retour en haut de page
 Rue des écoles

Rue des écoles | 12-13

Syndiquer le contenu par Louise Tourret Le site de l'émission
Emission Rue des écoles

le samedi de 19h à 19h30

Ecoutez l'émission 29 minutes

Les enfants chercheurs : la recherche scientifique comme modèle d'apprentissage 8

30.03.2013 - 19:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Après deux émissions politiques, avec Benoit Apparu puis Vincent Peillon, nous revenons aujourd’hui à la pédagogie avec une question

La recherche scientifique peut-elle être un modèle d’apprentissage ? 

Deux invités, une enseignante (professeure des écoles) et un chercheur vont nous expliquer pourquoi et comment ils travaillent ensemble et comment ils envisagent leurs pratiques pédagogiques.

Ange Ansour est Professeur des écoles à l'Ecole Paul-Vaillant Couturier de Bagneux, en CM1 et CM2.

François Taddei est Directeur de recherche à l'INSERM - CRI.

Ils accompagnent ensemble ces élèves de CM1 et CM2 dans leur "tatonnement expérimental" pour mieux connaître la vie de ces Fourmis Aphaenogaster senilis.. une belle aventure expérimentale et scientifique qu'ils nous expliquent ce soir dans Rue des écoles..

François Taddei part du constat que tous les enfants naissent "Chercheurs" (Etude de l'Université de Berkeley - Californie).

On est "Chercheur" lorsqu'on fait une découverte scientifique pour la 1ère fois.

Fourmi Aphaenogaster Senilis

Ces élèves de la Classe d'Ange Ansour étudient depuis la rentrée de septembre 2012 la vie et le déplacement des Fourmis Alphaenogaster Senilis et leur "déménagement" dans la fourmilère. Ils ont observé que ces fourmis construisent une "muraille" à l'entrée de leur fourmilère...Pourquoi cette muraille ? Comment l'ont-elles construite et avec quoi?

 

Autant de questions que les élèves se posent..et autant de réponses parfois difficiles à donner...

En encourageant les enfants dans cette démarche scientifique, Ange Ansour et François Taddei incitent les élèves à mieux organiser et préciser leur pensée en écrivant avec précision tout ce qu'ils ont observé dans la vie de ces fourmis. C'est en écrivant qu'on acquiert une méthode nécessaire à la recherche scientifique. On passe ainsi du "questionnement" à la "méthode"..dans cette démarche pédagogique expérimentale et scientifique, on apprend aussi à apprendre. Il s'agit d'une démarche de créativité scientifique.

Apprendre à transmettre, mais aussi apprendre à critiquer et réinventer pour demain, individuellement et collectivement dans la classe..Une expérience passionnante que ces élèves ont la chance de vivre dans leur classe.

Parallélement à cette expérience scientifique, l'auteur-compositeur  Jean-Marc Furgerot a composé pour ces élèves plusieurs chansons sur les fourmis et les insectes dont on entend quelques extraits dans l'émission.

@classeAnsour  et  @jmfurgerot (Fil twitter)

François Taddei et Ange AnsourG. Méric © Radio France

Ange Ansour et François Taddei G. Méric © Radio FranCE 

 

Invité(s) :
Ange Ansour, enseignante, chargée de mission au CRI (Centre de Recherches Interdisciplinaires)
François Taddei, directeur de recherche à l'inserm. Directeur du centre de recherches interdisciplinaires

Thème(s) : Information| Ecole| Education| Musique| Recherche| Sciences| Jean-Marc Furgerot

8 commentaires

Portrait de Anonyme C. Lambda03.04.2013

Très intéressant comme expérience… mais tout le problème comment intégrer ce type d’approche pédagogique dans le cadre scolaire français. Dans les pays où l’école se terminait à 13 heures de l’après-midi (avec l’unité de cours de 45 minutes) on pouvait pratiquer à partir du collège, dans la soirée, les « cercles littéraires » ou les « cercles du savoir » non-obligatoires, ce qui était probablement la formule le mieux adaptée. Avec le nouveau aménagement du rythme scolaire et avec la promesse (ou le menace) de M. Peillon exprimée dans son contexte qu’aucun enfant ne quittera l’école avant 16h30, il y aurait du temps pour ce type d’activités. Maintenant, comment trouver le bon équilibre entre la transmission du savoir établi et la recherche « autodidacte » qui naturellement peut mener sur les « mauvaises » pistes ? Comment développer chez les enfants le sens critique sans les faire tomber dans scepticisme ? Ou encore, est-ce mieux de pousser les enfants plus rapidement dans le monde virtuel de l’informatique ou, au contraire, il faudrait plutôt les faires réconciliés avec la Nature, en plein air et pas dans les conditions de laboratoire ? Personnellement, je ne voie pas du danger dans la mise en doute du système de savoir officiel, comme la base d’approche scientifique (Carl Popper) et j’aimerai bien que dans ce cadre parascolaire on puisse remettre à la lumière les découvertes de René Quinton ou de Marcel Violet, ou quand essaie se pencher sur la problématique des énergies libres, de la véracité démocratique du régime républicain, etc. La place spéciale je donnerais au problème d’écosystème et de la santé lié à la mondialisation : fourmis d’Argentine, moustiques tigrées, algues tueuses, Codex Alimentarius, etc.

