retour en haut de page
Les Nouveaux chemins de la connaissance

Les Nouveaux chemins de la connaissance | 13-14

Syndiquer le contenu par Adèle Van Reeth Le site de l'émission
Emission Les Nouveaux chemins de la connaissance

du lundi au vendredi de 10h à 10h50

Ecoutez l'émission 49 minutes

Sacré Saint Augustin (1/4) : Amour de soi, amour de Dieu 17

16.09.2013 - 10:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lectureaudio

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Mydia Portis-Guérin

Lectures : Georges Claisse

 

 

Dominique Salin © Radio France

 

C’est le début aujourd’hui d’une série de 4 émissions consacrées à Saint Augustin, Augustin pour les intimes, et d’intimité, justement, il en sera question chaque jour de cette semaine, tant l’expérience et la pensée du philosophe, telle qu’il les relate dans ses textes- les Confessions, La vie heureuse ou la Cité de Dieu, rédigées entre 400 et 430, sont autant le récit du chemin qui conduit au seul bonheur véritable et donc durable,  que l’exposé des moyens de ne pas devenir pour soi une terre de difficulté. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Références musicales:

- Gabriel Fauré, Elégie op 24 pour piano et violoncelle

 

- Anonyme, Dès le petit jour

- Serge Gainsbourg, Amour sans amour

- Terry Riley, Crucifixion voices

- Joan Baez, I dream I saw Saint-Augustine

 

Lectures:

Saint Augustin, La Trinité (399-419), trad. Sophie Dupuy-Trudelle, ( Gallimard, 2002)

Saint Augustin, Les Aveux (397-398), livre X, trad. Frédéric Boyer, (éd. P.O.L., 2008)

 

Extraits:

- Des hommes et des dieux, film de Xavier Beauvois (2010)

- Lucien Jerphagnon : entretiens avec Raphaël Enthoven (Radio France)

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

"Deux minutes papillon" par Géraldine Mosna-Savoye : qu'est-ce que l'amour de Dieu ? 

Réponse avec le prêtre-missionnaire Bruno pour qui l'amour de Dieu est un cadeau, en tout point égal à l'amour humain : l'amour est toujours quelque chose de fou. 

Lecture
 
Partager

 

Invité(s) :
Dominique Salin, jésuite, Professeur de théologie spirituelle aux Facultés jésuites de Paris.

Thème(s) : Idées| Philosophie| Saint Augustin

17 commentaires

Portrait de Anonyme Alain Muller 19.09.2013

Il est faux de dire que Dieu a créé l’homme à son IMAGE ! En tous les cas, dire ça ainsi FAUSSE la perspective ! Car l’homme s’est CREE une IMAGE de lui-même pour AFFIRMER son IDENTITE ! Avoir été créé « à l’IMAGE de DIEU » veut précisément dire que l’homme doit DEPASSER, TRANSCENDER cette IMAGE de lui-même, de son « MOI », petit « moi », cette « PETITE » image de lui-même, pour accéder à la « GRANDE » image de lui-même ! L’homme ne sort jamais de l’IMAGE que Dieu a fait de lui, mais il peut seulement S’Y ASSIMILER… ou pas ! L’homme est SPECIFIQUEMENT homme et il ne sait pas se penser autrement que COMME HOMME ! « En identifiant le trinitaire, l’Homme SE REGARDE REGAR-DER » dans une action dynamique et réciproque ! « C’est dans un dispositif en miroir (unaire) que l’Homme découvre la FORME (trinitaire) qui le STRUC-TURE », donc découvre qu'il est capable de jeter les fondements théoriques d’un STRUCTURALISME TRINITAIRE ! « La résonance d’un terme dans l’autre est constitutive du dogme chrétien comme mystère », MYSTERE (trinitaire)qui est donc à l’origine de la MYSTIQUE chrétienne, mystique (trinitaire) qui remet en question les prétentions de la RAISON (dualiste et binaire) de pouvoir SE FONDER elle-même!: « Le MYSTERE est le lieu où la RAISON trouve sa LIMITE absolue, le LIEU où l’enchaînement des CAUSES et des EFFETS est interrompu, le LIEU où se pose la question du FONDEMENT de la raison ». (ibid.) De ce point de vue, on peut dire que Descartes a escamoté la forme, la structure TRINITAIRE du COGITO !,qu'il a, pour ainsi dire, péché par "OUBLI du "reste" TRINITAIRE", et ce, paradoxalement, en répétant la même erreur que celle de Socrate avec son « cogito » SOCRATIQUE ! qui, lui aussi,en tant que "Connais-TOI TOI-même", est un SE REGARDER, un DEDOUBLEMENT du REGARD qui prétend que l'âme peut TOMBER SOUS SON PROPRE REGARD et SE VOIR comme dans un MIROIR, alors que Saint Augustin, dans le "De Trinitate", dit explicitement que « l'âme, au contraire de Socrate, ne peut pas tomber sous son propre regard, qu'elle ECHAPPE AU MIROIR : "On peut seulement parler ainsi sans absurdité quand il s'agit de l'OEIL du CORPS, [or] il n'y a rien de semblable [au mi-roir] quand c'est l'ÂME qui, par la pensée, SE PLACE SOUS SON PROPRE REGARD" ("De Trinitate", X, III, 5) ». (Dany-Robert Dufour, op. cit., p. 224). Lors-que l’ÂME, en effet, « tente de dire QUI elle est, [elle] est confrontée à une IMPOSSIBILITE tout à fait troublante : elle ne peut pas vraiment PENSER cela même qui la fait être l’ORGANE de la PENSEE. L’âme EST, elle constate qu’elle EST, mais IGNORE CE qu’elle EST ». (ibid.). ….

