(Dé)penser l'argent (2/4) : Accumulez, accumulez ! D'Aristote à Marx



12.02.2013
58 min

Par Adèle Van Reeth

Réalisation : Marie-Laure Ciboulet

Lectures Georges Claisse

En partenariat avec le magazine Marianne

Marianne
Marianne

Suite de notre semaine consacrée à l’argent, après Georg Simmel, hier, avant Molière, demain et l’économie et la morale, jeudi, c’est aujourd’hui avec Aristote et Karl Marx que nous allons réfléchir à ce désir, folie ou bon sens, qui consiste à vouloir toujours plus d’argent, à accumuler les richesses, non comme moyen pour obtenir un plus grand bien, mais comme une fin en soi. C’est ce que l’on nomme la chrématistique.

D’un côté, Aristote, pour qui l’argent est une fiction qui ne doit pas faire de petits. De l’autre, Karl Marx, qui distingue la monnaie de l’argent, d’abord force chimique galvanisante de la société, puis marchandise fétiche. De la démocratie athénienne à la révolution industrielle, au nom de quoi l’accumulation des richesses est-elle condamnée ?

isabelle Garo
isabelle Garo Crédits : MC - Radio France

Références musicales:

  • Asymmetrical de Howard Shore (BO Cosmopolis de David Cronenberg)

  • Rat men de Howard Shore (BO Cosmopolis de David Cronenberg)

  • Un million de Tramel

- Get the money, d'Iggy pop (BOF Arizona Dream)

Lectures:

  • Aristote, Politique (Gallimard, 1991)

  • Karl Marx, Le capital (PUF, 1983)

Extrait:

  • Cosmopolis de David Cronenberg (1912)

Intervenants :

  • Isabelle Garo : Enseigne la philosophie au lycée Chaptal à Paris, présidente de la GEME (Grande Edition de Marx et d'Engels), auteure


Ecouter le direct
Le direct