retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 12-13

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth, Philippe Petit Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Ecoutez l'émission 58 minutes

L’année 2012 vue par la philosophie (4/4) : La politique peut-elle ne pas être décevante ? 15

31.01.2013 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecturesoundslide

Par Adèle Van Reeth et Eric Aeschimann

Réalisation: Mydia Portis-Guérin

 

Tables-rondes enregistrées à la Sorbonne dans le cadre du 1er Forum France Culture en partenariat avec Le nouvel Observateur et l’Université Paris IV-Sorbonne

 

Avec les philosophes Cynthia Fleury et  Dominique Schnapper  et  Alain Renaut 

Thème(s) : Idées| Philosophie

15 commentaires

Portrait de Anonyme gerard foucher 03.02.2013

"la"Démocratie" est une dictature comme une autre": chiche : on propose aux Coréens du nord d'échanger leur régime contre le nôtre.
Sérieusement: le simple fait de pouvoir dire publiquement que la démocratie est une dictature prouve que vous jouissez des libertés de la démocratie.

Portrait de Anonyme Antar01.02.2013

Toutes ces réactions sont bien gentilles et j'adhère à la plupart, mais comme je dis dans toutes les manifestations, les débats de ce genre...
Et maintenant,
Si vous n'avez pas de solution pour sortir de la 5 ème république et proposer une réelle démocatie, sans pouvoir que celui du peuple et sans aucune élite, alors...
pour paraphraser et librement interpréter L. Wittgenstein

""Si on ne peut en parler, il faut se taire"

Portrait de Jeanne R. Jeanne R.01.02.2013

Même en le paraphrasant, le langage de Wittgenstein sera toujours plus à-propos et nettement plus ouvert ; pour preuve, voilà la citation exacte : "Ce dont on ne peut parler, il faut le taire."

Portrait de Anonyme lombard01.02.2013

Englués dans des schémas de représentation périmés, vous débattez ici de démocratie... mais où la voyez vous, la démocratie ? Nous sommes dans une dictature mondiale de la finance, et les gouvernements nationaux n'ont qu'une illusion de pouvoir.
Avons-nous débattu de façon approfondie avant d'opter pour le capitalisme financier? voulons-nous vraiment la "concurrence libre et non faussée" et le libre échange sans limites ? Avons-nous voté pour la désindustrialisation de notre pays ? Voulons-nous dévaster la planète pour consommer plus et enrichir les multinationales ?
Tous les choix fondamentaux sont dans les mains d'une oligarchie de la richesse, c'est-à dire d'une ploutocratie.

Portrait de Anonyme Colonel Urbain-Marie P. Badern31.01.2013

Erratum :
En raison de mon PLANNING fort chargé et d'une fatigue passagère, j'ai commis une erreur conceptuelle excusable quoique incompréhensible. Il fallait évidemment lire :
«  au lieu de favoriser chez cette même jeunesse la DISCIPLINE, l'OBEISSANCE, le FANATISME et les arts MENAGERS. »
Inutile de préciser que l'ONANISME (perfide invention d'esprits apatrides visant à saper notre démographie) n'est quant à lui pas à favoriser, mais au contraire à combattre farouchement par le FER et par le FEU.

Portrait de Anonyme Colonel Urbain-Marie P. Badern31.01.2013

Monsieur Profdexterminales,
Sachez que je ne prends pas la peine d'intervenir ici (malgré un PLANNING fort chargé) pour susciter l'hilarité de FONCTIONNAIRES oisifs et vendus à HUGO CHAVEZ.
Je m'étonne que des professeurs, même de xterminales, osent encore prendre la parole publiquement après le discrédit jeté jadis sur cette profession par le PETULANT Claude Allègre pour mieux ruiner de l'intérieur la dangereuse institution à laquelle vous appartenez, laquelle empoisonne notre jeunesse en cherchant à développer cet esprit CRITIQUE stérile dont nous constatons ici-même les tristes RAVAGES, au lieu de favoriser chez cette même jeunesse la DISCIPLINE, l'OBEISSANCE, l'ONANISME et les arts MENAGERS (pour les demoiselles), mais passons.
Le travail n'est visiblement pas terminé. J'espère que M. Claude Allègre (dont la joviale physionomie et le talent oratoire me rappellent non sans une grande émotion le regretté Jacques DORIOT), que M. Claude Allègre, disais-je, malgré son PLANNING fort chargé (il doit lutter contre le réchauffement climatique inventé de toutes pièces par des agitateurs de votre ACABIT) trouvera dès 2017 (si la véritable France est au rendez-vous) l'occasion d'achever le Mammouth.
Veuillez agréer bla bla

