retour en haut de page
 Science publique

Science publique | 12-13

Syndiquer le contenu par Michel Alberganti Le site de l'émission
Emission Science publique

le vendredi de 14h à 15h

Ecoutez l'émission 58 minutes

Faut-il passer de l'énergie à l'exergie? 8

05.07.2013 - 14:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

 

Inaugural 2011 USA Pro Cycling Challenge Prologue Richard Rhee © via Flickr CC

Tout le monde parle d’énergie, de crise énergétique, de transition énergétique. En ce moment même, un débat national sur la transition énergétique, lancé par le gouvernement en mars 2013 est entré dans sa phase de synthèse. Il doit conduire à des recommandations tant le sujet de l’énergie et de ses sources, renouvelables ou non, de ses modes de consommation, économes et efficaces ou pas, sont devenus critiques pour l’avenir des économies développées. Or, certains physiciens soutiennent que nous nous trompons sur l’objet même de l’analyse. Au lieu de raisonner en termes d’énergie,  nous devrions considérer l’exergie… Ce qui peut ressembler, à priori, comme un débat de spécialistes se révèle beaucoup plus profond, avec des implications extrêmement pratiques. En juin 2011, une conférence internationale s’est tenue à Nanterre sous le titre : « L’exergie, de l’énergie à l’écologie, un outil d’analyse et de décision pour un développement durable ».

De quoi s’agit-il ? Si l’énergie désigne la capacité d’un système à produire un travail, l’exergie, elle, permet de calculer le travail maximal récupérable. Si l’énergie désigne une quantité, l’exergie mesure une qualité. Nous entrons ainsi de plein pied dans une discipline qui fait souvent souffrir les élèves : la thermodynamique. On connaît depuis 1845 le premier principe de la thermodynamique qui stipule la conservation de l’énergie lors de toute transformation. Mais dès 1824, on connaissait ce qui est devenu le deuxième principe de la thermodynamique qui introduit la notion complexe d’entropie qui, en la définissant grossièrement, mesure l’état de désordre d’un système. Ainsi, lors d’une transformation, le second principe introduit une dégradation de l’énergie utilisable, c'est-à-dire de l’exergie.

Que change le passage de l’énergie à l’exergie en matière d’analyse des ressources dont nous disposons ?

L’exergie permet-elle de comparer les différences sources d’énergie disponibles ?

Pourquoi le rendement exergétique est-il radicalement différent du rendement énergétique que nous utilisons aujourd’hui ?

L’exergie remet-elle en cause les choix énergétiques que l’on peut faire entre les sources  classiques, pétrole, gaz, nucléaire, et les sources renouvelables comme le solaire ou l’éolien ?

En somme, si nous parlions n’exergie, en quoi notre perception de l’énergie serait-elle profondément modifiée ?

 

Sites Internet:

http://leme.u-paris10.fr/exergy/index.php

 

Invité(s) :
Diogo Queiros-Condé, professeur - Université Paris Ouest la Défense Pôle Scientifique et Technologique de Ville d'Avray
Michel Pons, directeur de recherche au CNRS, travaillant au Laboratoire d'Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l'Ingénieur, entre autres thermodynamicien
Daniel favrat, directeur du Laboratoire d'énergétique industrielle de l'EPFL (École Polytechnique Fédérale de Lausanne), membre de l'académie nationale des technologies en France et vice-président du comité énergie de la Fédération Mondiale des Organisations d'Ingénieurs (FMOI.org).

Thème(s) : Sciences| Ecologie| Industrie| Physique| Tertiaire

Document(s)

8 commentaires

Portrait de Anonyme claudio17.07.2013

Cette notion n'est-elle pas redondante avec celle d'entropie ?

Portrait de Anonyme Préventeur geobioclimatique10.07.2013

Cette approche de l'exergie fait écho au concept négawatt.
Merci pour les sujets de votre émission.

