retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 12-13

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth, Philippe Petit Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Ecoutez l'émission 58 minutes

Hegel à Berlin (2/4) : Conversation avec Nietzsche 9

30.04.2013 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

A la technique: Thomas Robine

Lectures: Georges Claisse

 

 

Nietzsche 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deuxième temps aujourd’hui de notre promenade hégélienne à Berlin, en compagnie de philosophes franco-allemands qui nous font pénétrer pas à pas dans le système du philosophe allemand. Après la promenade berlinoise hier, au cours de laquelle Denis Thouard nous a rappelé l’importance de la capitale pour Hegel, partons aujourd’hui de l’autre côté de Berlin, à la rencontre de Dorian Astor, qui vient nous restituer les conflits et tensions entre la pensée de Hegel et celle de Friedrich Nietzsche.

 

A.Van Reeth et D.Astor TG © Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cascade dans un parc à Berlin TG © Radio France

 

Invité(s) :
Dorian Astor, germaniste, philosophe et musicologue.

Thème(s) : Idées| Philosophie| Georg Wilhelm Friedrich Hegel| Friedrich Nietzsche

Document(s)

9 commentaires

Portrait de Anonyme Argonautique22.05.2013

Ainsi murmurait le dernier homme : « Il y eut une fois, dans un recoin éloigné de l'univers répandu en d'innombrables systèmes solaires scintillants, un astre sur lequel des animaux intelligents inventèrent la connaissance. Ce fut la plus orgueilleuse et la plus mensongère minute de l'histoire universelle » (Vérité et Mensonge au sens extra moral, ouverture). La lettre cachée sous le manteau du jeune Nietzsche, indique assez étroitement sa profonde répulsion envers le Lysias de la modernité. Le philosophe artiste a rapetissé l’Esprit pour le réduire à une seule petite minute sur l’horloge géologique, le glas de l’Histoire c’est la glaciation. Dans sa leçon sur Nietzsche, Foucault relève l’importance de l’aphorisme 18 d’Aurore, dans lequel se trouve placé entre guillemet « l’histoire universelle » pour évoquer une sorte d’irraison monumentale, la constance du « caractère humain » à se sacrifier lui-même sur les pavés sanglants de lac-onnaissance... Hegel c’est l’Esprit allemand qui refroidit nos oreilles d’âne.

Merci pour cette intervention et à France culture pour ses émissions de qualité.

Nietzsche par la jeunesse aux cheveux gris.

Portrait de Anonyme Hélène02.05.2013

Rebonjour,

Un court complément en suite à mon petit mot précédent.

Je désire préciser que le texte auquel je faisais référence il y a 48 heures (je l'ai retracé dans mes dossiers) est un article écrit en français (par un philosophe québécois, d'ailleurs !). Et ce, même s'il s'agit d'une revue allemande qui publie peu dans la langue de notre merveilleux Michel Serres.

En voici donc, pour qui serait intéressé, le titre complet :

« Aimer Penser Mourir.
Nietzsche, Hegel, Freud in speculîs »

Une réflexion (dans le miroir du « spéculaire / spéculatif » du « speculîs » ?) à la fois riche, pénétrante et originale. Et fort loin des lieux communs habituels sur le sujet.

En outre, et pour ainsi dire en prime, dans une langue littéraire comme on n’en voit plus de nos jours…

Laquelle nous ferait (presque) oublier la densité du propos.

Du Québécois pur sucre, je pense !

