retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance│11-12

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth, Philippe Petit Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Ecoutez l'émission 50 minutes

Le monde avant sa fin 1/4 : L'origine du monde 17

06.02.2012 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Pour ouvrir cette semaine consacrée à la notion de monde, Adèle Van Reeth reçoit le célèbre astrophysicien Hubert Reeves, à propos de la question de l'origine du monde.

 

 

Hubert Reeves Ivy Paolantonacci©Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Extraits :

- Bande originale du film Tree of life, de Terrence Malick, musique d'Alexandre Desplat.

- Pink Floyd, "Comfortably numb".

- A la recherche des secrets du Big Bang, documentaire de la BBC diffusé sur Arte et réalisé en 2007 par James Van der Pool (deux extraits).

- Bande originale du film L'odyssée de l'espace, réalise par Stanley Kubrick, sorti en 1968, musique de Richar et Johann Strauss, György Ligeti, Lux Aeterna, Aram Khatchaturian. 

- David Bowie, "Space oddity"

 

Lectures  :

- Etienne Klein, Discours sur l'origine de l'univers.

 

Réalisation : François Caunac

Lecture des textes : Jean-Louis Jacopin

Invité(s) :
Hubert Reeves

Thème(s) : Idées| Philosophie

17 commentaires

Portrait de Anonyme Samariton08.02.2012

@Emile
Vous avez demandé les podcasts sur "La République de Platon"...
http://dl.free.fr/v2LCct3Wg
Lien valable au moins jusqu'au 08 mars 2012

Portrait de Anonyme Ruth Zilkha08.02.2012

bonjour
impossible de réécouter les Nouveaux Chemins de la Connaissane du 6 février
le monde avant sa fin 1/4
la reecoute s'atrrete apres moins d'une minute.
Bravo pour tout ce que vous faites sur France Culture. C'est une merveille!
Un tresor National
Ruth Zilkha

Portrait de Geneviève Geneviève09.02.2012

Cher auditeur,

 

Merci pour votre commentaire !

Pour ce qui est de la réécoute, il semble que ce devait être un problème passager ; nous venons de la réécouter sans interruption.

 

Bonne écoute !

Portrait de Anonyme MB.08.02.2012

Superbe emission, mais trop de musique ce jour...Ecouter Mr Reeves à la place m'aurait fait tant plaisir !!!

Merci quand même, il est bon d'écouter "sa voix de la sagesse", de l'humilité en somme :)

Portrait de Anonyme BERTRAND SAINT-SONGE06.02.2012

Pour moi L'origine et la connaissance de l'origine de l'univers s'arrête à ...5 minutes 50.... , bug du postcad ...bing-bang de la réécoute en différé impossible, en effet tout s'arrête à ce temps précis là...Donc ne saurait pas comme "ça a commencé" alors ? Par quelle soupe d'avant la soupe ?... Zut alors, bug dans votre espace ou à partir de mon univers ?...D'autres auditeurs ont-ils même souci d'écoute ?...Juste après l'excellent Pink Floyd...Bon, il ne me reste plus qu'à réécouter Comfortably numb...en boucle (puisque spiralé s'étendant à l'infini semble l'élasticité du vide ) Peut-être à une autre possibilité d'écoute ?...Je tends l'oreille sur le silence du bruitisme d'entre les étoiles...

Portrait de maroncho maroncho06.02.2012

Chère Adèle,

J'ai bien aimé l'image du chat et j'ai "vu" votre sourire, certes un peu décalé...

Portrait de Anonyme Emile06.02.2012

J'ai énormément apprécié l'émission avec Hubert Reeves ce matin. Surtout l'orsqu'il nous rappelle les limites de la science et la technologie dans notre désire de compréhension définitive des phénomènes naturels . En outre, je profite de l'occasion pour faire une demande aux auditeurs, de podcasts récents sur la République de Platon. Cordialement

Emile

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)06.02.2012

Il ne faut pas abuser des bonnes choses … mais je suis tenté par un nouveau commentaire pour prendre la défense des chats. Que savons-nous de leur connaissance de l’Univers ? Cet animal rêve beaucoup plus que les hommes, et peut-être que la clé des étoiles est précisément dans les rêves.

