retour en haut de page
Sur les docks

Sur les docks | 12-13

Syndiquer le contenu par Irène Omélianenko Le site de l'émission
Emission Sur les docks

du lundi au jeudi de 17h à 17h55

Ecoutez l'émission 53 minutes

Le français est une chance (1/4) : « Bonne chance, good luck ! » 4

18.03.2013 - 17:00 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

 

A l'occasion de la Semaine de la Francophonie :

 

                    "LE FRANCAIS EST UNE CHANCE"

Une coproduction des Radios Francophones Publiques

Radio CanadaRTSRTBF et France Culture 

En partenariat avec l'Organisation Internationale de la Francophonie

 

 

Un documentaire Radio Canada de Jean-Philippe Pleau et Marie-Michèle Giguère

 

Vue du vieux-port et du centre-ville de Montréal © Gjm 130

Dans une formule éclatée et polyphonique, la Première Chaîne de Radio-Canada brosse un portrait impressionniste de l’état du français au Québec en donnant la parole à des experts, des citoyens, des artistes, des défenseurs de cette langue, mais également à ses détracteurs. Ce documentaire propose de nouveaux regards sur cette question qui suscite les passions depuis fort longtemps et révèle un enjeu en pleine transformation.


En 2013, le français au Québec est-il encore une chance ? Pour qui ? Pour combien de temps encore ?

Depuis une dizaine d’années, il est beaucoup question du recul du français au Québec, plus particulièrement à Montréal. L’Office québécois de la langue française prévoit même que dans 20 ans, le français sera devenu une langue minoritaire à Montréal. Quelles sont les manifestations et les conséquences de ce recul ? Ce recul est-il simplement statistique ? Quelles sont les pistes de solution pour présever la langue française au Québec ?

Le Québec et le Canada sont des terres d’immigration. Comment les nouveaux arrivants s’approprient-ils le français ? Comment concilient-ils le besoin d’apprendre le français pour intégrer la société québécoise et l’anglais pour se tailler une place sur le marché du travail ?

Les particularités du parler québécois sont-elles des richesses ou des menaces pour notre langue ?

Quel est le rôle des industries culturelles d’ici dans la mise en valeur de la langue française ?

 

 

Avec :

Mathieu Bock-Côté, sociologue et chroniqueur au Journal de Montréal,

Gilles Gagné, sociologue,

Denise Bombardier, journaliste et essayiste,

Boucar Diouf, humoriste et conteur,

Mononc' Serge, chanteur,

Kim Thuy, écrivaine,

Jérôme Landry, animateur à la station CHOI Radio X à Québec,

Le groupe de musique Radio Radio,

Paul Cargnello, chanteur,

Pierre Curzi, comédien et homme politique,

Sébastien Larochelle, étudiant.

 

 

Réalisation, recherche et narration : Jean-Philippe Pleau

Assistance à la recherche : Marie-Michèle Giguère

 


Thème(s) : Information| Amérique| Education| Sciences du Langage| chance| Français| francophone| francophonie| langage| Québec| Jean-Philippe Pleau

4 commentaires

Portrait de Anonyme Marie22.03.2013

Je partage tout à fait votre opinion, Mme Hélène.
Merci d'avoir pris le temps de l'écrire.

C'est avec des critiques constructives comme la vôtre que le monde peut espérer progresser.

M.C

Portrait de Anonyme Thomas22.03.2013

Monsieur Boucar Diouf m'a beaucoup fait rire sur les africains qui ne sauraient pas conjuguer les verbes, et sur le fait de laisser les gens baragouiner le français. Formidable

Portrait de Anonyme Hélène19.03.2013

Bonjour, cousines et cousins de France !

Il y aurait beaucoup, beaucoup, à dire sur ce sujet.

Je me contenterai pour l'heure de signaler combien il est encore fréquent d'entendre des discours qui banalisent l'invraisemblable recul, sur tous les plans, de la langue française au Québec. J'y vis, j'y habite. Je vois. J'entends...

