Snowden, un an après : pourquoi l'Amérique nous écoute-t-elle ?



17.05.2014
49 min

Au sommaire de cette émission :

  • plongé dans son ordinateur, « Qu'est-ce qu'un droit à l'oubli appliqué changerait aux moteurs de recherche ? »

  • le son « Ecran total », par Mustang.

Il y a presque un an jour pour jour – c’était le 6 juin 2013 – un jeune informaticien du nom d’Edward Snowden rendait public, par l’intermédiaire de journalistes du Guardian et du Washington Post, des informations classées top-secret provenant de la NSA, la National Security Agency américaine. Petit à petit on y découvre les différents programmes mis en place par les Etats-Unis, et leur premier allié la Grande-Bretagne, pour récolter des données de communications dans le monde entier. Prism qui permet au FBI et à la NSA, grâce à des portes dérobées dans des logiciels de certaines grandes entreprises américaines, d’espionner les internautes qui les utilisent. Tempora, qui permet aux Britanniques d’aspirer les données qui passent dans les câbles transatlantiques qui passent chez eux, données immédiatement transmises à la NSA. XKeyscore, qui permet de puiser plus particulièrement dans les mails. L’énumération des différents programmes et du type de données recueillies prendrait à elle seule l’émission entière. On apprend que les Américains surveillent les communications de leurs adversaires – la Chine en premier lieu –, mais surtout de leurs alliés : des pays d’Amérique latine, d’Asie, beaucoup l’Europe, et de manière extrêmement intrusive, les téléphones portables de la chancelière allemande Angela Merkel et celui de la présidente brésilienne, Dilma Rousseff, ont été placés sous écoute. Difficile de résumer tout cela. Difficile aussi de décrire les processus techniques qui permettent à ce système d’exister. Depuis un an, on a très souvent parlé dans « Place de la toile » de l’affaire Snowden (notamment ici et ici), on a essayé d’en prendre la mesure et d’examiner ses conséquences sur l’avenir d’Internet. Mais il y a une question qu’on a laissée de côté : pourquoi les Américains font-ils cela ? A quelle logique cela répond-il ?

Olivier Chopin Enseignant chercheur à Sciences Po-Paris et à l’EHESS. Spécialiste du renseignement, de la raison d’état, en particulier aux Etats-Unis. Vient de publier chez Hikari Editions un petit livre intitulé Pourquoi l’Amérique nous espionne ? petit livre dans lequel il montre que l’affaire Snowden s’inscrit dans une histoire du renseignement américain, dans un rapport aux technologies, à Internet, qu’il y a là autre chose qu’une folie à laquelle on pourrait conclure après cette année de révélations.

A lire sur

logo InternetActu.net
logo InternetActu.net Crédits : Radio France
 : « Binge watching : l'ivresse des écrans »

*Place de la Toile #pdlt*

twitter
twitter
twitter
twitter
facebook
facebook
* *

Intervenants :

  • Olivier Chopin : Enseignant la sécurité internationale à Sciences Po et chercheur associé à l'EHESS, spécialiste du renseignement


Ecouter le direct
Le direct