retour en haut de page
 Science publique

Science publique | 12-13

Syndiquer le contenu par Michel Alberganti Le site de l'émission
Emission Science publique

le vendredi de 14h à 15h

Ecoutez l'émission 57 minutes

Quel futur ? Que nous disent les livres scientifiques ? 0

31.08.2012 - 14:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

Destination : Future Gilderic Photography © Licence CC

« La science restera toujours la satisfaction du plus haut désir de notre nature, la curiosité ; elle fournira toujours à l’homme le seul moyen qu’il ait pour améliorer son sort ». Ces propos datent de 1890 et sont signés par Ernest Renan dans son ouvrage intitulé L’avenir de la science. Depuis cette époque issue du scientisme et du positivisme, l’auréole de la science a considérablement pâli. Si elle contribue toujours à la satisfaction de notre curiosité, sa capacité à améliorer, seule, le sort de l’homme est désormais contestée. « Les mythes mobilisateurs de la science sont confrontés, aujourd’hui plus que jamais, aux problèmes que posent la relation des sociétés humaines avec la nature et la maîtrise des moyens d’action que lui donne la connaissance », écrit le physicien Pierre Papon, ancien directeur général du CNRS, dans son ouvrage intitulé Bref récit du futur, prospective 2050, science et société qui paraîtra le 6 septembre chez Albin Michel. 

Dans ce contexte, est-il possible, comme le propose Pierre Papon, de raconter le futur à travers les perspectives ouvertes par les avancées scientifiques ? Il est désormais souvent admis que la science et la technique ne contribuent pas spontanément, par leur essence, à l’amélioration des conditions de vie de l’homme. Cette neutralité ne facilite pas la prospective. Dans chaque domaine, la biologie, la physique ou la médecine, le bon apparaît comme intimement lié au mauvais et la voie que suivra la société est d’autant plus délicate à tracer.

Les progrès de la science d’aujourd’hui permettent-ils de discerner comment se dessine notre vie de demain ?

Si une telle prospective est possible, cela signifie-t-il que la société peut encore choisir les termes de son avenir ou bien que c’est la science, et non la politique, qui écrira notre futur ?

Comment imaginer un contrôle des applications de la science, en particulier dans le domaine biologique, dans le contexte actuel de mondialisation du savoir et de la technique ?

La science actuelle a-t-elle un sens ou au moins, sans jeu de mot, une direction ?

Invité(s) :
Henri Atlan, intellectuel, médecin biologiste, philosophe et écrivain français, professeur émérite de biophysique et directeur du centre de recherche en biologie humaine de l'hôpital universitaire d'Hadassah, à Jérusalem, et directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
Philippe Lebreton, professeur d’écologie et militant associatif
Michel Morange, biologiste et philosophe
Pierre Papon, physicien, ancien directeur général du CNRS,

Thème(s) : Sciences| Recherche

0 commentaire

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.