retour en haut de page
Place de la toile
Emission Place de la toile

le samedi de 18h10 à 19h

Ecoutez l'émission 49 minutes

Pierre Lévy, l'intelligence collective 12

15.02.2014 - 18:10 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Au sommaire :

 

- plongé dans son ordinateur : « François Hollande n'aurait-il pas oublié quelque choses aux Etats-Unis ? »

 

- le son : Tron.


© Photo tirée du blog de Pierre Lévy 

Cela fait approximativement 5 ans que j'ai contacté Pierre Lévy (page Wikipédia, blog, @plevy sur Twitter) pour la première fois en lui demandant quand il passerait par chez nous. Je pensais que cela prendrait quelques mois, il aura fallu 5 ans. Ce qui m’intéressait alors, et qui m’intéresse toujours, c’est qu'il est un pionnier de la réflexion philosophique sur Internet. En particulier dans la sphère francophone. Dès le début des années 90, il a pris Internet au sérieux et l'a interrogé avec les armes de la philosophie. Ce qui l'a guidé à l’époque, et continue à le guider, c’est la notion d’intelligence collective. Intelligence collective comme phénomène à l’œuvre dans les réseaux, mais aussi comme possible à construire, avec des outils théoriques aussi bien que logiciels.

Tout cela Pierre Lévy l'a développé dans de nombreux ouvrages depuis L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace (paru en 1994), jusqu’au premier tome de La Sphère sémantique, paru il y a deux ans. En passant par Cyberdémocratie, paru en 2002.

Nous allons parler de tout cela, mais j’ai aussi envie d’avoir son regard sur l’évolution d’Internet, regard rétrospectif sur l’évolution d’Internet depuis ces années 90, mais aussi regard prospectif. Car Pierre Lévy n'a jamais hésité à s'avancer sur le terrain de l’anticipation. Profitons-en.

 

Pierre Lévy est titulaire de la chaire de recherche du Canada en Intelligence collective à l’Université d’Ottawa et membre de la société royale du Canada. Ce qui explique qu’on le voit assez peu en France.

 

 

    • Place de la Toile #pdlt 

                   

Thème(s) : Information| Internet| Philosophie| Pierre Lévy

Lien(s)

IEMLInformation economy meta languagehttp://www.ieml.org/

12 commentaires

Portrait de Anonyme fcooker20.02.2014

Merci a vous pour cette emission qui m'a fait decouvrir Pierre LEVY et son travail qui se basent sur des disciplines qui me passionnent, a savoir l'histoire, la sociologie, la philosophie, la linguistique, l'informatique, etc ..

Avoir attendu mes 38 ans pour le connaitre me laisse tout de meme perplexe, j'imagine que si nous etions dans un temps ou l'on exploite deja l'IEML ou une autre notion nous permettant de visualiser de maniere plus efficace les connaissances humaines, j'aurais entendu parler de lui un peu plus tot !

Portrait de Anonyme OlivierAuber19.02.2014

Je suis un fan d'IEML ! Sisi ça existe !
Salut Pierre et merci pour tout ce que tu fais !

Portrait de Anonyme Sylvain17.02.2014

Si on compte sur les utilisateurs pour saisir eux-mêmes les mots clefs pertinents, dans le cadre d'un langage contrôlé, c'est voué à l'échec. Il n'y a qu'à voir Twitter : le hashtag est la marque d'une indexation sans index, sans thesaurus. Par conséquent les gens font #nimportequoi et le plus souvent cela ne permet pas d'accéder à du contenu.

Portrait de MICHEL.BURGAN MICHEL.BURGAN16.02.2014

Cher Xavier de la Porte,
Passionnante émission, comme la plupart d'ailleurs.
En raillant Finkelkraut (l'homme à la tête de chou)vous êtes passés à côté d'un symbole, le cloaque, organe à multiples fonctions dans lequel se développe une flore de bactéries qui entretiennent le milieu. Par exemple le cloaque utérin de la femme participe au fonctionnement de l'ensemble de l'appareil de reproduction. Je ne pense pas que Finkelraut n'ait pas eu cette image à l'esprit.

Enfin d'émission vous avez dit qu'elle était téléchargeable, mais elle ne l'est pas !
Avant on pouvait utiliser le lien mp3 prévu pour l'écoute sur téléphone portable, mais il a été supprimé.
Aujourd'hui ne sont indiqués que des podcasts ou des applis Androïd ou i-phone. Comment faire pour enregistrer "à la demande" une seule émission alors que l'on n'est pas utilisateur de ces systèmes ?
Xavier de la Porte serait-il lui aussi verrouillé aux utilisateurs de la Fenêtre/Windows.
Je sais que ce n'est pas votre domaine mais aidez nous les services du médiateur ne comprennent pas consultez son courrier rubrique suggestions vous verrez que nous sommes de nombreux peinés et qu'il ne comprend pas la question (ou fait exprès).
Cordialement.

