retour en haut de page
Place de la toile

Place de la toile | 12-13

Syndiquer le contenu par Xavier de la Porte Le site de l'émission
Emission Place de la toile

le samedi de 18h10 à 18h56

Ecoutez l'émission 45 minutes

Du sexisme et du féminisme chez les geeks 20

06.04.2013 - 18:10 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

En 1993, le New Yorker a publié un dessin qui est devenu célèbre : un chien était face à un ordinateur et une légende disait « On the Internet, nobody knows you’re a dog », « sur Internet, personne ne sait que vous êtes un chien ». Parmi toutes les lectures possibles de ce qui s’est presque transformé en adage, l’une postulait le rêve d’une égalité entre les internautes, égalité sociale, égalité de race et de genre notamment. Or, on commence à le savoir, le cyberespace n’est pas étanche aux autres dimensions que nous habitons, et dans bien des cas, ce rêve égalitaire a fait long feu. Mais les rappels à la réalité peuvent être violents. Le dernier en date l’est particulièrement. Le 16 mars, sur un blog du nom de « Genre ! », est publié un post intitulé :

 

« Sexisme chez les geeks : pourquoi notre communauté est malade et comment y remédier »

 

Un très long article qui fait presque immédiatement le tour du web français et suscite moult réactions et commentaires. D’un ton vif où l’on reconnaît parfois les accents de Virginie Despentes, cet article rassemble et problématise des éléments qu’on sentait, qu’on avait lus de manière parfois plus brute ou plus analytique, plus réactive et moins détaillée. Bref, cet article montre le sexisme à l’œuvre dans l’univers du jeu vidéo, et plus largement dans la communauté geek. Sexisme des représentations, des imaginaires, mais aussi des fonctionnements, des discours et actes. Un constat glaçant s’il n’était accompagné d’un versant plus optimiste. En réaction à ce sexisme s’est développé une sorte de féminisme des réseaux, qui a son vocabulaire, et son répertoire d’actions. Et il commence à porter ses effets. Sexisme geek/féminisme geek : c’est de tout cela dont nous allons parler ce soir.

 

Mar_Lard


Un pseudonyme, celui sous lequel elle écrit et intervient sur les réseaux. Se définit comme une gameuse féministe et travaille dans l’industrie du jeu vidéo. Elle est l’auteure du post qui a déclenché toute l’histoire.

 

Anne-Charlotte Husson

 

Au téléphone depuis Cambridge, enseigne pour quelque temps la littérature au Trinity College de Cambridge. Militante féministe, c'est elle qui a accueilli l’article de Mar_Lard sur son blog, ouvert en  septembre 2011 : « Genre ! ».

 

   Lecture de la semaine

              

       Les relations humaines sont fragiles et nécessitent des efforts pour être préservées

 

La lecture de la semaine est un élément dans la discussion qui a eu lieu ces dernières semaines dans la presse américaine au sujet de la politesse dans les réseaux. C’est un papier publié sur le site de Wired par Evan Salinger, qui enseigne au Rochester Institue of Technology.  Il s’intitule « comment nous transformons les natifs numériques en sociopathes de l’étiquette ». Evan Salinger réagit à un article publié il y a quelques semaines dans le New York Times par Nick Bolton. Dans son article, qui a suscité pas mal de discussions sur les réseaux américains, Bolton expliquait qu’il fallait en finir avec la trop grande politesse dans nos échanges numériques, il dénonçait le temps perdu à recevoir et envoyer des messages disant simplement « merci », [...] Suite. 

           Le bureau

Streamers de tous les pays...

  

Comment ça marche Rojadirecta ? J'ai reçu cette question par texto, le 2 avril dernier à 21h27, soit à la mi-temps de PSG-Barça en quart de finale aller de la ligue des champions. Rojadirecta est un site qui permet de regarder en streaming et en direct divers évènements sportifs depuis son navigateur, sans passer par une télévision et un abonnement onéreux au câble ou au satellite. Ces sites recensent des liens, vers différents flux ou lecteurs de flux, je n'entre pas dans les détails techniques, mais en gros toute une série de médiations conduisent, de flux en flux, à rendre possible un large partage du spectacle, à partir d'une source unique, quelqu'un qui a accès sur son ordinateur à une diffusion, abonné ou non difficile à dire ultimement. [...] Suite.