Portrait de Anonyme Cyrille02.04.2013

Bonjour,

et merci pour cette émission intéressante.
Evidemment, cela donne envie de partager cela avec les IEN et les enseignants de nos enfants.
Je suis assez d'accord avec le commentaire qui conseille de rallonger l'émission à 40 min.

En tout cas, chapeau bas aux professeurs qui essayent d'aller au delà des attendus dans des conditions qui sont loin d'être faciles.

Dommage que France Culture ne soit pas diffusé dans les DOM. Je suis obligé de passer par Internet pour vous écouter et je ne peux en profiter en voiture.
Même question que Carola pour la Martinique.

Cyrille

Portrait de Anonyme Anonyme31.03.2013

Micro-complément au message précédent : comme beaucoup d'auditrices et d'auditeurs, j'aimerais vraiment que le format de cette émission passe à 40 minutes (exactement comme "Du grain à moudre"). Actuellement, c'est vraiment trop court (comme l'a bien dit M.Peillon la semaine dernière). En revanche, un retour au format initial d'environ 55 minutes ne me semblerait pas souhaitable, tout simplement faute de temps : il y a trop d'émissions intéressantes sur France Culture, et donc il faut que chacune laisse un peu de place aux autres...
Un fidèle auditeur

Portrait de Anonyme Anonyme31.03.2013

Cette initiative est très séduisante, comme celles de "La Main à la Pâte" auxquelles l'émission fait à juste titre référence.
On regrette toutefois que des questions éventuellement un peu dérangeantes ne soient pas posées aux deux invités, par exemple : a) très concrètement, combien de temps quotidien est consacré à ces recherches sur les fourmis? a') selon la réponse à cette première question, quel temps est "pris" (j'assortis bien ce terme de forts guillemets) sur le temps dévolu aux autres matières? b) Du coup, quelles éventuelles "coupes" (re-guillemets...) sont faites sur le temps consacré en principe aux autres disciplines? c) et du même coup, enfin, quel est le niveau des élèves concerné(e)s en orthographe, syntaxe, en maths, en histoire etc.?
Merci pour cette émission, et pour les réponses à ces questions, que je crois très légitimes et importantes.

Portrait de Anonyme Loys31.03.2013

Une longue analyse critique de cette émission sur le forum de La Vie moderne : http://www.laviemoderne.net/forum/viewtopic.php?f=44&t=856

Portrait de louise louise31.03.2013

Très critique effectivement! Nous consacrerons d'ici la fin de l'année d'autres émissions à la pédagogie pour donner la parole à des enseignants et des chercheurs qui travaillent avec des méthodes et des approches différentes de celle évoquée samedi. Par exemple l'enseignement explicite ou les pédagogies coopératives...
Vos suggestions sont également les bienvenues!
Merci pour l'intérêt que vous portez à l'émission,
Cordialement,
Louise

ps : je vous conseille de lire le livre Sandrine Garcia : "À l'école des dyslexiques. Naturaliser ou combattre l'échec scolaire ?" publié à la Découverte, je pense qu'il peut beaucoup vous intéresser.
http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-__l_ecole_des_dyslexi...

Portrait de Anonyme Jérôme30.03.2013

Un petit coucou des Cévennes, Bravo pour votre émission et
une piste pour Ange Ansour et sa classe, concernant ces fourmis qui construisent une muraille devant leur fourmilière.

Est-ce une classe bruyante ???
Si c'est le cas, elle dressent peut-être un mur anti-bruit !!!

Eh eh… trêve de plaisanterie, Joyeuses Pâques à tous.

Portrait de Anonyme Carola30.03.2013

Bonjour,

J'ai un peu plus de quarante ans.

Si je n'avais pas été fille de chercheur et bénéficié de l'apport de classes expérimentales, jamais je n'aurais été en mesure de réfléchir par moi-même.
Je souhaite que tous les enfants aient cette chance.
Je peux d'autant mieux mesurer le conformisme de notre éducation, même la plus élitiste, alors que je reprends un master recherche.

Comment faire dans nos écoles (ici, banlieue de Bordeaux) ? Si vous avez des pistes, je suis preneuse.

Continuez.

Carola

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.