A pas feutrés dans les bibliothèques du monde (1/4) - Livres remèdes, livres sacrifiés : les bibliothèques en temps de crise



29.10.2012
49 min

Raphaëlle Bats
Raphaëlle Bats Crédits : Radio France
Le terme crise recouvre des réalités différentes et les bibliothèques en subissent les conséquences de façons différentes. D’abord, les bibliothèques peuvent être visées lors de crises financière et économique. En effet, l’une des manifestions les plus criantes de l’austérité touche à la diminution de l’offre de bibliothèques avec des réductions de personnel, des fermetures de bibliothèques. Un phénomène qui n’est pas sans effet tant le réseau de bibliothèques structure les territoires et que les services qui y sont proposés dépassent largement la seule activité de prêt de livres. On ira du côté de Londres où, depuis septembre dernier, un groupe de squatteurs s’improvisent bibliothécaires en rouvrant les portes d’une bibliothèque que l’on avait décidé de fermer afin de faire quelques économies.

Crise politique ensuite. Que l’on pense aux révolutions arabes, au saccage et au pillage de la bibliothèque de Bagdad en 2003 (où des hommes, pleins de rancœur envers l’ancien régime, avaient volé les manuscrits les plus précieux et totalement détruit l’intérieur de la bibliothèque faisant partir en fumée près d’un million d’ouvrages !), ou même aux violences qui avaient secoué certaines banlieues de France en 2005; les bibliothèques sont régulièrement prises pour cible (ce qui était également le cas en Afrique du Sud durant l’Apartheid). Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques? Comment expliquer cette place centrale des bibliothèques lors des différentes crises? Quelle est leur dimension symbolique? Et dans quelles conditions peuvent-elles aussi permettre une certaine sortie de crise?

Intervenants :

  • Pete Phoenix : squatteur et bibliothécaire, bibliothèque de Friern Barnet.
  • Raphaëlle Bats : conservatrice de bibliothèque, en charge des relations internationales à l'ENSSIB.
  • Peter J. Lor : professeur de sciences de l’information à l’Université de Pretoria.


Ecouter le direct
Le direct