 Place de la Toile - #pdlt 

                

 

Thème(s) : Information| Internet| Sexualité| genre| jeux vidéo| Mar Lard| Anne-Charlotte Husson

Lien(s)

Sexisme chez les geeks : Pourquoi notre communauté est malade, et comment y remédierAttention, cet article inclut de nombreux exemples susceptibles de choquer : images d’une grande violence ou sexuellement explicites, insultes et propos à caractère fortement sexiste/homophobe/raciste, menaces de violences sexuelles et autres.http://cafaitgenre.org/
Où sont les femmes ?Chronique de la Place de la Toile du 15 décembre 2012 : « De la contre-culture à la cyberculture » avec D. Cardon, H. Le Crosnier et Laurent Vannini. Why it sucks to be a woman in the video game industry ?

20 commentaires

Portrait de Anonyme Jeanne30.04.2013

Cher Xavier,

Petite précision par rapport à ce que vous dites vers la minute 23' : le sexisme n'existe pas seulement dans les espaces comme le sport ou le jeu vidéo, mais bien plus largement dans la société, à commencer par votre chaîne, France Culture - et chez les intellos en général.

Amicalement,
JR

Portrait de Anonyme Anonyme03.05.2013

Vous dites que France Culture est une chaine sexiste, sans argument et votre commentaire passe la modération !
C'est à quel moment que France Culture est sexiste ? Quand la chaine passe une émission avec des féministes comme seuls intervenants, comme ce qu'elles disaient n'était pas sérieusement contestable par moment ?

Portrait de Anonyme Anonyme02.05.2013

Accusation gratuite et non argumentée.

Portrait de Anonyme Anonyme12.04.2013

Mar_lard dit qu'une femme ne sera jamais reconnue comme "geek" par la communauté, c'est faux.
Ladyada, qui fait de l'électronique et dont le surnom est inspiré de Ada Lovelace (peut-être la première personne à avoir programmée au monde), est presque unanimement reconnue comme "geek", à l'exception peut-être par les adolescents contrariants du forum 15-18 de jeuxvideos point com.
Jeri Ellsworth, qui a comme Ladyada une fiche Wikipédia qui lui est consacrée, fait elle-même ses puces d'ordinateur.
Prétendre que c'est être "geek" que de programmer en C++ et qu'on doit reconnaitre les femmes comme "geek" quand elles le savent me semble donner une bien faible valeur à ce que peuvent faire les femmes en général.
Mar_lard pouvait viser plus haut...
Cette volonté de vouloir être reconnue comme "geek" parce que l'on programme en C++ peut s'excuser chez un adolescent, chez un adulte, je ne vois pas à quoi ça mène.

Portrait de Anonyme Ludo12.04.2013

Oh, mon ami "Ingénu", comme tu es délicieusement ingénu.

Laisse-moi te citer :
"[bla bla bla] Cela ressemble déjà plus à une tentative (réussie ou non) de justification d'un postulat de base. Philosophiquement, c'est maigre."

Cela ressemble déjà plus à une tentative d'enfumage rhétorique sur l'air de "je connais rien, mais strictement rien, aux idées et aux recherches féministes (faut dire que c'est un truc de filles), mais je vais l'ouvrir quand même, beugler mon ignorance, parce que c'est mon droit".

"J'ai cru comprendre qu'il fallait identifier les discriminations, ce qui ne doit pas être très dur."