Les Égyptiens momifiaient les chats et s’intéressaient tout particulièrement à Sirius. Peut-être y avait-il un rapport entre cette planète et les chats. En tout cas, j’attends que quelqu’un puisse me démontrer le contraire.

Voici deux liens sur les chats :

http://planete.chats.pagesperso-orange.fr/egypte.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chat_dans_l%27%C3%89gypte_antique

Portrait de Anonyme Jean S06.02.2012

Poussières d'étoiles depuis de nombreuses années je me laisse bercer par la douce scientifique philosophie poétique de Monsieur Reeves.

De nuits des étoiles en nuits des étoiles, d'un pommier fleuri au milieu d'un champ de colza en fleurs, de merveilleuses images de galaxies, d'étonnantes images de traces de particules, le monde est là né, vivant et qui finira par mourir et alors!

De Giordano Bruno de ces fureurs héroïques, de Galilée de sa terre qui tourne, de George Lemaire et la valeur cosmologique d'un étonnante constante d'une somptueuse équation d'Albert Einstein qui mise en vue par Edwin Hubble, l'un est mort brulé, l'autre fut emprisonné, le troisième mis à l'index qu'importe que Saint Augustin ou Paul VI fussent offusqués qu'importe? Eux furent martyrs!

Les hypothèses scientifiques sont les images saintes de la science elles n'ont rien à voir avec le sexe des anges ou la couleur des cheveux de Dieu le père, elles servent à créer des équations mathématiques.

Du Fiat lux au début ou des quarks et des gluons qu'importe, du chaos ou de l'enfer à la fin qu'importe, la science n'est pas religion.

Merci Madame d'invité un aussi grand Poète qui chante si bien la merveilleuse odyssée qui est la nôtre.

Merci Monsieur.

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)06.02.2012

Le lien que j'ai déposé dans mon précédent commentaire ne conteste pas la théorie du Big Bang contrairement à ce que j'ai écrit. Il présente des alternatives à cette théorie tout en lui donnant la préférence en l'état de nos connaissances.
Selon Hubert Reeves, que j'aime toujours écouter ou lire, nous sommes des poussières d'étoiles. Cela nous fait rêver et confirme bien les liens étroits entre le macrocosme et le microcosme. Espérons toutefois que les étoiles, contrairement aux hommes, ne se feront pas la guerre et qu'ainsi tout ira pour le mieux dans le meilleur des mondes comme dirait Leibnitz,grand partisan de l'Harmonie des sphères.

Portrait de Anonyme Lestrade06.02.2012

M. Reeves dit que la question de l'origine, ou de la nature même du monde, dépasse sans doute notre intelligence. C'est peut-être vrai, mais ce qui est également vrai, c'est que l'intérêt que suscitent certaines sciences comme la cosmologie repose en grande partie, peut-être entièrement, sur cette question. A. Comte, un esprit particulièrement épais, s'en prenait à l'usage des grands télescopes, dans lequel il décelait une visée "métaphysique", et voulait qu'on s'en tienne au système solaire, plus grande échelle qui puisse concerner nos vies. Il soupçonnait aussi les utilisateurs de microscopes de desseins "scientifiquement impurs". En fait, à mon avis, plutôt que de répéter que la science n'a pas de réponses à apporter à ces questions (même si c'est vrai), il faudrait réfléchir à la façon dont elle les traite, ces questions, et les fait avancer, sans leur donner de réponses, simplement en formulant de façon toujours plus aiguë, toujours plus adéquate, les termes de notre ignorance. De même, nous sommes peut-être, fondamentalement, dans la situation du chat confronté à la géométrie, mais nous sommes au moins habités tout entiers par le sens du mystère des choses, ce qui fait une grosse différence, et toute l'histoire de la science a bien consisté à nous affranchir de plusieurs formes de "bon sens", de représentations spontanées et non questionnées du monde (depuis la terre plate avec le ciel "cloche à fromages"). M. Rovelli a attiré récemment notre attention sur la pensée fondatrice d'Anaximandre, à la fois philosophe et savant, soutenant devant ses contemporains abasourdis que les notions de "haut" et de "bas" étaient peut-être très "relatives". Alors il serait bon que M. Reeves et ses semblables finissent par avouer qu'A. Comte, même s'il avait la forme bien enfoncée dans la matière, les avait en fait percés à jour, pour la gloire de l'esprit humain, supérieur à celui du chat.

