retour en haut de page
Place de la toile

Place de la toile | 13-14

Syndiquer le contenu par Xavier de la Porte Le site de l'émission
Emission Place de la toile

le samedi de 18h10 à 19h

Ecoutez l'émission 49 minutes

Plaidoyer pour une souveraineté numérique 23

19.04.2014 - 18:10 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Au sommaire de cette émission :

 

 

Et si nous ne mesurions pas bien ce qui est en train de se passer ? Et si nous étions à la veille d’une crise majeure due au numérique ? Disparition de la classe moyenne, fuite des emplois hors de nos frontières. Et si un des aspects principaux de cette crise était la disparition de notre souveraineté, l’abandon aux Etats-Unis de la part logicielle de nos vies, et de nos données ? C’est le point de départ de la réflexion de notre invité.

 

Pierre Bellanger

Fondateur et le président de la radio Skyrock, qui a été pionnière dans les usages des réseaux (avec notamment les fameux Skyblogs, auxquels nous avions consacré une émission il y a quelques années). Vient de publier chez Stock un ouvrage intitulé La souveraineté numérique. Le point de départ de votre livre, c’est le constat que je viens de mentionner, et que nous allons détailler un peu, mais l’ouvrage ne s’arrête pas au constat, il propose des solutions, un Plan Réseau pour la France, moyen d’assurer notre souveraineté numérique.

 

A lire sur   : « Réchauffement climatique : l'option technologique »

 

    • Place de la Toile #pdlt 

                   

Invité(s) :
Pierre Bellanger, fondateur et PDG de Skyrock

Thème(s) : Information| Géopolitique| Idées| Innovation| Internet| Skyrock| Pierre Bellanger

23 commentaires

Portrait de Anonyme Florence24.05.2014

Je viens d'écouter le podcast (oui, j'ai toujours pas mal de trains de retard) et j'ai moi aussi été un peu déçue que Xavier Delaporte de donne pas plus de répondant à Pierre Belllanger. Quand à celui-ci, il soulève certes des questions importantes, mais ses raccourcis laissent rêveuse (internet responsable de la fermeture de l'usine PSA d'Aulnay ? Il faudrait à tout le moins argumenter), et quant à ses solutions... Proposer l'intervention de l'Etat dans un domaine ou la rapidité est le principal facteur de réussite... Cela prête déjà à sourire quand on parle seulement d'Orange et de l'Etat français, mais si on passe à l'Europe la c'est l'hilarité.

En tous cas une émission intéressante et qui donne à réfléchir, comme toujours.

Portrait de Anonyme alterlibriste02.05.2014

J'ai moi aussi été très déçu par les propos de l'invité comme j'en ai fait mention sur mon blog : http://alterlibriste.free.fr/index.php?post/2014/04/22/La-miettocratie-d...

Par contre, l'émission suivante est comme une sorte de réponse du berger à la bergère où la situation est bien mieux appréhendée et les solutions inversées. Cela rétablit bien la balance.

J'apprécie toujours l'émission et l'attitude un peu béotienne de l'animateur laisse aller les invités là où ils le souhaitent mais si sur le plan technique il peut y avoir des aberrations, sur le plan des idées, c'est toujours intéressant car on prend du recul par rapport à notre environnement actuel en le relativisant par rapport à d'autres techniques ou dans une perspective historique.

Portrait de Anonyme Lentcyclopediste28.04.2014

Amusée, par la contradiction en forme de lapsus de la phrase répétée à plusieurs reprises par l'invité et qui pour moi constitue plutôt un appel au suicide qu'à la liberté, car ce qui vit dans l'aquarium ne peut survivre à la vitre brisée
"Dans un internet fermé on était dans un aquarium dont il faut casser la vitre"

Portrait de Anonyme Denis27.04.2014

Je tiens moi aussi, comme Gaël et Olivia, à témoigner mon attachement à cette émission. Je l'ai découverte en ce début d'année, et j'ai déjà écouté presque tout le stock disponible.
On peut ne pas partager les propos de l'invité, j'ai du mal à comprendre ces attaques presque risibles envers l'émission. Personne n'est obligé d'écouter, que je sache.
Trolls aigris et têtes pensantes élitistes me paraissent assez bien définir la médiocrité de ces intervenants.
La où certains voient un manque de professionnalisme, un relâchement voire la honte du service public, j'y vois au contraire un travail de vulgarisation bien comprise, avec une vraie ouverture d'esprit, un enthousiasme communicatif et une sincérité parfois (d)étonnante.
Mais la volonté de ne pas se cacher derrière son petit doigt, par exemple en ce qui concerne le téléchargement illégal ou la pornographie, est sans doute difficilement accessible à un pseudo intellectuel qui, j'en ai peur, passe pour un CON avant d'avoir l'air brillant.
Le ton est peut-être inhabituel sur France culture, de la à parler de jeunisme pour un Xavier de la Porte! Faut-il être sénile pour présenter une émission sur France culture?
Le ciel vous tienne en joie ;-)

Portrait de Anonyme Gaël Toiser27.04.2014

J'ai beaucoup apprécié cette émission comme c'est le cas d'ailleurs chaque semaine et je suis pour le moins abasourdie par la teneur des certains commentaires précédents. Espérons qu'il ne s'agit là que de trolls aigris...