Tout juste mon ami, sauf en ce qui te concerne : la paille dans l'oeil du voisin, etc. Je traduis, puisqu'il me semble qu'il faut qu'on te prémâche la nourriture intellectuelle : ton discours fleure bon le paternalisme condescendant, sûr de son bon droit et de la justesse de son jugement (forcément modéré). Tu reconnais à mi-mot l'existence de discriminations, prétendument dues à une frange marginale (et si nous aussi on te demandait "des chiffres ?"), mais quand une victime les dénonce, elle ne le fait pas assez bien à ton goût.

Je continue les citations de ton message :
"Rha là là, ces féministes manquent décidément de classe masculine, de hauteur de vue, de philosophie et de notions en statistique. Comment discuter avec elles ?"

Ah zut, c'est pas une citation, c'est un résumé.
D'ailleurs, tout bien considéré, c'est le résumé de la plupart des inepties paternalistes qu'on peut lire ici.

Portrait de Anonyme Ludo13.05.2013

@Anonyme :
Je vais vous citer mon propre message pour que vous puissiez le lire jusqu'au bout cette fois-ci, avec l'attention qui vous a manqué à la première lecture :

"
"Rha là là, ces féministes manquent décidément de classe masculine, de hauteur de vue, de philosophie et de notions en statistique. Comment discuter avec elles ?"

Ah zut, c'est pas une citation, c'est un résumé.
"

Vous pouvez relire cette dernière phrase si vous voulez.

Merci pour ce passionnant débat de fond qui, en effet, n'exclut pas les rires.

Portrait de Anonyme Anonyme12.04.2013

Excusez-moi Ludo quand vous prétendez citer Ingénu en disant:

"Je continue les citations de ton message :
"Rha là là, ces féministes manquent décidément de classe masculine, de hauteur de vue, de philosophie et de notions en statistique. Comment discuter avec elles ?""

Vous citez quelle partie du texte, s'il vous plait ?
Parce que c'est vous qui dites ça et pas lui...
Vous allez rire, Mar_lard m'a fait pareil sur twitter, à l'époque de #harcelementderue.

Portrait de Anonyme so11.04.2013

J'ai 52 ans, pas vraiment l'age d'être geek,et tout juste celui d'être post-MLF. On nous disait chanceuses de succéder à ces vaillantes femmes qui nous avaient tout obtenu.
En terminale C, mais avec une moyenne insuffisante pour postuler en Math Sup, je suis allée au CIDJ qui devait m'aider à m'orienter. Après des test psychotechniques (c'était à la mode)on m'a considéré comme ayant un très fort esprit logique, de la créativité, mais pas assez de rapidité pour prétendre aux concours...A la rentrée suivante, j'ai découvert que mes camarades garçons qui avaient des résultats semblables aux miens étaient orientés vers un métier d'avenir et dirigés vers les premières formations d'électronique et programmation informatique, on ne m'en avait même pas signalé l’existence (on passait encore son bac avec la règle à calcul, même si les calculatrices commençaient à être bien diffusées).
Le jour où j'ai touché mon premier ordinateur, tout le monde m'a dit que j'avais loupé ma vocation.
Eh oui, ce n'était pas fait pour les filles, on n'y pensait même pas!

Portrait de Anonyme Ludo11.04.2013

Merci de vos contributions les gars. Si vous pouviez donner encore quelques conseils à Mar-Lard, ça me rendrait service : je suis en train de coder un générateur de discours paternaliste.
Oh, dans le fond ça va tout le temps dire la même chose, un peu comme la plupart des commentaires ineptes qu'on peut lire ici :

"Mon amie la femme, laisse-moi t'expliquer : tu t'y prends mal.

Le féminisme c'est pas ça.

Tu vas te mettre à dos toute la communauté.

Avec moi on peut discuter.

Certes il y a des cons, mais tout le monde le sait, tu ne dis rien d'original.

Mais qu'est-ce qu'on peut y faire ? Moi, rien, en tout cas.

Alors plutôt que vouloir changer la société (ce qui relèverait de l'idéologie, et c'est mal, tu sais, l'idéologie), tu peux changer toi-même : sois compétente, aimable et tu seras bien accueillie.

