retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 10h50

Ecoutez l'émission 49 minutes

La paranoïa (1/4) : La théorie du complot 10

23.09.2013 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureaudio

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Olivier Guérin

Lectures : Georges Claisse

 

Quelle différence entre un détective et un paranoïaque ? Entre celui qui ausculte les apparences, à la recherche de fissures d’où jaillirait la vérité, et celui qui, parce qu’il est persuadé qu’on le trompe, soupçonne dans ce qu’il voit tout ce qui n’y est pas, et donc pense que la vérité est toujours cachée ?

Le paranoïaque ne doute pas : il est persuadé. Pour lui, pas de mystère, aucune énigme, aucun écran entre lui et cette vérité qu’il chérit tant : le paranoïaque sait. Son malheur n’est pas de soupçonner la terre entière de se jouer de lui, mais d’en être certain, et d’être le seul à le voir. La paranoïa est une solitude douloureuse et rassurante : le malheur de voir la vérité en face est compensée par la satisfaction d’y être enfin parvenue. Je le savais ! lance le jaloux devant les preuves de son cocufiage, sans savoir s’il doit se réjouir d’avoir eu raison ou se lamenter qu’il en soit ainsi.

Ambivalence shakespearienne, tourments rousseauistes, si la paranoïa est la condition de l’homme moderne face à l’effondrement des grands récits, une chose est sûre : elle n’est pas incompatible avec le génie.

 Demain, Luiz Eduardo Prado de Oliveira viendra vous présenter le cas Schreber, à partir de ses mémoires d’un névropathe, mercredi, Alain Grosrichard viendra trancher entre Rousseau et Jean-Jacques qui sont en procès l’un avec l’autre, et jeudi, c’est François Laroque qui se délectera de la folie humaine de Richard 3 et de Macbeth, les pièces de Shakespeare où le doute mène au crime.

Mais avant de passer à l’acte, tentons de définir et de comprendre, et c’est le sociologue Luc Boltanski qui nous emmène aujourd’hui dans l’univers bien réel des théories du complot.

 

 

Luc Boltanski MC © Radio France

 

Références musicales:

- BOF Les 39 marches d'Hitchkock

- Bruno Coullais, Le complot (BOF Vidocq)

- Jacques Dutronc, On nous cache tout, on nous dit rien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lectures:

- John Buchan, Les trente-neuf marches trad. Magdeleine Paz, (éd. Omnibus)

 

Extrait:

- Film Cube Zéro, réalisé par Ernie Barbarash (2004)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Deux minutes papillon" par Géraldine Mosna-Savoye : la paranoïa et le complot nous sont-ils utiles ?

Et oui ! Alors que la paranoïa montre le doute incessant d'un individu sans repères, le complot tente de recréer un monde, où tout serait visible et clair. Explications avec Nicolas Vieillescazes, spécialiste du cinéma et de Fredric Jameson. 

Lecture
 
Partager
 

Invité(s) :
Luc Boltanski

Thème(s) : Idées| Philosophie

10 commentaires

Portrait de Anonyme Heraclite01.10.2013

Non, la paranoïa n'est pas le contraire du doute !
C'est le doute du contraire, non un doute epistémiquement ouvert mais émotionnellement fermé. La psychologie restera d'ailleurs un terrain de prédilection pour l'exercice des conjectures philosophiques ou de la phénoménologie statistique aussi longtemps que des techniques d'exploration assez puissantes pour proposer un modèle fonctionnel n'auront pas été développées.
Bien à vous tous.

