retour en haut de page
 Science publique

Science publique | 12-13

Syndiquer le contenu par Michel Alberganti Le site de l'émission
Emission Science publique

le vendredi de 14h à 15h

Ecoutez l'émission 57 minutes

Comment améliorer la qualité de l’air dans les villes ? 2

03.05.2013 - 14:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecturevideo

Le Ballon de Paris - Parc André Citroën M.A. © Radio France

 

Depuis des années, la France est dans le collimateur de Bruxelles en raison de la mauvaise qualité de l’air dans plusieurs villes. Paris, bien-sûr, mais aussi Lyon, Marseille, Bordeaux ou Lille. Et même Chamonix, Avignon ou encore Fort de France à la Martinique et Saint-Pierre à la Réunion. Depuis février 2013, la France risque une amende de 240 000 euros par jour si les normes européennes de qualité de l’air ne sont pas respectées d’ici 2014. Le ministère de l’écologie reconnait que 40 000 décès prématurés par an en France sont dus à la pollution atmosphérique. Il a décidé de mettre en place des Zones d’actions prioritaires pour l’air, les Zapa. Il revient aux collectivités locales de prendre des mesures pour réduire, en particulier, l’accès des automobiles au centre ville. Ce qui impose des capacités accrues pour les transports publics.  

Le problème, avec la pollution atmosphérique, c’est qu’elle reste invisible la plupart du temps. Les particules les plus dangereuses pour l’organisme sont d’ailleurs les plus fines car elles pénètrent plus facilement dans les poumons. D’où l’intérêt de l’initiative prise par la Ballon de Paris qui mesure, en temps réel, la qualité de l’air dans le parc André Citroën où il est installé depuis 1999, à l’ouest de la capitale.  Par ailleurs, les données fournies par les stations d’Airparif  s’affichent sur le ballon avec un code de couleur. Un projet de recherche sur lequel nous allons revenir et qui peut contribuer à la prise de conscience de la pollution urbaine par le grand public. Mais ce dernier n’est guère en mesure de résoudre seul le problème de la qualité de l’air dans les villes.

Pourquoi la France apparaît-elle comme le mauvais élève de l’Europe en  matière de pollution atmosphérique ?

Comment la disparition progressive des usines dans les villes et les améliorations des moteurs automobiles agit-elle sur la qualité de l’air ?

Quelles mesures permettraient de parvenir, au moins, à respecter les normes européennes en la matière ?

Vidéo :

 

Invité(s) :
Karine Léger, adjointe au directeur en charge de la communication d’airparif
Christophe Declercq, épidémiologiste à l’institue de veille sanitaire
Jérôme Giacomoni, président du Groupe Aerophile
julien Assoun, ingénieur, en charge de l'Air, des Véhicules et des Transports à la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l’énergie d'Ile-de-France ((DRIEE-IF) ).

Thème(s) : Sciences| Ecologie| Ville| Air

Lien(s)

airparifLa surveillance de la qualité de l'air ambiant est assurée en France par des associations indépendantes comme Airparif (type loi de 1901), chargées pour le compte de l'État et des pouvoirs publics, de la mise en œuvre des moyens de surveillance.airparif.asso.fr
l’Institut de veille sanitaire Etablissement public, placé sous la tutelle du ministère chargé de la Santé, l’Institut de veille sanitaire (InVS) réunit les missions de surveillance, de vigilance et d’alerte dans tous les domaines de la santé publique.invs.sante.fr
aerophileInventeur constructeur et exploitant de ballons captifs aerophile.com
La Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-FranceLa Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Île-de-France (DRIEE-IF) est un service déconcentré du Ministère en charge de l’environnement. Elle met en oeuvre sous l’autorité du Préfet de la Région d’Île-de-France les priorités d’actions de l’État en matière d’Environnement et d’Énergie et plus particulièrement celles issues du Grenelle de l’Environnement.driee.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr

2 commentaires

Portrait de Anonyme Anonyme04.05.2013

Il y a beaucoup de solutions dont on a pas parlé:

- l'utilisation massive du vélo: conduire 15 km aller et 15 km retour est très bien pour la santé !
- l'utilisation (en complément) du chauffage le plus efficace et le moins polluant du monde: le corps humain (ou corps animal en général); il suffit de bien l'isoler avec des couches de vêtements d'occasion.
- la généralisation de l'énergie solaire passive
- la plantation de haies et de brise-vent près des habitations
- transformer une économie de gros centres commerciaux vers une économie de petites épiceries dans tous les villages et tous les quartiers et une économie de marchés de producteurs locaux
- transformer une société de grands métropoles vers une société de petits bourgs prêt de la campagne où les citoyens vivent pas loin de leur travail

Portrait de Anonyme givet J.B.03.05.2013

Ecouté une partie de votre émission de ce jour en trajet pour mon travail, deux réflexions

J'ai du mal à imaginer que le chauffage individuel ou collectif (fioul, gaz) ne contribue pas autant voir plus au problème que les véhicules?
Quand au chauffage au bois, taxons le bois et nous verrons qu'il pollue moins!

Cordialement,

J.B. Givet.

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.