retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 13-14

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 10h50

Ecoutez l'émission 49 minutes

Philosopher au Maroc aujourd’hui (1/4) : portrait d'un philosophe contemporain : Ali Benmakhlouf (première partie) 3

10.03.2014 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Prise de son: Michel Gacic et Yvan Charbit

Lectures : Georges Claisse

 

Emission enregistrée à la Villa des arts de Casablanca

En partenariat avec l'Institut Français du Maroc

 

 

 

 

 

 

 

Départ imminent pour Casablanca, où grâce l’institut Français du Maroc, nous avons pu poser nos micros le temps de 5 émissions pour donner la parole à ceux qui font et inventent la philosophie au Maroc aujourd’hui. Après Oxford, où nous étions allés discuter avec quatre philosophes britanniques au printemps dernier, quatre philosophes qui nous avaient parlé de philosophie du langage sur les pelouses interdites aux visiteurs et de philosophie de l’esprit dans des bureaux gothiques, cette année c’est à la découverte d’un contexte d’enseignement et de recherche en philosophie radicalement différent que nous avons choisi de partir.

Trois ans après les insurrections politiques (la désormais fameuse journée du 20 février), qui conduira à l’élaboration d’une nouvelle constitution, comment les philosophes conçoivent-ils leur rôle au sein d’une société qui se caractérise par sa jeunesse et son faible taux d’alphabétisation ? Comment enseigner des textes dans une langue qui n’est pas parlée par tout le monde ? Y’a-t-il un sens à parler de philosophie arabe, ou même marocaine ?

Entre relativisme et universalisme, enjeux de traductions et questions identitaires, c’est la grandeur et la beauté du métier de philosophe qui nous est apparu au terme des ces discussions, qui plus que jamais ont fait apparaître la nécessité des philosophes au sein de la cité.

 

Mercredi, nous discuterons du féminisme marocain en compagnie d’Aicha Barkaoui et de Yasmine Chami, jeudi, Abdessalam Chedaddi nous expliquera l’urgence de traduire les écrits politiques de Rousseau en arabe, et vendredi, Driss Jaydène accompagné de deux grands professeurs de phioosophie, Noureddine Affaya et Adil Hadjami, vous feront un portrait de la philosophie au Maroc aujourd’hui. Mais aujourd’hui et demain, laissons sans plus attendre la parole à Ali Benmakhlouf, qui depuis des années enseigne la philosophie au France et au Maroc.

 

Ali Benmakhlouf MW © Radio France

Adèle Van Reeth et Ali Benmakhlouf MW © Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lecture:

- Ernest Renan, Averroès et l’averroïsme, p 78 ( Maisonneuve et Larose,1997)

 

Instrus:

- Driss El Maloumi, L'âme dansée

- Marc Loopuyt, Impromptu marocain

 

Chansons:

- Aziz Sahmaoui, Maktoube

- Nitta-Jo, Casablanca pays d'afrique

 

 

Adèle Van Reeth et Ali Benmakhlouf MW © Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Livres d'Ali Benmakhlouf MW © Radio France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et les "2 minutes papillon" à propos de la parution du livre Sciences et société : les normes en question (Actes sud)

 

 

 

 

 

 

 

Invité(s) :
Ali Benmakhlouf, professeur de philosophie des sciences, du langage et de la connaissance à l'université de Paris Est Créteil Val de Marne. Il est membre du comité consultatif national d'éthique pour les sciences de la vie et de la santé.

Thème(s) : Idées| Philosophie

3 commentaires

Portrait de Anonyme luroluro11.03.2014

Je pense qu’il faut remercier les NCC de s’intéresser à la pensée des philosophes d’un pays où la tradition tant spirituelle que culturelle demeure authentique et vivante.
Le Maroc est un pays fier et raffiné, qui a toujours su résister à la colonisation et au fascisme européen (protection des juifs contre le nazisme pendant la seconde guerre mondiale, protectorat et non colonie).
Le peuple marocain est patient et conquiert des libertés par des voies pacifiques.
Voici un lien en rapport avec l’émission d’aujourd’hui :
http://www.ruedescartes.org/recherches-en-cours/critique-de-lidentite-un...
Bien à vous, L.R.
gb

Portrait de Anonyme AM10.03.2014

On ne peut que saluer une émission qui consacre toute une semaine sur la phi-losophie qu'on a coutume de qualifier d'"arabe". En ces temps difficiles, une telle entreprise ne peut être que salutaire! Etant donné que la "trans-formation" démocratique dans certains pays arabes a déjà eu lieu, on ne peut que poser les débats en termes démocratiques! Cela dit, par rapport aux deux autres religions monothéistes, la religion juive et la religion chrétienne, l'Islam constitue une énigme, un mystère, un défi... philosophique et théolo-giques que des simplifications conceptuelles et des slogans politiques ne réussiront pas si facilement à démêler et à aplanir!...

Portrait de Anonyme Kercoz10.03.2014

En réponse a cette question sur la place de l' extremisme , je vous propose une réponse à la fois philosophique et mathématique :
Les systèmes humains, comme tous les systèmes vivants étant "complexes" dans le sens math. de la th.du cHaos, ils bénéficient de l' apport indispensable des marges ou "bruits" qui sont constituants du signal.
L'extrémisme , bien que dangereux pour le signal , font partie du "bruit" nécessaire a l' optimisation du signal.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.