Ainsi, chez une proportion très élevée de personnes, et votre émission le souligne par la voie/voix de certains intervenants, hélas, eh bien... il n'y en a pas de problèmes !

Effarant. Oui, un tel aveuglement (devrait-on dire : surdité ?) est effarant. Il n'y a pire sourd que celui - ou celle - qui ne veut surtout pas entendre. Et encore moins prendre la peine de réfléchir (et d'observer) un peu avant de s'exprimer.

La conscience zéro de ce qui se passe vraiment sur le sujet, à notre époque, en terre québécoise (je pourrais parler de la France aussi, et de l'Europe française plus généralement, mais je m'égarerais sur de longs paragraphes), est tout simplement stupéfiante. Sans compter la confusion entre différentes dimensions (entre le statut socio-politique de la langue française, d'une part, par exemple, et la qualité de la langue, d'autre part, etc.)

Mais reste qu'il y a de quoi sauter les plombs lorsqu'une professeure d'Université (madame Sandrine Tailleur, de l'Université de Chicoutimi) tient un discours qui ne dépasse pas l'analyse d'une adolescente. Et je ne m'étendrai pas sur la qualité même de son discours... en tant que discours. Et dire au surplus que c'est une... prof de linguistique !!! : http://linglang.uqac.ca/membres/professeurs/article/sandrine-tailleur

Je n'en croyais pas mes oreilles !

Au reste, je ne comprends pas que l'on puisse s'arroger le titre de professeure d'Université en ayant comme tout bagage... une Maîtrise (en France on dit, eh oui..., un Master...).

D'un annonceur de Radio X comme Jérôme Landry, on ne pouvait s'attendre à autre chose que des commentaires irréfléchis, et extrêmement superficiels. Bon. On s'y attendait. On le connaît ici...

Mais lorsqu'une « représentante » d'une université, l'Université de Chicoutimi en l'occurrence, ose tenir des propos aussi indigents, c'est tout le système universitaire québécois qui est sacrifié, en terme de réputation scientifique, sur l'autel de l'insignifiance.

Et ça, ça m'a fait très mal comme Québécoise d'entendre pareil tissu de n'importe quoi. Et sous couvert de compétence, svp !

En terminant, voici quelques textes de référence sur le français au Québec (par un philosophe d'ici) qui m'apparaissent de grand intérêt. Et qui surtout donnent l'heure juste, selon moi, sur ces problèmes absolument criants chez nous, en sol québécois :

Les Bilinguistes
http://www.vigile.net/Les-Bilinguistes-Grands-sorciers

Le Franc Pays. Québécois ou Québec coi ?
http://archives.vigile.net/idees/polgouinpays.html
(un article âgé de 18 ans qui aurait pu être écrit ce matin même. De fait, c'est encore pire aujourd'hui...)

Le Délanguissement
http://archives.vigile.net/pol/101jlg/delanguissement.html

Le Pittbull de Pittsburg et les dames de Montréal
http://archives.vigile.net/pol/101jlg/delanguissement2.html

French Europa. De l'aliénation comme vertu (ici c'est la France qui est dans le collimateur de l'auteur) :
http://services.banq.qc.ca/sdx/actionnationale/document.xsp?app=qc.ca.ba...

Etc.

Good Luck la France...

Hélène,
depuis Montréal, Québec

Portrait de Anonyme poupon monique18.03.2013

Quel plaisir d'entendre tous ces Canadiens ! J'adore ! Je suis moi même originaire de Bourgogne, ou nos anciens avaient un patois et un accent prononcé, pour moi c'est comme une musique !

Votre commentaire

Type the characters you see in this picture. (Vérification audio)
Tapez les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus : si vous ne n'arrivez pas à les lire, soumettez le formulaire, une nouvelle image sera générée. Il n'y a pas de distinction majuscule minuscule.