Et tu sais, les hommes aussi sont discriminés. Ils ne peuvent pas aller dans les toilettes des femmes par exemple. Et j'ai encore beaucoup, beaucoup d'exemples. Comme... mais c'est pour une autre fois."

Portrait de Anonyme Anonyme12.04.2013

Je trouvais au contraire que la construction de son discours était tellement avancée que je suspectais même la collaboration de chercheurs en psychologie sociale.
C'est surtout Mar_lard et ces amis qui parlent de "tu t'y prends mal", je l'ai moins vu chez les autres.
La plupart des gens d'ici ne font que donner leurs points de vu, mais je suppose que nous le faisons mal nous-mêmes, puisque l'on conteste la forme de nos réponses et pas le fond.

Portrait de Anonyme Ingénu08.04.2013

La définition du genre selon les intervenantes est déjà teintée idéologiquement puisque il serait forcément une représentation sociale permettant la domination masculine. Commencer par définir les termes de la réflexion en posant comme constat qu'il y a une domination intrinsèquement liée à la société m'interroge sur la volonté réelle d'une réflexion. Cela ressemble déjà plus à une tentative (réussie ou non) de justification d'un postulat de base. Philosophiquement, c'est maigre.

Affirmation sans démonstration que ceux qui revendiquent avoir subi une discrimination anti-geek sont des "jeunes hommes hétéro-sexuels blancs". Ce sont donc aujourd'hui eux les sexistes de l'internet. Des chiffres ?

Beaucoup d'air brassé, peu de choses dites. Ceux qui fréquentent les milieux geeks (dont je fais un peu parti, qq heures par semaine) n'auront rien appris des comportements minoritaires d'une partie des joueurs. Ceux qui ne fréquentent pas ces milieux garderont le discours amalgamant et idéologue de cette dame. Dommage.

PS: Quelqu'un a compris la forme d'action du geek-feminism ? J'ai cru comprendre qu'il fallait identifier les discriminations, ce qui ne doit pas être très dur. Et après ? Cela ressemble plus à des gens qui se donnent de l'importance dans un "entre-soi" féministe, non ?

Portrait de Anonyme Ludo11.04.2013

Oh, mon ami "Ingénu", comme tu es délicieusement ingénu.

Laisse-moi te citer :
"[bla bla bla] Cela ressemble déjà plus à une tentative (réussie ou non) de justification d'un postulat de base. Philosophiquement, c'est maigre."

Cela ressemble déjà plus à une tentative d'enfumage rhétorique sur l'air de "je connais rien, mais strictement rien, aux idées et aux recherches féministes (faut dire que c'est un truc de filles), mais je vais l'ouvrir quand même, parce que c'est mon droit".

"J'ai cru comprendre qu'il fallait identifier les discriminations, ce qui ne doit pas être très dur."

=> Tout juste mon ami, sauf en ce qui te concerne : la paille dans l'oeil du voisin, etc. Je traduis, puisqu'il me semble qu'il faut qu'on te prémâche la nourriture intellectuelle : ton discours fleure bon le paternalisme condescendant, sûr de son bon droit et de la justesse de son jugement (forcément modéré). Tu reconnais à mi-mot l'existence de discriminations, prétendument dues à une frange marginale ("des chiffres ?"), mais quand une victime les dénonce, elle ne le fait pas assez bien à ton goût.

Je continue les citations de ton message :
"Rha là là, ces féministes manquent décidément de classe masculine, de hauteur de vue, de philosophie et de notions en statistique. Comment discuter avec elles ?"

Ah zut, c'est pas une citation, c'est un résumé.
D'ailleurs, tout bien considéré, c'est le résumé de la plupart des inepties paternalistes qu'on peut lire ici.

Portrait de Anonyme Anonyme08.04.2013

Evidemment, les hommes sont vos ennemis. Combattez-les, haïssez-les. Pendant ce temps les vrais exploiteurs du peuples dorment paisiblement.