Portrait de Geneviève Geneviève06.02.2012

Message d'un auditeur :

 

Passionnante émission que celle de ce matin avec ce grand vulgarisateur
d'astronomie qu'est H. Reeves.
Une toute petite observation sur la fin de l'émission quand H.Reeves a
traduit le commentaire d'un astrophysicien britannique, parlant d'un
strange world" par monde étrange. Le sens de "strange", dans la bouche du
Britannique est proche d' "étranger" , d'un "autre monde", en somme
d"alien" comme le fameux film du même nom. "Etrange" est trop faible ici,
proche de "bizarre", ce qui n'est pas correct. Ca me paraît important
parce que ce "strange world" nous renvoie à notre incapacité à le
comprendre, à le saisir.

 

Portrait de Anonyme A. Muller06.02.2012

Pour Hubert Reeves, poète et physicien, c’est clair : nous sommes des POUS-SIERES d’ETOILE ! (qui devons patienter dans l’azur que notre heure vien-dra !).
Alors si nous sommes une « ETOILE » en voie de... « REDEMPTION », le LIEN est immédiat entre COSMOLOGIE et PHILOSOPHIE !...

Alain Muller

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)06.02.2012

J'ai oublié de joindre le lien d'un site qui conteste la théorie du Big-Bang :

http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2006/05/10/theorie-big-bang-contestee

Merci à vous de bien vouloir l'ajouter.

Portrait de Anonyme luroluro14 (anonyme)06.02.2012

« Nous voyons des galaxies qui sont à 8 milliards d’années lumière, nous les voyons donc telles qu’elles étaient il y a 8 milliards d’années » Hubert Reeves

« Plus on regarde loin dans l’espace plus on voit tôt dans le passé » Adèle Van Reeth

Merci pour cette émission à la fois scientifique et poétique.
Merci pour la lecture d’un très bel extrait du livre d’Étienne Klein « Discours sur l’origine de l’Univers » par Jean-Louis Jacopin.

J’aimerais ajouter quelques mots.
L’on pourrait imaginer que le Big Bang initial n’existe pas en tant que tel en ce sens qu’il y aurait des Expansions et Contractions successives de l’Univers.
Ainsi, il n’y aurait pas un « Big Bang unique » mais des « cycles de Big Bang ».
Il y aurait comme une « constante de Planck » qui empêcherait la matière de se contracter en-deçà d’une certaine limite, un noyau où la chaleur serait extrême. Ce noyau exploserait, comme les précédents, pour donner lieu à un nouveau cycle. Ainsi l’Univers ne disparaîtrait jamais (éternel retour) et l’espace et le temps varieraient en fonction des moments où ils seraient observés (sachant qu’il y aurait une accélération du temps et une expansion de l’espace au cours du déroulement du cycle).

Mais, tout cela n’est qu’imagination et rêverie…

Terminons avec Goethe «Il n’y a pas de sentier ? En marche !».

