours : « L'argent, c'est comme la femme : pour le garder il faut s'en occuper un peu ou alors il va faire le bonheur de quelqu'un d'autre ».

Enfin, pour n’être pas en reste, je me suis ensuite rendu sur un site posant la question « Que pensez vous de l argent ?»

Je soumets à votre réflexion les quatre premières réponses que j’ai lues (eh oui, cher Dexter, il m’arrive de lire !). Vous verrez qu’il existe encore d’excellents économistes en France, et que c’est à eux que l’on devrait confier le pouvoir.

1. Comment changer le monde pour le mieux ? Faire disparaitre l'argent de notre planète!
Remplaçons les emplois à la chaine et répétitifs par des systèmes robotisés et envoyons le plus de personne possible dans le seul domaine important : la recherche médicale. Arrêtons cette grosse machine aveugle que l'on appelle le gouvernement, fini la chicane et les millions de morts à cause de l'argent.
Fini la fraude, les vols et les barrières liées à l'économie et à ceux qui la dirigent!
Soyons conscients que notre vie est très courte, on ne veut pas en profiter à 65 ans! Bref, l'économie ralenti l'évolution de l'homme et le mènera à sa perte un jour ou l'autre!
(En 2003, on perd encore sa vie à la gagner!)
2. Si l'on veut vivre autrement que sous la dictature de l'argent, il faut renforcer les valeurs "symétriques" c'est-à-dire à mon sens l'amour et la sagesse. Un fois ces valeurs devenues grandioses en nous, elles ne pourront que déteindre sur nos proches et de proche en proche, elles se répandront sur toute la planète.
C'est évidemment plus facile à dire qu'à faire, il faut des connaissances, des méthodes, des guides.
Nous avons tous en nous un potentiel infini d'amour et de sagesse (que certains appellent l'étincelle divine) et c'est à nous qu'il appartient de le développer, de l'épanouir. Cette étincelle divine, c'est notre conscience, elle s'est d'abord épanouie au travers de la prise de conscience de ce qui est négatif (contraire à la vie), mais elle doit ensuite dépasser ce stade et ne se concentrer que sur les aspects positifs de la vie (qui sont légions comme vous le savez), ceci à travers toutes les difficultés et les embuches de notre monde moderne. Ce sur quoi nous nous concentrons se développe, alors concentrons nous sur le positif, étudions les lois de la vie et soyons sur que le bien finit par maitriser le mal (mais il ne le détruit pas). Salutations. Yves A.
3. L'argent est un code de reconnaissance et d'échange entre les hommes qui existe depuis l'aube des temps. [...].
4. C'est bien du moment où les gens en ont tous pour subsister et qu'il n'y a pas de hiérarchie sociale à cause de cela. Ce qui veut dire que c'est un idéal et que c'est impossible tant que les gens ne seront pas moins matérialistes.
Si vous disposez d’un peu de temps et d’énergie (il y a 39 réponses dont certaines sont fort longues ou/et très hermétiques) pour continuer à découvrir d’autres perles il vous suffira de taper sur le lien suivant en appuyant simultanément sur la touche contrôle (détail technique mais utile)
Lien du Site : http://www.momes.net/forum/argent.html

Portrait de Anonyme De Simone Nunziatina11.02.2013

Bonjour,

J'aime toujours votre émission, votre érudition, et "laste but not list", votre humour philosophique.
Vos émissions m'apportent énormément y compris pour mener ma vie.
Longue continuation !
Nunziatina de simone

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)10.02.2013

Je vous remercie (les NCC) à l'avance de me permettre de répondre à un message qui m’était adressé la semaine dernière par Monsieur Dexter et que je n’ai lu que vendredi dernier

M. Dexter ne manque assurément pas d’esprit. Me voilà intronisé dans le Club assez fermé des personnes capables de parler de sujets qu’elles n’ont en rien approfondis, voire même jamais abordés. C’est très «flatteur» (?) pour moi puisque c’est très exactement ce qui caractérise l’ «élite de notre temps», à commencer par les Enarques.

Je me souviens d’une réponse que j’avais faite à la question « que pensez-vous de la peine de mort ? » (À une époque où elle existait encore en France) à un concours de catégorie A.
J’ai répondu très opportunément (pour botter en touche) : « voilà un sujet bien difficile à trancher. ». Les membres du jury ont ri à l’unanimité, et le concours était dans la poche !

Voyez comme quoi une carrière tient ou tenait (car de carrière l’on ne peut plus guère en espérer de nos jours) dans notre beau pays de France.
Comme vous le dites si bien « rares sont les gens qui nous surprennent, le plus souvent ce sont des ignorants »

Vous me mettez au défit de parler d’un livre que je n’ai pas lu. Je vous promets que je le ferai cette semaine, rien que pour y répondre. Je vous prie donc de suivre mes commentaires et de dénoncer la supercherie que vous m’obligez si aimablement à commettre pour vous satisfaire et me faire admettre dans le club très fermé de la « Docte ignorance ».

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.