Portrait de Anonyme Anonyme07.04.2013

À propos, j'entends ici qu'on commence évoquer la psychopathologie (vers 26'20"), alors faisons de la psychopathologie: recherchez le terme "gaslighting" (en anglais) dans votre moteur de recherche préféré.

Il me semble en effet bien beau de dire "certains geeks sont victimes de leur stéréotype", mais à la fin des années 80, moi aussi je n'étais "pas cool", parce que je jouais aux jeux vidéo. En IUT d'informatique: moins de 10% de filles et avant l'époque d'internet.
Et là, mar_lard arrive et nous explique:
"Comment, les filles ne s'intéressent pas l'informatique et aux jeux vidéo ? Mais non pas du tout, c'est sexiste de dire ça, d'ailleurs souvenez-vous, vos soeurs jouaient aussi aux jeux vidéo ". (C’est ce que je comprends de son propos).
"Comment, on vous a embêté quand vous étiez petit parce que vous jouiez à l'ordinateur, mais ça n'existe pas, comment cela pourrait être possible, les femmes s'intéressent à l'informatique, tu es victime de ton stéréotype". (Là encore, je pense que ça reflète assez bien son idée, même si j'amalgame le discours des 2 intervenantes).

Nier les réalités objectives des gens sur la base de théories sur ce que devrait être la réalité et un des gros problèmes de mar_lard, qui contribue probablement à lui valoir (surtout à elle) des réactions aussi épidermiques.
En fait, je pense qu'à des fins idéologiques, elle cherche à tordre la réalité pour altérer l'idée que les gens se font de la norme, pour dire "les femmes en informatique c'est normal", sauf que statistiquement, c'est autre chose (des vrais chiffres, quelque part ?).

Pour le reste, si elle veut s'intégrer dans un groupe techniquement pointu, elle n'a qu'à être à la hauteur techniquement. J'ai vu deS filleS qu'ont acceptaient, mais celles-là faisaient de l'informatique et pas de l'idéologie (si si, il y a une différence).
Tout le monde n'apprécie pas le mode revendicatif, même le mode revendicatif qui n'existe que dans la seule orthographe féministe (écrivain, écrivaine, etc.)
Ce n'est pas parce que c'est elle et qu'elle a déjà une idée toute faite de ce que doit être le comportement des gens et de ce qu'ils doivent accepter (et que si cela ne fonctionne pas, c'est parce que les gens sont sexistes et doivent donc être rééduqués) que cela fonctionne effectivement comme elle le pense.
S'intéresser à l'informatique "parce que ça doit aussi être un truc de fille", pour dans la pratique, essentiellement passer son temps (44388 tweets, je ne compte pas ses articles) à expliquer que toute critique contre ses thèses est la manifestation d'un sexisme caché, risque effectivement de lui attirer une certaine hostilité.
On peut penser que dans un milieu techniquement pointu, plus elle passera son temps sur twitter, moins elle fera dans "le pointu", justement... elle qui semble être une féministe à plein temps...
Il faut bien expliquer pourquoi on acceptait les autres filles (minoritaires) et pas elle.
Si je veux faire ballerin (le masculin de ballerine) et qu'on me refuse, sachant que je passe mon temps à twitter (et donc pas à danser), aurais-je raison de me plaindre de sexisme si l'on me refuse ?

Alors bien sûr, quand on dit à mar_lard: "Comment ? vous vous plaignez qu'on ne vous accepte pas en informatique, alors que c'est moi qu'on acceptait pas plus jeune ? Heu, vous êtes sur de vous intéresser à l'informatique ?", mar_lard ne comprend pas que ses thèses sentent presque la moquerie. Inutile de parler de construction psychopathologique, c'est limpide pour moi.

Mais bon, elle est bien mar_lard, elle fait de l'audience (1900 commentaires...), c'est ça ?