Portrait de Anonyme Sinister26.09.2013

Chère Adéle,
« Le paranoïaque ne doute pas, il /sait/ »assénez-vous sans preuve. Pour ma part, la seule certitude que j’ai, c’est que si je demande à mes persécuteurs, réels ou rêvés, d’occasion ou d’intention, s’ils me persécutent, ils ne vont pas répondre « effectivement ».
Quel pouvoir, matériel ou fictionnel, s’avouerait persécuteur ? 1984 fait en ce sens exception, et encore n’est-ce qu’en privé entre O’Brien et Winston.
Socrate lui-même, dans son apologie, avoue que la seule fois où une autorité qu’il reconnaît pour supérieure, le dieu par l’intermédiaire de la pythie, fait une affirmation à son sujet « Socrate est le plus sage (σοφώτατος) des hommes », il éprouve le besoin de partir enquêter car il ne peut accepter cette définition indécidable puisque σοφώτατος c’est au choix le plus savant ou le plus sage.
D’une prémisse incohérente comme tous les propos pythiques, il tire, logiquement, une conclusion aporétique dans la langue grecque. Son « je sais que je ne sais rien » pouvait-il précéder la sentence de la pythie ? Si c’était le cas, le diagnostic serait le plus blessant qu’il doive accepter, se faire traiter de σοφώτατος pour être ensuite moqué en tant que tel par Aristophane dans les Nuées.
Une des rares connaissances dont Socrate se réclame, dans Ménon 98b, concerne le statut de la connaissance elle-même :
« Je n’en parle pas non plus comme un homme qui sait, mais je conjecture. Cependant lorsque je dis que l’opinion vraie est autre chose que la science, je ne pense pas tout-à-fait que ce soit là une conjecture. Si je pouvais dire de quelque chose que je la sais, et je l’oserais de bien peu de choses, j’assurerais que celle-ci est du nombre de celles que je sais. »
Cet aveu fort contrit de faiblesse définit-il une limite du raisonnement Socratique ?
J’apprécie vos émissions, et je vous serai toujours fidèle.

Portrait de Anonyme Sébastien24.09.2013

Merci beaucoup pour cette émission réellement passionnante et bravo à vous, Adèle, pour avoir su gérer avec calme et brillo le retard de l'invité.

Plus généralement, merci pour toutes vos émissions. Merci pour le choix des sujets, toujors intéressants. Merci aussi pour votre façon de les traiter, avec ce mélange de douceur et d'intelligence. Vos questions, remarques et autres intervensions sont toujours pertinentes! Parfois, votre voix s'anime et l'on peut sentir à quel point vous êtes passionnée et impliquée, c'est un régal, continuez!

Portrait de Anonyme Anonyme24.09.2013

Etre contre la théorie du complot ne signifie pas que les complots n'existent pas. Voici une réflexion sur le complot de l'historien Carlo Ginzburg issue de son ouvrage consacré au procès Sofri :
"Pourtant, on ne peut nier que les complots existent bel et bien. A leur machination et à leur découverte sont affectées, dans les Etats modernes, des institutions spéciales (les services secrets). Mais il est connu que, des services secrets, on parle généralement, entre personnes qui ne veulent pas passer pour naïves, sur un ton de supériorité narquoise : attitude vraiment curieuse, étant donné que nous vivons dans un monde qui a été dominé jusqu'à ces derniers temps par deux superpuissances, dirigées respectivement par l'ex-directeur de la CIA et par le protégé du défunt chef du KGB. Les historiens de l'époque contemporaine feraient bien de se demander si cette coïncidence ne révèle pas un phénomène nouveau : le rôle spécifique, relativement autonome, joué de plus en plus par les services secrets sur la scène internationale", Carlo Ginzburg, Le juge et l'historien. Considérations en marge du procès Sofri. Editions Verdier, 1997, p.65-66.
Sachant que ce livre est paru pour la première fois en 1991 aux éditions Einaudi (Torino), les lecteurs pourront aisément mettre des noms sur les deux présidents auxquels l'historien fait implicitement référence.

Portrait de Anonyme apolline23.09.2013

Bilderberg et le gouvernement mondial...comment écarter ça d'un revers de main sous prétexte que "ce serait trop long"!? quand il s'agit d'une émission sur la théorie du complot?!!...le passage de Soram méritait au moins une analyse. Au final qu'avons-nous appris? Que personne n'a encore clairement défini la théorie du complot...c'est le comble quoi. Trop d'intellectualisme tue l'intellectualisme. Allez s'il vous plaît, le même thème et en tenant compte de ce que nous vivons au quotidien, ce serait bien...cette mascarade politique permanente qui dépasse toute forme de cynisme. Merci Adèle.

