retour en haut de page
 Rue des écoles

Rue des écoles | 12-13

Syndiquer le contenu par Louise Tourret Le site de l'émission
Emission Rue des écoles

le samedi de 19h à 19h30

Ecoutez l'émission 29 minutes

L'enfant et les écrans 6

02.02.2013 - 19:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Que faire d’intelligent avec les écrans en tant qu’éducateur ? Comment en tirer parti… loin de s’extasier devant l’apparente habileté des tout-petits à manipuler des objets encore récents pour les adultes et sans paniquer devant l’immense séduction des multiples appareils et technologies qui ont envahi nos vies ?

Faire face. Accepter le fait que ces écrans font partie de notre civilisation. Que nous les avons créés pour répondre à des besoins (communication, information) et pour nous distraire et qu’ils sont des outils que l’on peut utiliser en conscience pour les mettre au service de notre intelligence. C’est cette sagesse numérique que nous propose de développer l’Académie des sciences. L'avis qu'elle publie cette semaine "l'Enfant et les écrans" (éditions Le Pommier) propose des recommandations mais aussi un effort de réflexion des enfants et des éducateurs, réflexion dans laquelle chacun doit s'impliquer.

Deux des auteurs de ce livre sont là pour en parler :

Elena Pasquinelli, Postdoctorante à l'Institut Jean Nicod (EHESS-ENS-CNRS) en sciences cognitives, membre de La main à la Pâte.

Olivier Houdé, Instituteur de formation, il est professeur de psychologie du développement des enfants à l'Université René Descartes - Paris 5, il dirige l'équipe "Développement et foctionnement cognitifs".

Ils interviendront à propos de deux livres qui viennent de parître aux Editions Le Pommier L'enfant et les écrans et Les écrans, le cerveau et l'enfant.

 

Elena Pasquinelli et Olivier Houdé © Radio France

 

Invité(s) :
Olivier Houdé, professeur de psychologie à l’Université Paris Descartes où il dirige, à La Sorbonne, le Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Éducation de l’enfant (LaPsyDÉ) du CNRS.
Elena Pasquinelli, philosophe, spécialiste des sciences de la cognition, chercheure associée à l'Institut Nicod (CNRS-EHESS-ENS), membre de la Fondation La Main à la pâte.

Thème(s) : Information| Ecole| Education| Informatique| Innovation| Internet

6 commentaires

Portrait de Anonyme F Costa chopineau23.03.2013

Je vous conseille moi aussi vivement la lecture de TV lobotomie ainsi que celle de la tribune du" monde " ( il y a quelques semaines mais je n'ai pas noté la date) . Elle est écrite par un grand nombre de chercheurs en neurosciences.
Elle précise que cet avis de l'académie a été écrit par des non spécialistes du sujet et va donc à l'encontre des propos tenus dans l'émission.
Peut -être serait il bon d'inviter encore ce monsieur dans votre émission ( je parle de M desmurgets) ?
Bonsoir.

Portrait de louise louise24.03.2013

Michel Desmurget est venu l'année dernière, voici le lien vers l'émission, le podcast devrait encore fonctionner : http://www.franceculture.fr/emission-rue-des-ecoles-faut-il-encore-crain...

Portrait de Anonyme C. Lambda05.02.2013

Holà Monsieur ! Pourquoi serait-il tellement urgent d’initier cette mutation vers « l’intelligence numérique » ? L’Humanité malgré son « enfermement dans la boule sans écrans » se débrouillait pas mal et cela pendant plusieurs milliers d’années.
Il me semble que les invités de l’émission font partie du même esprit de la rationalisation et de la standardisation de l’apprentissage que celui qui est à la source du chaos programative, (faisant le bonheur des éditeurs des manuels scolaires) ; l’esprit, à cause duquel les enfants sont forcés aujourd’hui à porter sur leur dos des cartables atteignant la moitié de leur propre poids. A la fin de ce parcours on aura très probablement un appareil de formatage direct des cerveaux enfantins et le branchement permanent de tout l’individu au système informatique global à la « Matrix ». Si ! Les rêves d’un certain type peuvent très facilement tourner en cauchemars.
Pour l’instant, on peut constater que les écrans, peu import passifs ou interactifs, malgré les confirmations entendues dans l’émission, n’apportent pas grande chose d’utile de point de vue éducatif : peu des acquits durables et utilisables hors le contexte du virtuel, blocages de la mode naturelle de la communication et des relations avec l’entourage réel (zapping ou « clicking » issues de cette « nouvelle manière de fonctionnement du cerveau »), perturbation des certains capacités cérébrales comme celle du calcule mental ou de la structuration de l’expression verbale, autosatisfaction prématurée (et non justifiée), pseudo-autonomie (l’enfant reste assisté par un ordinateur qui n’est en aucun cas un simple outil) qui cache au contraire une possibilité de la dépendance (nous mutons ou « moutons » joyeusement vers la civilisation des quatre boutons).
Je considère que c’est un abus d’évoquer la pédagogie Freinet dans ce contexte là, par contre, je suis d’accord, que la méthode numérique est rudement efficace quand il s’agit de développer des automatismes comportementaux (http://www.sortirdelaviolence.org/pdf/Livre_violence&medias.pdf).

Je suis toujours étonné par la légèreté avec laquelle les scientifiques passent pardessus de la dangerosité des ses découverts comme si seulement le fait d’en parler suffisait à la désactiver.
Je ne vois pas de l’intérêt d’initier les petits aux théories cognitives mais je suis sûr qu’il y en a beaucoup des gens (du sort des pragmatiques) qui suivent tous ces travaux en neurosciences de très près. Ils ont su utiliser du numérique avec une très grande sagesse – la preuve, nous sommes presque tous pris dans le filet.

« Les pâtes à la matière grise » ne serait-elle pas une dénomination plus honnête pour un projet ayant pour but l’informatisation du processus d’éducation ?

Portrait de Anonyme Nathalie03.02.2013

@lulu
Il faut absolument distinguer les écrans passifs (la TV) des écrans actifs.
Voir la synthèse proposée ici par exemple : http://bit.ly/TKiLYz

Portrait de Anonyme Alain05.02.2013

La validité de la distinction entre "écran interactifs" et "écrans non interactifs" est complètement douteuse: la recherche scientifique met en évidence à peu près les mêmes effets pour tous types d'écrans. Il s'agit à l'évidence d'un procédé rhétorique des auteurs de l'Avis pour redorer le blason des écrans afin de les faire accepter à l'école. Le procédé est pour le moins étonnant!

Portrait de Anonyme lulu02.02.2013

Je vous conseille vivement la lecture de l'ouvrage de compilation d'études scientifiques sur l'exposition à la TV et aux écrans des enfants par le directeur de recherche à l'INSERM Michel desmurget.
Le titre est TV lobotomie, la vérité scientifique sur les effets de la télévision.
Le contenu de l'ouvrage qui ne fait que de faire la synthèse des études parues sur l'impact des écrans, va dans le sens rigoureusement inverse de ce que dit Serge Tisseron: en dessous de 6 ans, toute exposition à un écran pour un enfant est nocif pour son développement.
Je ne peux qu'être que stupéfait de ce que j'ai entendu ce soir !

Un lien vers une vidéo d'une conférence de ce chercheur qui résume son propos:
https://www.youtube.com/watch?v=NvMNf0Po1wY

Bonsoir

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.