Heureusement que France Culture propose des émissions comme Place de la Toile qui ne sont pas réservées qu'à une élite d'auditeurs spécialistes du numérique. J'ai une formation de géologue, je suis désormais enseignante et j'ai envie d'en savoir plus sur le numérique avec des émissions qui m'apprennent des choses et qui me soient aussi accessibles. C'est quand même aussi l'une des vocations de France Culture de permettre à tout le monde d'accéder au plus grand nombre de connaissance. Si c'est pour faire des émissions de grands spécialistes pour auditeurs spécialistes, il y a des colloques et des conférences pour cela!

Toute l'équipe est parfaite continuez comme cela!

Portrait de Anonyme Olivia 23.04.2014

Je me joins aussi à Franck : je suis très étonnée par la nature des commentaires.
C'est aussi un ami qui m'a conseillé de prêter l'oreille à cette émission qui tente d'évoquer l'hégémonie grandissante des "réseaugiciels" ... Et si je ne suis pas d'accord avec les solutions proposées par Pierre Bellanger, cette émission, que vous flinguez avec vos têtes pensantes élitistes, a le mérite de faire preuve de lucidité !

Portrait de Anonyme emcet24.04.2014

J'écoute PdlaToile depuis sa création (2007) : excellente dans les premières années.
Depuis que XdlP en a la gouverne, il l'ancre dans une inculture historique et technique, et donc dans les errements bien décrits par Anne, Marina, Aurélie et Nanker (très clair, tout en bas : 1er commentaire) !
Vous y trouvez preuve de lucidité : parfait pour vous.
Une majorité de commentaires estime pourtant indigent.
J'y ai même senti le souhait que XdlP apparaisse pour ce qu'il est : squatteur séducteur.
Lui n'est pas près d'être un éclaireur. C'est donc à ceux qui lui ont confié le poste que les commentaires s'adressent. Sans illusion : juste un souhait ...

Portrait de Anonyme Anonyme22.04.2014

Bonjour,

Je fais des recherches dur ce ce dont Pierre Bellanger à appelée le / ʃad.əʊˈskɒːrɪŋg /.
Comment es-ce que je pourrais le contacter?

Merci d'avance.

cf : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia:Oracle#Recherche_d.27entreprises_sur_le_.2F_.CA.83ad..C9.99.CA.8A.CB.88sk.C9.92.CB.90r.C9.AA.C5.8Bg_.2F

Portrait de Anonyme Anonyme30.04.2014

En fait je pensais, que comme invité il a contacté France Culture ou c'est France Culture qu'il a contacté.
Je voulais présenté ce thème pour examen en juin, mais sans preuve réelle (pas d'endroit d'achat), ça reste au rend du canular/hoax.

Désolé pour votre collègue.

Portrait de Th Th23.04.2014

Vous pouvez essayer le service de presse de Skyrock...

Portrait de Xavier Xavier23.04.2014

Je suis passé par le service de presse de Stock. Je n'ai pas de contact direct.

Portrait de Anonyme emcet21.04.2014

Merci les filles !
Anne, Marina, Aurélie,
pour votre invitation …
Oui : jeunisme et improvisation
et
abîme d'inculture historique du numérique.
XdlP n'est pas le seul à orbiter ainsi sur FC.
Ainsi va l'époque :
C'est parce que la vitesse de la lumière est plus grande que celle du son
que tant de gens paraissent brillants avant d'avoir l'air c..

Illusoire d'espérer une amélioration …
Par quel hasard suis-je passé par ici ce soir ?
en soutien à vous trois ? ... Anne, Marina, Aurélie
@captainyesterday : assumes-toi, ce n'est pas ici le débat

Portrait de captainyesterday captainyesterday22.04.2014

Bonjour @Emcet,

Je m'assume merci, mais ma question porté sur les sources, notamment les programmes étrangers, c'est tout.
Je ne débat pas.

Portrait de captainyesterday captainyesterday21.04.2014

Marina, Aurélie,

Merci de citer vos sources afin que nous puissions tous en profiter.