Portrait de Anonyme youri16.02.2014

merci pour les commentaires.
à l'écoute de l'émission je suis resté un peu perdu, me disant que tiens ! pour une fois ce n'est pas manichéen... que cet homme-là parle à la fois de la réalité contemporaine & des conséquences d'un phantasme techno-scientifique etasunien d'avant l'an 2ooo...
que dans son imaginaire les concepts (amour, culture, frisson, pluie, contrepoint ou coucher de soleil sur la montagne enneigée...) pourraient etre réductibles à des lettres d'un méta-alphabet...?
et tout ça à seule fin de savoir en un clin d'oeil beaucoup + rapide derriere mon écran qui vous etes, alors qu'il me faut aujourd'hui une seconde, une heure, une semaine, parfois 5 ans ou parfois une vie entiere... ?
dérisoire non ?

Portrait de Anonyme Hadrien15.02.2014

Merci pour cette émission. Sujet super intéressant. J'ai beaucoup de respect pour le travail de Pierre Levy, parce que son projet est ambitieux, mais je suis sceptique quant à l'avenir de l'IEML.
Thibaut a posé la bonne question à la fin : doit-on apprendre l'IEML comme une nouvelle langue ? P. Levy a répondu que l'IEML peut être traduit dans la langue de l'utilisateur. Effectivement, dans ce sens c'est facile, On peut traduire tous les langages informatiques dans n'importe quelle langue naturelle. Mais l'inverse est très compliqué, surtout si l'on souhaite y inclure des formes particulières comme de l'algèbre (ce qui est le cas d'après la doc). Et on pourrait discuter de pourquoi un tel projet ne peut pas aboutir avec les moyens d'un laboratoire de recherche ou d'un projet communautaire.
L'autre possibilité c'est d'apprendre directement l'IEML sans passer par une langue naturelle intermédiaire. Mais ça serait comme apprendre l'espéranto : beaucoup trop compliqué. Un langage informatique est utilisé par une communauté parce qu'il est simple, beaucoup plus simple qu'une langue naturelle. Ce qui est compliqué dans un langage informatique, ce ne sont pas ses règles syntaxiques, mais les phrases que l'on construit, entant que productions particulières de ces règles. Or les langues naturelles, et l'IEML, transfèrent une part de la sémantique vers la grammaire (dans un sens large de la grammaire), ce qui a pour effet de complexifier énormément cette dernière.

Autre danger : il n'est pas sûr que l'on puisse traduire parfaitement une langue dans une autre (cf. Quine et l'indétermination de la traduction). Je ne pense pas que ce soit un problème pour une traduction à usage communicationnel, et la dimension du problème est limitée car elle ne concerne à chaque fois que deux langages. Mais si l'ambition de l'IEML est de représenter une sorte de connaissance universelle qui peut être traduite dans toutes les langues, là on risque d'avoir de sérieux problèmes. Ce n'est pas sans rappeler le projet de Chomsky sur la grammaire humaine universelle, projet qui n'a jamais aboutit.

Dans un ordre de grandeur différent, ce que propose P. Levy n'est pas tellement différent d'un nouveau standard pour le net, et en particulier pour le web sémantique. Il existe déjà des langages pour structurer l'information. Ces langages structurés, accompagnés d'un standard, peuvent décrire des relations sémantiques. Par exemple la balise en HTML pour désigner un titre, qui est ensuite traduit par le navigateur dans un langage graphique via une police de caractères plus grande.

Portrait de Anonyme livemapping15.02.2014

Bonsoir,
On a mappé l'emission avec plaisir. Lien : livemapping.fr/icol
Si elle appelle à suffisamment de commentaires par ici, on les intégrera dans une troisième carte.
Bonne soirée à tous !

Portrait de Xavier Xavier15.02.2014

Merci beaucoup.

Portrait de Anonyme minici 15.02.2014

L'intelligence qu'est-ce ?
Pour moi c'est simplement le savoir faire des personnes sachant utiliser
les connaissances, sorte de sac à provision, que l'enseignement s'est chargé de leur remplir. Mérite tant marchandé ou cédé sur cet immense espace du MARCHÉ
Ils seront demain remplacés par les robots qui eux auront un sac à provision des milliers de fois supérieur à l'homme.
Demain, je ne pense pas à l'intelligence, mais au développement de l' IMAGINATION que
l'enseignement à fait défaut jusqu'à ce jour. L'internet va apporter cette libéralisation à cet esclavage imposé, jusqu'ici, sur quelque soit la nature ou le GENRE de l'humain.
Le but de l' ÉVOLUTION est de nous faire préparer le CHEMIN à nos futurs et remplaçants ROBOTS.
CHEMIN où l'homme aura marqué son ÉTAPE.

Ceci est dit par un ouvrier d'usine avec son vécu de 86 ans et d'imagination.

Portrait de Anonyme Apax 16.02.2014

Selon vous l'évolution aurait un "but" donc une finalité ! Quatre milliards d'années d'évolution d'une lutte impitoyable du vivant contre le hasard des catastrophes et l'accroissement de la conscience réfléchie pour simplement déployer le tapis rouge à ces aspirants hommes nimbés de technologie. Il y a de quoi se sentir victime d'une injustice qui demanderait réparation au grand horloger...
Que la technoscience nous libère de tous ce qu'il y a d'aliénant dans le travail, bien évidemment et ce pourrait être un but noble à défendre ; mais loin s'en faut que le travail se réduise à cela et rien n'est plus grisant que la réflexivité à l'oeuvre, individuelle et/ou collective dans la résolution des problèmes qui se posent à nous.
le travail c'est aussi la santé...

Portrait de Xavier Xavier15.02.2014

Triste perspective, non ?

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.