retour en haut de page
Place de la toile
Emission Place de la toile

le samedi de 18h10 à 19h

Ecoutez l'émission 49 minutes

Jean-Noël Lafargue, autobiographie numérique 5

07.12.2013 - 18:10 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Au sommaire de cette émission :

 

 

Jean-Noël Lafargue se livre aujourd'hui à cet exercice un peu étrange de l’autobiographie numérique, où il s’agit de raconter sa vie sous l’angle de sa relation aux ordinateurs, à l’informatique et à l’Internet, bref au numérique. Avant lui, on a peu entendre François Bon, David Dufresne ou encore le patron de Mozilla Europe Tristan Nitot. Le point commun de tous ces gens (en plus d’être des hommes, ce qui ne m’honore pas, je le confesse), c’est d’être des personnalités connues de l’Internet français, sans l’être forcément du grand public. Ce qui est aussi le cas de Jean-Noël Lafargue. Au travers notamment de son excellent blog « Le dernier des blogs ». Mais il est aussi enseignant, à l’Université et en Ecole d’art, un peu artiste, beaucoup programmeur. Il est l’auteur de plusieurs livres (l’un sur la programmation informatique comme création, un autre plus récemment sur les représentations de la fin du monde). Tout récemment, il a republié une belle nouvelle datant de la fin du 19siècle : L’homme le plus doué du monde. Cet éclectisme lui vaut une présence dans les réseaux français, où l’on le connaît mieux sous le nom de Jean-No. Nous allons remonter ensemble le cours de sa vie numérique.

 

>>>> Complément : « Ma vie numérique, ce que j'ai oublié de dire »

 

 

    • Place de la Toile #pdlt 

                   

Thème(s) : Information| Informatique| Internet| autobiographie numérique| Jean-Noël Lafargue

Lien(s)

HyberbateLes blogs de Jean-Noël et Nathalie Lafarguehttp://hyperbate.fr/
Scientists of America Studies and statistics on the subject you need
Etudiants en écrituresNé l’an dernier d’une rencontre entre l’école d’art et l’université du Havre, le master de création littéraire tient plus du laboratoire que de l’atelier de production de best-sellers formatés.http://www.liberation.fr/

5 commentaires

Portrait de Anonyme Jean-no07.12.2013

La mémoire joue des tours, je voyais le prompt en blanc sur noir, la faute au MS Dos ensuite, alors qu'effectivement je sais que c'était le contraire.
Le mot pixel date du milieu des années 1960, et pour l'écran, je pense que vous voyez ce que je veux dire même si on peut en discuter.
L'art informatique est plus vieux que Peter Foldes, par contre, on en crédite Ben Laposky au début des 1950s, puis Nicolas Schöffer (art cybernétique), puis des gens comme Charles Csuri, Vera Molnar, John Whitney, Michael Noll, Georg Nees, Frieder Nake ou Herbert Franke. En 1969, l'art "informatique" était presque une vielle affaire, il y avait déjà eu plusieurs expositions.
J'ignorais que le générique de Thalassa était un morphing calculé, j'avais toujours pensé (sans vérifier) qu'il s'agissait d'un simple dessin animé, comme le générique, à la même époque, de Stade 2. Mais j'avoue que je n'ai pas vu le morphing de Thalassa depuis bien longtemps.

Portrait de Anonyme Loïc07.12.2013

Joueur, fan de Zapp et Cosmos 1999? Mais c’est Mozinor! Vous avez Mozinor dans le studio les gars!

Portrait de Anonyme Anonyme07.12.2013

Rappelons que la télévision, donc le pixel, ou plus exactement le photophore, date d’avant guerre.... pas de 1968. Si l’on se réfère au pixel « adressant une plage-écran précise », l’origine se trouve dans les premiers tubes Brimar installés dans les tours de contrôle aérien. Et ça, ça nous renvoie aux années 50, date également de l’invention du stylet optique, celui qui permettait de « pointer le pixel »

Le « prompt » du ZX n’était pas blanc sur fond noir mais noir sur fond blanc-gris. Que celui qui n’a pas sursauté à l’entrebâillement d’une porte de crainte que le courant-d’air ne provoque un effacement la mémoire 16 K me jette la première barrette mémoire.

Un petit mot pour rappeler que l’art « informatique » est plus ou moins né avec les films d’animation de Peter Foldes (circa 1969). Il utilisait un Vax (un 11-43 je pense). Il doit notamment avoir signé le premier générique de Thalassa, a ma connaissance la toute première application de « morphing ».

Merci pour ces madeleines….

Portrait de Anonyme BenAlors07.12.2013

Bien sûr qu'il y a eu d'autres jeux sur le principe de Choplifter, y compris sur Apple //. Comment oublier le fabuleux "Rescue Raiders" !

Portrait de Anonyme Jean-no08.12.2013

Mais est-ce que ça se fait encore ? Le but des jeux semble plus souvent être de tuer les méchants (au mieux) que de sauver les victimes !

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.