Portrait de Anonyme Alain M. 01.05.2013

N'y a-t-il pas, chez Nietzsche, un MALENTENDU sur l'"ESPRIT" de Hegel? Car Nietzsche oppose le CORPS et ses forces (- ses rapports de forces -) au "JE" et au "MOI" désincarné de la grammaire occidentale. Il s'oppose radicalement au COGITO cartésien qui, à force de donner de l'importance à l'âme PENSANTE, aurait oublié le CORPS sentant! Il assimile donc l'ESPRIT hégélien au COGITO cartésien et croit que cet Esprit est totalement dépourvu de CORPS! Or, l'ES-PRIT de Hegel s'enracine dans une philosophie ORGANIQUE de l'ORGANISME dont la "Science de la Logique" n'est que l'expression LOGOLOGIQUE! L'Esprit de Hegel AGIT et REAGIT à l'égard de son "MILIEU" (historique) et se différen-cie et se développe comme un orga-nisme vivant! Et la RAISON hégélienne elle-même est conçue par Hegel comme un ORGANISME qui se caractérise avant tout par son pouvoir de SYNTHESE et sa capacité d'UNIFIER ses parties! L'ESPRIT de Hegel n'est donc pas cet Esprit ABSTRAIT et DESINCARNE que veut bien s'i-maginer Nietzsche!...et n'est donc pas touché par les trois critiques de De-leuze contre la DIALECTIQUE hégélienne!...

Portrait de Anonyme Alain M. 30.04.2013

Nietzsche et Hegel ont donc poursuivi en philosophie le même BUT, mais l'un SANS BUT, et l'autre AVEC BUT!...

Portrait de Anonyme Alain M. 30.04.2013

Si je comprends bien, Nietzsche a servi aujourd'hui d'argument pour "démon-trer" que le développement de l'Esprit de Hegel vers l'ABSOLU n'est qu'une chimère!...

Portrait de Anonyme Hélène30.04.2013

« Nous sommes hégéliens, nous Allemands (Wir Deutsche sind Hegelianer) », écrivit Friedrich Nietzsche (« Le Gai savoir », § 357).

J'ai lu il y a quelques mois un fort bel article du « Hegel-Jahrbuch » (numéro annuel de 2012 / no. 18), où l'auteur renvoyait Nietzsche à Hegel, via Freud..., à la manière d'une partition qui se propose d'entrelacer harmonieusement, voire amoureusement, les segments d'une symphonie.

C'est en outre un solide coup de pied asséné sur les lieux communs véhiculés depuis toujours sur les rapports entre les deux philosophies.

Pour lui, Nietzsche et Hegel, c'était, fondamentalement, une même pensée...

exprimée différemment.

Portrait de Anonyme Alain M. 30.04.2013

Je suis tout à fait d'accord avec Thierry von Eyll!...

Portrait de Anonyme Patrice Tardieu30.04.2013

J’ai été intrigué et surpris que l’on puisse consacrer une émission aux conflits et tensions entre Hegel et Nietzsche, d’autant plus que Nietzsche est né treize ans après la mort de Hegel, qu’il ne le cite quasiment jamais, si je ne me trompe, dans ses œuvres sauf la furtive allusion dans Par-delà Bien et Mal, §11: « les jeunes théologiens de Tubingue », mais il s’agit explicitement de Schelling, et que ses brouillons posthumes sont parfois des passages qu’il recopie de livres, mais qui n’expriment pas sa pensée. Quant à l’Essai d’autocritique de 1886, il déplore de s’être exprimé avec les termes de Kant et de Schopenhauer. C’est ce dernier qui est omniprésent en effet dans la Naissance de la Tragédie; et dans Ainsi parlait Zarathoustra qui parle du nihilisme de Schopenhauer (Deuxième partie, « Le Prophète »). D’autre part, parler de Nietzsche à travers Foucault ou Deleuze (Nietzsche et la Philosophie, 1962), c’est prendre du Foucault ou du Deleuze pour du Nietzsche. Enfin, j’ai du mal à être entendu, mais chez Hegel « La dialectique du maître et de l’esclave n’existe pas »(cf. mon Philo-blog, 01/03/2012 et 23/03/2012, avec beaucoup d’autres articles explicatifs sur Hegel) car ce sont deux figures d’une seule et même conscience de soi!
Patrice Tardieu

Portrait de Anonyme Thierry van Eyll30.04.2013

Bonjour,
Il y a un grand livre analysant à la fois Hegel et Nietzsche, du moins plusieurs aspects de leurs philosophies :
Hegel à la lumière de Nietzsche, de Gérard Lebrun.
France Culture parlera-t-elle un jour de Lebrun?

Cordialement,

Thierry van Eyll

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.