Portrait de Anonyme Aurélie21.04.2014

@Marina : oui, nous avons besoin d'un certain retour au professionalisme à France Culture, d'adultes qui parlent à des adultes, et qui préparent leurs émissions, et les enrichissent d'une solide culture générale et spécialisée.
C'est en effet une exigence du service public, dommage que France Culture soit quasiment inécoutable à cause de ce relâchement de niveau. Il faut écouter les radios culturelles d'autres pays pour mesurer ce dont on nous prive. Dans cette course en avant au jeunisme et à l'improvisation, France Culture se disqualifie. Il y a un peu d'ironie dans tout ça : c'est grâce à l'internet que nous pouvons constater à quel point l'offre est riche. Elle l'était naguère sur France Culture, et comme les programmes, à présent se normalisent et se ressemblent tous, on peut fuir ailleurs.

Portrait de Anonyme Marina Dagoit21.04.2014

Delaporte totalement dépassé par les événements (comme d'habitude) mais qui maîtrise parfaitement ses "heuh" continus et son ton d'ado attardé, Thibault Henneton qui à la fin pose quelques questions sans fondement, et l'invité qui fonce en pilote automatique là où il comptait aller initialement (en vrai pro de la com' lui).
Genre d'émission qui fait un peu honte au service public!

Portrait de Anonyme Vincent29.04.2014

Bonjour,
Je suis malheureusement assez d'accord, pour CETTE émission ! (les chroniques quotidiennes de Xavier de la Porte sont souvent très bien vues).
Aujourd'hui, il a fait face à un pro de la com, toujours très précis (et même parfois exact) sans réussir à lui renvoyer ses erreurs (les données n'appartiennent à personne ?????, ...).
Un peu plus de répondant en seconde partie avec une critique de la solution proposé mais cela reste assez faible, et trop tard.
P. Ballenger a pu dérouler son discours défenseur et l'état et des grands groupes (imaginer les grands opérateurs proposer une alternative à Google est juste risible). Heureusement qu'il s'est torpillé tout seul avec ses erreurs et un discours tellement apocalyptique et sans nuance qu'il était ridicule.

Portrait de Anonyme Franck20.04.2014

Très intéressant le transfert de la valeur sur les logiciels.

J'aimerais des précisions sur le processus du "shadow scoring" et si l'on doit s'en protéger.

Permettez moi de citer deux réflexions(dont une question), de deux intervenants dans l'émission Culture Monde de Florian Delorme du 12 février 2014:

"Etre un concurrent direct de Google, c'est totalement impossible aujourd'hui, dit Bernard Benamou, délégué aux usages d'internet du Ministère de l'Education, en revanche être présent sur les nouveaux segments industriels comme l'internet des objets, les nvaux systèmes numériques de gestions de l'énergie, la santé numérique": de quoi cela relève t'il exactement en s'appuyant sur des exemples précis?

Enfin, Maurice Ronai, ingénieur de recherche, croit plutôt à l'élaboration d'un traité international sur le Droit du Numérique, à la mise en place d'une souveraineté des Etats, bien que l'évocation du syllogisme "La liberté c'est la souveraineté" de Pierre Bellanger, me semble juste aussi.

Merci pour vos réponses, et merci à l'équipe pour votre émission et vos chroniques des "Matins", Monsieur de la Porte.

Portrait de Anonyme MAFP20.04.2014

En anglais: AxelSpringer et Google/Facebook :http://www.siliconbeat.com/2014/04/17/quoted-german-media-exec-afraid-of-google/

Portrait de Anonyme Mangiafoco20.04.2014

Xavier de la Porte :
« En vous lisant Pierre Béranger, je me suis dit : « mais lui quand-même qui a été dans les radios libres, qui a imaginé internet pour déstabiliser l'État ou au moins intellectuellement etc tout à coup il revient à défendre un souverainisme numérique. Certes ce n'est pas un souverainisme total; vous vous êtes distingué de Charles Pasqua. Vous avez bien fait au début. RIRE MOQUEUR »

Extrait du discours de Philippe Séguin, le 5 mai 1992 à l'assemblée nationale à propos de la révision constitutionnelle et du traité de Maastricht (la séquence est visionnable ici : https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=mTaPLQtFHsY#t=882) :

« Oh ! Je sais bien qu’on veut à tout prix minimiser les enjeux et nous faire croire que nous ne cédons rien d’essentiel en ce qui concerne notre indépendance. Je sais bien qu’il est de bon ton, aujourd’hui, de disserter à l’infini sur la signification même du concept de souveraineté, de le décomposer en menus morceaux, d’affirmer qu’il admet de multiples exceptions, que la souveraineté monétaire, ce n’est pas du tout la même chose que l’identité collective – laquelle ne courrait aucun risque – ou de soutenir encore que l’impôt, la défense, les affaires étrangères, au fond, ne jouent qu’un rôle relatif dans l’exercice de la souveraineté.

