Méditations métaphysiques - Descartes



16.09.2012
59 min

Descartes : Les méditations métaphysiques, du vertige au morceau de cire.

René Descartes
René Descartes Crédits : Frans Hals - Radio France

Comme un bateau ivre qui prend la haute mer sans autre boussole que l’envie de s’échouer ailleurs qu’ici, René Descartes ne traque la vérité qu’à la condition d’y parvenir. Au début de ses méditations métaphysiques, le philosophe sans pied à terre n’est encore qu’un vagabond méthodique, un fou en liberté, un amnésique volontaire, un savant sans bagage qui entreprend – parce qu’il le vaut bien - d’abandonner tous les préjugés qui tiennent lieu de savoir. Bientôt, Descartes apercevra la terre ferme du haut de son moi, et pourra tenter, selon ses propres termes, de « marcher avec assurance en cette vie », mais pour l’heure (méditation première) c’est le regard méfiant de l’âme instable, c’est le clair-obscur et c’est l’esprit, bras tendus, qui titube et tâtonne à l’ombre d’Aristote, c’est un être courageux qui accepte l’incertitude en choisissant tout simplement de tenir pour faux ce qui n’est pas certain.

A la lecture : Georges Claisse et Julie-Marie Parmentier

Mais aussi, des extraits des films : Taxi Driver (1976) de Martin Scorsese et Total Recall (1990) de Paul Verhoeven

Intervenants :



Ecouter le direct
Le direct