Portrait de Anonyme Alain Muller 19.09.2013

Pour Novalis aussi, c’est PLOTIN qui est le plus proche de sa philosophie!
Mais il ne s’agit pas du « cogito », mais du « COGITATIO »!
Non pas « Je PENSE, donc je SUIS ! », mais « Je SUIS, donc je PENSE ! » :
L’EXISTER ne suit pas, mais précède la PENSEE !
Non pas « JE PENSE » (cogito), mais « Je SUIS PENSé » (cogitatio) !
Sauf si on avoue l’origine « trinitaire » du cogito cartésien ! On a tendan-ce à faire « dériver » le cogito cartésien du cogito augustinien, mais entre les deux il y a une radicale différence ! : « la raison [causale] doit au fond reconnaître qu’elle échappe à la raison. (…) Ce mouvement est fonda-mental, c’est celui du cogito », mais le "cogito" « implique le miroir, le DEDOUBLEMENT INFINI ».(Dany-Robert Dufour, "Les mystères de la trinité", p. 225). « Dieu, c'est-à-dire la forme Trine, et l’Homme sont en rapport de MIRAGE RECIPROQUE », c'est-à-dire « tout à la fois objet et sujet »(ibid.) « Avec le christianisme,l’Homme se découvre sous les yeux de cette FORME qu’il a sous les yeux ». (id., p. 212). « S’il y a un MYSTERE [trinitaire], c’est parce que l’homme est en RESONANCE directe avec cette FORME »(ibid). « Le christianisme, parce qu’il diffuse le MYSTERE, ne cesse de le DISSOUDRE en tranchant dans le dispositif du MIRAGE RECIPROQUE ». En fait, il « reprend ici la définition du Dieu de l’Ancien Testament : « Dieu créa l’homme à son image » (Genèse, I, 26-27) ». (id., 213). Dans cette « IMAGE », l’homme dé-couvre une… TRANSCENDANCE qui le pousse au DEPASSEMENT ! (comme quoi, - et contrairement à ce que prétend l’Ancien Testament par son « interdit de se faire une IMAGE de Dieu » (idolâtrie !) -, IMAGE et TRANSCENDANCE ne sont pas incompatibles !... Car si Dieu a créé l’homme à SON IMAGE, c’est préci-sément parce que l’homme doit, DANS cette image, dans le CADRE (limité) de cette image, … DEPASSER l'image étroite et étriquée de son moi étroit et égoïste, son « petit » moi, pour s’élever au « MOI » de Dieu !, à l’IMAGE que Dieu a mis dans ce « MOI » ! Car une « IMAGE » est toujours LIMITEE ! Il s’agit de dépasser cette LIMITE, le CADRE de l’Image pour atteindre le SANS-IMAGE ! On peut donc TRANSCENDER une IMAGE... à l'INTERIEUR même de cette image!...

Portrait de Didier Robin Didier Robin17.09.2013

Connaissez vous ce livre d'une importance extrême concernent le temps puisque le titre est "Le temps Aboli" "l'humanité a -t-elle fait fasse route, ce qui a entrainé division ,conflit et destruction perpétuels?" c'est au édition du Rocher, Dialogue entre J.Krisnamurti et David Bohm grand physicien élève d'd'eishtein en 1980.
En plein dans le sujet de votre émission, St Augustin n’épuise pas la question du temps, on reste toujours sur ça faim dans des croyances.
Krisnamurti (1895-1986)est sans doute le plus anticonformiste des "penseur acteur" c'est peut être pour cette raison qu'on ne l'entend pas cité dans les chemin de la connaissance ?
Il y a urgence pourtant l’humanité ce déchire par arrivisme et la philosophie batifole.Communiquer des informations qui me semblent de première importance.
En se qui concerne une conscience de la situation ou nous nous trouvons; et du génie de l’humain à élargir ça conscience dont dépend la qualité de son action.
Je suis musicien de jazz, l'improvisation tel qu'elle s'est pratiquée dans le milieu hostile de l'esclavage de la ségrégation, sur le lieu du massacre des amérindiens
devrais retenir notre attention, il y a la un lieu d’émancipation de l’être humain, de partage de joie intense. C'est comme une source tout le monde peux s'y abreuver
La notion de temps dans la musique...Saint Augustin chauffe mais ne trouve pas.

