retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 12-13

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth, Philippe Petit Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Ecoutez l'émission 58 minutes

La parenté (3/4): airs de famille, affinités électives 2

24.04.2013 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Somany Na

Lectures : Clément Bondu

 

Pour ce troisième temps de cette semaine consacrée à la parenté, après la prohibition de l’inceste, lundi,  et le complexe d’Œdipe à l’anti-oedipe, de Deleuze et Guattari, hier, c’est aujourd’hui de la parenté de vue, de cœur et de goût, c'est-à-dire d’affinités, que nous allons parler aujourd’hui.

 

François Noudelmann MC © Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références musicales:

- Charles Strouse, Parents

- Tchaïkovski, La course des enfants

- Igor Stravinsky, Valse des fleurs pour piano à 4 mains

- George Gershwin, They can't take that away from me

- Alain Souchon, Le fil

 

Extrait:

- reportage: enfants échangés (France Inter, 30 novembre 2008)

 


 

 

Invité(s) :
François Noudelmann, françois Noudelmann a écrit Le toucher des philosophes. Sartre, Nietzsche et Barthes au piano (Grand Prix des Muses) et plusieurs livres sur les enjeux théoriques de la généalogie. Professeur à l'université de Paris-VIII, il enseigne aussi dans plusieurs universités américaines et produit des émissions de philosophie sur France Culture.

Thème(s) : Idées| Philosophie

Document(s)

2 commentaires

Portrait de Anonyme Clarisse24.04.2013

En contrepoint de cette semaine très anthropocentrée sur la parenté, et afin de décaler un tout petit peu le point de vue, je me permets de livrer à la réflexion des uns et des autres ce témoignage, rapporté par Philippe Descola dans son maître-ouvrage "Par-delà nature et culture", d'un chasseur Achuar d'Amazonie:

"Les singes laineux, les toucans, les singes hurleurs, tous ceux que nous tuons pour manger, ce sont des personnes comme nous. (...) Nous, les personnes complètes, nous devons respecter ceux que nous tuons dans la forêt car ils sont pour nous comme des parents par alliance. Ils vivent entre eux avec leur propre parentèle; ils ne font pas les choses au hasard; ils écoutent ce que nous disons; ils s'épousent comme il convient. Nous aussi, dans les vendettas, nous tuons des parents par alliance, mais ce sont toujours des parents. Et eux aussi ils peuvent vouloir nous tuer. De même les singes laineux, nous les tuons pour manger, mais ce sont toujours des parents."

Portrait de Jeanne R. Jeanne R.24.04.2013

Dans l'absolu, moi ce qui me fascine par-dessus tout c'est de constater que pas un visage humain ne ressemble à un autre, même si nous avons tous deux yeux, un nez, une bouche ; oh bien sûr, certains semblent ressembler à d'autres - surtout ceux du même sang - mais jamais au point de se remplacer ou de se confondre en totalité. Et autant pour les voix, les voix humaines. Bref, la variété dans la nature humaine est telle qu'elle paraît curieusement sans fin !
Je dirais qu'il en va de même pour l'esprit, l'esprit humain... En ce cas, comment faire un tronc commun de règles alors que nous sommes tous différents ?
Bon, on va dire que dans tout cela, l'important est de se ressembler soi-même, ce qui n'est pas évident pour tous !!

"Les affinités électives" posent les questions des attirances liées aux désirs réfrénés en un cercle restreint. La "Charlotte" de Goethe a raison : la proximité comme la promiscuité font les rencontres donc les affinités, lesquelles sont plus ou moins électives, au final, le libre arbitre agissant que faiblement dans les choix amoureux.
Jeanne R.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.