Portrait de Anonyme kercoz31.01.2013

La connotation positive du concept "démocratie" est tres récente ....Les grecs la renait pour méprisante et obscène ...Trouver ce terme a chaque détour de phrase , surtout ds la bouche des "moins démunis" ...C'est oublier ( ou occulter) ...que la"Démocratie" est une dictature comme une autre .

Portrait de Anonyme Rodriguez31.01.2013

"Notre constitution est un exemple à suivre. Du fait que l'Etat, chez nous, est administré dans l'intérêt de la masse, et non d'une minorité, notre régime a pris le nom de démocratie. En ce qui concerne les différends entre particuliers, l'égalité est assurée à tous par les lois ; mais en ce qui concerne la participation à la vie publique, chacun obtient la considération en raison de son mérite, et la classe à laquelle il appartient importe moins que sa valeur personnelle. Enfin, nul n'est gêné par la pauvreté et par l'obscurité de sa condition sociale "
-Thucydide, Guerre du Péloponnèse, II, 37
Si ceux qui ont accès à tous les média trouve qu'il y a captation de liberté pourquoi ne pas soutenir les Good Year...
Puisque à vous entendre lé démocratie s'inscrirait dans le temps & dans l'espace pourquoi ne pas faire un rappel historique spatiotemporel?
Les esclaves ayant montré leur attachement à la République athénienne en participant à la guerre deviennent citoyens contrairement aux méthèques non natifs si beaux parleurs qu'ils fussent qui restent au chaud de leur chaire. C'est une démocratie directe qui rétribuera les élus trop pauvres pour assurer leur charge qui demanderont l'augmentation de 2 à 3 oboles vu la "cherté" de la vie.
Le sénat romain étant une gérontocratie cooptative & le sénateur devant avoir fait un parcours sans faute au long de sa carrière administrative, quiconque peut être affranchi ou acquérir la citoyenneté car son vote est limité aux édiles municipaux.
En un mot : Rendez-nous France Culture !!! Celle de Jacqueline de Romilly, de Luciano Canfora... de Périclès
Pas celle des grands clercs pensionnés de la Républiques (des lobbys) qui nous servent du réchauffé à longueur d'antenne dont la pauvreté d’expression in fine nous infériorise.
Dire que les universitaires passent leur vie à étudier & à produire des ouvrages au frais de la république & que des journalistes de haute volée les laissent dégoiser du néo déconstructivime en veux-tu en voila : quelle décadence !!!

Portrait de Anonyme bayart31.01.2013

Pourquoi la politique est décevante?
Il y a une différence entre politique et politiciens.
Je cite simplement Jean-Jacques Rousseau s'adressant à un ami anglais où le vote était censitaire:
"Vous vous croyez libres parce que vous votez! Vous n'êtes libres qu'un jour, celui où vous votez! Après, ils font ce qu'ils veulent"
Que se passe-t-il en notre "démocratie"?
Le traité européen avait été largement rejeté par référendum. Le gouvernement a passé outre.
L'actuel projet de loi sur le mariage des homosexuels et l'adoption suscite bien des débats. Mais la discipline des élus parait plus qu'évidente selon les étiquettes, ce qui me semble anormal.

