retour en haut de page
 Mauvais genres

Mauvais genres | 11-12

Syndiquer le contenu par François Angelier Le site de l'émission
Emission  Mauvais genres

le samedi de 22h à 00h

Ecoutez l'émission 119 minutes

HOMMAGE À MOEBIUS (I) ... et à BRADBURY : Charles Berberian, Nicolas de Crécy, Bastien Vivès, Ludovic Debeurme 4

09.06.2012 - 22:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Par François Angelier

Réalisation: Laurent Paulré

Collaborateurs: Marie André de Saint André, Jean-Baptiste Thoret, Antoine Guillot, Jean-Pierre Dionnet et  Xavier Mauméjean

 

Moebius ©Radio France

La disparition, en mars dernier, à l'âge de 73 ans, de Jean Giraud (1938-2012), alias Moebius, dit aussi Gir, a laissé la galaxie BD française confronté à un vaste trou noir, un vide central désorbitant.
Axe autour duquel gravitait la BD française, Moebius ? Certes, à la fois pour les deux pôles de son inspiration : le western épique avec la geste de Blueberry (scénarisée par Charlier), la science-fiction et le fantastique avec, entre autres, des albums comme la série "L'Incal" (scénario Jodorowski), le Garage hermétique, Arzakh ;  mais également pour la virtuosité sans limite de son trait et de son maniement de la couleur (l'auteur de ses lignes a entendu un jour le dessinateur Mézières, le père de Valérian, l'appelait "Wolgang Amadeus Moebius", ce qui dit tout). Une double inspiration conduite, d'illustrations pour la revue Fiction en 1954 à la récente exposition à la Fondation Cartier, pendant près de cinquante ans.Mais ce grand ancien du graphisme, à la fois dessinateur, peintre et illustrateur, savait être un éternel présent, rencontrant, échangeant et adoubant la garde montante de la bande dessinée. En témoigne le plateau de votre Mauvais Genres de ce soir qui regroupera, pour une évocation du père de Blueberry et du Major Grubert, quatre des figures marquantes de la BD actuelle : Charles Berberian, Nicolas de CrécyBastien Vivès et Ludovic Debeurme. Chacun présent  pour témoigner de ses rencontres et échanges avec Jean Giraud, mais également pour analyser la création pour lui la plus marquante de Moebius : Le Garage hermétique pour de Crécy, le dernier tome de la série "Inside Moebius" pour Berbérian et un travail réalisé pour la mangaka Katsuhiro Otomo pour Bastien Vivès.

 

 ©Moebius

Nicolas de Crécy ©Casterman

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 ©Moebius

Charles Berberian  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tetsuo: Otomo-Moebius 

L'auteur Bastien Vivès. © Isabelle Lassalle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En seconde partie d'émission seront évoquées les productions de nos invités : "Les Carnets de Kyoto" de Nicolas de Crécy (Chêne), "Cinérama" de Charles Berbérian (Fluide Glacial) et "L'amour" de Bastien Vivès (Delcourt/Shampooing).

 

Une émission que nous ouvrirons, comme il se doit, par un salut à Ray Bradbury, salut qui prendra la forme d'une évocation de ses liens avec le cinéma (Jean-Baptiste Thoret), de son importance capitale classique de l'imaginaire (Xavier Mauméjean et Jean-Pierre Dionnet).

 

Ray Bradbury à Los Angeles en 2004 Jim McNaughton DAILYCELEB/MAXPPP©DAILYCELEB / MaxPPP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'encyclopédie des mauvais genres de Céline du Chéné: Camille Ducellier

 

Camille Ducellier  

 

 

 

 

 

 

 

 

Thème(s) : Arts & Spectacles| Dessin| Ray Bradbury| Jean Giraud, alias Moebius

Document(s)

4 commentaires

Portrait de Anonyme Francis Larue11.06.2012

Merci pour votre émission. Le ton, la thématique, les invités et le reste (excepté ce générique absolument épouvantable, mais il ne pouvait pas en être autrement)
Je vous écoute assez régulièrement depuis quelques temps et il ne me semble pas que vous ayez traité d'une oeuvre de petit maître, certes peu comparable avec celle de de Moebius, mais, mais, mais... je veux parler de Laureline et Valérian, héros pour lesquels j'éprouve, une certaine tendresse. Assez peu pour les denier albums, il est vrai, mais j'ai vraiment aimé les premiers et plus encore la période, Terre, 20eme siècle : "...Terminus cosmos..."

Bon... C'est pour dire. Si cela ne se fait pas, je ne vous en voudrait pas

Bien à vous

Francis

Portrait de Anonyme moi11.06.2012

Ouh, la belle coquille sur les dates de Moebius!

Portrait de marianne marianne12.06.2012

Bonjour,

Voici la coquille corrigée et grand merci pour votre vigilance!

Cordialement

Portrait de Anonyme fred10.06.2012

Hâte d'entendre la mise en ligne (c'est pour lundi ?)...
De Crécy notamment saura-t-il aller au-delà des commentaires habituels pour entrer dans le concret de l'oeuvre ? Ce qui se passe entre une ligne et une autre, le génie d'avoir prolonger les hachures jusqu'à tel endroit, le raccourcissement d'une table entre deux cases pour pallier une erreur de perspective et faire vibrer le décor au rythme de l'émotion d'un personnage, la qualité des sols et des contacts au sol, la prolifération organique des motifs abstraits dans un monde irrémédiablement figuratif, la solitude riche en devenirs des toutes premières lignes tracées au rotring sur une feuille où le désert et le ciel ne sont pas encore dissociés... Saura-t-on enfin parler de Moebius ?