Portrait de Anonyme Anonyme09.04.2013

Ça finit par sonner comme un vieux martyrologe le discours de Mar_lard... Pénible et entendu, décrit depuis de nombreuses années par Elisabeth Badinter, dans "Fausse route". Dommage, on a raté une occasion de dire des choses pertinentes.

Portrait de Anonyme Anonyme08.04.2013

@Leïla: je suis aussi l'auteur du 2e message après celui d'Isa tout en bas et j'admets que sur certains points, des hommes sur internet peuvent avoir un comportement déplacé vis-à-vis de femmes.
J'ai en effet moi-même pu m'en rendre compte en prenant un pseudonyme qui évoquait une fille à certaines personnes.
(Si vous lisez ceci et que vous êtes un homme, c'est une expérience facile à faire.)

Je vous invite cependant à chercher la phrase "there is no girl on the internet", toujours dans votre moteur de recherche préféré. En effet, l'agressivité dont sont parfois victimes les femmes, a pour cause, non pas quelque chose chez les femmes, mais a parfois a été causé par d'autres hommes qui espéraient s'attirer la sympathie d'autres participants en trichant sur leur sexe réel.

Les féministes reprochent assez aux hommes de penser avec un "cerveau" sous la ceinture pour se permettre d'ignorer que cela peut être mis à profit sur le net. Il est cependant vrai que pour les féministes, c'est essentiellement l'homme qui est fort et vous risquez de ressentir de la dissonance cognitive en pensant à une situation dans laquelle c'est le contraire.

« On the Internet, nobody knows you’re a dog »
Certains hommes ont compris qu'on pouvait pour duper les gens se faire passer pour des femmes, or "chat échaudé craint l'eau froide", d'où l'agressivité.
Après mar_lard n'a qu'à choisir où elle va aussi. Je suis un homme et parfois on n'aime pas ce que je suis. On m'a par exemple reproché d'être un vieux (j'ai la trentaine). Pourquoi forcer les gens à m'accepter ? Pour twitter que la vie est trop injuste et espérer les retweets des autres militantes ? Le net n'est-il donc pas assez grand ?
Le commentaire auquel vous avez répondu, Leïla, n'avait pas pour objectif de critiquer tout ce que dit mar_lard (qui a raison parfois), mais juste une partie de cette émission de radio, notamment en pointant du doigt des points qui m'ont fait tiquer, auquel je rajoute ce que je sais de mar_lard qui a selon moi la critique et la susceptibilité facile.
J'ai également l'impression qu'elle fait du "couillosaure shaming" (le pendant du "bitch shaming") et donc qu'elle donne de l'importance à des imbéciles sexistes qui s'amusent avec elle (y compris peut-être des magazines de jeux vidéos qui n'ont rien à perdre à provoquer, car ils vont mettre la clé sous la porte).

Le message de mar_lard auquel cette émission fait allusion fait plus de 1000 lignes quand je copie et colle son texte dans notepad. Il y a des tas de choses auquel je pourrais répondre.

Par exemple, je pourrais pointer du doigt le fait que Mar_lard (qui travaille dans l’industrie du jeu vidéo) ignore le concept de "casual gaming" (voir wiki anglais sur la proportion de femmes amatrices du genre) et vient avec des statistiques sur la popularité des jeux vidéo auprès des femmes en amalgamant divers genres de jeux vidéo ensemble.
Ensuite, elle s'étonne qu'il y ait de jolies hôtesses qui prennent des poses provocantes dans les salons de jeux vidéo. Vous pensez que ça ne coute rien et qu'en temps de crise, les acteurs du jeu vidéo aiment jeter l'argent par la fenêtre ?
Là encore, mar_lard tente d'être plus rationnel que l'industriel en mettant en avant une doctrine soi-disant antisexiste qui observe le sexy avec méfiance. Sans voir de contradiction, plus tard elle nous expliquera qu'il n'y a pas de raison que les "geekettes" sexy n'existent pas (voir ce qu'elle dit sur les fausses "geeks" dans son article).
Le marché du jeu vidéo a évolué avec la démocratisation des téléphones portables (en console de jeu de poche) et facebook (FarmVille par exemple), pas avec les féministes.
Contrecoup: comme les jeux "casuals" sont populaires chez les femmes, on "casualise" donc les jeux, pour toucher un public plus large, ce qui agace parfois les anciens amateurs d'une série de jeux vidéos.