Portrait de Jeanne R. Jeanne R.31.01.2013

Un de vos invités a dit : "Pas un mot sur la pauvreté pendant la campagne électorale." Mais il n'y a rien de surprenant à cela vu que dans un premier temps les politiques ne visent pas la pauvreté parce qu'ils ne veulent que "le pouvoir", l'enjeu ou leur quête se trouvant être là pour eux... Posséder le pouvoir de décision, de domination, quoi de plus excitant, quoi de plus puissant... Et après une élection démocratique, par obligation surtout l'élu se penche - plus ou moins - sur les problèmes comme ceux ayant trait à la pauvreté et ses pauvres...
De fait, la politique ne fait pas semblant, c'est nous qui faisons semblant de ne pas voir, car la politique n'est pas une illusion, la politique est un pouvoir !!
Jeanne R.

Portrait de Anonyme bayart31.01.2013

Démocratie:
1/ La Grèce antique, alors que le vote était censitaire et n'y avait-il pas d'esclaves en cette "démocratie"?
2/ Inde: misère, exploitation, meurtres de jeunes filles (et vitriol), castes...
3/ États-Unis (plus ou moins 50% d'abstentions), assassinats de prisonniers condamnés à tort, gouffre entre très riches et pauvres...

Faim dans le monde: raisons: trusts agroalimentaires destructeurs de cultures vivrières en Afrique avec l'accord de chefs de gouvernement.
Ce sera le cas en nos pays "libres"
Nos États (les dirigeants) ne sont plus indépendants depuis la disparition de De Gaulle. (voir les cours spéculatifs des aliments de base: blé, riz, maïs)
et l'inexistence de rigueur en matière de vente de médicaments dangereux.

Portrait de Anonyme Yodalfo31.01.2013

Comment peut on dire que la "déception" est un autre nom pour nos renoncements, et qu'il n'y a qu'à comme au 18 ème siècle
les gens meurent!
au 18èemem, mais aussi... Un exemple: le néolibéralisme.
Que s'est-il passé à Seattle? à Gênes?
Que sont devenus "los indignados"?
quelle plqce leurt ont qccordé les médias, au niveau du débat?
Il n'y a pas eu de débat public - seulement la couverture des événements de la rue.
Je trouve honteux, du point de vue, justement philosophique, une telle fuite dans des abstractions conceptuelles désincarnées
dont vos conclusions restent: les citoyens se déçoivent parce qu'ils s'illusionnent et ne font rien.
Mais il n'y aura rien ni sur la censure opérée par les médias, ni sur la violence du système.
Donc, votre débat, est autant une ABSENCE de débat démocratique que le reste de nos démocraties;

Portrait de Anonyme Kercoz31.01.2013

Il semble que la "démocratie" , comme le quantique couvre trop de concepts pour avoir quelque pertinence .....
Le pouvoir réel est dans la structure des groupes ...il vous faudrait un Rosanvalon pour élever le débat .
C'est , a mon sens , l' hypertrophie des groupes et la sortie des interactions de la structure morcelée archaique ( vertueuse par definition).
La parcellisation ,si elle freine le "gain de productivité", limite l' Ubris .
Les caracteres "négatifs" des individus ( avidité , ostentation de "la face" ...) restent vertueux ds le groupe restreint , parce qu'ils participent a la structuration des groupes et à sa hierarchisation . Ils ne deviennent obscènes et pervers qu'avec une hypertrophie du groupe .
La raison principale de ce "boostage" de l' Ubris , provient de ce que groupe restreint permet a l' individu d'etre reconnu ....Et que pour etre reconnu ,il faut etre connu .
Nos problèmes sont structurels et non idéologiques.