Portrait de Anonyme Kercoz24.09.2013

D'accord avec vous ...les termes "complots" et paranoia sont tres connotés voire polysémiques ...ce qui permet de caser dans la case paranoia ceux qui osent parler d' un déterminisme manipulateur du système en place .
En tout cas grand merci de donner la parole et faire connaitre ou découvrir Luc Boltanski .....La lucidité se fait rare de nos jours !
Pour réconcilier les pour et contre du "complot", je propose l'opportunisme de certains sur un dynamisme structurel non planifié ...Cet opportunisme profite de la dynamique et de son inertie sans l' avoir sollicité ....ce qui en fait revient au meme , et de plus permet d' éviter la mauvaise conscience !
J' en profite pour defendre Bourdieu , par trop décrié en raison d' une certaine difficulté d'acces , mais , a mon avis lucide d'entre les lucides.Il a dit qq part que la sociologie se voulant une science exacte etait dans l' obligation de précision dans la terminologie et les concept , a tel point qu'elle etait "maudite" du fait qu'elle etait sensé dé-couvrir les procédures sociétales qui, le plus souvent sont liées au pouvoir et a la manipulation et qu'elle n'etait malheureusement accessible que par ceux qu'elle etait sensé dénoncer

Portrait de Anonyme Éric Guéguen23.09.2013

Dommage de ne pas avoir demandé à Luc Boltanski si la sociologie de Bourdieu (sa dichotomie sans nuance entre dominants et dominés notamment) n'avait pas une grande part de responsabilité dans l'actuel sentiment de complot généralisé.

Portrait de Anonyme zeugax23.09.2013

Je partage tout à fait votre point. La pensée (disons simplifiée pour ne pas créer de stériles polémiques) de Bourdieu est la mère des théories du complot. Je profite de ce post pour remettre un lien sur cet excellent ouvrage.
http://www.rue89.com/2011/02/24/complocratie-plongee-dans-un-monde-de-co...

Portrait de Anonyme luroluro1423.09.2013

La paranoïa pour les nuls :

Qu'est-ce que c'est ?
C'est une psychose caractérisée par un délire systématisé, sans affaiblissement des capacités intellectuelles.
Cette psychose débute à l'âge moyen de la vie sur un fond de caractère paranoïaque (méfiance, orgueil, hypertrophie du Moi, susceptibilité, jugement faux, rigidité du psychisme) à la suite bien souvent d'un conflit psychoaffectif d'importance variable.
Le délire est bien systématisé, interprétatif et les réactions agressives contre autrui sont violentes et fréquentes.
Le sujet, comme dans toutes les psychoses, adhère totalement à son délire.

Causes et facteurs de risque
Plusieurs sortes de délires paranoïaques sont décrits :
- le délire d'interprétation :
C'est un patient chez qui un beau jour tout devient subitement clair, tout s'explique, tout s'illumine.
A partir d'une perception ou d'une sensation réelle, le malade construit un délire systématisé, souvent de persécution, dans lequel tout prend une signification personnelle pour lui : il juge intentionnel et souvent malveillant le hasard.
Ces déductions sont parfois vraisemblables et le patient peut même présenter des preuves qui provoquent parfois le doute et même l'adhésion de l'entourage.
- Le délire de jalousie est un délire passionnel portant sur l'infidélité supposée du partenaire.
- Le délire de revendication. Extraits de :
http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_1005_delire_paranoia...
LA PARANOÏA A BON DOS :
Pour comprendre la « théorie du complot », il faut absolument lire les ouvrages et écouter les interviews de Peter Dale Scott
« La Machine de guerre américaine » de Peter Dale Scott. »
http://www.geopolintel.fr/article639.html
« La Route vers le Nouveau Désordre Mondial » également de Peter Dale Scott
Étude ambitieuse, cet ouvrage décrit avec précision la façon dont, depuis les années 1960, les choix en matière de politique étrangère états-unienne ont conduit à la mise en œuvre d’activités criminelles, et à leur dissimulation, (tantôt partielle parfois totale), dans un processus qui culmine avec l'invasion de l'Afghanistan et celle de l'Irak. Voir interview :
http://www.dailymotion.com/video/xjfoca_la-route-vers-le-nouveau-desordr...
Ces informations sont susceptibles de nous convaincre que « la théorie du complot » n’est peut-être pas de la paranoïa mais tout simplement un décryptage réaliste du fonctionnement de notre société, ce qu’une toute petite minorité a sans doute intérêt à cacher en s’appuyant sur des médias complètement manipulés ou complices, les hauts dirigeants de ces derniers profitant suffisamment du système pour être incités à le perpétrer (je ne fais pas allusion à certains médias comme France Inter, Libération etc … qui résistent fort heureusement (mais pour combien de temps ?)

