retour en haut de page
Planète terre

Planète terre | 12-13

Syndiquer le contenu par Sylvain Kahn Le site de l'émission
Emission Planète terre

le mercredi de 14h à 14h30

Ecoutez l'émission 29 minutes

Sommes-nous dépendants du pétrole ? 6

28.11.2012 - 14:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

La dépendance au pétrole de nos sociétés est-elle inéluctable ? Les réserves de cette source d'énergie vont-elles atteindre leurs limites ? la recherche propose-t-elle  des solutions alternatives ?

 

 

Scénarios haut, central et bas de la production mondiale à l'horizon 2020 © B. Thévard

 

Invité(s) :
Philippe Copinschi, consultant sur les questions pétrolières internationales et chargé d'enseignement à Sciences Po Paris.
Benoit Thévard, ingénieur conseil

Thème(s) : Sciences| Géographie| Industrie| énergie| pétrole| ressources

6 commentaires

Portrait de Anonyme Michel02.12.2012

Sur "l'euphorie du gaz de schiste": je croyais que l'urgence n'était pas "comment trouver des hydrocarbures?" mais bien: comment EN CONSOMMER MOINS… en raison du changement climatique. Me serais-je trompé? Cependant, et cette émission est particulièrement bienvenue pour cela, ceci implique un changement radical de nos modes de vie, en particulier en matière de déplacement. Les "bonus écologiques" visant à subventionner l'achat de bagnoles électriques et hybrides -accessibles à des usagers déjà aisés- (un scandale) n'y changeront rien: la bagnole telle que nous la connaissons (suffisamment peu chère pour être achetée et utilisée par tous, autant que l'on veut) est condamnée. Alors, l'avion (et Notre-Dame-des-Landes…)!

Portrait de Anonyme SE30.11.2012

La raréfaction des matières premières est principalement associée à celle des énergies fossiles.
Or, la déplétion des métaux est toute aussi cruciale puisqu'elle suit de près celle des hydrocarbures. Il faut d'ailleurs souligner l'interdépendance de ces matières premières puisque l'extraction et l'affinage des minerais représente environ 10% de l'énergie consommée dans le monde.

Autant le secteur de l'industrie classique (ex : centrale thermique, bâtiment...) fait appel à des métaux encore relativement répandus sous l'écorce terrestre et facilement recyclables (fer, aluminium, manganèse...) autant les nouvelles technologies de l'information et de la communication, et celles relevant de l'appellation renouvelable, nécessitent des métaux rares (le lithium des batteries, l'indium, le gallium, le germanium pour de meilleures performances du photovoltaïque, les terres rares pour améliorer le champs magnétique des aimants permanents des éoliennes...) ou très rares (les platinoïdes pour leurs qualités de catalyseur des piles à combustibles).

En outre, ces technologies requièrent des métaux de grande pureté, que le procédé de recyclage ne permet pas de conserver et qui se révèle de plus inadapté pour ces éléments métalliques.
Les aciers alliés de métaux rares, complexes, envisagés pour réduire le poids des voitures présentent aussi des possibilités de recyclages extrêmement limités.

Le développement à grande échelle des technologies dites renouvelables (hormis la biomasse) est, hélas pour nous, impossible à réaliser.
Ce n'est pas plus de technologie qu'il nous faut, mais moins, puisque la recherche dans l'amélioration des performances et des technologies se traduit par une augmentation de l'emploi des métaux rares
La 3ème révolution industrielle souhaitée par Mr Jérémy Rifkin est fortement compromise.

Portrait de Anonyme Benoît Thévard02.12.2012

Bonjour,
Je suis entièrement d'accord avec vous. Dans cette émission, j'ai parlé du besoin de 600 barils de pétrole pour fabriquer, installer et maintenir une éolienne de 3 MW, mais il faut également 600 kg de néodyme et de nombreux autres matériaux, considérés comme rares. Par ailleurs, 95% de ces métaux nous viennent de la Chine, notamment à cause de la contrainte écologique du traitement des déchets ultimes, liés à cette production. Cela compromet d'autant plus les espoirs d'une société future basée sur la haute technologie. Je rejoins donc tout à fait votre vision sur l'hypothétique 3ème révolution industrielle.

Portrait de Sylvain Kahn Sylvain Kahn01.12.2012

@SE, Merci de votre message. Pour le prolonger, ci joint le lien vers l'émission Planète terre consacrée aux terres rares, pour partage, écoute en ligne et podcast si affinités ; ainsi que le billet de blog sur le même thème 'les terres rares, une ressource stratégique). Cordialement, SK
http://www.franceculture.fr/emission-planete-terre-les-terres-rares-2012...
http://www.franceculture.fr/blog-globe-2012-02-01-les-terres-rares-en-ca...

Portrait de Anonyme Enguerand29.11.2012

A nouveau, une très bonne qualité d'émission.

Dans la conclusion, on comprend qu'à cause du phénomène de non-substitution, les transports et la pétro-chimie resteront nourris de pétrole.Comme la chasse au gaspillage concerne plutôt les domaines consommant du non-carboné (chauffage, industrie), les invités proposent comme seule
solution à la dépendance au pétrole un "changement des modes de vie".

Mais aujourd'hui, les gens ne semblent pas prêts. Quand le prix de l'essence augmente, on pense manifs et subventions plutôt que vendre sa voiture.Le vacancier qui fait le plein sur l'autoroute du soleil refuse de voir qu'il est en lien direct avec la production mondiale de pétrole.

Faudrait-il afficher la provenance des essences achetés, façon bœuf ? Obliger l'automobiliste à choisir entre super 98 d'Amérique, du Nigeria ou du Bassin Parisien pour qu'il réfléchisse à l'impact de ses comportements sur la crise énergétique ?

Portrait de Anonyme Hube29.11.2012

Merci pour ces mises au point qui encore une fois font la démonstration de la déformation des réalités par les considérations politiques, industrielles, financières, géopolitiques. Dans le domaine ici exposé de l'énergie, ces déformations sont extrêmes en ces temps de difficultés multiples pour nos sociétés, il faut une solide grille de lecture pour savoir ce que signifient les gesticulations des plus médiatiques haut-parleurs.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.