Portrait de Anonyme Dexter31.01.2013

bonjour !!!

comment pouvez-vous vous permettre d'envoyer un commentaire sur une émission que vous n'avez pas encore écoutée ??!!!

perso, je n'enverrai pas de commentaire vu que j'ai le profond regret de ne pas avoir l'intention d'en écouter le quart de la moitié d'une seconde.

pas à cause du débat et des débatteurs, c'est un des avantage d'avoir un age élevé que de savoir les multiples facettes de la nature humaine : de l'optiste confiant juqu'au pessimiste sans illusion, de la droite à la gauche, du libéral centriste à l'anti libéral décentré, du réformatuer au révolutinnaire, de l'hobbesien au rousseauiste, du voltairien au stalinien, de l'hédoniste libertaire au sceptique je sais pas quoi,

on finit par se faire une idée de la palette des pensées humaines, se disant qu'après tout si on choisit une on pourrait tout aussi bien en chosir une autr, et que c'est notre nature qui détermine malgré nous celle que nous épousons.

non, si je n'ai pas l'intention de l'écouter ni d'envoyer la motié du quart d'un commentaire, c'est à cause du titre de l'émission.

qui a chosit ce titre ?
depuis quand on pense de cette façon ?

je n'ai jamais vu un titre d émission aussi flippant,
aussi je vais podcaster l'émission et je l'écouterai dans mille jours...

bien à vous,
un ancien futur fidèle auditeur.

Portrait de Anonyme luroluro14(anonyme)30.01.2013

Le primat de l'économie nous a conduits à effacer toute valeur et nous conduit a considerer que les hommes politiques n’ont qu’une très faible marge de manœuvre. Aussi, je ne peux qu’adhérer à ces passages du dernier essai de Jean-Claude Michéa « Le complexe d'Orphée » (octobre 2011) :

[" S'il est vrai en effet que 'l'ébranlement constant de tout le système social et l'agitation et l'insécurité perpétuelles' sont justement les traits spécifiques qui distinguent la civilisation capitaliste de toutes les précédentes alors il est clair que la vieille exhortation progressiste à aller toujours de l'avant, à transgresser par principe toutes les limites morales et culturelles reçues en héritage, ou à substituer - dans tous les domaines de l'existence - la mode à la tradition, prend soudain une tonalité différente." …
"C'est pourquoi derrière la conviction autrefois émancipatrice qu’on n’arrête pas le progrès, il devient de plus en plus difficile d'entendre autre chose que l'idée, à présent dominante, selon laquelle on n'arrête pas le capitalisme et la mondialisation..... C'est donc d'ici qu'il va falloir repartir si nous tenons encore à vivre dans un autre monde que celui qui advient."]

J'y reviens encore, mais lisez « Le profit avant l'homme » de Noam Chomsky (collection 10/18) qui démonte en 245 pages le mécanisme de la propagande orchestrés par une toute petite minorité de "possédants" dans le monde dont la caractéristique première est d'être dépourvus de toute morale et de tout scrupule", le crime et l'escroquerie étant des moyens parmi d'autres pour arriver à leurs fins (s'enrichir comme s’ils avaient plusieurs milliers de vie devant eux et détenir le pouvoir par tous les moyens possibles et inimaginables).

Quelle que soit nos opinions politiques, il y a de quoi être pessimiste lorsque l’on prend connaissance du dernier résultat du « Baromètre de la confiance politique », comme l’a fait récemment M. Brice Couturier dans sa chronique du 28/12/2013 dont voici le lien http://www.franceculture.fr/emission-la-chronique-de-brice-couturier-la-...
Sa chronique est d’ailleurs intitulée « La méfiance monte ».
[Il déclarait : « Les sondages se suivent et se ressemblent. En tous cas, leurs résultats concordent. J’ai déjà cité à ce micro celui mené par OpinionWay pour le CEVIPOF, le mois dernier, intitulé « Baromètre de la confiance politique ». Il témoignait d’une montée sans précédent de la défiance dans notre société.]
Si vous voulez consulter vous-mêmes ce baromètre, il suffit d’utiliser le lien suivant :
http://www.cevipof.com/fr/le-barometre-de-la-confiance-politique-du-cevi... - C’est très convainquant n’est-ce pas ?

Il faudrait désormais modifier le nom du « baromètre » pour le qualifier de « Baromètre de la défiance politique » si l’on veut le mettre en accord avec les résultats constatés.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.