Portrait de Anonyme A. Muller06.02.2012

La vraie question que nous nous ne posons, n’est-elle pas : Y a-t-il une origine... EXTERIEURE à notre Univers (extérieur) !?
Or, pouvons-nous nous imaginer un « EXTERIEUR » sans rapport à un « INTE-RIEUR » !? Puisque nous ne pensons que par RAPPORTS, CONTRASTES et COMPARAI-SONS !?...
Et comment cela se fait-il qu’il y a un monde « EXTERIEUR » à nous, alors que nous sommes une « ÂME » (consubstantielle à un « corps),- un « MOI » !-, qui SE SUFFIT à ELLE-MÊME !? (problème « matérialiste » que s’est précisé-ment posé l’IDEALISME allemand, à commencer par Fichte !...). ...
Or, la science MODERNE se fonde sur l’idée (mythique) que le monde (et l’Uni-vers) est « EXTERIEUR » à nous et peut donc être OBSERVé OBJECTIVEMENT et EXPERIMENTALEMENT ! C’est EFFICACE et rend l’événement capable de REPRODUCTI-BILITE expérimentale ! Mais si c’est efficace et cela se fonde sur des « FAITS » (objectifs) susceptible d’être « falsifiés » par l’EXPERIENCE, du point de vue de l’ÂME, de NOTRE âme, ce n’en reste pas moins un MYTHE METHO-DOLOGIQUE construit de toutes pièces par une EPISTEMOLOGIE déterminée et clairement et distinctement circonscrite dans des LIMITES indépassables ! (voir Gérard Bonnot, "La vie, c'est autre chose. Les hommes MALADES des la SCIENCE").

Alain Muller

St. Augustin se posait cette question (sur le temps et l'origine du temps) PAR RAPPORT à l’ETER-NITE de Dieu dans un livre sur la CREATION et dans le cadre de sa problématique (trinitaire !) de la MEMOIRE ! Ce qui est tout dif-férent et change tout !...

Alain Muller

Si, comme le dit la PHENOMENOLOGIE en général, et Gilles Deleuze et Felix Guattari en particulier, la PERCEPTION du MONDE « EXTERIEUR », de la « REA-LITE », de la réalité « EXTERIEURE », de l’ « EXTERIORITE » de la réalité, la « REALITE » de l’extériorité, n’est que le résultat d’un « flux sonore » INTERROMPU ! (Husserl dit « flux TEMPOREL », mais c’est à une « SUITE de SONS » qu’il pense et réfléchit constamment !, comme le souligne Emmanuel Housset dans « Husserl et l’énigme du MONDE » !). Notre conception d’une « ORIGINE », d’une origine du monde « EXTERIEURE » à nous, nous viendrait donc de cette « INTERRUPTION » d’un flux sonore et n’a rien à voir avec l’Univers des étoiles !, si ce n’est que c’est « de »... cet UNIVERS (- unité d’une diversité!, c'est-à-dire structure HARMONIEUSEMENT organisée! -) que « vien-drait » ce SON ! Car, au « début », MUSIQUE et COSMOS étaitintimement liés ! Or, selon certains auteurs musiciens et ésotéristes, au début ( - la « Ge-nèse » biblique ! -) ce n’est pas la LUMIERE qui a créé le SON, mais c’est l’inverse : c’est le SON qui a créé la LUMIERE !...
« L’humanité à travers son histoire a été unanime à reconnaître l’influen-ce du SON en tant que LIEN entre l’homme et le monde, l’homme et le divin. Son impact est tel qu’on a pu dire que le MONDE était SON, « le COSMOS-SONI-QUE ». C’est que le son porte en lui TOUTE la CREATION, du plus petit au plus grand, de l’ATOME à l’UNIVERS ... ». (Elizabeth Sombart, « La MUSIQUE au cœur de l’émerveillement. Confidences pour piano -- de Bach à Bartok », p. 30) (voir aussi, de Séverin Batfroi, « Du chaos à la lumière. Contribu-tion à une prospective d’ésotérisme traditionnel »). ...

Alain Muller

Portrait de Anonyme Froment Bruno06.02.2012

Je crois que la réponse de Goethe fut "en avant par dessus les tombeaux !"