Portrait de Anonyme michel fromon07.07.2013

Bravo de sortir l'exergie
Sous l'autorité du professeur Gaboriau nous avons enseigné cette notion lors du cours de thermodynamique à l'ENSCP pendant une dizaine d'années
Définition un peu approximative de l'exergie (qui est de l'énergie utilisable ) de la part des intervement ainsi que la nature particulière de l'énergie calorifique (dégradation possible )

Portrait de Anonyme Pierre 06.07.2013

La notion d'exergie ne m'est pas très claire. Le fait d'avoir dans les années 1980 (si ce n'est avant) rationalisé les transfusions en mélangeant les sangs de divers donneurs, était-ce une mesure entrant dans le cadre de exergétique ? Cette "rationalisation" a été à l'origine de X contaminations par le VIH (et pas seulement par le VIH). Les homosexuels ont endossé la responsabilité de cette épidémie alors que l'homosexualité existe depuis la nuit des temps et que le virus du sida a (ou aurait) été retrouvé dans des flacons de sang datant de 1947. Avant cette rationalisation, le donneur monsieur Dupont ne contaminait que le receveur monsieur Martin, et après cette rationalisation, il contaminait plusieurs centaines voire plusieurs milliers de receveurs. Chapeau les rationalisations.

Portrait de Anonyme Pierre Cretien05.07.2013

L'exergie, c'est bien, ça fait faire des progrès techniques, mais c'est peu au regard du STSMC, un procédé qui permet de récupérer l'énorme potentiel énergétique des marnages, qui est quasi inépuisable, sans passer par la construction très étroite de coûteux barrages.
Pour en savoir plus, se reporter à STSMC energy, dernier article paru à "Comment sauver le climat. Lettre ouverte à Madame Delphine Batho, ministre de l'énergie ... " (Une lettre qui avait été adressée à madame Batho le 20 juin dernier, comme à monsieur Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre, le 18 juin)

Portrait de Anonyme Anonyme05.07.2013

Bonjour,
votre émission ultra intéressante souleve de nombreuses questions.
Par exemple dans le domaine de la prevention sanitaire globale et mondiale.
Elle fait presque suite a la série d emissions"a voix nue"avec Joël de
Rosnay diffusee voila presque une semaine.La notion de couplages va a l' encontre du cloisonnement entre les différentes
disciplines enseignées en milieu scolaire.

Portrait de Anonyme Michel05.07.2013

Bonjour.
Un sujet passionnant.
Il y a une page Wikipedia: http://fr.wikipedia.org/wiki/Exergie

Pour qualifier cette notion il me semble que l'on pourrait utiliser les termes
d'approche systémique de l'énergie.
Voilà qui est absolument indispensable.
On pourrait appliquer ce principe à bien d'autres sujets.
Par exemple, un comparatif des techniques agronomiques, en intégrant l'énergis utilisée, exprimée en rendement agricole/qualité du milieu/etc, en usage des machines, en fabrication des engrais, etc.
Il est assez amusant de voir que cette approche vient de chez les ingénieurs, qui ont jusque-là préféré les approches plus réductionnistes.

Portrait de Anonyme Kercoz05.07.2013

Merci pour cette émission .
En présentant ce genre d' "espoir" a l' individu moyen , ne contribue t on pas a la "croyance" dominante actuelle : LE SCIENTISME.
Faire croire que nous trouvant en butée sur une finitude des resources et de l' énergie fossile, nous allons faire un gain de productivité aussi bon dans un système fermé , que nous l' avons fait dans un système "ouvert" est une escroquerie .
Georges Bataille ( La part Maudite) , a mon sens présente tres bien le problème Le vivant ne peut "fonctionner" que dans un système ouvert , de gachis ....
Il est évident qu' il est possible d' améliorer certains rendements , mais jamais nous ne pourrons remonter les exponentielles resultantes de nos comportements .
Ces "fables" permettent juste de faire croire a des solutions futures et a accepter une "dictature provisoire" ......

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.