Portrait de Anonyme luroluro1419.09.2013

Non, je ne connaissais pas ces sources. Je vous remercie de nous en avoir fait part car ces textes sont certainement passionnants. Malheureusement, l'ouvrage de Krishnamurti "Le temps aboli" semble épuisé.
Bien à vous, L.R.

Portrait de Anonyme Thierry Anglès d'Auiac17.09.2013

"le bonheur est en DIEU", "le bonheur est l'amour de DIEU", oui Augustin l'a bien dit! On cite souvent cette partie de phrase" : "... et (que) notre cœur est sans repos tant qu'il ne repose en Toi".
N'oublions surtout pas la première partie de cette phrase : "C'est toi qui le pousses à prendre plaisir à te louer parce que tu nous as faits orientés vers toi, et ..".
Augustin confesse par là dans son prologue que "le bonheur de l'homme est de LOUER DIEU".
N'est-ce pas là la vrais définition du bonheur donnée par Augustin, et tellement pratique

Portrait de Anonyme Thierry Anglès d'Auiac17.09.2013

"la vie heureuse est EN DIEU", "le bonheur est l'amour de DIEU", oui Augustin l'a bien dit!
On cite souvent cette phrase "... et notre cœur est sans repos tant qu'il ne repose pas en toi". Mais n'oublions surtout pas la première partie de cette même phrase : "C'est Toi qui le pousse à prendre plaisir à te louer parce que tu nous a faits orientés vers toi et ..."
Il confesse ainsi dans son prologue ceci de très concret que: "le bonheur de l'homme, c'est de LOUER DIEU".

Portrait de auditeur auditeur16.09.2013

Merci, Adèle, de cette passionnante émission, où vous avez permis à votre invité de nous faire entrer dans l'intimité de l'expérience de saint Augustin, et de mieux connaître le contexte d'une époque de profondeur culturelle qui, par certains côtés, à de quoi nous faire envie. Tant qu'il y aura des personnes comme vous pour permettre à un grand nombre la découverte de pareilles richesses, tous les espoirs resteront permis.

Portrait de Anonyme François16.09.2013

In te redi, in interiore homine habitat veritas

De mémoire

Portrait de Anonyme marie therese joudiou16.09.2013

Oui, grand merci pour vos émissions.

La semaine dernière , à propos de l'oeuvre de Jim Harisson, votre invité rappelait ce qu' JH pensait sur l'état de nos sociétés : une sorte de conspiration contre toute vie intérieure"

Le silence, l'attitude frugale vis à vis de toutes les sollicitations...

Tout ce qui risque de décerveler.

Bien à vous.MTJ

Portrait de Anonyme Patrice Tardieu16.09.2013

Je vais essayer de retracer brièvement le cheminement théologique et philosophique de cette idée de « l’homme intérieur ».
Dans l’Épître aux Éphésiens, 3, 16-17, de Paul, concernant l’amour de Jésus qui doit habiter les cœurs non seulement des chrétiens mais des païens, il est question que l’esprit de Dieu fortifie puissamment « l’homme intérieur ». Et dans la Seconde Épître aux Corinthiens, 4, 16, il dit: « Lors même que notre homme extérieur se détruit [ par la mort ], notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour [ par la résurrection des morts ] ».
Ce thème est repris et modifié par Augustin dans De la vraie religion, 39, 72: « Ne t’égare pas au dehors, rentre en toi-même, la vérité habite l’homme intérieur ».
Et, dernière métamorphose, la phrase d’Augustin en latin est citée par Husserl à la toute fin de ses Méditations Cartésiennes ( p.134, éditions Vrin ) « l’homme intérieur » devenant le sujet qui retrouve le monde, autrement dit « l’ego transcendantal » husserlien!
Patrice Tardieu