Autre critique: mar_lard à 10 ans de retard dans les constats qu'elle fait.
Elle reproche aux concepteurs de jeux que les personnages des jeux vidéo soient caricaturaux, mais par exemple dans neverwinternight (vieux jeu, et c'est loin d'être dans le seul) on peut se concocter un avatar de fille en surcharge pondérale. Mais vous allez rire, même les filles préfèrent parfois un bel avatar plutôt qu'un laid (ou un anatomiquement correct) qui dit "zut" au "patriarcat".
Dans Civilization V, il y a une grosse proportion de leaders femmes. Dans Dragon Age, on peut avoir des relations homosexuelles. En fait, on frise la schizophrénie intellectuelle, à vouloir mélanger de l'hémoglobine, de la guerre et du politiquement correct, mais c'est ce que l'industrie du jeu vidéo fait actuellement, notamment pour toucher un plus large public.
L'industrie du jeu vidéo veut faire plus de bénéfices, voilà pourquoi ils essayent de faire des jeux plus grand public qui visent aussi les femmes...
Sur ce point précis, le combat de mar_lard est donc un combat d'arrière-garde.

Je précise que je réponds à ce qu'a dit mar_lard, parce que ça passe dans une émission que j'écoute. Sur twitter, quand je m'en servais, je me désinscrivais de quiconque me retweetait ses messages tant ils m'agaçaient (sic).

Portrait de Anonyme Leïla08.04.2013

Franchement, quelle mauvaise foi !

Sans passer m'appeler Mar_lard, ni passer mon temps à twitter, je me prends quasi-systématiquement des remarques sexistes dès que j'affiche mon identité féminine sur internet (forums, sites de jeu, etc). Dans des moments de faiblesse, j'en suis arrivée parfois à prendre une identité masculine pour être prise au sérieux (et ça marche, je vous assure). C'est triste, mais le simple fait de mettre un "e" à la fin d'un adjectif suffit à faire basculer une discussion...

Contrairement à ce que vous pouvez penser, je ne pense pas être la seule femme à me retrouver dans ce que Mar-lard décrit. Donc non, "les autres filles" ne sont PAS franchement acceptées.

Portrait de Th Th07.04.2013

Il me semble que vous n'avez pas du tout compris la démarche de Mar_lard.

Portrait de Anonyme Anonyme06.04.2013

Pour avoir déjà lu Mar_Lard par le passé, je dirais qu'elle a la polémique facile. Tellement facile, qu'il a un mot qui commence par T pour désigner les gens comme elle.
Sinon témoignage personnel: si dans une communauté essentiellement masculine, réputée pour avoir des aptitudes sociales limitées (genre "no-life" et "geek" par exemple), arrive une femme, les personnes susnommées sautent dessus, ce qui peut, bien sûr, être agaçant.
A contrario, certaines "geekette" profitent de cette tendance pour tenter de devenir des stars (généralement en montrant son décolleté).
Cherchez "Etre une Geekette - Alice", dans votre moteur de recherche préféré.

Portrait de Anonyme isa06.04.2013

tout à fait d'accord avec ce qui est évoqué (même si je joue peu en ligne)
Seulement, je ne vois là rien de spécifique et je remarque exactement les mêmes réactions dans les activités typées masculines que je fais : ski free-ride, montagne, bateau, funboard VTT, échecs etc.
On a soit le côté condescendant soit l'agressivité (quand on est meilleure qu'eux, alors ça ils aiment pas...

Bref, je ne vois rien de plus ni de moins dans la réalité virtuelle que dans la vraie life...

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.