CITATIONS :
« Même les paranoïaques ont de vrais ennemis ! » de Roland Topor
« L'amour a le pouvoir de transformer des individus ordinairement posés et sensés en paranoïaques obsédés par des pensées calamiteuses et millénaires. »
[Le plaisir de souffrir d’Alain de Botton]
« Je ne suis pas paranoïaque … mais je me soigne moi-même …. parce que je n’ai pas confiance dans les psy qui sont tous des agents de la NSA » Luroluro14

VOTRE DIALOGUE ECOURTE
Le paranoïonaque raisonne au maximum et trouve mille raison de douter.
Il prolonger l’enquête au-delà du raisonnable et va à la racine des choses …
Différence entre erreur et dérangement mental. Wikenstein : « de la certitude ».
La théorie du complot a été construite dans les années 50 et 60 aux Etats-Unis.
« Les 39 marches » sont le prototype du roman d’espionnage anglais.
Le Roman policier a été créé par Conan Doyle surtout, c’était la principale innovation littéraire dans le champ du roman au 20 ème siècle.
Ce qui est au coeur du roman policier est l’énigme (rayure de la réalité).
Réalité : c’est le monde de tout ce qui arrive (Wittgenstein)
XIX ème siècle : Le rôle des Etats nations était de stabiliser la réalité sur un territoire.
Le projet étatique providentiel qui était censé être un projet protecteur fut à la source d’une inquiétude. La réalité n’est pas du tout ce que l’on croit qu’elle est. Une réalité cachée est souvent substituée à la réalité officielle. Ainsi, la masse manquante de la réalité entraîne une recherche sous-jacente qui peut conduire à la défiance et à la paranoïa.
Pourquoi l’Etat a-t-il suscité une demande de stabilité de la réalité ? En raison d’une déliquescence des sociétés traditionnelles selon Luc Botanski.
Le mythe permettait de faire travailler les contradictions d’une société pour que l’on s’y habitue… (Luc Boltanski)…
Dans 39 marches le héros est poursuivi à la fois par la Pierre Noire, organisation secrète qui veut détruire l’Etat, et par les forces de police de l’Etat qui veulent le détruire.

« On nous cache tout on nous dit rien » Dutronc. Lien : http://www.youtube.com/watch?v=VW188SVN5UU
Pour connaître la vérité, écoutez Radio bistro : « on ne nous dit pas tout » http://www.youtube.com/watch?v=fEMp_oVSpkU

QUELQUES COMPLEMENTS CONVAINCANTS :
Comment ne pas être paranoïaque dans un monde tel que le nôtre ? :
Voici quelques références qui nous conduisent tout droit à la « paranoïa » qui ne serait rien d’autre qu’un cheminement vers une vérité cachée…
http://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Bilderberg
http://fr.wikipedia.org/wiki/Carlyle_group
http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_secr%C3%A8te
http://fr.wikipedia.org/wiki/Profiteur_de_guerre
Un paranoïaque sein d’esprit.
Bien à vous, L.R.

Portrait de Anonyme Collet Gérard23.09.2013

Si je puis me permettre ...
Pourquoi cet appel à l'état ?
Simplement parce qu'il détient, non seulement la rédaction de la loi , donc la définition - forcément coercitive - de la réalité. Avec force de loi et toute l'autorité d'une force jugée pour imposer sa Lettre donc.

Mais j'aime toujours autant ce que vous faites ... Ne vous laissez pas trop grignoter de temps d'antenne !!!

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.