Toutes ces arguties, en réalité, n’ont qu’un but : vider de sa signification ce mot gênant pour qu’il n’en soit plus question dans le débat.

La méthode est habile : en présentant chaque abandon parcellaire comme n’étant pas en soi décisif, on peut se permettre d’abandonner un à un les attributs de la souveraineté sans jamais convenir qu’on vise à la détruire dans son ensemble.

Le procédé n’est pas nouveau : depuis deux mille cinq cents ans, grâce à lui, de demi-longueur en demi-longueur, Achille court toujours derrière la tortue de Zénon, sans jamais la rattraper…

Seulement, ce n’est là qu’un paradoxe. Dans la réalité, Achille gagne bel et bien la course et, de même, à force de renoncements, aussi ténu que soit chacun d’eux, on va bel et bien finir par vider la souveraineté de son contenu.

Car il s’agit là d’une notion globale, indivisible, comme un nombre premier.

On est souverain ou on ne l’est pas, mais l’on ne l’est jamais à moitié. La souveraineté est, par essence, un absolu qui exclut toute idée de subordination et de compromission.

Un peuple souverain n’a de comptes à rendre à personne et n’a, vis-à-vis des autres, que les devoirs et les obligations qu’il choisit librement de s’imposer à lui-même. Souvenez-vous du cri de Chateaubriand à la tribune de la chambre en 1816 :

- Si l’Europe civilisée voulait m’imposer la Charte, j’irais vivre à Constantinople !

La souveraineté, cela ne se divise pas, cela ne se partage pas non plus et, bien sûr, cela ne se limite pas.

Rappelons-nous, d’ailleurs, pour avoir un exemple plus récent, que vous appelez de vos vœux, ce qu’a pu signifier, pendant le « printemps de Prague », la doctrine brejnivienne de la « souveraineté limitée »…

Tant il est vrai que la souveraineté divisée, la souveraineté partagée, la souveraineté limitée sont autant d’expressions pour signifier qu’il n’y a plus du tout de souveraineté ! »

Portrait de Anonyme Anne19.04.2014

"Le profit c'est la liberté" voilà un invité du jour qui fait progresser à grands bonds la Culture Pride à la française. Merci à votre émission qui aura su mettre tout ce temps à imposer un bon vieux discours bourgeois conformiste très Second Empire sous une fine couche vernis technophile.
Grâce à vous, notre station de référence annonce sans détours ses nouveaux goûts en matière de poésie numérique et de spéculation néocontemporaine.
Si le métier de TF1 est de vendre le temps de cerveau de ses spectateurs, celui de France Culture est de donner celui de ses auditeurs, une forme de potlatch univoque, en quelque sorte. Qu'on se le dise ! Ici on offre sans contrepartie son petit podium aux camelots du capitalisme primaire qui souhaitent célébrer sans complexe les vertus de l'accumulation très personnelle des richesses. Tout cela n'est pas très sérieux. Pourquoi ne diffuseriez-vous pas des cours de pâte à modeler, bien plus profitables à cette heure d'écoute idéale pour nos innocents bambins ?
Le niveau monte !
Vivement dimanche matin, dernier refuge pour écouter un France Culture sans patrons fiers de l'être.

Portrait de Anonyme Nanker19.04.2014

Pierre Bellanger... N'y avait-il personne d'autre à inviter que ce guignol détraqué?
M. Bellanger est-il le seul en France à pouvoir discourir sur l'économie numérique?

On est en droit de s'interroger, non?

Portrait de Anonyme Franck21.04.2014

Je regrette que vos commentaires pamphlétaires ne soient que de la critique pure, tout comme Aurélie, Marina et Anne.

Qu'apportez vous comme réponse ou questionnement au sujet de fond ? Vous ne dites rien qui me permette de comprendre votre cheminement intellectuel en tout cas, je n'y ai rien lu, à part votre blablabla sur la forme. vous ne faites qu'un exercice de communication.

Si je reprends la formule de Charles Renouvier sortie de terre récemment par Mona Ozouf, "Tout ce qui n'est pas idéal est misère", je vous invite à plus de modération, à me faire comprendre "vos idées claires"!

Enfin je donnerai un fait qui rend compte de la justesse de l'émission et qui m'a été rapporté d'un ami, salarié de la finance, en réponse à ma question sur la logique de substitution du numérique (le passage au "rien" d'humain, mais à celui des machines d’où la fin de la classe moyenne avec la disparition des emplois du tertiaire d'ici 2 à 3 décennies, au profit des réseaux)et celle de transfère des valeurs sur les systèmes d'exploitations des géants de l'internet:

-"Ma société paie cher le droit d'utiliser des indices(financiers)ou des algorithmes et il est vrai que nombre d'emplois tertiaires disparaissent dans mon secteur".

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.