retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 12-13

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth, Philippe Petit Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 11h

Ecoutez l'émission 58 minutes

Le vivant (2/4) : Qu'est-ce que le vitalisme ? 6

02.04.2013 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

 

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lectures: Sophie Bourel

 

Deuxième temps de notre série d’émissions consacrées au vivant. Après l’animal, hier, avant la personne humaine et le zombie, demain, et la théorie de l’évolution du point de vue d’un neurobiologiste, jeudi, j’ai le plaisir d’accueillir aujourd’hui le philosophe Frédéric Worms pour nous expliquer ce qu’est le vitalisme, en quoi il peut être critique, et si la vie existe indépendamment des tensions qui unissent et qui séparent au sein d’une existence humaine.

 

Frédéric Worms MC © Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références musicales:

- Philip Glass, The Light

- Chopin, Ballade n°4

- Ludovico Einaudi, Uno

- Monty Python, The meaning of life

- Alain Souchon, La vie ne vaut rien

 

Lectures:

- Henri Bergson, L'énergie spirituelle

- Georges Canguilhem, La connaissance de la vie (Vrin, 2003)

 

Extrait:

- Le temps qui reste de François Ozon

Le sens de la vie des Monty Python

 



 

Invité(s) :
Frédéric Worms, philosophe, directeur du Centre international d'études de la philosophie française contemporaine et professeur à l'université de Lille III

Thème(s) : Idées| Philosophie| Henri Bergson| Georges Canguilhem

Document(s)

6 commentaires

Portrait de Anonyme julio béa (anonyme)03.04.2013

Désolé pour Bergson et pour Einstein mais la puissance de la vie et la capacité d'innovation des phénomènes proviennent du fait que la matière est sous tension à l'échelle de l'atome - ce que décrit la physique quantique. Les pièces métalliques ou minérales qui apparaissent inertes sont en réalité sous une tension continue - Et c'est cette tension qui fait que le fer rouille et que le calcaire se dissout ou précipite selon les conditions locales environnementales. Bref, chaque atome, chaque molécule vibre - "vit" ? - et cette mise en forme de vibrations qui s'allongent et s'accumulent deviennent la vie d'une cellule, d'une bactérie,...La vie est donc partie intégrante de la matière qui n'a jamais été inerte. Il n'y a pas d'opposition initiale; il reste à reconstruire la philosophie sur ces fondamentaux somme toute élémentaires.

Portrait de Anonyme didier02.04.2013

j'aurai pensé que la vie est aussi une collaboration et une attitude d'ouverture , qui se maintient même envers ce qui est inconnue ou dangereux, ce dans l’expérience de laquelle on s’éprouve comme relié et dépendant (chaleur lumière plantes animaux humains ...)

Je me sent vivant lorsque je lutte pour vivre, aimer, atteindre, obtenir ...

Je me sent vivant lorsque j' ai le sentiment d'appartenir a l'ensemble du phénomène de la vie sur cette terre, qui inclue aussi ce qui le rend possibles, minéraux, soleil, cosmos ... certainement tout ce que nous pouvons penser .

puisque je pense le dépassement de ma vie limitée dans un phénomène plus large qui m'inclue, en lequel je passe, je ne suis plus loin du sentiment de ma propre mort . Je vais au delà de l’appréhension de ma propre tension, a fleur de peau, il me semble éprouver par delà moi comme éprouve l' organe d'une vie plus large

C'est une expérience subjective, qui s' aperçoit comme une vision objective, ou comme une part de celle ci

Portrait de Anonyme Patrice Tardieu02.04.2013

Puisque j’interviens depuis 2004 en tant que philosophe dans la formation d’accompagnants bénévoles pour les soins palliatifs dans l’Hérault, je me permets de signaler l’adresse suivante:
www.asp-mh-fr
Patrice Tardieu

Portrait de Jeanne R. Jeanne R.02.04.2013

La vie est toujours une force contre une autre, donc contre soi, mais aussi pour soi.
Jeanne R.

Portrait de Anonyme Alain M. 02.04.2013

C’est important d’arriver à définir la VIE comme une TENSION, une tension entre la « VIE » et la « MORT ». Voir les choses ainsi, c'est déjà un grand progrès dans la compréhension de la vie et dans sa DE-SUBSTANTIALISATION ! Mais, tout bien réfléchi, l’idée de « TENSION » n’explique pas grand-chose, car ça reste un concept ABSTRAIT ! C’est même le concept le plus abstrait qui soit, puisque ça désigne un RAPPORT ! Et tout rapport est RELATIF, rela-tif aux deux termes qu’il met en relation ! Ainsi, en disant que la VIE est TENSION, et en définissant ainsi le « VITALISME », on a à la fois TOUT dit et rien DIT ! Car ceux d’entre nous qui ne ressentent pas la VIE comme une TENSION et projettent la MORT à la FIN de la vie sans y voir une « RESIS-TANCE » à la vie, ils ne peuvent pas comprendre de quoi on parle ! Encore faut-il, pour être MOTIVé à LUTTER contre la MORT, être sûr que la MORT n’est pas le fin mot de la VIE ! Et avoir eu une VIE bien remplie ne permet pas de MIEUX faire face à la MORT, si on croit que la MORT est le FIN mot de la VIE et qu'il n'y a rien plus ! C’est un mensonge qu’on se fait à soi-même pour pour ne pas voir l’ENJEU de la MORT en face et y faire face !...

Portrait de Anonyme Sophie02.04.2013

Bravo pour cette explication , ah ! si une telle émission avait existé lors de ma préparation au bac, quel bonheur !

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.