Portrait de auditeur auditeur17.09.2013

En effet,ce thème de l'intériorité est passé d'une signification théologique ("spirituelle") à une signification psychologique, entendue comme psychologie transcendantale, mais aussi à un idéalisme psychologique (n'existent que mes sensations et représentations subjectives), vecteur d'idéalisme métaphysique, fatal aboutissement de l'intériorité rationaliste cartésienne, qui semble se trouver au point de départ du dérapage métaphysique qui va jusqu'à nous, malgré l'effort des phénoménologues. La tentative hégélienne d'en sortir nous y a enfoncés un peu plus dans la mesure où, en fait, le système de Hegel est paradoxalement un monisme (ce que son "héritier indigne" confirmera avec le matérialisme dialectique), et menace à tout instant de verser dans un idéalisme rationnel, le réalisme étant au contraire la position métaphysique qui affirme la réalité de ce qui est, l'être de l'être intelligible, indépendamment de ce que j'en vois et en dis, mais susceptible d'être vu et exprimé par moi. Comme cela ne faisait pas problème ni pour un saint Paul ni un saint Augustin, l'homme intérieur signifiait pour eux l'homme essentiel, le réel de l'homme, ce que d'autres cultures appellent l'homme éveillé. Il n'en demeure pas moins que saint Augustin semble le créateur de l'intériorité subjective, mais c'est une intériorité contemplative, c'est à dire toute ouverte sur le venant-à-moi, juste au contraire de l'intériorité rousseauiste qui, semble-t-il, manque de cette ouverture, le moi s'interposant en permanence par un retour réflexif sur soi-même qui se trouve être sa grande souffrance.

Portrait de Anonyme Anonyme16.09.2013

Bonjour,
Peut-on avoir la référence du dernier morceau diffusé dans l'émission d’aujourd’hui ? Il était interprété par une femme et chanté en anglais.
Il ne figure pas dans votre rubrique "références musicales".
Merci.
GP

Portrait de frimousse45 frimousse4516.09.2013

finalement , le titre est même dans la liste des références musicales:
Joan Baez, I dream I saw Saint-Augustine
voilà

Portrait de Anonyme luroluro1416.09.2013

Bonjour,
Merci de consacrer cette semaine à cette grande figure intellectuelle et surtout spirituelle qu’était Saint Augustin.
Votre invité, Dominique Salin Jésuite, Professeur de théologie spirituelle aux Facultés jésuites de Paris a fait une démonstration de la grande intelligence de cet Ordre tant pour les choses de ce monde que pour la profondeur et les cimes de l’âme humaine.
Extrait dune fiche de cours intitulée « Saint Augustin : L'homme intérieur et l'amour de dieu » :
[La grande découverte de Saint Augustin commence par celle de l’intériorité. «Ne t’en vas pas au-dehors, rentre en toi-même, au cœur de la créature habite la vérité» (Du maître). Cette vérité, nous le verrons, c’est Dieu. » …]
Cette courte citation résume le propos l’émission de ce jour.
Pour la fiche complète voir :
http://keepschool.com/fiches-de-cours/lycee/philosophie/saint-augustin-h...

Lien de votre émission du 17 07 2009 sur Saint Augustin.
http://www.franceculture.fr/emission-lucien-jerphagnon-55-saint-augustin...

Rappel d’un passage essentiel de votre dialogue : « Dieu ne veut pas ôter l’homme à lui-même, il ne se trouve pas à l’extérieur mais à l’intérieur de l’homme ».
Bien à vous, L.R.

Portrait de Didier Robin Didier Robin17.09.2013

Connaissez vous ce livre d'une importance extrême concernent le temps puisque le titre est "Le temps Aboli" "l'humanité a -t-elle fait fasse route, ce qui a entrainé division ,conflit et destruction perpétuels?" c'est au édition du Rocher, Dialogue entre J.Krisnamurti et David Bohm grand physicien élève d'd'eishtein en 1980.
En plein dans le sujet de votre émission, St Augustin n’épuise pas la question du temps, on reste toujours sur ça faim dans des croyances.

Portrait de Anonyme BERTRAND SAINT-SONGE16.09.2013

Que n'ai-je à souligner des Confessions que le Chapitre XLI du Livre X "qu'on ne doit rechercher que Dieu seul", pour de nouveau inviter qui le veut à quitter notre monde matériel, or comment écouterions-nous les NNC sans s'appuyer sur la technologie moderne ? Aller dans la forêt, écouter les oiseaux, le huis des ruisseaux qui glougloute et chuchote, le vent dans les arbres à nous évoquer la force cosmique, et, converti(s), de rechercher la divine "connexion" tel un Thoreau ?...

Portrait de Anonyme Melissa16.09.2013

Vos émissions sont vraiment au-dessus de tout autre programme. Merci beaucoup.
Pourrais-je vous demander par ailleurs les références de cette douce et superbe musique diffusée lors de votre lecture sur le mariage du Livre II des 'Confessions' de Saint-Augustin?

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.